Marcelle de Jouvenel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marcelle de Jouvenel
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Marcelle PratVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Conjoint
Enfant
Père-Lachaise - Division 58 - Hautoy 01.jpg
Vue de la sépulture.

Marcelle Georgette Fernande de Jouvenel des Ursins, née Prat, est une écrivaine, reporter et sujet psi française, née le à Neuilly-sur-Seine et morte le dans la même commune.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle était l'épouse de Bertrand de Jouvenel, et la mère de Roland de Jouvenel (mort le à l'âge de 14 ans, de la typhoïde).

Pour échapper au désespoir, sur les conseils d'une amie, elle se lance dans l'écriture automatique, ou plus exactement la psychographie, qui est un phénomène paranormal. Les messages ont été réunis en plusieurs petits volumes d'une très grande densité spirituelle, parfois sévères mais toujours bienveillants, s'efforçant de conduire sa mère (c'est-à-dire elle-même) mais aussi toute personne ayant perdu un être cher dans le progrès de la connaissance de Dieu.[réf. nécessaire]

Ces ouvrages ont remis à l'honneur les idées sur la survie après la mort que l'avènement de la psychanalyse après la guerre de 14-18 avait fait oublier.[réf. nécessaire]

Non-séparabilité des êtres humains[modifier | modifier le code]

Les messages affirment que le monde n'est que vibrations et que les pensées et les sentiments agissent sur tout l'univers. La puissance de la pensée, sa capacité à se propager d'âme en âme d'où découlent les vagues d'opinion et l'efficacité de la prière sont des thèmes qui reviennent dans les messages attribués à Roland de Jouvenel.[réf. nécessaire]

Ces idées rejoignent celles exprimées par le physicien Emmanuel Ransford : « Tout est relié, comme si l'univers était un gigantesque hologramme, où le tout est aussi dans la partie[1]. » Elles sont proches également de celles d'Olivier Costa de Beauregard pour qui l'interaction entre tous les éléments de l'Univers ne décroît pas avec la distance spatiale ou temporelle[2].[réf. nécessaire]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Premières éditions aux Éditions La Colombe, 1948, 1950, 1954
Aux éditions Lanore :

Reportages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  1. Emmanuel Ransford, La nouvelle physique de l'Esprit, éd. Le Temps Présent, 2007, p. 57.
  2. Olivier Costa de Beauregard, Le Corps subtil du réel éclaté, éd. Aubin, 1995, p. 74.

Liens externes[modifier | modifier le code]