Groupe d'armées A

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Groupe d'armées A (allemand : die Heeresgruppe A) est le nom donné à trois reprises à des groupes d'armées allemand de la Wehrmacht durant la Seconde Guerre mondiale, sans lien direct entre ces trois groupes d'armées.

Le premier est formé au centre du front de l'Ouest en octobre 1939 et constitue le centre de gravité initial de l'offensive allemande à l'ouest en mai 1940, il devient l'Oberbefehlshaber West à l'automne.

Pendant la campagne allemande d'été 1942 en URSS, un nouveau groupe d'armées A est créé en juillet 1942 à partir de la scission du groupe d'armées sud, afin de mener l'offensive vers le Caucase qui se termine finalement par un repli début 1943 ; il est renommé groupe d'armées Sud Ukraine au printemps 1944.

À l'automne 1944, le groupe d'armées Nord Ukraine est rebaptisé groupe d'armées A, combattant au sud de la Pologne, en janvier 1945 il devient le nouveau groupe d'armées centre.

Le front de l'Ouest, 1939-1940[modifier | modifier le code]

Article connexe : plan Jaune.

Le 26 octobre 1939, après la campagne de Pologne et à partir de l'état-major du groupe d'armées sud y ayant participé, le groupe d'armées A est formé dans le massif de l'Eifel sous le commandement de Gerd von Rundstedt, entre les groupes d'armées B (au nord) et C (au sud, face à la ligne Maginot)[1].

Le groupe d'armées A reçoit un rôle secondaire dans le premier plan d'offensive à l'ouest (plan Jaune) : avec deux armées (12e et 16e), il doit attaquer le Luxembourg et le sud de l'Ardenne (Belgique) en direction de la Meuse pour protéger le flanc sud de l'offensive principale menée par le groupe d'armées B[2]. Le chef d'état-major du groupe d'armées A, Erich von Manstein, critique sévèrement le plan d'opération et adresse ses propres proposition à l'Oberkommando des Heeres, aidé et approuvé par son supérieur Rundstedt, ainsi que Günther Blumentritt (chef de la section logistique) et Henning von Tresckow (chef du bureau des opérations)[3]. Ils proposent notamment que l'offensive principale soit effectuée par leur groupe d'armées, à travers l'Ardenne[3]. Durant les mois qui suivent, parallèlement à leurs propositions, le groupe d'armées A voit sa mission s'élargir (constitution d'un second centre de gravité, à Sedan) et il est renforcé en conséquence, notamment troupes blindées[4].

Finalement, fin février 1940 le plan final est adopté : le groupe d'armées A doit mener l'offensive principale à travers l'Ardenne, attaquant sur un front large de Liège exclus jusqu'au sud du Luxembourg, percer le front français sur la Meuse avec Sedan pour centre de gravité, devant poursuivre en direction de la basse Somme pour prendre à revers les armées alliées en Belgique et dans le nord de la France en se gardant d'une contre-offensive sur son flanc sud[5]. Elle dispose pour cela de quatre armées : avançant derrière un front blindé formé par la Panzergruppe von Kleist, la 12e armée doit percer jusqu'à la basse Somme en s'établissant au fur et à mesure défensivement face au sud passé la Meuse, la 16e armée, en liaison avec le groupe d'armées C à sa gauche, doit assurer la défense du flanc sud jusqu'à Sedan[5]. Entre ces deux armées, la 2e armée, en réserve au début de l'offensive, doit s'insérer dans l'espace qui s'ouvrira entre-elles lorsque la 12e armée progressera vers la Manche[5]. Au nord de la 12e armée avance la 4e armée, devancée par des forces blindées également, elle doit franchir la Meuse et poursuivre vers l'ouest[5]. Les trois armées en première ligne (4e, 12e et 16e) totalisent 45 divisions dont sept blindées et trois d'infanterie motorisée[6].

Ce plan prévoit d'envoyer en Ardenne les divisions blindées en avant de celles d'infanterie, et de leur faire tenter de passer la Meuse dans la foulée, sans monter une attaque méthodique ni attendre les divisions d'infanterie ; ce à quoi Rundstedt et le remplaçant de Manstein depuis février 1940, Georg von Sodenstern, ainsi que Blumentritt s'opposent, mais l'Oberkommando des Heeres maintient ces aspects du plan[7],[8]. L'attribution d'itinéraires à une telle masse de véhicules et d'infanterie pose également des problèmes et génère des dissensions entre les divers commandants au sein du groupe d'armée ; les divisions d'infanterie progresseront parallèlement à celles blindées, chacune ayant leurs propres itinéraires, générant néanmoins un échelonnement en profondeur qui ne satisfait pas les chefs des unités blindées[9].

Organigramme le 10 mai 1940[modifier | modifier le code]

Grandes unités :

Unités organiques :

  • Heeresgruppennachrichten-Regiment 570[1]

Le front de l'est, 1942[modifier | modifier le code]

En 1942, le groupe d'armées Sud en Russie (front de l'est) était composé du groupe d'armées A et du groupe d'armées B pour l’offensive d’été, formées à partir de la scission du groupe d'armées sud le 9 juillet 1942. Le groupe d'armées A fut dirigé vers le sud pour s’emparer des champs pétrolifères du Caucase.

Initialement formé de la 1.Panzer-Armee et de la 17.Armee, le groupe d'armée reçut la 4.Panzer-Armee le 13 juillet.

Le front de l'est, 1945[modifier | modifier le code]

Le 25 janvier 1945, Hitler rebaptisa les trois groupes d'armées. Le groupe d'armées Nord devint le groupe d'armées Courlande; le groupe d'armées Centre devint le groupe d'armées nord et le groupe d'armés A devint le groupe d'armées Centre.


Commandement suprême[modifier | modifier le code]

Date Commandant
26 octobre 1939 au 22 juin 1941 Generalfeldmarschall Gerd von Rundstedt
10 juillet 1942 au 9 septembre 1942 Generalfeldmarschall Wilhelm List
10 septembre 1942 au 22 novembre 1942 Après la place vacante en 1942 suite au départ de List, le groupe d'armées A, avant la nomination de von Kleist, était directement subordonné à l'OKH.
23 novembre 1942 au 30 mars 1944 Generalfeldmarschall Ewald von Kleist
24 septembre 1944 au 17 janvier 1945 Generaloberst Josef Harpe
17 janvier 1945 au 25 janvier 1945 Generaloberst Ferdinand Schörner

Chefs d'État Major[modifier | modifier le code]

Date Commandant
26 octobre 1939 au 6 février 1940 Generalleutnant Erich von Manstein
6 février 1940 au 22 juin 1941 Generalleutnant Georg von Sodenstern

Organisation[modifier | modifier le code]

Unités faisant partie du groupe d'armées
Date Armées
1939
Novembre 16e Armée, 12e Armée
1940
Mai 16e Armée, 12e Armée, 4e Armée, 2e Armée
Juin 16e Armée, 12e Armée, 2e Armée, Panzergruppe Guderian
Juillet 6e Armée, 16e Armée, 9e Armée
Août 9e Armée, 16e Armée
Septembre 9e Armée, 16e Armée, Kommandeur der deutschen Truppen d'Hollande
Novembre 9e Armée, 16e Armée
1941
Mai 6e Armée, 17e Armée
1942
Août 1e Panzer Armee, Armeegruppe Ruoff, 11e Armée
Septembre 1e Panzer Armee, Armeegruppe Ruoff, Befehlshaber der Krim
1943
Janvier 1e Panzer Armee, 17e Armée, Befehlshaber der Krim
Fevrier 17e Armée, Befehlshaber der Krim
Mars 17e Armée, Befehlshaber der Krim, Befehlshaber der Straße Kertsch
Octobre 6e Armée, 17e Armée
1944
Janvier 3. rumänische Armee, 17e Armée, Befehlshaber der deutschen Truppen de Transnistrien
Mars 6e Armée, 3. rumänische Armee, 17e Armée
Octobre 4e Panzer Armee, 17e Armée, Heeresgruppe Heinrici
Novembre 4e Panzer Armee, 17e Armée, 1e Panzer Armee
Decembre 9e Armée, 4e Panzer Armee, 17e Armée, 1e Panzer Armee
1945
Janvier 9e Armée, 4e Panzer Armee, 17e Armée, Armeegruppe Heinrici

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (de) « Heeresgruppe A », sur Lexikon der Wehrmacht (consulté le 12 février 2015).
  2. Éric van den Bergh, Mai 1940 : une victoire éclair,‎ mai 2009 (lire en ligne), chap. 40
  3. a et b Benoît Lemay, Erich von Manstein : le stratège de Hitler, Paris, Perrin, coll. « tempus » (no 330),‎ 2010 (1re éd. 2006), 764 p. (ISBN 978-2-262-03262-3), p. 148 à 156.
  4. van den Bergh 2009, chap. 41, 44 à 46.
  5. a, b, c et d van den Bergh 2009, chap. 52.
  6. Lemay 2010, p. 189.
  7. van den Bergh 2009, chap. 47 et 53.
  8. Karl-Heinz Frieser (trad. Nicole Thiers), Le Mythe de la guerre-éclair : la campagne de l'Ouest de 1940 [« Blitzkrieg-Legende : der Westfeldzug 1940 »], Paris, Belin,‎ 2003, 2e éd., 479 p. (ISBN 978-2-7011-2689-0), p. 111 à 113 et 161.
  9. Frieser 2003, p. 126 à 131.
  10. a et b Jean-Yves Mary, Le corridor des Panzers : Par delà la Meuse 10 - 15 mai 1940, t. I, Bayeux, Heimdal,‎ 2009, 462 p. (ISBN 2-84048-270-3), p. 16.
  11. Mary 2009, p. 14.