Château d'Hérisson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château d'Hérisson
Image illustrative de l’article Château d'Hérisson
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction XIe siècle
Fin construction XIVe siècle
Propriétaire initial Sires, puis ducs de Bourbon
Destination initiale Résidence seigneuriale
Propriétaire actuel Commune d'Hérisson
Destination actuelle En ruine
Protection Logo monument historique Classé MH (1986)[1]
Site web http://www.chateau-herisson.fr/
Coordonnées 46° 30′ 33″ nord, 2° 42′ 47″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Commune Hérisson
Géolocalisation sur la carte : Allier
(Voir situation sur carte : Allier)
Château d'Hérisson
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château d'Hérisson

Le château d'Hérisson est un château fort du XIe siècle, remanié à plusieurs reprises, qui se dresse sur la commune d'Hérisson dans le département de l'Allier et la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les ruines du château font l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par arrêté du [1].

Situation[modifier | modifier le code]

Les vestiges du château d'Hérisson sont situés dans le département français de l'Allier sur la commune d'Hérisson. Il ne subsiste au début du XXIe siècle que des ruines de ce château fort. Une association[3], « Sauvegarde du château féodal d'Hérisson », travaille à sa restauration, sous le contrôle de l'architecte en chef des monuments historiques.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site fut sans doute fortifié dès l'invasion wisigothique[4]. Un premier château est construit en 989[réf. nécessaire] et terminé au XIe siècle. Au XIe siècle, Hérisson appartient aux sires de Bourbon, mais le fief est sous la suzeraineté des comtes de Champagne. Le château primitif comportait un donjon carré et un second plus petit. Le château fort a probablement été commencé par un sire de Bourbon, en un lieu qui surveillait un gué sur la rivière et un carrefour de voies anciennes. Au XIIIe siècle il devient le siège d'une châtellenie. Il est agrandi et renforcé au XIVe siècle par le duc Louis II de Bourbon. Le château actuel remplace le premier, avec augmentation des défenses par la création de fortifications.

Pendant la Fronde, il est pris par les partisans du prince de Condé, venus du château de Montrond, puis repris par le comte de Saint-Géran[5], gouverneur du Bourbonnais, fidèle au roi. Sur l'ordre de Mazarin, le château est ensuite démantelé et il a probablement servi de carrière de pierres aux habitants de la ville.

Le château, qui appartenait à la famille de Condé, passa en 1830 au duc d'Aumale, héritier du dernier prince de Condé. Il fut ensuite vendu à Pierre Simon de Dreux-Brézé, évêque de Moulins, et en à Maurice d'Irisson[6]. Il fut acheté par la suite par Louis Bignon, restaurateur parisien natif d'Hérisson.

Au milieu du XXe siècle, le château appartenait au Touring club de France, qui y organisait des fouilles et des chantiers de restauration. Après la liquidation de l'association, en 1983, le château a été acquis par la ville d'Hérisson.

En 2006 la ville en a délégué la restauration et l'entretien à une association ("Sauvegarde du Château féodal de Hérisson", ou S.C.H[7].) par l'intermédiaire d'un bail emphytéotique de 10 ans. Une médaille du château figure sur la coquille de l'épée d'académicien de l'économiste Gaston Leduc, né à Hérisson et élu membre de l'Institut en 1967.

Description[modifier | modifier le code]

« Le chastel d'Hérisson est place très forte et de fort belle marque, situé sur un haut rocher près le fleuve d'Œil[8] dans une vallée environnée de montaignes et rochers, concistant ledict chastel en huict belles tours et une neufiesme qui est la plus grande servant de donjon et au-dessus d'une platte forme dans laquelle il a quatre grandes chambres accompaignées de gardes robbes, caves et d'une chapelle, du tiltre de Sainct Ligier, et au dessoubs en la court du donjon un corps de logis à quatre grandes chambres et la maison du geoilier ; au dessoubs du donjon est la basse court, à l'entrée de laquelle y a un revellin[9] et un pont levis et au dedans entre deux portes une grande voulte percée en hault en trois endroicts pour getter pierres et défendre l'entrée et sur icelle y a ung petit jardin et un puis, tout dans la forteresse du donjon lequel est partout environné de machecollis et faulces brayes et basty et édifié de grosses pierres de taille très dure faictes en pointe de diamant ; en la basse court qui est toute ruinée et les murailles qui la séparoient d'avec la ville tumbées, y a une chapelle de Sainct Blaise... »

— Nicolas de Nicolay, Description générale du Bourbonnais en 1569[10].

Les vestiges actuels comprennent le donjon, les restes de plusieurs tours, une petite partie de la courtine et des éléments du logis seigneurial.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Ruines du château », notice no PA00093114, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Coordonnées trouvées sur Géoportail.
  3. Site de l'association.
  4. L'affirmation se trouve dans la notice de la base Mérimée, mais n'est pas appuyée sur des éléments concrets.
  5. Fils du maréchal de Saint-Géran.
  6. Il se faisait appeler le comte Maurice d'Irisson d'Hérisson. Il est connu pour avoir publié en 1875 la Description générale du Bourbonnais de Nicolas de Nicolay.
  7. Déclaration de S.C.H., site des annonces du journal officiel des associations.
  8. Nicolay ne fait pas d'erreur : jusqu'au XVIIIe siècle, on considérait que c'était l'Aumance qui se jetait dans l'Œil ; c'est semble-t-il à la suite d'une erreur des Cassini que la situation a été inversée. C'est donc l'Œil qui arrosait Hérisson au XVIe siècle et la toponymie en garde la trace, par exemple dans le nom de la rue de Gateuil, le long de la rivière, qui rappelle le gué de l'Œil.
  9. Revellin (ou ravelin) : élément de fortification placé à l'avant de la porte et destiné à la protéger.
  10. Éd. Maurice d'Irisson, p. 116.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

René Germain (dir.), Dominique Laurent, Maurice Piboule, Annie Regond et Michel Thévenet, Châteaux, fiefs, mottes, maisons fortes et manoirs en Bourbonnais, Éd. de Borée, , 684 p. (ISBN 2-84494-199-0), p. 337-338.

Sur les autres projets Wikimedia :