Breguet Br.960 Vultur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Breguet Br.960 Vultur No.1
{{#if:
Constructeur Drapeau : France Bréguet Aviation
Rôle Avion d'attaque embarqué (bombardier moyen)
Statut Prototype
Premier vol 3 août 1951
Nombre construits 3
Équipage
1 pilote, 6 opérateur système d'armes
Motorisation
Moteur Armstrong Siddeley Mamba A.S.Z (en) + Rolls-Royce Nene 102
Nombre 1+1
Type Turbopropulseur+turboréacteur
Dimensions
Envergure 16 70 m
Longueur 16 35 m
Hauteur 5 16 m
Surface alaire 36 50 m2
Masses
À vide 6 450 kg
Maximale 9 720 kg
Performances
Vitesse maximale 900 km/h
Vitesse de décrochage 150 km/h
Armement
Interne trois mitrailleuses de 7,5-mm
Externe 1500 kg de bombes

Le Bréguet Aviation Br.960 Vultur est un prototype d'avion d'attaque français, destiné à être embarqué à bord de porte-avions. Seuls 3 prototypes furent construits et testés au début des années 1950.

Conception[modifier | modifier le code]

Un projet d'avion d'attaque embarqué fut lancé fin 1947 par la Marine nationale française. Ayant remporté le contrat en avril 1948, le constructeur Bréguet Aviation construisit deux prototypes désignés Br.960 Vultur. Le premier d'entre eux fit son vol inaugural le 3 août 1951. Il disposait d'un système de propulsion assez original, composé d'un turbopropulseur à l'avant, dont la faible consommation permettait une grande autonomie, et d'un turboréacteur à l'arrière pour disposer d'un supplément de puissance en cas de besoin (décollage, combat).

Le second prototype prit son envol le 15 septembre 1952. Désigné Br. 965, il fut équipé de moteurs plus puissants car le premier prototype s'avèrait sous-motorisé. Le troisième prototype fut utilisé pour mener les essais de catapultages et appontages simulés au sol. Malgré des campagnes de tests réussies, le projet est cependant abandonné : d'une part il apparaissait clairement que l'avenir était à l'utilisation du turboréacteur seul (du moins pour les avions de combat classiques ne nécessitant pas une autonomie élevée) d'autre part le Vultur était trop lourd pour pouvoir être embarqué sur les porte-avions dont disposait alors la France.

Les études menées sur les 3 prototypes seront cependant réutilisées pour mettre aboutir au Breguet Br.1050 Alizé destiné à la lutte anti-sous-marine, et initialement désigné sous le nom d'Epaulard.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Jean-Claude Fayer, Prototypes de l'aviation française : 1945-1960, Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), éd. E.T.A.I,‎ 2002 (ISBN 2726886086).

Développement lié