Virus Marburg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Virus de Marburg)

Marburg marburgvirus

Virus de Marburg
Description de cette image, également commentée ci-après
Particules virales Marburg vue par microscopie électronique en transmission (TEM), montrant leur configuration typique en crochet.
Classification selon l’ICTV
Royaume Riboviria
Règne Orthornavirae
Embranchement Negarnaviricota
Sous-embr. Haploviricotina
Classe Monjiviricetes
Ordre Mononegavirales
Famille Filoviridae
Genre Marburgvirus

Espèce

Marburg marburgvirus
ICTV 2011[1],[2]

Classification phylogénétique

Position :

Marburg marburgvirus, le virus de Marburg ou virus Marburg, est une espèce de virus nommée d'après Marbourg, la ville allemande où il est apparu en Europe. Il est classé dans le Groupe V de la classification BaltimoreVirus à ARN simple brin à polarité négative. Il appartient à la famille des Filoviridae. Cette famille de virus est responsable d'infections virales parmi les plus pathogènes chez l'humain. Bien qu'assez proche du virus Ebola, il est réputé moins létal que ce dernier. Il représente néanmoins un danger biologique suffisamment élevé pour ne pouvoir être manipulé que dans un laboratoire P4 ou BSL-4 (laboratoire de biosécurité de niveau 4)[3],[4]. Les premiers cas connus sont apparus chez des chercheurs en Allemagne, avant le développement de deux épidémies importantes en 2000, en République démocratique du Congo et en 2005, en Angola.[réf. nécessaire]

Découverte du virus[modifier | modifier le code]

Cette maladie infectieuse est décrite en 1967 pour la première fois en Allemagne et en Yougoslavie chez des chercheurs de laboratoires tombés malades alors qu'ils produisaient des vaccins à partir des cellules rénales prélevées sur des singes verts (Chlorocebus aethiops). Parmi ces singes africains importés d'Ouganda, deux ou trois étaient porteurs du virus de Marburg, probablement en période d'incubation. Peu après l'arrivée des singes, la contagion s'étend et plusieurs primates meurent d'une grave hémorragie[5],[6].

Des cas semblables sont rapportés simultanément à Francfort, en Yougoslavie et dans d'autres laboratoires qui avaient également reçu des singes provenant d'Ouganda. Trente-et-un laborantins du laboratoire Behring de Marbourg sont atteints par le virus et sept en sont mort.[5]

Mosaïque de six photos montrant différentes chauve-souris

Dans les années 1980, deux Européens contractent la maladie hémorragique de Marburg après la visite d'une grotte sur un versant du Mont Elgon au Kenya, colonisée par des chauves-souris frugivores et insectivores. Le français Charles Monet visite la grotte de Kitum en 1980 ; peu après il souffre de nausées et vomissements. Il est hospitalisé à Nairobi, où il meurt rapidement. Il contamine le Dr. Shem Musoke, jeune médecin des urgences qui le réceptionne, mais ce dernier en réchappe. Après une visite de la même grotte en 1987, Peter Cardinal, un enfant danois de dix ans, meurt et devient la seconde victime du virus. Deux souches de virus sont cataloguées à partir de ces infections : la souche Shem Musoke et la souche Ravn, du nom de famille du jeune patient Danois.[réf. nécessaire]

Gene Johnson, chasseur civil de virus qui travaille pour l'armée américaine (USAMRIID - United States Army Medical Research Institute of Infectious Diseases (en)) organise une expédition dans la grotte de Kitum, six mois après le décès du jeune Danois, avec des combinaisons biologiques autonomes pour évoluer en zones chaudes. La mission américano-kényane réunit 35 membres et emploie également des animaux sentinelles, cochons d'Inde et singes, disposés dans la grotte pour révéler la présence éventuelle du virus ; certaines cages sont disposées directement sous la colonie de chauve-souris. L'expédition est un échec : aucun des échantillons de sang ou de tissus biologiques prélevés ne témoigne de la présence du virus ; les prélèvements ne réagissent pas non plus au test d'anticorps du virus de Marburg ; les animaux sentinelles, stationnés dans la caverne, restent en bonne santé. On a recherché un éventuel réservoir jusqu'en 2007, où la preuve a été faite qu'une chauve-souris était naturellement porteuse du virus.[7]

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

En 1998, une épidémie de plus grande ampleur affecte 149 personnes près de Durba, une ville située dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC). Plus de 80 % des personnes en mourront. Avant l'an 2000, les cas étaient rares, presque tous répertoriés dans des pays d’Afrique de l’Est ou du Sud (Afrique du Sud, Kenya, Zimbabwe). En 2005, des foyers au nord de l’Angola ont touché plus de 252 personnes, dont 227 sont mortes (taux de létalité : plus ou moins 90 %, comparable aux épidémies de maladie à virus Ebola les plus létales).[réf. nécessaire]

Depuis , plus de 400 cas ont été observés en Angola par l'Organisation mondiale de la santé. Alors que les premières victimes étaient des enfants, au printemps 2005 des adultes ont été touchés. Le , le gouvernement de l'Ouganda annonce un cas de maladie à virus de Marburg.[réf. nécessaire] Le , l’Ouganda a signalé à l’Organisation mondiale de la santé les débuts d’une épidémie de maladie à virus de Marburg, dans l’est du pays. Trois personnes seraient mortes.[réf. nécessaire] La létalité est globalement évaluée dans une fourchette de 23 à 90 %[8]. En , deux cas ont été relevés au Ghana[9].

Agent pathogène[modifier | modifier le code]

Filoviridae

Le virus de Marburg (MARV) est l'agent causal de la maladie du virus de Marburg (MVD) chez l'humain, avec un taux de létalité variant de 23 à 90%, selon l'épidémie[10]. MARV est membre de la famille des Filoviridae, qui comprend les genres Marburgvirus, Ebolavirus, Cuevavirus, Striavirus et Thamnovirus[11]. La famille des Filoviridae, connue sous le nom de filovirus, contient plusieurs virus connus pour provoquer des maladies hémorragiques, souvent mortelles chez les primates dont l’humain, tous ces virus appartenant aux genres Marburgvirus ou Ebolavirus. Cuevavirus, Striavirus et Thamnovirus ne sont pas connus pour provoquer des maladies chez l'humain ou les primates non humains.

Réservoir du virus[modifier | modifier le code]

Une étude[12] démontre qu'un réservoir animal de ce virus est la Roussette d'Égypte (Rousettus aegyptiacus). Dans le cadre de cette étude, 29 individus sur 242 étaient porteurs de fragments d'acide ribonucléique (ARN) de ce filovirus et d'anticorps spécifiques. Ceci montre que l'organisme de cette roussette est apte à lutter contre ce virus. Cette roussette est forestière, migratrice et présente sur tout le sud de l'Afrique et en Égypte[13].

Toutes les flambées de MARV enregistrées sont originaires d'Afrique, où le virus se maintient dans un réservoir naturel[14]. Plusieurs espèces[15] de chauves-souris ont été impliquées dans le fait d'être un hôte réservoir pour les filovirus[16], et il existe des preuves solides que Rousettus aegyptiacus, la roussette d'Égypte, sert de réservoir au MARV. Plusieurs cas de touristes et de mineurs ayant très probablement contracté des MARV dans des grottes peuplées de R. aegyptiacus ont été signalés[17],[18],[19]. Le virus vivant a été isolé des chauves-souris de l’espèce R. aegyptiacus dans la grotte de Kitaka, en Ouganda, l'endroit où les mineurs diagnostiqués à la MVD avaient travaillé[20].

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

Répartition géographique de Rousettus aegyptiacus en Afrique. Les points rouges indiquent l'emplacement de précédentes épidémies connues de virus de Marburg ou de chauves-souris positives au virus.

Les services épidémiologiques de l'OMS rapportent notamment[21] dans 6 pays d'Afrique:

Transmission[modifier | modifier le code]

Initialement, l'infection humaine à MVD résulte d'une exposition prolongée à des chauves-souris Rousettus habitant les grottes ou les mines[25].

Le MVD se propage par transmission interhumaine par contact direct (à travers la peau ou les muqueuses lésées) avec le sang, les sécrétions, les organes ou d'autres fluides corporels des personnes infectées, et avec les surfaces et les matériaux (par exemple, la literie, les vêtements) contaminés par ces fluides[25].

Les agents de santé ont fréquemment été infectés lors du traitement de patients atteints de MVD suspectée ou confirmée. Cela s'est produit par un contact étroit avec les patients lorsque les précautions de contrôle des infections ne sont pas strictement appliquées. La transmission via un matériel d'injection contaminé ou par des piqûres d'aiguille est associée à une maladie plus grave, à une détérioration rapide et, éventuellement, à un taux de mortalité plus élevé[25].

Les rites funéraires impliquant un contact direct avec le corps du défunt peuvent également contribuer à la transmission de la maladie[25].

Les personnes ayant contracté la maladie de Marburg restent infectieuses tant que leur sang contient le virus[25].

Transmission sexuelle[modifier | modifier le code]

La transmission du virus de Marburg par le sperme a été documentée jusqu'à sept semaines après la guérison clinique[25].

Manifestations cliniques[modifier | modifier le code]

Cette maladie survenant principalement dans des pays aux ressources limitées, les descriptions cliniques et les informations biologiques sont rares et reposent essentiellement sur les cas européens.

Pathogenèse du virus de Marburg chez l'humain

Période d'incubation[modifier | modifier le code]

De 3 à 7 jours[26] mais peut atteindre 21 jours[25].

Début[modifier | modifier le code]

Brutal avec céphalées frontale et occipitale, douleurs musculaires surtout lombaires. Beaucoup de patients se plaignent de sensibilité oculaire avec douleurs à la pression.[réf. nécessaire]

État[modifier | modifier le code]

Une fièvre apparaît le premier jour avec diarrhée aqueuse et douleurs abdominales. Cette diarrhée peut durer 7 jours. Des vomissements viennent secondairement au troisième jour. L'apparence des malades est décrite comme fantomatique avec léthargie extrême et visage extrêmement creusé. Chez les malades à peau blanche, il existe une éruption maculeuse de la face et du tronc, s'étendant de façon centrifuge aux membres. Les manifestations hémorragiques apparaissent vers une semaine et sont responsables de la mortalité : vomissement de sang pur et hémoptysie principalement, écoulement nasal ou vaginal. Durant cette période, le malade peut présenter des convulsions ou une agressivité témoignant de l'atteinte cérébrale par le virus. La mort survient généralement 8 à 9 jours après le début de la maladie.[réf. nécessaire]

Les patients se remettent de leur maladie ou meurent de déshydratation, d'hémorragie interne, d'insuffisance organique ou d'une combinaison de facteurs systémiques aidés par une réponse immunitaire dérégulée au virus.

Biologie[modifier | modifier le code]

L'augmentation de l'alanine et de l'aspartate aminotransférase (ALT et AST) et l'augmentation des taux de créatinine sérique indiquent des lésions hépatiques et rénales[26],[27],[28]. La coagulation intravasculaire disséminée (CIVD)[29], la lymphopénie et la thrombopénie[26] apparaissent généralement dans la semaine suivant les premiers symptômes. Aux stades avancés de la maladie, la lymphopénie est compensée par la neutrophilie[30].

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Il est très difficile de différencier un syndrome hémorragique par virus de Marburg de celui provoqué par le virus Ebola. Le RT-PCR (reverse transcription‐polymerase chain reaction) est l'examen de choix dans les pays développés.

Convalescence[modifier | modifier le code]

Les patients qui survivent ne présentent généralement pas de symptômes sévères de stade avancé, mais peuvent présenter des séquelles telles que l'arthrite, la conjonctivite, la myalgie et les symptômes de la psychose pendant et après le rétablissement[26]. Des expériences avec des cellules cultivées de survivants indiquent une réponse adaptative appropriée montrée par les cellules immunitaires à l'infection virale. De plus, des échantillons de sérum de survivants ont montré des réponses IgG à MARV NP et GP, deux des patients ayant des titres d'anticorps neutralisants significatifs. Le titre en anticorps neutralisants a diminué avec le temps, la diminution commençant à 21 mois après l'infection (mpi) et tombant en dessous des limites détectables à 27 mois[31].

Persistance de l'infection[modifier | modifier le code]

Le virus de Marburg est connu pour persister dans les sites immunitaires privilégiés chez certaines personnes qui se sont rétablies de la maladie à virus de Marburg. Ces sites comprennent les testicules et l'intérieur de l'œil. Chez les femmes infectées pendant la grossesse, le virus persiste dans le placenta, le liquide amniotique et le fœtus. Chez les femmes qui ont été infectées pendant l'allaitement, le virus peut persister dans le lait maternel. Une rechute de la maladie symptomatique en l'absence de réinfection chez une personne qui s'est rétablie d'une MVD est un évènement rare, mais a été documentée. Les raisons de ce phénomène ne sont pas encore pleinement comprises[25].

Traitement[modifier | modifier le code]

Il n'existe pas de traitement pour lutter directement contre le filovirus. Les traitements s'attaquent principalement aux symptômes.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ICTV. International Committee on Taxonomy of Viruses. Taxonomy history. Published on the Internet https://talk.ictvonline.org/., consulté le 5 février 2021
  2. (en) « Virus Taxonomy: 2018b Release », ICTV, (consulté le ).
  3. (en) « Biosafety in Microbiological and Biomedical Laboratories, 5th Edition », CDC, (consulté le ).
  4. (en) Section VIII—Agent Summary Statements, CDC, 2009.
  5. a et b James P. Luby et Charles V. Sanders, « Green Monkey Disease ("Marburg Virus" Disease): A New Zoonosis », Annals of Internal Medicine, vol. 71, no 3,‎ , p. 657–660 (ISSN 0003-4819, DOI 10.7326/0003-4819-71-3-657, lire en ligne, consulté le )
  6. « Il tue jusqu'à 90% des malades : qu'est-ce que le virus de Marburg qui a déjà fait deux morts au Ghana ? », sur lindependant.fr (consulté le )
  7. (en) Jonathan S. Towner, Xavier Pourrut, César G. Albariño et Chimène Nze Nkogue, « Marburg Virus Infection Detected in a Common African Bat », PLOS ONE, vol. 2, no 8,‎ , e764 (ISSN 1932-6203, PMID 17712412, PMCID PMC1942080, DOI 10.1371/journal.pone.0000764, lire en ligne, consulté le )
  8. (en) Anthony Sanchez, Thomas W Geisbert et Heinz Feldmann, « Filoviridae: Marburg and Ebola Viruses », dans Bernard N Fields, David M Knipe, Peter M Howley et al., Fields virology, Philadelphia, PA, Lippincott Williams and Wilkins, , 5e éd. (OCLC 71812790), p. 1410-1448
  9. « Premiers cas du virulent virus de Marburg détectés au Ghana », sur Le Journal de Montréal, .
  10. Languon S, Quaye O. Filovirus Disease Outbreaks: A Chronological Overview. Virology (Auckl). 2019;10:1178122X19849927.
  11. Kuhn, J.H., Adachi, T., Adhikari, N.K.J. et al. New filovirus disease classification and nomenclature. Nat. Rev. Microbiol. 17, 261–263 (2019). https://doi.org/10.1038/s41579-019-0187-4
  12. Marburg Virus Infection Detected in a Common African Bat, conduite de 2005 à 2006 et publiée en 2007 a porté sur cinq sites forestiers où ont été piégées et analysées 1138 chauves-souris appartenant à dix espèces différentes, au Gabon et au nord-ouest de la République du Congo. On a recherché, chez ces animaux, de l'ARN viral dans le foie et la rate, et des anticorps. C'est une étude conjointe française (Institut de recherche pour le développement ou IRD), américaine (Center for Desease Control ou CDC) et gabonaise (Centre international de recherches médicales de Franceville, ou CIRMF)
  13. (en) Rachel Cohen, « Rousettus aegyptiacus (Egyptian rousette) », sur Animal Diversity Web (consulté le )
  14. Pigott DM, Golding N, Mylne A, Huang Z, Weiss DJ, Brady OJ, et al. Mapping the zoonotic niche of Marburg virus disease in Africa. Trans R Soc Trop Med Hyg. 2015;109(6):366–78.
  15. (en-US) « Maladie à virus de Marburg », sur Fest Today, (consulté le )
  16. Schuh AJ, Amman BR, Towner JS. Filoviruses and bats. Microbiol Aust. 2017;38(1):12–6.
  17. Bertherat E, Talarmin A, Zeller H. Democratic Republic of the Congo: between civil war and the Marburg virus. Internateional Committee of Technical and Scientific Coordination of the Durba epidemic. Med Trop (Mars). 1999;59(2):201–4
  18. Centers for Disease C, Prevention. Imported case of Marburg hemorrhagic fever - Colorado, 2008. MMWR Morb Mortal Wkly Rep. 2009;58(49):1377–81.
  19. Timen A, Koopmans MP, Vossen AC, van Doornum GJ, Gunther S, van den Berkmortel F, et al. Response to imported case of Marburg hemorrhagic fever, the Netherland. Emerg Infect Dis. 2009;15(8):1171–5.
  20. Towner JS, Pourrut X, Albarino CG, Nkogue CN, Bird BH, Grard G, et al. Marburg virus infection detected in a common African bat. PLoS One. 2007;2(8):e764.
  21. (en) « Marburg haemorrhagic fever », sur www.who.int, (consulté le )
  22. (en) « Marburg virus disease – Uganda », sur www.who.int, (consulté le )
  23. https://www.ladepeche.fr/2021/08/09/en-afrique-de-louest-un-premier-patient-infecte-par-le-dangereux-virus-de-marburg-9723410.php
  24. Le Monde avec AFP, « La maladie à virus de Marburg détectée pour la première fois au Ghana », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le )
  25. a b c d e f g et h (en) « Marburg virus disease », sur www.who.int (consulté le )
  26. a b c et d (en) G. A. Martini, « Marburg virus disease », Postgraduate Medical Journal, vol. 49, no 574,‎ , p. 542–546 (ISSN 0032-5473 et 1469-0756, PMID 4207635, PMCID PMC2495590, DOI 10.1136/pgmj.49.574.542, lire en ligne, consulté le )
  27. (en) J. S. Gear, G. A. Cassel, A. J. Gear et B. Trappler, « Outbreake of Marburg virus disease in Johannesburg. », Br Med J, vol. 4, no 5995,‎ , p. 489–493 (ISSN 0007-1447 et 1468-5833, PMID 811315, PMCID PMC1675587, DOI 10.1136/bmj.4.5995.489, lire en ligne, consulté le )
  28. (en) D. H. Smith, M. Isaacson, K. M. Johnson et A. Bagshawe, « Marburg-virus disease in Kenya », The Lancet, vol. 319, no 8276,‎ , p. 816–820 (ISSN 0140-6736 et 1474-547X, DOI 10.1016/S0140-6736(82)91871-2, lire en ligne, consulté le )
  29. Glaze ER, Roy MJ, Dalrymple LW, Lanning LL. A comparison of the pathogenesis of Marburg virus disease in humans and nonhuman primates and evaluation of the suitability of these animal models for predicting clinical efficacy under the 'Animal Rule'. Comp Med. 2015;65(3):241–59.
  30. Havemann K, Schmidt HA. Haematological Findings in Marburg Virus Disease: Evidence for Involvement of the Immunological System. In: Martini GA, Siegert R, editors. Marburg Virus Disease. Berlin, Heidelberg: Springer Berlin Heidelberg; 1971. p. 34–40.
  31. (en) Spencer W. Stonier, Andrew S. Herbert, Ana I. Kuehne et Ariel Sobarzo, « Marburg virus survivor immune responses are Th1 skewed with limited neutralizing antibody responses », Journal of Experimental Medicine, vol. 214, no 9,‎ , p. 2563–2572 (ISSN 0022-1007, PMID 28724616, PMCID PMC5584125, DOI 10.1084/jem.20170161, lire en ligne, consulté le )

Références biologiques[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]