Naphte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.

Le naphte désigne les affleurements de pétrole que l'on trouve fréquemment au Moyen-Orient et en Asie centrale. Ces affleurements proviennent d'un gisement souterrain dont une partie migre vers la surface par le biais d'une faille ou d'un sous-sol poreux. Il se présente sous la forme d'un liquide souvent visqueux, de couleur noire, inflammable.

Il ne faut pas le confondre avec le naphta, mot récent qui désigne une coupe pétrolière issue de la distillation du pétrole.

Origine du mot[modifier | modifier le code]

Le mot français « naphte » est la francisation du mot grec ou latin naphta, emprunté à l'iranien ancien[1], désignant une huile minérale plus ou moins raffinée, utilisée en Mésopotamie comme combustible. On retrouve la même racine dans l'arabe « nafṭ » (نَفْط), qui lui aussi signifie pétrole ou bitume. Le naphte a été distillé par les Arabes et d'autres peuples de longue date. Au IXe siècle, le savant persan Al-Razi décrit la distillation et l'alambic.

Cette racine est toujours employée aujourd'hui dans de nombreuses langues : en ukrainien нафта, en russe нефть[2]etc. Naft Khaneh (« Maison du pétrole » en Persan) est l'endroit où l'on découvrit l'un des tout premiers gisements de pétrole du Moyen Orient, en 1909[3], à la frontière actuelle Iran-Irak. On trouve au Moyen-Orient et en Asie centrale de nombreux noms de villes constitués à partir de cette racine : Maidan-i-Naphtun, premier site d'exploration de l’Anglo-Persian Oil Company[4], Neft-Chala, au sud de Bakouetc.

Le « naphte » dans l'Antiquité[modifier | modifier le code]

Pline l'Ancien écrivait sur la nature du naphte : « On appelle ainsi une substance qui coule comme du bitume liquide, dans les environs de Babylone et dans l'Astacène, province de la Parthie. Le feu a une grande affinité pour elle, et il s'y jette dès qu'il est à portée. C'est ainsi qu'on rapporte que Médée brûla sa rivale : celle-ci, au moment où elle s'approchait de l'autel pour y faire un sacrifice, eut sa couronne aussitôt envahie par le feu. »[5].

Il est possible que l'huile de naphte ait été l'un des composants du fameux feu grégeois utilisé dans l'Empire byzantin jusqu'au XIVe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « naphte » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales.
  2. (en) « Neftegaz » (consulté le 3 octobre 2009).
  3. (en) Rasoul Sorkhabi, « Oil from Babylon to Iraq » (consulté le 26 novembre 2009).
  4. (en) F William Engdahl, Oil and World War I (lire en ligne).
  5. Pline l'Ancien, Histoire naturelle, livre II, 108-109 en ligne, Itinera Electronica.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]