Kilroy was here

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le graffiti « Kilroy was here » redessiné
« Kilroy Was Here » gravé sur le National World War II Memorial de Washington.

Kilroy was here est un célèbre graffiti qui apparaît pendant la Bataille de Normandie. Il se compose généralement d'un dessin schématique représentant un personnage à gros nez, timidement caché derrière un mur, et du texte en anglais : « Kilroy was here ».

Historique[modifier | modifier le code]

En 1944, alors que les troupes américaines progressaient durant la Bataille de Normandie, elles avaient la surprise de découvrir que l'inscription « Kilroy was here » (« Kilroy était là ») les avait précédées. La légende d'un super-GI dénommé Kilroy a été entretenue par les troupes qui, par jeu, se sont employées à écrire « Kilroy was here » dans les endroits les plus incongrus, les plus inaccessibles ou les plus risqués.

La célébrité de ce graffiti est allée jusqu'à Staline qui, pendant la conférence de Potsdam, aurait demandé à son assistant, en russe : « Qui est Kilroy ? »[1].

Après guerre, un concours a été lancé par la Transit Company of America pour retrouver l'auteur des graffitis d'origine. Une quarantaine de personnes se seraient présentées mais c'est James J. Kilroy (en), inspecteur sur les bateaux de l'armée (qui laissait une trace de son passage en salle des machines en écrivant son nom à la craie), qui a gagné le concours et remporté le lot : un authentique wagon de tramway. On pense que c'est James J. Kilroy qui est à l'origine de l'expression, l'utilisant lors de ses vérifications de navires au Chantier naval Fore River de Quincy[2].

Par la suite, et notamment sur les champs de bataille de l'armée américaine, de nombreuses mains anonymes se sont amusées à écrire « Kilroy was here ».

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Le graffiti sur un camion de l'US Army.
Reprise humoristique et remaniée du graffiti (PFUTZ WAS HERE) gravé sur la carte-mère d'un flipper Capcom de 1996.

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Dans la nouvelle Le Message (1955) d' Isaac Asimov, celui-ci propose l'explication suivante : Kilroy est un historien du 30e siècle qui voyage dans le temps.
  • Dans La Cité de verre (Trilogie new-yorkaise) de Paul Auster, le personnage de Daniel Quinn fait une référence à Kilroy. Il se compare lui-même à cette légende alors qu'il se cache derrière un cahier de notes à la même manière que le logo.
  • Dans le chapitre 16 du roman V., l'auteur Thomas Pynchon suggère une nouvelle origine au dessin du Kilroy : le filtre passe-bande.
  • Dans Les Chroniques de l'Armageddon de J. L. Bourne (en), le personnage, durant son exil, se trouve dans l'obligation d'abandonner son arme à feu HK MP5. Il la dépose dans un frigo ne fonctionnant plus avec un papier où il est inscrit « Kilroy was here », accompagné du petit graffiti.

Poème[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • Dans le film Un tramway nommé Désir d'Elia Kazan (1951), un « Kilroy was here » apparait brièvement sur un mur dans la rue, mais sans le logo.
  • Dans Une femme qui s'affiche de George Cukor (1954), un présentateur de télévision dit : « Gladys Glover is a second cousin to the famous Kilroy » (« Gladys Glover est une cousine éloignée du célèbre Kilroy »).
  • Dans Patton (1970), une inscription « Kilroy is here » apparaît sur un camion Mack.
  • À la fin du film De l'or pour les braves (1970), la section du lieutenant Kelly a marqué sur un mur « Up yours baby » avec un Kilroy pour le capitaine Maitland (en français, « Tu l'as dans l'os »).
  • Kilroy Was Here (en), court-métrage de 1983.
  • Il y a une vague allusion à Kilroy dans le film Les Évadés (1994) : Brooks grave « Brooks was here » sur la poutre d'un boui-boui, avant de se pendre. Red ajoutera « So was Red » (« Red aussi »), avant de quitter l'appartement.
  • Dans La Bataille de Tobrouk (2008), on peut apercevoir le graffiti dans une tranchée où se trouvent les soldats tchèques et polonais dans le désert libyen, et une seconde fois à h 24 dans une autre tranchée.
  • Dans le film d'animation Rango (2011), le héro dessine Kilroy dans le ciel étoilé avec un bâton incandescent.

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

  • Dans la série télévisée MASH (saison 4 épisode 6), le capitaine Pierce écrit « Kilroy » sur une fenêtre alors que le capitaine Hunnicut est appuyé dessus, comme sur le dessin d'origine.
  • Dans la série Doctor Who, l'épisode « The Invasion » (saison 6 épisode 3, 1968), Patrick Troughton et Frazer Hines ont inscrit « Kilroy was here » lors du tournage de l'épisode. On peut l'apercevoir quand le Docteur et Jamie McCrimmon sont dans le conduit de l'ascenseur.
  • Dans la série Chapeau melon et bottes de cuir (deuxième série), dans l'épisode « Cible ! » (saison 7), le graffiti est clairement visible sur un des murs du champ de tir.
  • Dans la série Les Sentinelles de l'air, épisode « Le Talent de Parker » (« Vault of Death », épisode 13), un graffiti « Kilroy is here » apparaît sur le mur d’une cellule.
  • Dans la série Fringe, épisode « The Bullet That Saved The World » (saison 5 épisode 4), le graffiti apparaît également sur un mur : il désigne l'endroit où Walter a caché des plans.
  • Dans le générique de la série Community, les noms des acteurs sont chacun accompagnés d'un petit dessin ; celui de Joel McHale comporte deux personnages similaires à Kilroy, dont le nez représente les deux L du nom de l'acteur.
  • Dans la série Les Petits Génies (1983), Kilroy est régulièrement utilisé par le héros Richie Adler (Matthew Laborteaux) comme identifiant et/ou mot de passe. Dans le dernier épisode de la série (no 18), il laisse le fameux dessin avec la mention « Kilroy was here » derrière lui, pour signifier son passage à ses amis qui le recherchent.

Dessins animés[modifier | modifier le code]

  • Dans le dessin animé Voyage organisé (1948), Bugs Bunny découvre l'inscription « Kilroy was here » gravée sur un rocher lunaire.
  • « Kilroy was here » apparaît dans plusieurs épisodes des dessins animés de Tex Avery (Hound Hunters : sur un mur, King Size Canary : dans une boîte à sardines, etc.).
  • Dans l'épisode 36 de Mighty Max, « La Main d'Osiris », Virgil peut lire le graffiti « Killroy was here » sur un mur rempli de hiéroglyphes.
  • Dans L'Île des défis extrêmes, un graffiti de Kilroy apparaît dans les toilettes où les personnages racontent leur vie passée dans le camp.

Bande dessinée et manga[modifier | modifier le code]

  • Dans le manga Prophecy de Tetsuya Tsutsui, le graffiti « Kilroy was here » apparaît plusieurs fois vers la fin de l'histoire (tome 3).
  • Dans le manga Drifters de Kōta Hirano, le graffiti « Kilroy was here » apparaît au chapitre 49.
  • Dans la bande dessinée la Guerre éternelle (tome 3, planche 13A), on lit dans une coursive du vaisseau, salie et graffitée par les soldats morts d'ennui : « Kilroy peed here » (« Kilroy a pissé ici »).
  • Dans la série de comics Before Watchmen (en), partie « Minutemen » numéro 4, le graffiti « Killroy was Here » apparaît dans une base militaire américaine au Japon quand le jeune Edward Blake s'y rend.
  • Dans la bd 666 (tome 6 planche 32), l'inscription « Kilroy was here » apparaît sur une pierre tombale.

Musique[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

  • Dans le jeu vidéo Return to Castle Wolfenstein, un graffiti « Kilroy was here » est visible.
  • Les Kilroy sont présents dans Brothers in Arms: Hell's Highway (sous forme d’easter eggs).
  • Dans Vagrant Story, une des salles se nomme Kilroy Was Here (« Où est donc Kilroy » dans la version française).
  • Dans Day of Defeat, on peut sélectionner un tag avec le graffiti représentant le personnage.
  • Dans Halo 3, un graffiti de Kilroy apparaît sur un mur du niveau multijoueur Valhalla, le jour du 11 novembre.
  • Dans la version anglophone pour consoles de Sniper Elite V2 (2012), dont l'action se déroule pendant la Seconde Guerre mondiale, un trophée nommé « Kilroy was here » met le joueur au défi d'atteindre une salle en haut d'une tour sans se faire repérer par les soldats ennemis.
  • Dans OutRun 2019 sur Mega Drive, un panneau publicitaire situé dans le niveau 3 montre ce graffiti (avec une faute au niveau du nom : Kilroy est écrit avec un « I » au lieu d'un « Y »).
  • Dans Fallout: New Vegas, si le joueur sélectionne le trait « Terres dévastées » au début du jeu, il peut apercevoir le graffiti sur les murs du « Think Tank » dans l'extension Old World Blues.
  • Dans Payday 2, dans la mission attaque du fourgon Park, on retrouve le graffiti Kilroy was here accompagné de l'inscription « the creature was here » (« La bête était là »).
  • Dans Uncharted: Golden Abyss, chapitre 4, on doit retrouver un trésor pour le trophée « Preuve de vie » dans un entrepôt en flammes, le trésor s'appelle « Kilroy was here ».
  • Dans Call of Duty: WWII, dans le QG multijoueur, un tag « Kilroy was here » peut être trouvé en haut du bunker situé au dessus de l'emplacement du Major Howard, en réalisant un chemin secret pour y accéder.

Informatique[modifier | modifier le code]

« Kilroy was here » en art ASCII.
  • Accessoirement, de nombreux crackers informatiques ont utilisé Kilroy comme alias lors d'accès sur des sites web nouvellement ouverts. Entre autres, en mettant sur les bannières de « login » un « Kilroy was here » pour faire fulminer le gestionnaire système.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Collectif, « Photograffi(ti)es d'Expressions Murales : Pierres Philosophales (Volume 1) », Collectif des 12 Singes, 2010, p.13. (ISBN 2953583122 et 978-2953583120) [présentation en ligne]
  2. Michael Quinion, « Kilroy was here », sur World Wide Words (consulté le 13 juin 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Raymond J. Walker, « Kilroy was here. A history of scribbling in ancient and modern times », Hobbies - the Magazine for Collectors, vol. 73,‎ , p. 98N–98O (ISSN 0018-2907)
  • (en) Kilroy, James J. of Halifax, Massachusetts, « Who Is 'Kilroy'? », The New York Times Magazine,‎ , p. 30 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]