Hépatite D

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hépatite D
Classification et ressources externes
CIM-10 B17.0, B18.0
CIM-9 070.31
MeSH D003699
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

L’Hépatite D est une maladie provoquée par un petit virus à ARN circulaire (virus de l'hépatite delta ou virus de l'hépatite D, HDV). Le HDV est considéré comme un sous virus satellite, car il ne peut se propager qu’en présence d'un autre virus, le virus de l'hépatite B (HBV). La transmission du HDV peut se produire soit par le biais d’une infection simultanée par le HBV (co-infection) soit par infection d'une personne déjà porteuse du virus de l'hépatite B (surinfection). Qu’il s’agisse d’une co-infection ou d’une surinfection le HDV est responsable de complications plus graves qu’en cas d'infection par le VHB seul. Parmi ces complications on cite une probabilité plus élevée de développer une insuffisance hépatique dans les infections aiguës et un risque accru de développer un cancer du foie dans les infections chroniques. En combinaison avec le virus de l'hépatite B, l'hépatite D est responsable du plus haut taux de mortalité de toutes les hépatites virales soit 20 %.

Structure du génome et similitudes avec les viroïdes[modifier | modifier le code]

Le génome du HDV se présente sous la forme d’un simple brin d’ARN circulaire et fermé, enroulé dans le sens négatif. En raison d'une séquence de nucléotides qui est à 70 % auto-complémentaire, le génome du HDV forme une structure d’ARN partiellement à double brin qui est décrit comme une structure en bâtonnet. Avec un génome d'environ 1 700 nucléotides, le HDV est le plus petit « virus » connu capable d’infecter des animaux. Toutefois, il a été suggéré que le HDV pouvait trouver son origine dans une classe de virus infectant les plantes et appelés viroïdes. Les preuves avancées à l'appui de cette hypothèse découlent du fait que le HDV et les viroïdes ont une structure de simple brin d’ARN circulaire et fermé en forme de bâtonnet. De même, le HDV et les viroïdes contiennent des séquences d'ARN capables d’exercer l’activité catalytique des structures qu’on appelle les ribozymes. Au cours de la réplication virale, ces ARN catalytique sont nécessaires pour produire des copies unitaires de fragments d’ARN du génome avant de les assembler. Enfin, ni le HDV ni le viroïdes ne sont capables d’encoder leurs propres polymérases. À défaut, pour leur réplication les viroïdes et le HDV ont besoin d'un hôte dont ils peuvent utiliser la polymérase d'ARN comme matrice. Sur la base de preuves indirectes, l'ARN polymérase II a été impliquée dans la réplication du HDV. Normalement, l'ARN polymérase II utilise l'ADN comme substrat et produit des ARNm. Par conséquent, si le HDV utilise effectivement l'ARN polymérase II au cours de sa réplication, il serait le seul agent pathogène connu capable de convertir une polymérase ADN dépendant en polymérase ARN dépendant.

Antigènes Delta[modifier | modifier le code]

Une différence significative entre les viroïdes et le HDV est le fait que, alors que les viroïdes ne produisent pas de protéines, le HDV produit deux protéines appelées le petit et le grand antigène delta (HDAg-S et HDAg-L, respectivement). Ces deux protéines sont produites à partir de l’ouverture et de la lecture d'une seule matrice. Ils sont identiques pour 195 acides aminés et ne diffèrent que par la présence de 19 acides aminés supplémentaires, à l’extrémité C du HDAg-L. Bien qu'elles aient 90 % de leurs séquences identiques, ces deux protéines jouent des rôles différents au cours d'une infection. Le HDAg-S est produit dans les premiers stades de l’infection et il est indispensable à la réplication virale. HDAg-L, en revanche, est produit pendant les dernières étapes de l’infection, il agit comme un inhibiteur de la réplication virale, et il est indispensable pour l'assemblage des particules virales.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]