Gyroplane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Breguet-Richer no 1 (1907)
Le Gyroplane-Laboratoire, hélicoptère coaxial (1935).

Le gyroplane est un aéronef à voilure tournante conçu par Louis Charles Breguet en 1907.

Conception[modifier | modifier le code]

Breguet-Richer[modifier | modifier le code]

Le Gyroplane Breguet-Richer no 1, construit en 1907, est décrit par Louis Breguet qui conçoit le premier quadrirotor de l'histoire. Il s'inspire non de Léonard de Vinci mais de Jules Verne, qui évoque cette technique dans le roman de science-fiction Robur le Conquérant. L’appareil à voilures tournantes était muni d’un moteur de 45 ch et était équipé de quatre hélices bipennes (appelées gyroptères) de 8,10 m de diamètre. Ainsi l’appareil disposait de 4 × 8 = 32 ailes. L’appareil fait ses premiers essais en mai et juin 1907. Le , un premier envol à 50 cm de hauteur est réussi dans la cour de l'usine de la maison Breguet, puis 1,50 m le 24 septembre (témoignage de Jean Boulet[1], l’un des quatre assistants qui tenaient le gyroplane - celui-ci ayant comme unique commande la manette de puissance du moteur Antoinette de 40 ch, avec à son bord l'ingénieur Volumard)[2].

En 1908, Breguet construit le Gyroplane Breguet-Richet no 2 avec simplement deux voilures tournantes de 8 mètres de diamètre, encadrées par des ailes fixes et équipé d'un gouvernail. En 1909, le no 2 bis est construit entièrement en acier et en aluminium, c'est une machine à mi-chemin entre gyroplane et aéroplane. Il décide ensuite de passer aux aéroplanes, le gyroplane étant trop complexe et trop coûteux à réaliser[3].

Breguet-Dorand[modifier | modifier le code]

Dans les années 1930, Louis Breguet renoue avec le vol vertical et recrute une équipe menée par René Dorand. En novembre 1933, ils terminent la construction d'un hélicoptère coaxial, appareil équipé de deux rotors superposés[4] : les deux rotors tournent en sens inverse et peuvent être débrayés en cas de panne moteur, permettant un atterrissage en douceur en "autorotation". Bréguet a compris le problème de la voilure tournante : les pales sont articulées en battement et en incidence, il invente et fait breveter le pas cyclique. 

Après un premier vol avorté en 1933 et de nombreux essais au sol, l'appareil, appelé le « Gyroplane Laboratoire », réussit son premier vol en 1934[4]. Entre 1935 et 1936, piloté par Maurice Claisse lors de 200 essais au sol et une cinquantaine de vols au centre d'essais en vol de Villacoublay, l'appareil bat les records mondiaux :

Il restera toutefois une machine expérimentale, non produite en série. Il sera détruit en 1943 lors du bombardement américain de la Base aérienne 107 Villacoublay alors occupée par la Luftwaffe allemande[6],[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Boulet, Histoire de l’hélicoptère racontée par ses pionniers 1907–1956, France-Empire, 1991 (ISBN 2-7048-0676-4)
  2. Envols…Les essais de 1907
  3. Kenneth Munson, Helicopters and other Rotorcraft since 1907, Blandford Publishing, Londres, 1968
  4. a, b et c (en) Jacques Bréguet Gyroplane Laboratoire - Century of Flight
  5. (en) Breguet-Dorand "Gyroplane Laboratoire" - All the World's Helicopters and Rotorcraft
  6. Contre-amiral André Jubelin, Pilote d'hélicoptères, Editions France-Empire,‎ , 332 p., p. 74-83.
  7. (en) Breguet-Dorand "Gyroplane Laboratoire" - All the World's Helicopters and Rotorcraft

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]