Benicàssim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Benicàssim
Benicasim
Blason de BenicàssimBenicasim
Héraldique
Drapeau de BenicàssimBenicasim
Drapeau
Vue aérienne de Benicàssimet de la Serra del Desert de les Palmes.
Vue aérienne de Benicàssim
et de la Serra del Desert de les Palmes.
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Communauté valencienne Communauté valencienne
Province Province de Castellón Province de Castellón
Comarque Plana Alta
District judic. Castellón de la Plana
Maire
Mandat
Susana Marqués Escoín (PP)
Depuis 2011
Code postal 12560
Démographie
Population 17 957 hab. ()
Densité 497 hab./km2
Géographie
Coordonnées 40° 30′ nord, 0° 03′ est
Altitude 15 m
Superficie 3 610 ha = 36,10 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Communauté valencienne

Voir sur la carte administrative de Communauté valencienne
City locator 14.svg
Benicàssim
Benicasim

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Benicàssim
Benicasim

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Benicàssim
Benicasim
Liens
Site web www.benicassim.org

Benicàssim, en valencien, ou Benicasim, en castillan (dénomination officielle bilingue depuis le [1],[2]), est une commune d'Espagne de la province de Castellón dans la Communauté valencienne. Elle est située dans la comarque de Plana Alta et dans la zone à prédominance linguistique valencienne[3].

La ville située à 80 km au nord de la ville de Valence et à 12 km au nord de Castellón de la Plana, capitale de la province de Castellón, est très réputée à cause de la réussite des ouvrages de fabrication de belles plages artificielles réalisées pour la satisfaction des touristes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hameaux[modifier | modifier le code]

Quadro Santiago, Desert de les Palmes, El Palasiet, Les Viles, Masia dels Frares, Montemolins, Voltants de Montornès.

Localités limitrophes[modifier | modifier le code]

Castellón de la Plana (et son district maritime El Grao de Castellón), Borriol, La Pobla Tornesa, Cabanes et Oropesa, toutes de la province de Castellón.

Rose des vents Borriol La Pobla Tornesa Cabanes Rose des vents
Castellon de la Plana N Orpesa
O    Benicassim    E
S
Castellon de la Plana

Histoire[modifier | modifier le code]

Entre 718 et le 10 août 1249, la ville appartint aux Arabes. Le nom de Benicassim vient des Banu Qassim seigneurs de Alpuente[4]. Durant cette période, la ville suivit la destinée de Benicassim et, après la chute du Califat nassim, elle passa sous la domination de Denia et Murcie.

Avant la Reconquête, le château de Montornes était l'un des fiefs arabes les plus importants de ces territoires. Il n'y a aucune explication sur sa destruction et les causes qui l'ont motivée. Cependant, le château, qui a été habité jusqu'à la fin du quinzième siècle, aurait appartenu à la lignée des Beni Qásim (« fils de Qásim »). Ils l'occupaient avant la conquête chrétienne, d'abord par le Cid Campeador et enfin par le roi Jaime I d'Aragon.

Le 29 novembre 1242, Jaime I a fait don du château de Montornes et de ses terres à son notaire D. Pedro Sanz, en compensation des services rendus durant la Reconquête. Les Baronnies de Benicasim et Montornes ont souvent fait l'objet de dons, d'héritages ou de ventes parmi les nobles de la région. Une preuve évidente en est le nombre important de propriétaires qui les ont gouverné de 1242 à 1603. Ainsi, en 1249, la baronnie de Montornes apparaît entre les mains de Jacques Sancii, auquel le roi a accordé la permission de vente de la seigneurie. Plus tard, apparaît comme propriétaire de la baronnie Don Pedro Ximén, qui l'aurait vraisemblablement acheté à Jacchesio Sancii. Ensuite, Alfonso III a donné Montornes, la Maison de San Vicente et tous ses états à l'abbaye de Poblet. La faible rentabilité des terres, d'une part, et les lourdes dettes des Poblets, d'autre part, ont amené les moines à vendre à Jaime II, en 1297, la baronnie de Montornes et la ville de Castellon pour 290 000 sous. En 1333, apparaît comme seigneur de la Baronnie de Montornes, Don Juan Ximén, fils de don Pedro Ximén de Arenós, qui pourrait y représenter le roi Jaime II. On ne sait pas exactement quand, mais dans des documents postérieurs, la baronnie de Montornes se confond avec « la place de Benicasim ». Ainsi, nous avons Montornes, étant passé de nouveau au pouvoir royal, qui est donné par Alfonso V, en 1416, à l'évêque de Vic, Alfonso de Thous. Quand Alfonso de Thous meurt en 1420, Gilony de Centelles, acquéreur de la baronnie, fut alors seigneur de Nules. Des Centelles, le domaine est passé dans le patrimoine royal jusqu'au 24 février 1467, lorsque Juan II l'a offert à son vice-chancelier Juan Pagés, et durant plus de quarante-huit ans, les Pagés ont exercé leur juridiction sur Montornes et les terres de leur démarcation.

Nicolas de Casalduch acquiert la seigneurie en l'achetant à Pagés. Elle passe par héritage à Dona Violante de Casalduch qui, le 9 septembre 1603, a accordé la Charte de Peuplement afin de repeupler cette zone, très touchée par les attaques continues et le pillage des corsaires et des Berbères. Cette mesure n'a pas atteint les résultats souhaités, et seuls quelques colons se sont installés dans la Baronnie. Il en existe des vestiges clairs de quatre petits noyaux de population, dont deux recherchant le refuge des montagnes, l'un sur les terres fertiles, très près du centre urbain actuel, et enfin un petit noyau marin devant la tour de San Vicente.

La décision de Don Francisco Pérez Bayer en 1769 de fonder une église en ce lieu constituait l'impulsion définitive à la configuration de Benicasim comme ville. Perez Bayer est souvent décrit comme le fondateur de Benicasim alors qu'il n'était même pas né lorsque Benicasim fut fondé par Doña Violante de Casalduch. Néanmoins, Pérez Bayer a eu le mérite de regrouper autour de l'église qu'il a fondée tous les habitants de Benicasim, jusqu'alors dispersés dans de petits hameaux et dans des fermes.

Le progrès a été lent au début, mais spectaculaire à partir de 1850. Benicasim a été l'une des villes pionnières en Espagne en tant que centre touristique. Ainsi, en 1887, la première villa d'été est construite. Le grand boom qui a pris Benicasim au début du siècle, lui a plus tard valu le qualificatif du « Biarritz du Levant ». De la première construction à aujourd'hui, Benicasim a subi une profonde transformation basée exclusivement sur le tourisme. Actuellement, Benicasim offre une capacité d'accueil de 100 000 touristes.

Démographie[modifier | modifier le code]

Le développement du secteur touristique a fait exploser la démographie des dernières années. La ville attire aussi de plus en plus d'étrangers.

Evolution Démographique de Benicasim:[5]
1857 1887 1900 1910 1920 1930 1940 1950 1960 1970 1981 1991 1996 2001 2006 2009
Population 715 1.059 1.302 1.533 1.568 1.841 1.856 1.995 2.009 2.923 4.705 6.151 9.913 12.456 16.584 18.098

Économie[modifier | modifier le code]

Platja d'Heliòpolis (Benicàssim)

L'économie de la ville de Benicàssim repose essentiellement sur le secteur du tourisme. En 2012, on dénombre 17 hôtels, 4 étoiles, 3 étoiles, 5 campings et des centaines d'appartements touristiques en location, avec une sélection large et variée de restaurants, pubs, bars et pubs. La ville fournit une capacité de réception d'un peu plus de 100 000 touristes. Bien que la ville attire de nombreux touristes venu d'autres pays européens, la majorité des touristes estivaux est avant tout espagnole.

Politique[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs à partir de 1979
Période Identité Étiquette Qualité
1979 1983 Domingo Tárrega Bernal ADIB  
1983 1987 José María Tárrega Casañ APB  
1987 1991 Joaquín Castaño Adelantado AP  
1991 1995 Francesc Colomer EUPV-IU  
1995 1999 Alejandro García PP  
1999 2003 Javier Asín PP  
2003 2007 Francesc Colomer (2003)
Manuel Llorca Sellés (juillet 2004)[6]
PSPV-PSOE
ARB (motion de censure avecPP)
 
2007 2011 Francesc Colomer PSPV-PSOE  
2011 2015 Susana Marqués Escoín PPCV  
2015 Aujourd'hui Susana Marqués Escoín PPCV  


Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la ville de Benicassim repose essentiellement sur le secteur du tourisme. En 2012 , il dénombre 17 hôtels , 4 étoiles , 3 étoiles , 5 campings et des centaines d'appartements touristiques en location, avec une sélection large et variée de restaurants, pubs, bars et pubs . La ville fournit une capacité de réception d'un peu plus de 100 000 touristes . Bien que la ville attire de nombreux touristes venu d'autres pays européens, la majorité des touristes estivaux est avant tout espagnole.


Patrimoine[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Festivals et événements culturels[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ca) Empar Minguet i Tomàs, Els processos de normalització lingüística en l'àmbit municipal valencià, Valence, Universitat de València, , 1 199 p. (ISBN 84-370-6368-X), p. 386
  2. (es) Varaciones de los municipios de España desde 1842, Ministerio de administraciones públicas, , 364 p. (lire en ligne)
  3. Loi 4/1983 du 23 novembre 1983 relative à l'utilisation et l'enseignement du valencien
  4. Reinhart Pieter Anne Dozy, Histoire des Musulmans d'Espagne: jusqu'à la conquête de l'Andalousie par les Almoravides (711-1110), Brill Archive (lire en ligne)
  5. Source: Población de hecho según el Instituto Nacional de Estadística de España: Alteraciones de los municipios en los Censos de Población desde 1842 y Dirección General de Administración Local de la Generalitat Valenciana:Habitantes de Benicasim desde 1986 (cifras INE)
  6. Después de una moción de censura en la que la disciplina de partido obliga a los ediles del PP a proponer como alcalde al Sr. Llorca a pesar de que éste pertenece a un partido minoritario que sólo sacó tres concejales en las elecciones, frente a los 6 de PP y PSOE.
  7. Benicassim.fr, Benicassim Site .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]