Lola Lafon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lafon.
Lola Lafon
Naissance (42 ans)
Activité principale
écrivain, romancière, chanteuse
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres
roman

Œuvres principales

Lola Lafon, née en janvier 1974[1],[2], est une écrivain, chanteuse, compositrice, féministe[3] et libertaire[4] française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lola Lafon a des origines française, russes et polonaises[5]. Elle est la fille de Jeanne et Henri Lafon[2]. Elle naît dans le Nord de la France, et grandit en Bulgarie[3],[6] puis en Roumanie[2],[3],[6], jusqu'à ses 12 ans, à l'époque du régime de Nicolae Ceausescu. Ses parents sont communistes[2],[6] et professeurs[6] ; son père est enseignant[3], « spécialiste de la littérature des Lumières[2] », et plus particulièrement « spécialiste de Diderot[6] ». Ils reviennent en France au milieu des années 1980[2].

Elle étudie l'anglais à La Sorbonne, puis part à New-York[6],[2] en tant que fille au pair, où elle suit une école de danse, de chant et de théâtre. [2]. Elle danse depuis ses 4 ans, du classique et du contemporain[6].

De retour en France, elle fréquente les squats[2],[6] et les milieux autonomes[2]. Au début des années 2000, elle crée le groupe de musique d'influence des Balkans[6], le groupe Leva, avec lequel elle enregistre son premier album "Grandir à l'envers de rien" en 2006, sorti chez Label Bleu.

Elle écrit également régulièrement des « textes sur l’anarcho-féminisme dans des fanzines[7] », ainsi que des nouvelles, dont "Ne m'aime pas", publiée dans la revue littéraire NRV.

Son premier roman, Une Fièvre impossible à négocier, est publié en 2003 par Frédéric Beigbeder[2],[6],[8] aux éditions Flammarion, le premier roman qu'il publie en tant qu'éditeur.

Littérature[modifier | modifier le code]

Elle est l'auteure de quatre romans, Une Fièvre impossible à négocier (2003), De ça je me console (2007), Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s'annonce (2011) et La Petite Communiste qui ne souriait jamais (2014).

  • Une Fièvre impossible à négocier se déroule au sein de la mouvance autonome parisienne de la fin des années 1990. Dans le milieu des squats, la narratrice s'engage avec des militants anarchistes dans les luttes antifascistes. Selon le journal Libération, l'ouvrage est « un livre autobiographique qui flirte avec la fiction pour mieux digérer sa propre histoire.[2] »
  • De ça je me console se rapproche plus d'une quête existentielle dans laquelle les personnages interrogent le lecteur sur le sens de l'époque.
  • Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s'annonce est, selon son éditeur Flammarion, un « conte, mais insurrectionnel et féministe », construit autour des évènements du Haymarket Square qui ont eu lieu à Chicago au XIXe siècle. L'émission Arrêt sur Images et le quotidien l'Humanité ont noté la coïncidence étonnante de l'insurrection décrite par Lola Lafon avec le mouvement des Indignés, bien que le roman ait été écrit avant.

Lola Lafon a également publié plusieurs nouvelles, dont une pour jeunes adolescents en 2004 dans le recueil Bonnes Vacances (Gallimard Jeunesse) au profit du Secours populaire français.

En 2010, Lola Lafon a participé au numéro d'avril de la revue littéraire NRF (Gallimard) sur la thématique : Où en est le féminisme, avec l'article « Le chant des batailles désertées ».

Musique[modifier | modifier le code]

Lola Lafon a sorti un premier album ..Grandir à l'envers de rien en 2006 (Bleu electric/Label Bleu)[3].

Le deuxième album, Une Vie de Voleuse est sorti le 2 mars 2011 (Le Chant du Monde/Harmonia Mundi), a été suivi d'une tournée. Sur cet album, Dominique A signe le titre "L'Abandon".

Lola Lafon a également été invitée par Jean Corti à chanter Goëttingen de Barbara sur scène aux Bouffes du Nord et sur l'album Fiorina en 2009 (WEA).

Lola Lafon a créé un concert-lecture autour de son deuxième roman "De ça je me console", dont la dernière représentation a eu lieu aux théâtre des Bouffes du Nord en Juilet 2010. La première du concert-lecture "La petite communiste qui ne souriait jamais" a eu lieu à la Maison de la Poésie en Février 2014, et s'est terminée en Décembre 2015 au Théâtre de la Cité Internationale, création saluée par la critique.[9]

Œuvre écrite[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • « Ne m'aime pas »[2], revue NRV, 1998
  • Collectif, Bonnes vacances, coll. « Scripto », Gallimard Jeunesse, 2004 - Écriture d'une nouvelle dans le recueil collectif
  • Veuves de Personne, Muze 2016

Articles[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums solo[modifier | modifier le code]

  • ...Grandir à l'envers de rien, 2006 (Label Bleu/Bleu électric)
  • Une vie de voleuse, 2011 (Le chant du Monde/Harmonia Mundi)

Participations[modifier | modifier le code]

Spectacle[modifier | modifier le code]

[13]Le mur invisible, création accompagnée de la violoncelliste Maeva Le Berre en Juin 2015 au Musée de la Chasse et de la Nature à Paris.

  • La petite communiste, concert lecture au Théâtre de la Cité Internationale [14]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche BnF de Lola Lafon.
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Stéphanie Binet, « Poing de rupture », article du journal Libération, du 19 août 2003.
  3. a, b, c, d et e « Lola Lafon valse entre la littérature et la chanson », article du journal Le Monde, du 12 mars 2011.
  4. Johanna Luyssen, Lola Lafon - La Révolution en chantant, Causette, 5 octobre 2011, lire en ligne.
  5. a, b, c et d Biographie, sur le site de son éditeur Actes Sud.
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Ludovic Perrin, « Lola Lafon à fond », article du journal Libération du 13 février 2006.
  7. a et b « Rentrée littéraire : quatre écrivains racontent l'”aventure heureuse” du premier roman », article du journal Les Inrocks, du 9 juillet 2015.
  8. Biographie de Frédéric Beigbeder, sur son site dédié.
  9. « Lola Lafon chante sa petite communiste », Le grand théâtre du monde, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  10. Fiche BnF de la BOF Génial, mes parents divorcent !.
  11. Fiche BnF de la BOF Elles ne pensent qu'à ça !.
  12. Philippe Noisette, « Rencontre intime entre étoile et auteur », journal Les Échos, du 22 juillet 2014.
  13. « Billetterie : SOIRÉE A L'AFFUT #9 - Le Mur Invisible », sur www.weezevent.com (consulté le 22 novembre 2016)
  14. « Lola Lafon chante sa petite communiste », Le grand théâtre du monde,‎ (lire en ligne)
  15. Sélections 2011 du Prix Françoise-Sagan, site prix-litteraires.info.
  16. « Lola Lafon, lauréate du Prix de La Closerie des Lilas », site de L'Express.fr du 6 avril 2014.
  17. Le Prix Ouest-France Étonnants Voyageurs 2014, sur le site officiel.
  18. Le Prix Jules-Rimet 2014, site officiel.
  19. Lauréate 2014, sur le site livreshebdo.fr.
  20. « Arcachon: Le prix littéraire à Lola Lafon », article journal Ouest-France du 02 avril 2014.
  21. « Lola Lafon reçoit le Prix des lecteurs de Levallois 2014 pour "La Petite communiste qui ne souriait jamais" », actualités, site de son éditeur Actes Sud.
  22. Lauréate 2014, site officiel.
  23. Les 5 finalistes, article du site nouvelobs.com, du 29 avril 2014.
  24. Article sur Le Roman des étudiants France Culture-Télérama 2014, sur le site de France-Culture, janvier 2014.
  25. Article site tempsreel.nouvelobs.com, du 18 juin 2014.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]