Ivar Axelsson Tott

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Axelsson.
Ivar Axelsson Tott
Ivar Axelsson.jpg
Biographie
Décès
Nom dans la langue maternelle
Ivar AxelssonVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Père
Axel Pedersen Tott (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Cathrine Krognos (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Philippus Axelsen Thott (d)
Åge Axelsen Thott (d)
Erik Axelsson Tott
Peder Axelsson (d)
Oluf Axelsen Thott (d)
Laurens Axelsson (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint

Ivar Axelsson Tott (né en 1420 mort le 1er octobre 1487) Administrateur du royaume ou Régent de Suède de 1466 à 1467 conjointement avec son frère Erik Axelsson Tott..

Biographie[modifier | modifier le code]

Ivar Axellson était le deuxième fils du magnat Axel Pedersson Tott et de sa seconde épouse Ingeborg Ivarsdotter. Sa famille était possessionnée au Danemark et en Suède. Ivar Axelsson avait reçu ne fief l’île de Gotland, le Blekinge et le canton de Gärd.

En 1466 il épouse Madeleine une des filles du roi Charles VIII de Suède qui avait été chassé de son trône l’année précédente.

À cette même époque la rupture entre son frère Erik Axelsson Tott et Jöns Bengtsson Oxenstierna et le conflit qui oppose ensuite son frère et le roi Christian Ier de Danemark lui permettent de devenir Administrateur du Royaume et de favoriser la restauration de Charles VIII de Suède dont il envisageait d’assurer la succession.

Toutefois à la mort du roi Charles VIII de Suède le 15 mai 1470 c’est Sten Sture le Vieil qui est élu Administrateur du Royaume.

Après la mort sans héritier de son frère Ivar Axelsson Tott en 1481, il partage ses biens avec son frère Lars Axelsson Tott avant de mourir lui-même le 1er octobre 1487.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ingvar Andersson (trad. Marcel Bouvier, préf. André Chamson), Histoire de la Suède… des origines à nos jours, Roanne, Horvath, , 397 p.