Renaud de Jouvenel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Renaud de Jouvenel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
CannesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Renaud Henry de Jouvenel des UrsinsVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Fratrie

Renaud de Jouvenel est un écrivain, éditeur et polémiste français[1] né le à Paris et mort le ) à Cannes (Alpes-Maritimes).

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Renaud de Jouvenel des Ursins est le fils de l'homme politique et ministre Henry de Jouvenel (1876-1935) et de sa maîtresse Isabelle de Comminges. Il n'y eut pas de mariage possible, Isabelle ne pouvait divorcer de son mari malade mental, le comte Maurice Pillet-Will. Son parrain est Anatole de Monzie, notamment ministre des finances des Travaux publics et de l'Éducation nationale pendant l'entre-deux-guerres sous les gouvernements de Paul Painlevé, Édouard Herriot et Édouard Daladier, ou sous le deuxième gouvernement de Camille Chautemps.

Dès lors, enfant naturel, Renaud n'a été reconnu par son père qu'en 1928, et en conçoit beaucoup d'amertume, d'autant plus qu'il se compare à son demi-frère, bien plus en vue, Bertrand de Jouvenel (1903-1987). Il aura une demi-sœur Colette de Jouvenel (1913-1981) dont la mère est l'écrivaine Colette (1873-1954).

Activités d'avocat[modifier | modifier le code]

Il termine ses études de droit et s'inscrit au barreau de Paris. Avant la guerre, il publie un périodique de gauche, Le Cahier bleu.

En 1936, l'Association juridique internationale l'envoie avec l'avocat Joë Nordmann en Roumanie et en Grèce pour observer les conditions de détention des prisonniers. Ils constatent que la situation n'y est pas meilleure qu'en Allemagne nazie.

En 1939, il préside le Comité d’aide aux intellectuels espagnols. Il accueille dans son château de Castel Novel à Varetz près de Brive-la-Gaillarde des intellectuels espagnols qui forment dès 1940 une organisation communiste qui visent à rassembler les Espagnols de la région et à tisser des liens avec la résistance française[2] Il accueillera Robert Delord puis Édouard Valéry, pour demander des livres aux maquisards[3].

Proximité avec le Parti communiste[modifier | modifier le code]

Homme de lettres, il a été aussi, à partir de 1946, le directeur-propriétaire de la maison de disques Le Chant du monde, devenue proche de l'Union soviétique et des communistes. En réalité, le bailleur de fonds et véritable propriétaire de la société était le Parti communiste français. Renaud de Jouvenel est durant plusieurs années un agent d'influence du PCF, soutenant et défendant les thèses communistes et les positions de l'URSS stalinienne. En 1950, après la rupture soviéto-yougoslave, il publie le pamphlet Tito, Maréchal des traîtres, qui accuse Tito d'avoir mis en place « un régime fasciste » en s'entourant d'« agents de la Gestapo »[4].

Il participe à toutes sortes de réunions en France et à l'étranger, organisées par le Parti ou par des 'fellow travellers' du parti. Ainsi, à Pâques 1954, il est présent à Knokke (Belgique) à une réunion confidentielle, organisée par le baron Antoine Allard, de pacifistes de gauche, incluant Jean-Paul Sartre, Vercors, Elsa Triolet et Bertolt Brecht. La même année, il est cependant mis à l'écart par le PCF.

Plus tard, ayant perdu ses illusions et pris ses distances, il écrit les Confidences d’un sous-marinier du parti communiste français paru en 1980.

Deux ans plus tard, son corps est retrouvé à Cannes ; il était mort depuis plusieurs semaines. Les circonstances de cette mort n'ont jamais été élucidées.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Le , Renaud de Jouvenel épouse Arlette Louis-Dreyfus, fille de Charles Louis-Dreyfus et de Germaine Hément. Cette dernière, devenue veuve, devient la troisième épouse d'Henry de Jouvenel.

Le couple a un fils, Foulques de Jouvenel des Ursins. Après leur divorce en 1942, Arlette épouse en 1946 Jean Shapira, journaliste à Libération. De son côté, Renaud épouse, la même année, Gilberte Rodrigue.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • « La Roumanie et la Grèce sur les traces d’Hitler », article, 1936.
  • Village X¿, Paris, Flammarion, 1936
  • Panorama de l'Amérique latine, 1936, Éditions sociales internationales.
  • Commune Mesure, Paris, Éditions sociales internationales, 1938.
  • Les Volontaires no 8, 1939.
  • « Des intellectuels en péril dans l’Espagne du centre », Ce soir, .
  • Vingt Années d'erreurs politiques, 1947.
  • L'Internationale des traitres, Paris, La Bibliothèque française, 1948.
  • Tito, maréchal des traîtres, Paris, La Bibliothèque française, 1950.
  • Panorama du monde, 1949.
  • Les Sauvages (roman), 1952.
  • La Guerre des mercenaires, 1952,
  • Il n'y a pas d'oubli, Éditeurs français réunis, 1956,
  • L'Albanie : Pays à découvrir, dans : Le Jardin des Arts, 1956.
  • Notre-Dame de Laghet, capitale des ex-voto, dans : Le Jardin des Arts, 1959.
  • Notes sur l'art, dans : La Pensée, revue du rationalisme moderne, 1959.
  • Confidences d’un sous-marinier du parti communiste français, 1980.
  • La Nymphe évasive (recueil de poèmes)
Traductions
  • H. C. Engelbrecht et F. C. Hanighen, Marchands de mort : Essai sur l'industrie internationale de mort - Essai sur l'industrie internationale des armes, traduction de Renaud de Jouvenel, 1934.
  • Ogden NashEnvers et contre tous (poèmes), adaptés de l'américain par Renaud de Jouvenel, Illustrations De Jozef Wilkon, Paris, P. Seghers, 1963.
  • Tennessee Williams, Dans l'hiver des villes (poèmes), présentés et traduits par Renaud de Jouvenel, Paris, P. Seghers, 1964.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Renaud de Jouvenel des Ursins », sur Maitron (consulté le )
  2. (es) julián Antonio Ramírez, Aquí París. Memorias de una voz de la libertad, Madrid, Alianza, , 463 p. (ISBN 84-206-2118-8), p. 220-221
  3. Édouard Valéry, « Le Maquis de Corrèze », Quatre années dans la Résistance, 1988, page 138.
  4. Ariane Chebel d'Appollonia, Histoire politique des intellectuels en France, t. II, 1944-1954, Complexe, 1999, p. 69

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henry Coston (dir.), Dictionnaire de la politique française, Tome I, Limoges, 1998, p. 576.
  • (nl) Andries Van den Abeele, « Over Bertolt Brecht die al dan niet naar Brugge kwam en over een literaire bijeenkomst die er geen was », Brugs Ommeland, 1999, p. 49-59.
  • « Colette et Renaud de Jouvenel », Antagonismes, Cahiers Colette, 2000
  • Vincent Casanova, Jalons pour une histoire du Chant du Monde à l’heure de la guerre froide (1945-1953), sur le site de l'Institut Pierre Renouvin
  • (nl) Andries Van Den Abeele, « Knokke en de Koude Oorlog », Onder de Poldertorens, 2006
  • Jonathan Predaz, Le Mythe du complot fasciste chez les intellectuels communistes (1945-1950) sur le site Fragments sur les temps présents, .

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]