Famille Jouvenel des Ursins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Juvénal des Ursins)
Aller à : navigation, rechercher
Image représentant deux personnes Cette page explique l’histoire ou répertorie les différents membres de la famille Jouvenel des Ursins, Jouvenel des Ursins d'Harville.
Hôtel que se fît reconstruire, après un incendie, la famille Jouvenel des Ursins à Troyes en 1524.

La famille Jouvenel des Ursins ou Juvénal des Ursins est une famille noble française éteinte depuis le milieu du XVIIe siècle.

Elle a donné un prévôt des marchands de Paris en 1388, un chancelier de France en 1445, ainsi que Jean, évêque de Beauvais puis de Reims, qui présida le procès de réhabilitation de Jeanne d'Arc en 1456.

Origine[modifier | modifier le code]

La généalogie de cette famille commence avec Pierre Jouvenel des Ursins et dame d'Assenay, parents de Jean Jouvenel des Ursins, prévôt de Paris en 1388. Son grand-père était marchand drapier à Troyes en Champagne. Il épousa en 1386 Michelle de Vitry, nièce de Jean Le Mercier, conseiller des finances du gouvernement des Marmousets sous le règne de Charles VI.

La famille Jouvenel des Ursins est originaire de Champagne : Pierre Jouvenel est attesté comme marchand drapier à Troyes en 1360. Son fils Jean fut le protagoniste d’une éclatante ascension sociale.

Né entre 1350 et 1360, après avoir achevé les études en droit à Orléans et à Paris, Jean Jouvenel fut avocat à Troyes, conseiller au Châtelet (1381) et avocat au Parlement de Paris (1384). En 1386 il épousa Michèle de Vitry, fille de Michel de Vitry et nièce de Jean Le Mercier, conseiller du gouvernement des Marmousets sous le règne de Charles VI. L’année 1388 représente un tournant décisif dans la carrière de Jean Jouvenel : Charles VI établit la charge de garde de la prévôté des marchands de la ville de Paris, qui avait été supprimée après la révolte des Maillotins en 1383, et Jean fut nommé garde prévôt des marchands. Il occupa brillamment cette fonction, parvenant à rétablir une partie des privilèges parisiens révoqués en 1383. En 1400 il laissa cette charge et fut nommé avocat du roi au Parlement. Anobli en 1407, il fut chancelier du dauphin Louis (1413) et président de la Cour des aides (1417). Proscrit par les Bourguignons qui prirent le pouvoir à Paris (1418), Jean Jouvenel s’enfuit à Poitiers avec le nouveau dauphin Charles (le futur Charles VII). Là, il devint en 1419 président du Parlement de Paris (établi à Poitiers) et ensuite de celui de Languedoc à Toulouse (1420), jusqu’à sa mort en 1431.

En 1436, Michelle de Vitry et leurs onze fils revinrent à Paris, qui était de nouveau sous le contrôle royal. Le fils aîné Jean II Jouvenel des Ursins (1388-1473) fut évêque de Beauvais (1432), évêque-duc de Laon (1444), archevêque-duc de Reims (1449) et pair de France. Brillant historien et chroniqueur de Charles VI, il présida le procès en réhabilitation de Jeanne d’Arc (1456). Son frère Guillaume fut garde des Sceaux et chancelier de France (1445-1461 et 1465-1472). Parmi les autres fils mâles de Jean, rappelons Michel Jouvenel des Ursins (1408-1470), qui poursuivit la branche aînée de la famille, et le dernier-né Jacques Jouvenel des Ursins (1410-1457), important ecclésiastique et diplomate, archevêque de Reims (1445) et patriarche d’Antioche.

Principaux membres[modifier | modifier le code]

  • Jean Jouvenel des Ursins (vers 1360 - Tours 1431), homme politique français, prévôt des marchands de Paris (1388), président à mortier au parlement de Paris;
    • Jean II Jouvenel des Ursins (1388-1473), fils du précédent, historien, diplomate et prélat français ;
    • Guillaume Jouvenel des Ursins (1401-1472), frère du précédent, baron de Trainel, Garde des Sceaux et chancelier de France ;
    • Jacques Jouvenel des Ursins (1410-1457), frère du précédent, ecclésiastique français, archevêque de Reims (1445), patriarche d’Antioche et Pair de France ;
    • Michel Jouvenel des Ursins (1408-1471), frère du précédent, seigneur de Doué, La Bergeresse, bailli de Troyes ;
      • Jean III Jouvenel des Ursins (mort après 1537), fils du précédent, seigneur de La Chapelle-Gauthier, Doüe et Roissy
        • Jean IV Jouvenel des Ursins (mort en 1556), fils du précédent, doyen de Paris, abbé de Saint-Meen (1542), évêque de Tréguier, seigneur de Roissy ;
        • François I Jouvenel des Ursins (1492-1547), frère du précédent, baron de Trainel, seigneur de Doüe et de La Chapelle-Gauthier ;
          • Christophe Juvénal des Ursins (1525-1588), fils du précédent, marquis de Trainel, seigneur de Doüe et La Chapelle-Gauthier, gouverneur général de Paris, lieutenant de l’Ile-de-France ;
            • François II Jouvenel des Ursins (1569-1650), fils du précédent, marquis de Trainel, dernier du nom.
        • Jeanne Jouvenel des Ursins, mariée en 1509 avec Alpin de Béthune (mort 1545) et mère de Jean de Béthune, baron de Baye, le grandpère de Maximilien de Béthune, premier duc de Sully.

Famille d'Harville[modifier | modifier le code]

Cette famille a repris le nom et les armes de la précédente.

La maison de Harville, d'ancienne chevalerie de la Beauce, est connue par les chartes depuis Simon de Harville, chevalier, vivant en 1223.

Dès l'année 1383, Philippe de Harville était fauconnier de Louis de France, comte de Valois, depuis duc d'Orléans, frère du roi Charles VI.

Claude de Harville[1], seigneur de Palaiseau, vice-amiral de France, chevalier des ordres du Roi le , ayant épousé, vers 1578, Catherine Jouvenel des Ursins (décédée depuis 1643), sœur de François II et fille de Christophe Juvénal des Ursins, marquis de Trainel, et de Madelaine de Luxembourg, son petit-fils, François de Harville, marquis de Palaiseau, gouverneur de Charleville et du mont Olympe, fut substitué aux noms et armes de Jouvenel des Ursins par le même marquis de Trainel, son bisaïeul, et c'est depuis cette époque que la branche de Harville-Palaiseau a fait précéder son nom de ceux de Jouvenel des Ursins.

Il y a eu deux autres branches, celles de Beaumont et de la Grange du Bois, éteintes, la première en 1750, la seconde vers 1640.

Source 
Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles, Histoire généalogique et héraldique des pairs de France : des grands dignitaires de la couronne, des principales familles nobles du royaume et des maisons princières de l'Europe, précédée de la généalogie de la maison de France, vol. 7,‎ 1826 (lire en ligne)

Famille homonyme[modifier | modifier le code]

Famille de Jouvenel[modifier | modifier le code]

Cette famille commence avec Bertrand Jouvenel (+1703), notaire royal à Obazine

  • Bertrand de Jouvenel, marié à Charlotte Dunoyer de Sarrazac,
  • Jean de Jouvenel (1652-1712), marié à Marie de Cosnac
  • Guy de Jouvenel (1695- )
  • Jean-Baptiste de Jouvenel
  • Charles de Jouvenel (1786-1874)
  • Léon de Jouvenel (1811-1886) député de la Corrèze[2]
  • Raoul de Jouvenel (1843-1910), préfet
  • Henry de Jouvenel (1876-1935), journaliste et homme politique français.
  • Robert de Jouvenel (1882-1924), journaliste français.
  • Bertrand de Jouvenel (1903-1987), écrivain et journaliste français.
  • Renaud de Jouvenel (1907-1980), publiciste et activiste politique.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Figure Blasonnement
French heraldic crowns - marquis v2.svg
Blason Jouvenel des Ursins.svg
Christophe Juvénal des Ursins (mort en 1588), seigneur de La Chapelle-Gauthier et de Doue, marquis de Trainel, chevalier de l'Ordre du Roi, lieutenant général au gouvernement de Paris de l'Île-de-France, chevalier du Saint-Esprit (brevet n°12, reçu le )

Bandé d'argent et de gueules de six pièces ; au chef d'argent, chargé d'une rose de gueules, boutonnée d'or, soutenue (« d'une fasce ») du même.[3]

French heraldic crowns - marquis v2.svg
Blason fam it Orsini 02.svg
François II de Jouvenel des Ursins (1570-1650), marquis de Trainel, seigneur de La Chapelle-Gauthier et de Doue, chevalier du Saint-Esprit (brevet n°180, reçu le 2 janvier 1599),

Bandé d'argent et de gueules de six pièces ; au chef d'argent, chargé d'une rose de gueules, soutenue d'une trangle d'or chargée d'une anguille d'azur.[3],[4]

Armoiries d'Aspremont de Chaumont.svg Armes de la famille d'Harville,

De gueules, à la croix d'argent, ch. de cinq coquilles de sable.[4]


Blason fam fr Harville des Ursins de Trainel.svg Armes de la famille d'Harville des Ursins de Trainel

De gueules, à la croix d'argent chargée de cinq coquilles de sable, dont celle du milieu est cachée (qui est Harville) ; sur le centre de la croix, un écusson bandé d'argent et de gueules ; au chef d'argent, chargé d'une rose de gueules, soutenue d'une divise d'or, chargée d'une bisse (anguille) d'azur, ondée et posée en fasce (qui est Jouvenel des Ursins)[5],[4],[6].

Orn ext comte sénateur de l'Empire GCLH.svg
Blason Louis Auguste Juvénal des Ursins d'Harville (1749-1815).svg
Armes du comte Juvénal Harville et de l'Empire

De gueules, à la croix d'argent chargée de cinq coquilles de sable, une trois et une (qui est Harville) ; quartier des comtes-sénateurs.[7]

Orn ext comte et pair GCLH.svg
Armoiries d'Aspremont de Chaumont.svg
Armes du comte d'Harville des Ursins du Tresnel, pair de France

De gueules, à la croix d'argent chargée de cinq coquilles de sable.[8]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cinquième aïeul du dernier comte de Harville Louis Auguste Juvénal des Ursins d'Harville.
  2. Assemblée nationale : Léon, Jacques de Jouvenel
  3. a et b Michel Popoff et préface d'Hervé Pinoteau, Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or,‎ 1996, 204 p. (ISBN 2-86377-140-X)
  4. a, b et c
    Source 
  5. « FranceGenWeb-Héraldique », Harville des Ursins (de), sur www.francegenweb.org (consulté le 16 août 2011)
  6. « L'armorial des As », Blason de la famille de Harville des Ursins de Trainel, sur dechav.free.fr (consulté le 16 août 2011)
  7. a et b « BB/29/974 page 75. », Titre de comte accordé à Louis, Auguste, Juvénal Harville. Bayonne ()., sur chan.archivesnationales.culture.gouv.fr, Centre historique des Archives nationales (France) (consulté le 4 juin 2011)
  8. Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles, Histoire généalogique et héraldique des pairs de France : des grands dignitaires de la couronne, des principales familles nobles du royaume et des maisons princières de l'Europe, précédée de la généalogie de la maison de France, vol. 7,‎ 1826 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]