Le Journal d'Anne Frank

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Journal d'Anne Frank)
Aller à : navigation, rechercher

52° 22′ 31″ N 4° 53′ 03″ E / 52.375233, 4.884303

Le Journal d'Anne Frank
Image illustrative de l'article Le Journal d'Anne Frank

Auteur Anne Frank
Pays Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Préface Daniel-Rops
Genre Journal autobiographique
Version originale
Langue Néerlandais
Titre Het Achterhuis. Dagboekbrieven 12 Juni 1942 - 1 Augustus 1944
Éditeur Contact Publishing
Lieu de parution Amsterdam
Date de parution 25 juin 1947
Version française
Traducteur Tylia Caren et Suzanne Lombard
Éditeur Calmann-Lévy
Date de parution 1950
Lieu de parution Paris
Nombre de pages 368[1]
La maison d'Anne Frank dans Amsterdam, Prinsengracht 263

Le Journal d'Anne Frank est le livre composé du journal intime tenu par Anne Frank, une jeune fille juive allemande exilée aux Pays-Bas, lorsqu'elle se cache à Amsterdam, pendant deux ans, avec sa famille et quatre amis, au cours de l'occupation des Pays-Bas par l'Allemagne nazie. Anne Frank a reçu son journal le , et commence à l'écrire le jour même ; le journal s'arrête au mardi , quelques jours avant l'arrestation des huit personnes, survenue le . Anne Frank meurt du typhus, dans le camp de concentration de Bergen-Belsen, en et son père, Otto Frank sera le seul survivant de la famille. Le journal d'Anne est récupéré par Miep Gies dans l'Annexe, dans les heures suivant l'arrestation des huit clandestins et de deux de leurs bienfaiteurs. Quand Otto Frank, peu après son retour à Amsterdam, en , apprend la mort d'Anne, Miep Gies lui remet le journal d'Anne, qu'elle avait soigneusement conservé. Après avoir hésité, Otto Frank accepte de le faire publier, et la première édition néerlandaise paraît le 25 juin 1947[2].

Le Journal d'Anne Frank a été traduit en plus de 70 langues[3]. Quelque 30 millions d'exemplaires ont été vendus[3] et il a donné lieu à des pièces de théâtre ainsi qu'à des films. Dans le monde entier, des rues et des écoles ainsi que des parcs ont été baptisés Anne Frank.

Publication[modifier | modifier le code]

C'est un article dans le journal néerlandais Het Parool qui attire l'attention des éditeurs sur ce journal[4]. Publié la première fois sous le titre Het Achterhuis: Dagboekbrieven van 12 Juni 1942 – 1 Augustus 1944 (L'Annexe : Notes de journal du 12 juin 1942 – 1er août 1944) par Contact Publishing à Amsterdam en 1947. le titre Het Achterhuis, avait été choisi par Anne comme intitulé d'un futur mémoire ou d'un roman basé sur ses expériences dans la cachette. Achterhuis est un terme architectural hollandais se référant à une arrière-maison (utilisé par opposition à Voorhuis, qui signifie avant-maison), mais après la publication de la traduction anglaise, il est apparu que de nombreux lecteurs anglophones pourraient ne pas être familiers avec le terme et il a été décidé qu'un terme plus évocateur («annexe secrète») permettrait de mieux connaître la position cachée de l'immeuble.

Lors de sa traduction en anglais, l'ouvrage recueille un succès critique et populaire d'une ampleur mondiale sous le titre Anne Frank: The Diary of a Young Girl (Anne Frank : Le Journal d'une jeune fille) par Doubleday & Company (États-Unis) et Vallentine Mitchell (Royaume-Uni) en 1952. Sa popularité inspire en 1955 la pièce Le Journal d'Anne Frank, mise en scène par Frances Goodrich et Albert Hackett, et ultérieurement adaptée par les mêmes à l'écran pour une version filmée en 1959. Le livre est considéré comme l'un des piliers de la littérature de la Shoah et l'une des œuvres-clés du XXe siècle.

Le Journal d'Anne Frank est classé à la 19e place des 100 meilleurs livres du XXe siècle. Plus de 25 millions d'exemplaires du livre ont été vendus et il est traduit dans plus de 70 langues[5].

Extraits du journal d'Anne Frank[modifier | modifier le code]

« Avec ses murs vides, notre petite chambre faisait très nue. Grâce à papa, qui avait emporté à l'avance toute ma collection de cartes postales et de photos de stars de cinéma, j'ai pu enduire tout le mur avec un pinceau et de la colle et faire de la chambre une gigantesque image. C'est beaucoup plus gai comme ça. »

— Anne Frank, Le Journal d'Anne Frank - 11 juillet 1942

« La radio anglaise parle d'asphyxie par le gaz. Je suis complètement bouleversée. »

— Anne Frank, Le Journal d'Anne Frank - 9 octobre 1942

Primo Levi, écrivain et survivant d'Auschwitz a déclaré à propos du journal d'Anne Frank : « Anne Frank nous émeut plus que les innombrables victimes restées anonymes et peut-être doit-il en être ainsi. Si l'on devait et pouvait montrer de la compassion pour chacune d'elles, la vie serait insoutenable. »

Personnages[modifier | modifier le code]

Huit personnes vivront dans l'Annexe pendant deux ans et un mois, de à , jusqu'à ce qu'ils soient trahis par une lettre anonyme envoyée aux autorités nazies :

Anne Frank
personnage principal. Elle vient d'avoir 13 ans. Comme il s'agit de son journal intime, tous les changements quotidiens des émotions et du caractère d'Anne se perçoivent au fil des jours. Elle est mûre, d'une volonté forte, intelligente, un peu réservée et d'une grande classe. Elle aspire à devenir, un jour, journaliste et écrivain célèbre[6]. Elle montre une capacité d'analyse, surtout sur elle-même, d'une grande profondeur et d'une grande sagesse pour son âge. Elle meurt du typhus au camp de Bergen-Belsen quelques jours après sa sœur Margot, on estime la date entre fin février et début .
Margot Frank
sœur d'Anne. Lorsque le journal commence, elle est âgée de seize ans. Margot est de trois ans l’aînée d’Anne[7]. Elle est traitée comme une enfant gâtée par sa mère et mange très peu. Elle est sensible et gentille avec sa sœur. Elle est rangée, calme et obtient de bonnes notes à l’école[8]. Elle meurt du typhus quelques jours avant sa sœur au camp de Bergen-Belsen.
Otto Frank
père d'Anne et Margot, appelé affectueusement « Pim »[9] par Anne. Il a un grand cœur et est noble, patient et aimable. Il sera le seul survivant des occupants de l'Annexe. Il soutenait sa fille Anne et était la personne la plus importante à ses yeux (dans l'Annexe).
Edith Frank
mère d'Anne et Margot, occupe un place secondaire dans le journal d'Anne. Elle est très bavarde et critique beaucoup sa seconde fille, Anne. Edith est aussi sarcastique et, au cours de la première étape de la cohabitation dans l'Annexe, Anne exprime la mauvaise relation qu'elle entretient avec sa mère. Mme Frank ne la comprend pas, ne la soutient pas dans les difficultés qu'elle affronte chaque jour. Cette dernière[Qui ?] ne s'entend pas forcément toujours avec ses colocataires, les Van Daan (Van Pels). Elle est déportée à Auschwitz-Birkenau avec ses deux filles, mais elle en est séparée et meurt de maladie, de faim et d'épuisement à l'infirmerie du camp le .
Peter Van Daan
Peter Van Pels de son vrai nom, naît le à Osnabrück, tout près de la frontière néerlandaise. Il a deux ans et demi de plus qu'Anne. Ses parents sont Augusta et Hermann Van Pels, rebaptisés « Van Daan » dans Le Journal d'Anne Frank. Bertel Hess, une cousine de Hermann, évoque ainsi Peter : « J'ai vu Peter très souvent. Il venait chez tante Henny et chez son grand-père, qui avaient fui tous les deux Osnabrück et vivaient à Amsterdam. C'était un très gentil garçon, et timide, très timide. Il était très habile »[10]. Il meurt d"épuisement et de maladie au camp de Mauthausen trois jours avant la libération du camp, le .
Hermann Van Daan
Hermann Van Pels de son vrai nom, naît le à Gehrde, près d’Osnabrück. Il est marié à Augusta Van Pels (rebaptisée Petronella Van Daan par Anne-Frank) et est le père de Peter Van Pels. Il est dans le Journal d'Anne-Frank décrit comme ceci : « Participe généralement à la conversation, proclame toujours son opinion et, cela fait, il n’y a plus rien à y redire, car si quelqu’un s’y risque, il faut l’entendre. Oh… il peut grogner comme un chat en colère… j’aime mieux ne pas m’y frotter… Quand on l’a subi une fois, on ne recommence pas. Il a l’opinion la plus juste, il est le mieux renseigné sur tout. Bon, c’est vrai, il n’est pas bête ; mais l’autosatisfaction a atteint chez ce monsieur un haut degré. »[11]. Celui-ci fut, selon la Croix-Rouge, gazé dès le jour de son arrivée à Auschwitz, le .
Petronella Van Daan
Augusta Van Pels de son vrai nom, naît le et meurt en avril ou , en route pour le Camp de concentration de Theresienstadt, ou bien sur place. Elle est décrite dans son Journal le par Anne : « "Certains jours, surtout quand un éclat s’annonce, mieux vaut ne pas la regarder en face. Tout bien considéré, c’est elle la responsable de toutes les discussions. Pas le sujet ! Oh non, chacun s’en garde bien, mais on pourrait peut-être l’appeler la provocatrice. Provoquer, ça c’est amusant. Exciter les autres comme madame Frank et Anne, contre Margot et Monsieur c’est moins facile." »[12]
Albert Dussel
Fritz Pfeffer de son vrai nom, naît le et meurt le à l'infirmerie du camp de Neuengamme à l'âge de 55 ans. C'est un dentiste, qui intégra l'Annexe le . Il se révélera très vite être un homme grincheux. Il partagera sa chambre avec Anne.
Bep Voskuijl
apporte à elle et sa famille des fruits, des fleurs, des cahiers… D'après Anne (), Bep est souvent de bonne humeur, conciliante et gentille.
Miep Gies
la personne qui découvre le journal d'Anne Frank où elle est souvent mentionnée, une des protectrices de la famille Frank.
Jo Kleiman
collègue du père d'Anne, et un ami. C'est aussi un protecteur de la famille Frank.
Victor Kugler
fait des études de commerce et commence sa carrière dans le secteur de la vente de Pectine. Il rencontre ainsi Otto Frank et devient le principal protecteur de la famille Frank.
Jan Gies
mari de Miep. Avec cette dernière, il viendra souvent rendre visite aux clandestins.
Moortje
chat d'Anne. Elle y tient énormément et va souvent mentionner son nom, ainsi que le fait qu'il lui manque beaucoup. Déménageant dans l'annexe, elle a dû le laisser chez elle.

Beaucoup de noms ont été modifiés afin de conserver l'anonymat des concernés. Ainsi, la famille Van Daan est en réalité la famille Van Pels (d'Osnabrück), composée de Augusta (Petronella), Hermann (Hans), et Peter (appelé "Alfred" par Anne). Albert Dussel est Fritz Pfeffer[13].

Dates du journal[modifier | modifier le code]

Ajouts[modifier | modifier le code]

D'après l'édition Le Livre de poche :

  • 28 septembre 1942 p. 17
  • Septembre 1942 p. 43
  • 21 septembre 1942 p. 46
  • 22 janvier 1944 p. 71

Musée[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Maison Anne Frank.

La maison d'Anne Frank, située le long du canal Prinsengracht d'Amsterdam, capitale des Pays-Bas, est actuellement un musée consacré aux dernières années d'Anne Frank. Elle est ouverte le grâce à une souscription publique, trois ans après la création d'une fondation, afin de protéger l'immeuble de promoteurs qui voulaient la démolir. La Fondation Anne Frank a été créée par Otto Frank et Johannes Kleiman, le , avec l'objectif principal de recueillir suffisamment de fonds pour acheter et restaurer le bâtiment. En octobre de cette même année, la société qui en était propriétaire a fait don du bâtiment à la Fondation, comme marque de bonne volonté. Les fonds recueillis ont ensuite été utilisés pour acheter la maison voisine, au numéro 265, peu avant que le reste des bâtiments du bloc ne soit démoli, et le bâtiment a été ouvert au public en 1960.

Peu de temps après la publication du livre, des visiteurs affluent et visitent la maison de façon informelle, grâce aux employés qui avaient caché les familles. Mais en 1955, la société d'Otto Frank déménage dans de nouveaux locaux et l'ensemble du bâtiment est vendu à un agent immobilier unique qui établit un ordre de démolition, avec l'intention de construire une usine à la place. Pour sauver le bâtiment et le faire classer comme monument historique, une campagne est lancée par les Hollandais du journal Het Vrije Volk, le . Les militants organisent une manifestation devant le bâtiment le jour de la démolition et obtiennent un sursis à exécution.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Controverse sur la date d'entrée dans le domaine public[modifier | modifier le code]

Anne Frank étant morte durant l'année 1945, au , soit 70 ans après sa mort, le journal entre dans le domaine public selon le droit de la propriété intellectuelle français. Cependant, le Fonds Anne Frank, chargé de l'édition du journal, considère que le père a aidé à l'élaboration du journal en 1947, donc qu'en tant qu’œuvre composite elle n'entrera dans le domaine public qu'en 2050. La version non modifiée, publiée en 1986, serait elle dans le domaine public en 2030. De nombreuses réactions s'opposent à ce point de vue[14],[15],[16],[17],[18],[19],[20]. Notamment, l'intervention du père ne serait pas suffisante pour revendiquer une création artistique, étant donné qu'il s'est restreint à la coupure de certains passages et à de légères modifications. Pour la version non coupée, d'après la loi concernant une Œuvre posthume en droit de la propriété intellectuelle, les droits patrimoniaux expirent au 1er janvier 2016 en France[21]. C'est également le cas en Belgique (Art. XI.166)[22],[23], et en Espagne[24].

Le 30 décembre 2015, la Maison Anne Frank a précisé sur son site qu'Otto Frank n'est en aucun cas coauteur[25].

La fondation Anne Frank se base sur l'ancien droit de la propriété intellectuelle, qui accordait 50 ans après la publication. Depuis une décision de la cour de cassation[26], en France, c'est le régime le plus récent qui est appliqué dans ce cas. L'universitaire Olivier Ertzscheid met en ligne sans autorisation le journal en français par défi contre la fondation Anne Frank. Il le retire à la demande de l'éditeur français qui fait valoir le droit non prescrit de la traduction, ce qui n'empêche pas le Fonds Anne Frank de le menacer de poursuites judiciaires[27]. Isabelle Attard, député français, a publié en ligne l'ouvrage en néerlandais le 1er janvier 2016, déclarant : « combattre la privatisation de la connaissance est entièrement d'actualité »[28].

Le nom « Le Journal d'Anne Frank » a été déposé comme marque communautaire en début de 2016[29].

Aux États-Unis, le journal sera dans le domaine public 95 ans après la première publication de 1952, soit en 2047[30]. La Fondation Wikimedia a par conséquent retiré le texte du livre de Wikisource en vertu du DMCA[31].

L'édition Soleil décide de publier en janvier 2016 une bande dessinée adaptant le journal, « en respectant scrupuleusement le texte d'origine de 1947 » afin d'éviter les poursuites judiciaires, devant l'incertitude de la situation[32].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anne Frank, le Journal d'Anne Frank (version intégrale), Livres de poche, Littérature & Documents, 2013, (ISBN 9782253177364).
  2. Juifs des Flandres et de Hollande, 1945-1995, Université Charles-de-Gaulle - Lille III,‎ , p. 119
  3. a et b (en) « Publiations in many languages », sur anne frank guide (consulté le 27 mars 2015)
  4. Site du Musée Anne Frank page visitée 12 janvier 2012
  5. (en) Silke Ballweg, « Anne Frank: The Face of the Holocaust », Deutsche Welle,‎ (consulté le 12 octobre 2006) ; Goodreads Best (100) Books of the 20th Century #8; The Guardian's (top 10) definitive book(s) of the 20th century out of 50 Best Books defining the 20th century; National Review's List of the 100 Best Non-Fiction Books of the Century #20; The New York Public Library's Books of the Century: War, Holocaust, Totalitarianism. 1996 ISBN 978-0-19-511790-5; Waterstone's Top100 Books of the 20th century, while there are several editions of the book. The publishers made a children's edition and an adult which is thicker. There are hardcovers and paperbacks.
  6. Journal de Anne Frank, édition Calmann-Lévy, 1950 et collection Livre de Poche, p. 279 à la date du jeudi 11 mai 1944
  7. [1]
  8. http://www.annefrank.org
  9. Le journal d'Anne Frank, collections Le Livre de poche, 2013, p. 136 :« Chut Papa, attention Otto, chut... Pim ».
  10. Peter van Pels, sur annefrank.org. Consulté le 14 mai 2012.
  11. [2]
  12. http://www.annefrankguide.net/fr-fr/bronnenbank.asp?oid=3285
  13. Le Journal d'Anne Frank, Calmann-Lévy, 2013, p. 15, note des éditeurs.
  14. http://www.lepoint.fr/culture/le-journal-d-anne-frank-cette-bataille-de-droits-posthume-me-laisse-un-gout-amer-11-10-2015-1972521_3.php
  15. http://www.leparisien.fr/espace-premium/culture-loisirs/quel-age-a-le-journal-d-anne-frank-10-10-2015-5171749.php#xtref=https%3A%2F%2Fwww.google.fr
  16. http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1433917-le-journal-d-anne-frank-dans-le-domaine-public-en-2016-pourquoi-c-est-indiscutable.html
  17. http://next.liberation.fr/culture-next/2015/10/08/anne-frank-bataille-de-droits-posthume_1400086
  18. http://rue89.nouvelobs.com/2015/10/08/chere-anne-frank-libere-texte-toute-illegalite-261561
  19. Chère Anne
  20. Journal d’Anne Frank : polémique autour de l’entrée dans le domaine public
  21. http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006069414&idArticle=LEGIARTI000006278943
  22. http://www.sacd-scam.be/Quand-s-eteint-le-droit-d-auteur?lang=fr
  23. http://www.ejustice.just.fgov.be/cgi_loi/loi_a.pl?language=fr&dt=LOI&chercher=c&fr=f&numero=4&text1=droit+d+auteur&table_name=LOI&fromtab=loi_all&imgcn.x=66&DETAIL=1994063035/F&nm=1994009586&imgcn.y=8&sql=dt+contains++%27LOI%27+and+%28+tit+contains+proximity+40+characters+%28+%27droit%27%2526+%27d%27%2526+%27auteur%27%29+++%29and+actif+=+%27Y%27&rech=16&tri=so+AS+RANK+&cn=1994063035&row_id=1&caller=image_a1&la=F&pdf_page=6&pdf_file=http://www.ejustice.just.fgov.be/mopdf/2014/06/12_1.pdf
  24. http://www.mecd.gob.es/cultura-mecd/dms/mecd/cultura-mecd/areas-cultura/propiedad-intelectual/la-propiedad-intelectual/preguntas-mas-frecuentes/registro/TRLPropiedad_Intelectual.pdf
  25. http://www.annefrank.org/fr/Nouvelles/Nouvelles/2015/December/Declaration/
  26. https://www.courdecassation.fr/publications_26/rapport_annuel_36/rapport_2007_2640/quatrieme_partie_jurisprudence_cour_2653/activites_economiques_commerciales_financieres_2658/propriete_intellectuelle_11342.html.
  27. https://www.slate.fr/story/112019/universitaire-poursuivi-fond-anne-frank.
  28. « Le "Journal d'Anne Frank" mis en ligne contre l'avis des ayants droit », sur lepoint.fr,‎ (consulté le 1er janvier 2016)
  29. http://ipkitten.blogspot.fr/2016/01/le-journal-danne-frank-sufficiently.html.
  30. http://www.nytimes.com/2015/11/14/books/anne-frank-has-a-co-as-diary-gains-co-author-in-legal-move.html?_r=0
  31. http://www.nextinpact.com/news/98507-la-fondation-wikimedia-retire-journal-d-anne-frank-bibliotheque-wikisource.htm.
  32. http://www.leparisien.fr/espace-premium/culture-loisirs/les-images-poignantes-du-journal-d-anne-frank-07-04-2016-5692119.php