Horsarrieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Horsarrieu
Horsarrieu
Pèlerins devant l'église d'Horsarrieu.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Mont-de-Marsan
Canton Chalosse Tursan
Intercommunalité Communauté de communes Chalosse Tursan
Maire
Mandat
Denis Dumartin
2014-2020
Code postal 40700
Code commune 40128
Démographie
Population
municipale
688 hab. (2016 en augmentation de 7,33 % par rapport à 2011)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 41′ 04″ nord, 0° 35′ 45″ ouest
Altitude Min. 50 m
Max. 133 m
Superficie 11,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte administrative des Landes
City locator 14.svg
Horsarrieu

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Horsarrieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Horsarrieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Horsarrieu

Horsarrieu (en gascon Horcs Arriu) est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département des Landes (région Nouvelle-Aquitaine).

Le village se trouve sur la voie de Vézelay du chemin de Compostelle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Horsarrieu est situé en Chalosse en bordure de la route départementale 933, à mi-chemin de Mont-de-Marsan et Orthez, à 3 kilomètres du chef-lieu Hagetmau.

Horsarrieu a une superficie de 1090 hectares.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Horsarrieu[1]
Audignon Dumes
Doazit Horsarrieu Sainte-Colombe
Hagetmau

Toponymie[modifier | modifier le code]

Plusieurs étymologies ont été proposées pour le nom de Horsarrieu (en gascon Horsarriu, prononcé : husaˈriw).

  • "hors arriou" (ou fors-arrious) signifie "au-dessus ou en dehors des ruisseaux" correspond bien à la situation du village bâti sur un promontoire entouré de plusieurs petits ruisseaux ;
  • "fortarrious" signifie "endroit riche en ruisseaux"[réf. nécessaire] et en réalité, les sources et petits ruisseaux sont très nombreux à Horsarrieu puisqu'on en dénombre une bonne vingtaine ;
  • "horcs arriu" signifie "confluence de deux cours d'eau"[2].


Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire d'Horsarrieu se perd dans la nuit des temps et on n'en connaît pas exactement le commencement. La commune a connu au cours des siècles les diverses invasions, guerres et tourments de l'Histoire. Au Moyen Âge, dans les Landes de Gascogne et en Chalosse, la nécessité pour les habitants des campagnes de se défendre dans un pays devenu le théâtre de guerres continuelles motiva l'édification de constructions militaires sur les fleuves et au sommet des collines. Les bastides de forme linéaires, carrées, ou rectangulaires, qui furent édifiées dans ces contrées par les officiers des rois d'Angleterre présentent les mêmes caractéristiques que celles construites par l'autorité française. Elles furent construites à partir de rien sur un plan préconçu généralement uniforme et dans la période d'une centaine d'années (1250-1350). attention il y a une tete d'aigle en or caché dans le passage souterrain.

Horsarrieu fut construit comme beaucoup d'autres bastides sur un promontoire (tuc en gascon), en ligne droite, avec une seule rue, avec une enceinte munie pour tout rempart d'une palissade pour protéger les jardins qui se trouvaient derrière les maisons qui longeaient la rue. A un bout de la rue principale du village la maison "Péhosse" (le pied du fossé) et la mare qui existait encore il y a quelques années rappelle probablement le pont-levis qui se trouvait là tandis qu'à l'autre bout la maison "Pourtaou" semble indiquer le portail qui gardait l'entrée au sommet de la côte. Pendant l'occupation anglaise, une quarantaine de bastides ont été construites dans les Landes avec l'agrément du roi d'Angleterre, par exemple Pimbo, Cazères, Geaune, Grenade et Bonnegarde. Nous pouvons penser que c'est à cette époque, et avec l'agrément du roi d'Angleterre, que furent construits le château et le bourg d'Horsarrieu.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1971 mars 2001 Jean Lailheugue    
mars 2001 mars 2014 Bernard Labat PS Retraité
mars 2014 en cours Denis Dumartin DVG Responsable maintenance et travaux neufs
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2016, la commune comptait 688 habitants[Note 1], en augmentation de 7,33 % par rapport à 2011 (Landes : +4,4 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
606554603562607650627665660
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
593581579561583579584562527
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
551601561518512495499485413
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
424447478567634636629628627
2013 2016 - - - - - - -
661688-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et vie locale[modifier | modifier le code]

La population, traditionnellement agricole, a connu l'exode rural et le départ de ses jeunes diplômés vers des emplois qualifiés en ville. Le village s'est transformé grâce à l'implantation d'entreprises artisanales, et un programme d'embellissement, incluant l'aménagement des arènes couvertes et hall des sports.

Pèlerinage de Compostelle[modifier | modifier le code]

Le bourg, étape sur la voie limousine du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, comportait à l'origine sur la route d'Hagetmau une commanderie (couvent renfermant un hôpital pour les pèlerins et les pauvres) et un hôpital. C'était un gîte d'étape des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle. C'était au bord du "Chemin de l'Espitaou", à l'entrée de ce que furent jadis la commanderie et l'hôpital que se trouvait le fameux calvaire monolithe d'Horsarrieu. Cette énigmatique croix de quatre-vingt-cinq centimètres de haut figurant un Christ primitif est considéré comme le plus ancien calvaire des Landes. Il fut déplacé d'une centaine de mètres vers Horsarrieu lors du remembrement de 1973.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin d'Horsarrieu de style gothique flamboyant XVe et XVIe siècle, inscrite à l'inventaire des Monuments Historiques : portail ; crucifixion début XIXe siècle ; cul-de-lampe représentant un Landais coiffé d'un béret.
  • Calvaire archaïque monolithe (le plus ancien des Landes) : Christ primitif.
  • Fontaine de dévotion Saint-Blaise : pierre inscrite (démolie en 2003 pour raisons de sécurité)
  • Bourg-rue.
  • Manoir de Barat : pigeonnier.
  • Manoir de La Riou.
  • Fermes anciennes de Pourtaou et Péhausse, anciennes caveries.
  • Arènes couvertes.
  • Le château féodal se trouvait jadis sur la place qui précède le Hall des sports. La maison de Lannemas appelée parfois aussi maison Dulau fut construite vers 1850 à partir des matériaux provenant de ce château tombant en ruines. On avait fait reconstruire dans une pièce de cette maison la cheminée monumentale de la salle des gardes du château. La famille Vernay, dont le parc situé derrière le Hall des sports et la place de la Mairie portent aujourd'hui le nom, acheta cette propriété en 1900. Madame Vernay était la cousine germaine de la célèbre actrice Sarah Bernhardt qui vint à Horsarrieu en 1917 à l'occasion des obsèques de son cousin dont le nom est inscrit aujourd'hui au Monument aux Morts de Horsarrieu. La cheminée beaucoup trop grande pour la pièce qu'elle occupait fut démolie et vendue. La maison fut acquise par la commune en 1942 et n'est autre que la mairie actuelle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Bénédicte Boyrie-Fénié, Institut occitan, Dictionnaire toponymique des communes des Landes et bas-Adour, Pau, Éditions Cairn, , 288 p. (ISBN 2-35068-011-8, présentation en ligne).
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Un village de Chalosse : Horsarrieu de l'abbé Maurice Justes, ancien curé de la paroisse.