Walther von Seydlitz-Kurzbach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Walther von Seydlitz-Kurzbach
Seydlitz-Kurzbach (à gauche) avec Paulus, en novembre 1942 dans un quartier nord de Stalingrad.
Seydlitz-Kurzbach (à gauche) avec Paulus, en dans un quartier nord de Stalingrad.

Naissance
Hambourg
Décès (à 87 ans)
Brême
Origine Allemand
Allégeance Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Flag of Germany.svg République de Weimar
Flag of the German Reich (1935–1945).svg Troisième Reich
Arme Balkenkreuz.svg Wehrmacht, Heer
Grade General der Artillerie[a]
Années de service 1908-1945
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Commandement 12. Infanterie-Division
LI. Armee-Korps
Distinctions Croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chêne
Croix allemande

Walther von Seydlitz-Kurzbach, né le à Hambourg et mort le à Brême, était un lieutenant allemand durant la Première Guerre mondiale puis un General der Artillerie[a] au cours de la Seconde Guerre mondiale. Fait prisonnier après la défaite de Stalingrad, il collabore entre 1943 et 1945 avec le pouvoir soviétique pour inciter les soldats allemands à la désertion.

Biographie[modifier | modifier le code]

Seydlitz-Kurzbach est un descendant du général Friedrich Wilhelm von Seydlitz (1721 – 1773)[1]. Il est le fils du Generalleutnant Alexander von Seydlitz-Kurzbach (1847-1935)[2].

Pendant le premier conflit mondial, il sert tant sur le front ouest que sur le front est.

Pendant la république de Weimar, il commande la 12e division d'infanterie.

En Union soviétique, au siège du NKFD en 1943, de gauche à droite : Oberst van Hooven (de), Oberleutnant von Einsiedel, Major Hetz (de), General von Seydlitz-Kurzbach (assis à gauche), soldat Zippel, Erich Weinert (en) (assis à droite)[b], Oberst Steidle, General Lattmann[3].

Lors de la Seconde Guerre mondiale, il réussit à sortir ses troupes encerclées de la poche de Demyansk au début de l'année 1942. En permission à Kœnigsberg jusqu'au , il gagne Kharkov où il prend la tête du LI. Armeekorps au sein de la 6. Armee[1]. Il participe ainsi à la bataille de Kharkov - Izioum qui commence le , puis à l'offensive allemande d'été démarrée le , menant à la bataille de Stalingrad. Lors de l'opération Uranus déclenchée le et qui voit les Soviétiques encercler les Allemands, il est l'un des officiers qui suggère un repli, en contradiction avec les ordres de Hitler. Il est capturé au début du mois de lorsque l’armée du Generalfeldmarschall Paulus[c] se rend aux Soviétiques à Stalingrad.

Prisonnier de guerre, il devient le responsable du Bund Deutscher Offiziere (de), une organisation anti-nazie d'officiers, et un membre du Nationalkomitee Freies Deutschland (NKFD). Il est utilisé par la propagande soviétique pour inciter les soldats allemands à suivre son exemple : se rendre[4]. Il est, pour cette raison, condamné par contumace et sa famille subit la Sippenhaft.

Après la guerre, peu enclin à vouloir collaborer avec les nouvelles autorités de la zone d'occupation soviétique, ses anciens protecteurs l'accusent alors de crimes de guerre et il est condamné à mort en 1950, puis sa peine est commuée en 25 ans de travaux forcés[4]. Finalement libéré en 1955, il passe en Allemagne de l'Ouest où sa condamnation par le Troisième Reich est par la suite annulée. Il retrouve sa femme qu'il n'avait pas vue depuis son départ de Kœnigsberg au printemps 1942[1]. Il meurt à Brême en 1976.

Après sa mort, en 1996, les autorités russes lui accordent une grâce posthume.

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Équivalent en France de général de corps d'armée.
  2. Weinert, volontaire pour être en Union soviétique, est apparemment le seul qui n'est pas prisonnier de guerre. Il est aussi le président du NKFD.
  3. Hitler a promu Paulus à ce grade (de Generalfeldmarschall) quelques jours plus tôt, dans le but de l'encourager à ne pas rendre les armes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Antony Beevor, Stalingrad, Éditions de Fallois, coll. « Le Livre de poche », , 605 p. (ISBN 978-2-253-15095-4), p. 98-99
  2. http://www.cairn.info/revue-guerres-mondiales-et-conflits-contemporains-2005-2-page-53.htm#s1n2
  3. Noms fournis par Leonid Reschin dans son ouvrage General von Seydlitz in sowj. Haft 1943–1955 [« Le général von Seydlitz détenu en Union soviétique de 1943 à 1955 »] (ISBN 3-8289-0389-4), p. 57.
  4. a et b Jacques Berrel, « Des officiers allemands au service de l'Armée rouge », Nouvelle Revue d'Histoire, no 84 de mai-juin 2016, p. 59.
  5. a, b, c et d Rangliste des Deutschen Reichsheeres, Mittler & Sohn Verlag, Berlin, S.129
  6. Veit Scherzer: Die Ritterkreuzträger 1939-1945, Scherzers Militaer-Verlag, Ranis/Jena 2007, (ISBN 978-3-938845-17-2), S.703