Jacques Droz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Droz et Jacques Droz.
Jacques Droz
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Enfant
Autres informations
Membre de

Jacques Droz, né à Paris le et mort à Paris le , est un historien français, spécialiste de l'histoire du monde germanique et des idées politiques (libéralisme, socialisme, antifascisme)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Agrégé en 1932[2], enseignant au lycée de Colmar, il passe une année en Allemagne (1935) dans le cadre de la préparation de la thèse universitaire, consacrée au Libéralisme rhénan 1815-1848, qu'il soutient en 1945. Après un bref passage à Dijon comme maître de conférences, il est professeur à la faculté des lettres de Clermont-Ferrand de 1947 à 1962 dont il sera le doyen, puis est nommé à la Sorbonne en 1962. Il prend brièvement la tête de la nouvelle Université de Vincennes en 1968. À ce poste il doit faire face à de nombreux obstacles. Il revient à la Sorbonne en 1972 où il termine sa carrière en 1978.

Parmi ses élèves, on compte Jacques Bariéty, Gérard Baal, Jean-Paul Bled, Catherine Brice, Gilles Candar, Bernard Chambaz, Diana Cooper Richet, Christian Delage, Louis Dupeux, Annie Fourcaut, Alain Krivine, Patrick Moreau, Lucien Mercier, Daniel Nordman, Denis Peschanski, Claude Pennetier, Jean-Louis Robert, Philippe Robrieux, Danielle Tartakowsky, Dominique Veillon.

Outre ses travaux personnels, il a dirigé plusieurs ouvrages ayant trait à l'histoire du socialisme et du mouvement ouvrier.

Il est le père de l'historien Bernard Droz.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Jacques Droz, Histoire de l'Allemagne, Paris, PUF, coll. « Que sais-je? » (no 186), , 14e éd. (1re éd. 1945), 128 p. (ISBN 978-2-13-053739-7, présentation en ligne, lire en ligne)
  • « Le libéralisme rhénan de 1815 à 1848 » (1940), éd. Sorlot
  • « Histoire de l'Autriche » (1946), éd. PUF, coll. Que sais-je ?
  • « Histoire des doctrines politiques en France » (1948), éd. PUF, coll. Que sais-je ?
  • « Le Socialisme démocratique 1864-1960 » (1968), éd. Armand Colin
  • L'Allemagne, vol. 1 : La formation de l'unité allemande 1789-1871, Paris, Hatier, coll. « Collection d'histoire contemporaine / Hatier université », , 224 p., 15,5×23,5 cm broché
  • « Les Causes de la Première Guerre mondiale : Essai d'historiographie » (1973), éd. du Seuil, coll. Points Seuil
  • Jacques Droz, Histoire de l'antifascisme en Europe, 1923-1939, Paris, La Découverte, coll. « (Re)découverte », (1re éd. 1985), 318 p. (ISBN 978-2707134455)
  • (Direction) « Histoire générale du socialisme » (4 vol. 1-Des origines à 1875 2-De 1875 à 1918 3-De 1918 à 1945 4-De 1945 à nos jours), éd. Presses universitaires de France (PUF), 1972-1978 (reéd coll. Quadrige)
  • « Histoire diplomatique de 1648 à 1919 », éd. Dalloz, 1972
  • (Direction) Allemagne, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier international, éditions ouvrières, Paris, 1990.

Homonymie[modifier | modifier le code]

Ne pas confondre avec Jacques Droz (architecte) ayant réalisé en 1924 l'Église Saint-Louis de Vincennes avec Joseph Marrast.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Droz, universalis.fr
  2. Antoine Prost, notice "Jacques Droz" in Christian Amalvi, Dictionnaire biographique des historiens français et francophones, Bibliothèque de l'Histoire, Paris, 2004.

Liens externes[modifier | modifier le code]