Lyssavirus de chauve-souris australienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Lyssavirus de chauve-souris australienne
Description de cette image, également commentée ci-après
ABL en microscopie électronique à transmission. Un virus en fausses couleurs. D'autres virus sont visibles, en train de se séparer d'une cellule (à gauche).
Classification
Type Virus
Règne Riboviria
Embranchement Negarnaviricota
Sous-embr. Haploviricotina
Classe Monjiviricetes
Ordre Mononegavirales
Famille Rhabdoviridae
Genre Lyssavirus

Espèce

Lyssavirus de chauve-souris australienne
1996

Le virus Lyssavirus de la chauve-souris australienne (en anglais : Australian bat lyssavirus, ou ABL) a été isolé pour la première fois en juillet 1996 chez un jeune Renard volant noir (Pteropus alecto) collecté à Ballina, en Nouvelles Galles du Sud[1]. Il est parfois transmissible à l'être humain, chez qui il provoque paralysie, délire, convulsions et mort (due à une paralysie respiratoire).

Le virus et l'homme[modifier | modifier le code]

Le Renard volant noir (Pteropus alecto) est un des vecteurs du virus.

Ce virus ABL a été confirmé dans cinq espèces de chauves souris australiennes, dont quatre espèces de renards volants (sous-ordre Megachiroptera, genre Pteropus) et une espèce de chauve-souris insectivore (sous-ordre Microchiroptera, Saccolaimus flaviventris (en)).

Trois cas d'êtres humains infectés par l'ABL ont été signalés. Le premier cas concernait une éleveuse âgée de 39 ans à Rockhampton (Queensland), en novembre 1996, probablement infectée après avoir été griffée et mordue par une chauve-souris à queue à étui et à ventre jaune (S. flaviventris). Le second cas était une femme de 27 ans à Mackay, également au Queensland, en décembre 1998, plus de deux ans après une morsure de renard volant.

Les deux patients sont décédés.

En décembre 2012, un garçon de huit ans a été mordu ou griffé par une chauve-souris dans le nord du Queensland. Il est tombé malade 3 semaines plus tard et est mort le 22 février 2013[2],[3].

Deux chevaux infectés sont aussi morts en mai 2013.

Description[modifier | modifier le code]

L'ABL est de la famille des Rhabdoviridae. Malgré des similitudes sérotypiques, antigéniques et de séquences moléculaires avec les virus classiques de la rage, l'ABL représente un nouveau groupe distinct de génotype 7 du genre Lyssavirus.

Les signes cliniques de l'infection des deux femmes dans les années 1990 étaient identiques à ceux d'une rage classique avec en plus, une encéphalite non-suppurative qui les conduisit à la mort. Les chauves souris infectées sont souvent signalées par une parésie des membres inférieurs. La plupart sont dépressives, mais quelques-unes montrent des signes anormaux d'agressivité envers leurs congénères et les humains.

Fréquemment, une encéphalite méningée non-spécifique et non-suppurative se voit dans les cerveaux d'animaux infectés. Des essais de vaccins sur des souris ont amené le CDC d'Atlanta à diffuser un human diploid cell vaccine (HDCV) pour la prophylaxie des êtres humains.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Speare 1997, p. 117
  2. (en) « Child dies of bat virus in Brisbane hospital », Adelaidenow (consulté le 22 février 2013)
  3. (en) R. Shears, « Eight-year-old boy dies from bat scratch after contracting horrific rabies-like virus », Daily Mail,‎ (lire en ligne)
  • (en) Samaratunga, H., Searle, J. W. et Hudson, N., « Non-rabies Lyssavirus Human Encephalitis from Fruit Bats: Australian Bat Lyssavirus (Pteropid Lyssavirus) Infection », Neuropathology and Applied Neurobiology, vol. 24, no 4,‎ , p. 331–335 (PMID 9775399, DOI 10.1046/j.1365-2990.1998.00129.x)
  • (en) Fraser, G. C., Hooper, P. T., Lunt, R. A., Gould, A. R., Gleeson, L. J., Hyatt, A. D., Russell, G. M. et Kattenbelt, J. A., « Encephalitis Caused by a Lyssavirus in Fruit Bats in Australia », Emerging Infectious Diseases, vol. 2, no 4,‎ , p. 327–331 (PMID 8969249, PMCID 2639915, DOI 10.3201/eid0204.960408)
  • (en) Speare, R., Skerratt, L., Foster, R., Berger, L., Hooper, P., Lunt, R., Blair, D., Hansman, D., Goulet, M. et Cooper, S., « Australian Bat Lyssavirus Infection in three Fruit Bats from north Queensland », Communicable Disease Intelligence, vol. 21, no 9,‎ , p. 117–120 (PMID 9145563, lire en ligne)
  • (en) Banyard, Research Advances in Rabies, vol. 79, Elsevier, coll. « Advances in Virus Research », , 239–289 p. [[[Modèle:Harvid|détail de l’édition]]] (ISBN 978-0-12-387040-7), « Chapter 12: Bats and Lyssaviruses »
  • (en) Annand, E.J. et Reid, P.A., « Clinical review of two fatal equine cases of infection with the insectivorous bat strain of Australian bat lyssavirus », Australian Veterinary Journal, vol. 92, no 9,‎ , p. 324–332 (PMID 25156050, DOI 10.1111/avj.12227)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]