Philippe de Suède

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Philippe de Suède
Ingold the Younger of Sweden & Philip of Sweden (1110s) grave detail 2009.jpg
Pierre tombale du XVIe siècle du toi Inge le Jeune à Abbaye de Vreta, gravées d'informations erronées mais qui doit sans doute marquer l'endroit de l'inhumation des restes du roi Philippe près de l'autel de l'église.
Fonctions
Roi de Suède
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Famille
Père
Fratrie
Conjoint

Philippe Ier Halsteinsson roi de Suède 1105 à 1118.

Origine[modifier | modifier le code]

Philippe dont on peut remarquer le nom très chrétien et d'origine grecque est le fils aîné de Halsten Ier Stenkilsson et le neveu et successeur d'Inge Ier l'Ancien[1]

Règne[modifier | modifier le code]

Selon la Saga de Hervor et du roi Heidrekr « Les fils de Hallstein, Philippus et Ingi, prennent le royaume après l'Inge l'Ancien. Philippus est roi un temps très court ».

Philippe succède donc à son oncle conjointement avec son frère Inge II le Jeune (den yngre).Toujours selon la Saga il épouse Ingegerd (+ 1120) une fille du roi Harald Hardrade qui était la veuve du roi Oluf Ier de Danemark mort en 1095[2] Philippe meurt en 1118[3] Il aurait été empoisonné à l'instigation de sa belle-sœur Ulvhild Håkansdotter. Philippe est probablement inhumé avec son frère Inge le Jeune à l'abbaye de Vreta (Vreta kloster och kyrka) à Linköping en Östergötland[4]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (sv) « konung Filip », Svenskt biografiskt lexikon (consulté le 7 mars 2019)
  2. (de) Vittorio Klostermann, Europäische Stammtafeln, Francfort-sur-le-Main,, Gmbh, (ISBN 3465032926), Die Könige von Schweden II 1060-1250 aus dem Stenkil'schen dem Erik'schem und dem Sverker'schem Geschlechte , Volume III, Tafel 115.
  3. Annales Islandici: AD 1118 p. 55 .
  4. (sv) « Vreta kloster och kyrka », Bengans historiasidor (consulté en 8 mars, 2019).

Source[modifier | modifier le code]

  • Régis Boyer, La saga de Hervor et du roi Heidrekr, Berg International, Paris, 1988, chapitre XVI « Du Roi Ingi Steinkelsson »