Jean-Pierre Petit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jean Pierre Petit)
Jean-Pierre Petit
Description de cette image, également commentée ci-après
Jean-Pierre Petit en 2022.
Nom de naissance Jean-Pierre Lévy[1]
Naissance (85 ans)
Choisy-le-Roi (France)
Nationalité Française
Résidence France
Domaines Astrophysique, mécanique des fluides, physique des plasmas, magnétohydrodynamique, physique théorique, cosmologie
Institutions Centre national de la recherche scientifique, observatoire de Marseille
Diplôme Lycée Carnot (Paris), lycée Condorcet, Institut supérieur de l'aéronautique et de l'espace (Supaéro), Université de Provence
Renommé pour Magnétoaérodynamique, modèle cosmologique Janus ;
ouvrages de vulgarisation scientifique, série de bandes dessinées Anselme Lanturlu ;
implications ufologiques diverses, notamment dans l'affaire Ummo ;
soutien envers les théories du complot à propos des attentats du 11 septembre 2001.
Site www.jp-petit.org et www.savoir-sans-frontieres.com

Jean-Pierre Petit, né le [1] à Choisy-le-Roi (France), est un physicien et vulgarisateur scientifique français.

Il est un spécialiste de la magnétohydrodynamique (MHD), pour laquelle il a amélioré l'utilisation[2]. Il est aussi connu pour son très controversé modèle cosmologique Janus basé sur la bigravité[3].

À partir de 1972, il travaille en tant qu'astrophysicien à l'observatoire de Marseille.

Il est surtout connu par le grand public pour ses ouvrages de vulgarisation scientifique, par ses livres — surtout la série des bandes dessinées Anselme Lanturlu présentant ses travaux scientifiques.

À partir des années 1990, il s’implique dans le domaine de l'ufologie et publie plusieurs livres sur le sujet, notamment sur l’affaire Ummo — reconnue comme supercherie depuis 1992 — et soutient l’hypothèse de l’existence des extraterrestres.

Il défend des théories du complot à propos des attentats du 11 septembre 2001 contre le Pentagone[4].

Études[modifier | modifier le code]

À l’issue de ses études secondaires effectuées au lycée Carnot de Paris, Jean-Pierre Petit obtient le baccalauréat et entre en classe préparatoire scientifique au lycée Condorcet. Il intègre alors l'École nationale supérieure de l'aéronautique et de l'espace (Supaéro), où il se spécialise en mécanique des fluides et obtient son diplôme d'ingénieur en 1961[5].

En 1972, il soutient une thèse[6],[note 1] pour obtenir le grade de docteur ès sciences physiques « Applications de la théorie cinétique des gaz à la physique des plasmas et à la dynamique des galaxies ».

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

En 1990, il a été directeur de recherche au CNRS, Observatoire de Marseille[7].

Vulgarisation scientifique par bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Les premières bandes dessinées de Jean-Pierre Petit, intitulées Le Voyage du Maxiflon et Le Secret du Maelström, sont publiées au début des années 1970 dans le Journal de Spirou sous le pseudonyme Lartie Shaw. Sous l'identité de Mylos, il dessine une série de planches satiriques publiées dans le magazine hebdomadaire français L'Express. Il commence la rédaction des « Aventures d'Anselme Lanturlu », longue série de « bandes dessinées scientifiques », dont les premiers ouvrages paraissent en 1979 aux Éditions Belin.

Positions controversées[modifier | modifier le code]

Théories du complot[modifier | modifier le code]

Selon Conspiracy Watch, Jean-Pierre Petit soutient une théorie conspirationniste à propos des attentats du 11 septembre 2001 sur le Pentagone, trouvant étonnant, en tant qu'ingénieur aéronautique, qu'un Boeing plein de carburant puisse pénétrer par une baie de la façade sans rebondir ni brûler la pelouse[8]. Il aurait également été le premier en France à relayer une théorie du complot au sujet du tsunami du 26 décembre 2004, estimant possible que celui-ci ait été déclenché indirectement par les États-Unis[8],[9].

Ufologie[modifier | modifier le code]

Favorable à l'hypothèse extraterrestre des ovnis, il publie à partir des années 1990 des livres consacrés à l'ufologie, notamment à l'affaire Ummo — qu'il étudie depuis 1974 et qui sera reconnue comme supercherie par son auteur lui-même en 1992[10]. En 2021, il affirme que des ovnis ont été détectés dans le Vaucluse alors qu'il s'agissait d'avions de chasse[11].

Publications[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

  • Les aventures d'Anselme Lanturlu. Cette série de vulgarisation scientifique sur des sujets variés (relativité, cosmologie, MHD, topologie, géométrie...) diffusée depuis 1980 est traduite en 39 langues.
  1. Le géometricon, Belin, Paris, 1979, 1980 (ISBN 2-7011-0372-X) : géométrie des espaces courbes
  2. Si on volait ?, Belin, Paris, 1980 (ISBN 2-7011-0368-1), retitré par l'auteur L'aspirisouffle : mécanique des fluides subsoniques
  3. L'informagique, Belin, Paris, 1980 (ISBN 2-7011-0376-2) : initiation à l'informatique
  4. Le trou noir, Belin, Paris, 1981 (ISBN 2-7011-0389-4) : relativité générale
  5. Tout est relatif, Belin, Paris, 1981 (ISBN 2-7011-0388-6) : relativité restreinte
  6. Big bang, Belin, Paris, 1982 (ISBN 2-7011-0390-8) : genèse de l'Univers
  7. À quoi rêvent les robots ?, Belin, Paris, 1982 (ISBN 2-7011-0456-4) : robotique
  8. Le mur du silence, Belin, Paris, 1983 (ISBN 2-7011-0467-X) : magnétohydrodynamique
  9. Elle court, elle court, l'inflation, Belin, Paris, 1983 (ISBN 2-7011-0485-8), retitré par l'auteur L'économicon : économie
  10. Énergétiquement vôtre, Belin, Paris, 1984 (ISBN 2-7011-0494-7) : nucléaire
  11. Cosmic story, Belin, Paris, 1985 (ISBN 2-7011-0489-0) : histoire des idées en cosmologie
  12. Le topologicon, Belin, Paris, 1985 (ISBN 2-7011-0466-1) : topologie
  13. Mille milliards de soleils !, Belin, Paris, 1986 (ISBN 2-7011-0469-6) : astrophysique
  14. Et pour quelques ampères de plus, Belin, Paris, 1989 (ISBN 2-7011-1277-X) : électromagnétisme
  15. Le Logotron, Présence (Sisteron), 1990 - (ISBN 2-901696-52-X) : linguistique et logique (théorie de Gödel) ; à ne pas confondre avec "Le Logotron informatique" du même auteur, livre d'initiation à la programmation en Basic paru aux éditions du P.S.I. en 1984[12]
  16. Joyeuse apocalypse, Présence (Sisteron), 1990 - (ISBN 2-901696-53-8) : histoire des principes technologiques des armes depuis la préhistoire
  17. Le chronologicon, Présence (Sisteron), 1990 - (ISBN 2-901696-54-6) : le temps en cosmologie
  18. Opération Hermès, Présence (Sisteron), 1990 - (ISBN 2-901696-55-4) retitré par l'auteur Le tour du monde en quatre-vingts minutes : astronautique
  19. Le spondyloscope, Magazine Belle Santé, 2005 : anatomie
  • Le voyage du maxiflon, journal Spirou, 1969.
  • Le Secret du Maelström, journal Spirou, 1971.
  • La passion verticale, Eurocopter, 2007.
  • Jean-Pierre Lévy (ill. Jean-Pierre Petit), La Bible en bande dessinée : version non censurée, Paris, Éditions Tatamis, , 567 p. (ISBN 978-2-917617-17-5)
  • Jean-Pierre Petit, L'Ambre et le Verre – histoire de l'électricité, Association Science et Culture pour Tous et 1000 exemplaires par la Fondation Free, , 64 p. (ISBN 978-2-918564-01-0 et 2-918564-01-X)
  • La folle histoire de Dieu, Éditions A&H 2020 , (ISBN 979-10-95857-73-0)
  • Jésus de Nazareth, Éditions A&H 2020 , (ISBN 979-10-95857-74-7)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D'autres sources sont en légère contradiction avec le document de ayuba.fr. Ainsi, J.P. Petit écrit « Toujours est-il que ces résultats avaient convaincu l'astrophysicien et académicien Évry Schatzman d'accepter d'être le président de ma thèse de doctorat, que j'avais soutenue en 1972. ». (Extrait de OVNI : L'extraordinaire découverte, de Jean-Pierre Petit et Jean-Claude Bourret). Le document sur ayuba.fr indique que le président du jury était H. Guenoche, et E. Schatzman était examinateur.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b BNF 11919399
  2. Babelio
  3. « Thibault Damour, professeur à l'IHES », voir "Sur le "modèle Janus" de J. P. Petit (janvier 2019)" et "Sur le "modèle Janus" de J. P. Petit (décembre 2022)", sur www.ihes.fr (consulté le )
  4. La Rédaction, « Les délires de Jean-Pierre Petit », sur Conspiracy Watch | L'Observatoire du conspirationnisme, (consulté le ).
  5. D'après un site des anciens élèves, "Jean-Pierre PETIT Ingénieur 1961 (SUPAERO)"; « Fiche profil », sur Amicale ISAE-SUPAERO-ENSICA (consulté le ).
  6. « Thèse de Jean-Pierre Petit » [PDF], sur ayuba.fr (consulté le )
  7. « Jean-Pierre Petit », sur Leslibraires.fr
  8. a et b « Les délires de Jean-Pierre Petit », sur Conspiracy Watch, (consulté le ).
  9. « Le protocole des plages de Sion », Conspiracy Watch,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. De l'aveu même de José Luis Jordán Peña : « Des ummoristes chez les ufologues… », sur pseudo-sciences.org
  11. « Non, aucun ovni n'a traversé le Vaucluse la semaine dernière », sur LaProvence.com, (consulté le ).
  12. « Autres productions de Jean-Pierre Petit », sur lanturlu.free.fr (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Meurger, « Science-fiction et croyance : l'affaire Ummo : à propos de l'ouvrage de Jean-Pierre Petit, Enquête sur des extra-terrestres qui sont déjà parmi nous : le mystère des Ummites », Études lovecraftiennes, Ermont, Joseph Altairac, no 11,‎ Épiphanie, 1992, p. 111-116.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :