Sten Sture le Jeune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire image illustrant une personnalité
image illustrant suédois image illustrant la monarchie
Cet article est une ébauche concernant l’histoire, une personnalité suédoise et la monarchie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Sten Sture le Jeune
Image illustrative de l'article Sten Sture le Jeune
Fonctions
Régent de Suède

(7 ans 6 mois et 11 jours)
Prédécesseur Erik Trolle
Successeur Christian II de Danemark
Biographie
Nom de naissance Sten Sture den yngre
Date de naissance
Date de décès
Lieu de décès Lac Mälar (Suède-Finlande)
Nationalité Drapeau de Suède Suédois
Père Svante Nilsson
Mère Iliana Gisladotter Gädda
Conjoint Christine Gyllenstierna
Enfants Nils Stensson Sture
Iliana
Madeleine
Svante Stensson Sture
Anne
Gustave
Religion Catholique

Sten Sture le Jeune
Régents de Suède

Sten Sture le Jeune (en suédois : Sten Sture den yngre) né en 1492, mort le 3 février 1520 est administrateur du royaume ou régent de Suède (Riksföreståndare en suédois) de 1512 à 1520, à l’époque de l'Union de Kalmar.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sten Sture est le fils du régent Svante Nilsson Sture et de Iliana Gisladotter Gädda, héritière d’Ulvåsa.

À la mort de son père, c'est le chef du parti pro-danois au Conseil du royaume Erik Trolle, partisan de l'Union, qui est élu administrateur du royaume. Sten Sture, âgé de seulement 19 ans, s'appuie alors sur les troupes fidèles à son père, promet de continuer les négociations avec le gouvernement danois et se fait reconnaître régent à la place de Erik Trolle, qui se retire.

En réalité, Sten Sture envisagea de maintenir l’indépendance suédoise pour y établir son pouvoir personnel. Il relève à cette époque le nom de « Sture », qui est celui de son arrière-grand-mère paternelle Karin Sture, issue d'une famille homonyme de celle du régent Sten Sture l'Ancien.

La disparition du roi Jean II de Suède, en 1513, et l'avènement de son fils Christian II rend le conflit inévitable avec le Danemark. Sur le plan intérieur, l’élection en 1514 au siège d'Upsal de Gustave Trolle, le fils d'Erik, renforce l'opposition au jeune régent. Le nouvel archevêque tente d'imposer l'autonomie de l'Église face au pouvoir politique. Sten Sture expose en 1515 à l'assemblée d’Arboga le différend qui l’oppose au prélat. Ayant obtenu l'appui qu’il souhaitait, il entame un conflit armé contre l'archevêque, qui est déposé et doit s'enfuir au Danemark tandis que l'archevêque de Lund excommunie ses adversaires.

Christian II estime alors la situation propice à une reprise en main de la Suède, mais il est repoussé à Brännkyrka en 1517 et à Vädla en 1518. En 1520, il franchit la frontière entre le Halland et la Västergötland à la tête d'une armée de mercenaires allemands, français et écossais. Il se heurte à l'armée des chevaliers et des paysans suédois qui est battue le 19 janvier 1520 à Bogesund. Sten Sture est mortellement blessé au cours d'une rencontre et il meurt deux jours plus tard, le 3 février, sur le lac Mälar pris par les glaces, dans le traîneau qui le ramène à Stockholm.

Sa veuve Christine Gyllenstierna, devenue régente de facto, tente en vain de défendre Stockholm contre les Danois, mais elle doit accepter la reddition en mars 1520. Malgré les promesses d'amnistie du roi Christian II, les partisans de Sten Sture sont condamnés pour hérésie et exécutés lors du Bain de sang de Stockholm. L'horreur provoquée par ce massacre entraîne dès 1521 l’insurrection de Gustave Vasa.

Union et descendance[modifier | modifier le code]

Sten Sture avait épousé Christine Gyllenstierna, arrière-petite-fille du roi Charles VIII de Suède, dont :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ragnar Svanström et Carl Fredrik Palmstierna (trad. Lucien Maury), Histoire de la Suède, Paris, Stock, , 384 p. (OCLC 5973713)
  • Ingvar Andersson (trad. Marcel Bouvier, préf. André Chamson), Histoire de la Suède… des origines à nos jours, Roanne, Horvath, , 397 p.