Bornaviridae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Maladie de Borna)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Bornaviridae sont une famille de virus de l'ordre des Mononegavirales. Ils sont notamment associés à la maladie de Borna, syndrome neurologique infectieux d'animaux à sang chaud qui provoque des troubles du comportement et des accidents mortels. L'origine de cette maladie a été identifiée dans le mouton et le cheval d'Europe, mais il a depuis été montré qu'elle peut se propager dans un large éventail d'animaux à sang chaud y compris les oiseaux, le bétail, les chats et les primates et a été trouvée chez des animaux d'Europe, d'Asie, d'Afrique et d'Amérique du Nord. Le nom est dérivé de la ville de Borna dans la région Saxe, en Allemagne, qui a subi une épidémie de la maladie chez les chevaux en 1885.

La maladie de Borna survient chez les ovins et les chevaux après quatre semaines d'incubation suivie par le développement de la médiation immunitaire: méningite et encéphalomyélite. Les manifestations cliniques varient, incluant un comportement excité ou déprimé, ataxie, troubles oculaires et posture ou mouvements anormaux. Les taux de mortalité sont de 80 à 100 % chez les chevaux et plus de 50 % chez les moutons.

La maladie de Borna, notamment chez le cheval, donne lieu à des signes tels que :

  • posture inhabituelle ;
  • mouvements perturbés (principalement ataxie ou excès de circulation/mouvements) ;
  • reste de foin ou de paille dans la bouche.

Virus Borna[modifier | modifier le code]

L'agent responsable de la maladie de Borna, est un virus neurotrope. Il a le plus petit génome (8,9 kilobases) de tous les mononegavirales et est unique au sein de cet ordre dans sa capacité à se reproduire dans le noyau de la cellule.

Bien que le virus est principalement vu comme étant l'agent responsable de la maladie de Borna chez le cheval et d'autres animaux, des découvertes récentes ont montré que le virus de Borna peut jouer un rôle chez l'homme dans certains troubles neurologiques et psychiatriques, y compris les troubles bipolaires et la dépression.

Le mode de transmission du virus est encore mal connu, mais se fait sans doute par échange de salive ou de sécrétions nasales. Après l'infection, les personnes peuvent développer la maladie de Borna, ou rester insensibles, ils agissent comme des transporteurs du virus.

Le virus de la maladie de Borna (BDV, acronyme de Borna disease virus) infecte aussi l'homme et est donc considéré comme un agent zoonotique. Le rôle du BDV dans une maladie chez l'homme est controversée et il est encore impossible de dire si BDV cause une maladie chez l'homme.

Le BDV a été isolé sur un cheval malade dans les années 1970, mais les particules virales sont difficiles à caractériser. Néanmoins, le génome du virus a été caractérisé. Il s'agit d'une molécule linéaire à sens négatif d'ARN simple brin de l'ordre des Mononegavirales. Cette ordonnance contient la famille de lyssavirus qui comprend le virus responsable d'une rage. Un nouveau nom de la famille des bornaviridae a été créé pour la tenue de ce virus.

Effets dans d'autres espèces[modifier | modifier le code]

Borna virus semble avoir une large gamme d'hôtes, après avoir été détecté chez des chevaux, des bovins, des moutons, des chiens et des renards. En 1995, le virus a été isolé à partir de chats qui souffraient d'une "maladie stupéfiante" en Suède. Depuis ce temps, le virus a également été détecté chez des chats au Japon et au Royaume-Uni.

En Allemagne, au Japon et aux États-Unis, le virus a été détecté chez l'homme, association à une maladie, en particulier psychiatrique.

L'infection expérimentale de rats a démontré qu'il conduit à des déficiences de comportement social. Le virus semble être positionné principalement dans le système limbique du cerveau, y compris le cortex entorhinal. Ces zones du cerveau sont considérées comme importante dans l'émotion.

Réplication du BDV[modifier | modifier le code]

Le BDV entre dans la cellule hôte par endocytose. Après que le virus a pénétré son hôte, il est repris par les endosomes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]