Jean-François Cirelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-François Cirelli
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Sophie Roquelle
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions

Jean-François Cirelli (né le ), ancien haut-fonctionnaire (il fut notamment directeur adjoint de cabinet du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin) est un homme d'affaires et chef d'entreprise français, actuel président de la société BlackRock France (gestionnaire de produits financiers pour le compte de fonds de pension) depuis le , et ancien vice-président et directeur général délégué de GDF-SUEZ, puis cadre dirigeant du groupe Engie.

Comme président-directeur général de Gaz de France de 2004 à 2008, il a réalisé, aux côtés de Gérard Mestrallet, la fusion des entreprises Gaz de France et Suez pour créer le groupe GDF-SUEZ.

Nommé chevalier de l'Ordre national de la Légion d'honneur[1] en 2006, il est officier du même ordre le [2].

Formation[modifier | modifier le code]

Né à Chambéry (Savoie) de parents hôteliers[3], Jean François Cirelli s’oriente vers la fonction publique. Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et licencié en droit, il intègre l'École nationale d'administration (promotion Léonard de Vinci 1983-1985)[4].

1985-2004 : haut fonctionnaire de l’économie et des finances[modifier | modifier le code]

De 1985 à 1995, il commence sa carrière à la direction du Trésor au ministère de l'Économie et des Finances :

De 1995 à 2002, il est conseiller technique puis conseiller économique auprès du président de la République française Jacques Chirac.

En 2002, il est nommé directeur-adjoint au cabinet du Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, chargé des questions économiques, industrielles et sociales. Il participe à des réformes majeures, dont celle des retraites en 2003 (Loi Fillon), qui reste « son plus grand sujet de fierté »[6]. Il occupe ce poste jusqu’en 2004.

2004-2015 : de Gaz de France à Engie[modifier | modifier le code]

En septembre 2004, Jean-François Cirelli est nommé PDG de Gaz de France. Il prend la direction du groupe au moment où les marchés de l’énergie en Europe doivent s’ouvrir à la concurrence. L’ouverture à la concurrence de Gaz de France est un défi[7] à la fois politique, industriel et social. Jean-François Cirelli réalise : ouverture du capital, cotation en bourse[8], séparation des activités régulées et non régulées. Il réalise également le projet de fusion avec le groupe Suez, annoncé le par le Premier Ministre, Dominique de Villepin[9], devant aboutir à la construction d’un leader mondial de l’énergie. Depuis la fusion, l'action a été divisée par trois (alors que le reste du marché a augmenté). En revanche, le salaire de M. Cirelli avait augmenté car indexé sur le chiffre d'affaires et non les résultats opérationnels.

Le , après la fusion entre les deux entreprises, Jean-François Cirelli devient vice-président et directeur général délégué de GDF SUEZ. Il dirige en outre directement, depuis le , l’ensemble des activités Énergie de GDF SUEZ en Europe (approvisionnement en gaz, production électrique, gestion de l'énergie, trading, marketing et vente d'énergie aux clients), confortant ainsi sa place de numéro 2 du Groupe[10].

Il démissionne de son poste de vice-président de GDF SUEZ et du groupe GDF SUEZ le . Il réintègre le groupe Engie en tant que cadre dirigeant à partir du .

Mandats actuels et passés[modifier | modifier le code]

  • Cadre dirigeant du groupe Engie du à fin 2015.
  • Ancien vice-président et Directeur général délégué de GDF SUEZ du au
  • Ancien Président du Conseil d’Administration du groupe belge Electrabel
  • Administrateur de GDF SUEZ Énergie Services, SUEZ Environnement Company, SUEZ-TRACTEBEL (Belgique)
  • Membre du Conseil de surveillance de Vallourec[11]
  • Ancien vice-président de l’association Eurogas, qui défend le gaz naturel comme énergie durable[12]
  • Le , il est nommé Président du fonds BlackRock France[13].
  • membre du Comité action Publique 2022 en 2018 (CAP 2022)
  • Membre du Conseil de surveillance d’Atos Origin
  • Président de la Fondation d’entreprise Gaz de France
  • Administrateur de Neuf Cegetel
  • Membre du Conseil d'administration de la Fondation Hôpitaux de Paris - Hôpitaux de France[14].

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Controverses[modifier | modifier le code]

  • Il lui a été reproché d'avoir en tant que vice-président de GDF-Suez, en pleine crise de 2007 d'avoir fait augmenter sa propre rémunération de 180 % en un an (salaire passé de 460 000 euros à 1 297 000 euros entre 2007 et 2008 (« soit 270 années de RSA ») notera Martine Billard, après avoir "sous la pression" renoncé à ses stock-options. Le conseil d’administration du groupe avait justifié cette hausse par le contexte de fusion entre GDF et Suez qui nécessitait de «réaligner les rémunérations des membres de la direction générale provenant de Gaz de France par rapport à celles pratiquées par Suez» (sachant que le salaire 2007 de Jean-François Cirelli était beaucoup plus bas que celui de Gérard Mestrallet, ex-PDG de Suez, devenu PDG du nouveau groupe, lequel avait été payé 2,7 millions d’euros en 2007 puis 3,2 millions en 2008 (+18 %)[17].
  • Fin 2019 en pleine période de mouvements sociaux, de grèves et de conflits sur la Réforme des retraites en France en 2019, Jean-François Cirelli est présenté en tant que « président d’une société de gestion d’actifs » (BlackRock France) par le premier ministre au grade de chevalier de l'Ordre national de la Légion d'honneur[1], grade auquel il est nommé le [1]. Or, J.F Cirelli est à ce moment-là en situation de pantouflage et Blackrock, presque inconnu 10 ans plus tôt[18], gère maintenant l’équivalent d'environ 6 300 milliards d’euros de fonds et finance la plupart des fonds de pension dans le monde. Et cette nomination a été préparée et annoncée après que des « contacts réguliers entre le fonds BlackRock et l’exécutif français ont alimenté des soupçons de collusion. Jean-François Cirelli avait rencontré Emmanuel Macron le 10 juillet 2019, avec d’autres gestionnaires d’actifs, lors d’une réunion destinée à inciter les fonds d’investissement à financer la lutte contre le réchauffement climatique » après que sur Arte trois mois plus tôt un documentaire allemand intitulé Ces financiers qui dirigent le monde - BlackRock[19] avait montré que BlackRock, société discrète et peu transparente, a beaucoup profité de la crise de 2008, qu'il finance encore le développement des énergies fossiles et exerce d'importantes pressions dans le monde pour favoriser ses bénéfices ; Le journal L'Humanité avait le publié un document interne attribué à BlackRock, détaillant l'intérêt de développer l'épargne retraite par capitalisation en France, en s'appuyant notamment sur la loi Pacte (votée au printemps 2019), même si le système de retraite par répartition « restera au cœur de l'épargne retraite française ».
    Cette nomination intervient en outre peu après que Jean-Paul Delevoye ait été amené à démissionner pour de possibles conflits d'intérêts qu'il n'avait pas déclaré (dans ce cadre le député Olivier Marleix avait souhaité que BlackRock déclare ses « actions de lobbying » à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique ; et à l’Assemblée nationale, avant la démission de Jean-Paul Delevoye du gouvernement, il avait interpellé ce dernier ainsi : « Si votre réforme va à son terme, les affaires de BlackRock prendront donc un formidable essor en France »[20]. En Amérique du Nord, les associations de défenses de la paix reprochent aussi à BlackRock d'être le premier investisseur privé du domaine de la fabrication d'armes, via son ETF américaine de financement de l'aérospatiale et la défense[21]. En , un militant de l'ONG américaine CODEPINK a affronté L Fink (PDG de Black Rock) sur scène au sommet Yahoo Finance All Markets[22]. Certains élus, des opposants à la réforme des retraites et des commentateurs voient dans cette nomination un signe d'encouragement du gouvernement à BlackRock et/ou à la retraite par capitalisation[23] ; JF Cirelli a pour sa part regretté "une polémique infondée" [23].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Le Figaro, Raffarin décore Cirelli et rappelle la réforme réussie des retraites (26 avril 2006)
  2. « Sept questions sur la Légion d'honneur attribuée à Jean-François Cirelli, le patron de BlackRock France », sur Franceinfo, (consulté le 21 mai 2020)
  3. Jean-François Cirelli : du gaz et du goût, Enerzine.com, publié le 05/06/2012
  4. http://www.fournisseurs-electricite.com/portraits-et-biographies/jean-francois-cirelli
  5. http://www.whoswho.fr/biographie-jean-francois-cirelli_428071.html
  6. [Portrait de Jean-François Cirelli paru dans l’édition du Monde du 04.03.06]
  7. http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/social/20040120.OBS2778/journee-de-grevechez-edf-et-gdf.html
  8. http://lci.tf1.fr/economie/2005-07/gdf-entre-bourse-fanfare-4876916.html
  9. http://www.lepoint.fr/actualites-economie/2007-01-17/gaz-de-france-cirelli-le-gazier-de-chirac/916/0/20093
  10. http://www.lecho.be/actualite/entreprises_energie/Cirelli_prend_du_poids_chez_GDF_Suez.9087530-3025.art
  11. http://www.zonebourse.com/VALLOUREC-4723/actualite/VALLOUREC-cooptation-de-Jean-Francois-Cirelli-au-conseil-13181007/
  12. Présentation du bureau d'Eurogas
  13. Jean-François Cirelli est nommé président de BlackRock France | Agefi, 30 novembre 2015
  14. https://www.fondationhopitaux.fr/conseil-d-administration/ | consulté le 4 mai 2020
  15. Jean-François Cirelli : acteur de la transition énergétique, Le blog de la transition énergétique
  16. « Club des juristes : les membres », sur Club des juristes
  17. Jean-François Cirelli voit son salaire augmenter de 180 % , article de Nicolas Cori, publié le 9 avril 2009 par Libération ; voir aussi +180% d'augmentation pour Jean-François Cirelli, le vice-président de GDF Suez, par Nicolas Cori, publié le 8 AVRIL 2009
  18. BlackRock, qui sont ces financiers qui dirigent le monde ? |latribune.fr |publié le 29/09/2019
  19. Ces financiers qui dirigent le monde - BlackRock Documentaire complet de Tom Ockers (Allemagne, 2019, 90 min) ; ARTE, mis en ligne le 17 septembre 2019
  20. Ouest-France (2019) ; Article intitulé Retraites. Le patron du fonds BlackRock France élevé au grade d’officier de la Légion d’honneur pblié le 01/01/2020, modifié le 02/01/2020, consulté le 05 janvier 2019
  21. BlackRock, Inc., « iShares U.S. Aerospace & Defense ETF » [archive du ], sur BlackRock.com, (consulté le 3 novembre 2019)
  22. Carleton English, « Larry Fink blitzed by war protesters at conference » [archive du ], sur New York Post, (consulté le 3 novembre 2019)
  23. a et b Légion d'honneur : le patron de BlackRock France regrette "une polémique infondée"  ; LaTribune.fr et AFP | publié le 03/01/2020

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]