Giovanni Messe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Giovanni Messe

Giovanni Messe ( à Mesagne) était un maréchal italien.

Biographie[1][modifier | modifier le code]

Militaire italien, il a participé aux guerres de Libye (1911-12), à la Première Guerre mondiale et à la Seconde guerre italo-éthiopienne (1935-1936). Au cours de la Seconde Guerre mondiale, remarqué pour son aptitude à commander les unités motorisées, il est désigné, en 1941, comme commandant du Corps expéditionnaire italien sur le front de l'Est (Corpo di Spedizione Italiano in Russia ou CSIR). Mais l'armée italienne n'est pas équipée pour se battre dans la steppe russe et manque de moyens anti-chars. Aussi, après le dur hiver 1941-1942 et la contre-offensive soviétique de décembre 1941, qui a vu les troupes de l'Axe reculer, il émit des critiques quant à l'insuffisance de l'équipement du CSIR par rapport aux objectifs affichés et démissionna en 1942.

En février 1943, il remplaça le maréchal Rommel à la tête de ce qui reste de l'armée blindée germano-italienne en Tunisie, rebaptisée 1re Armée italienne. Il est fait prisonnier par les Alliés le 13 mai 1943, le même jour que sa nomination au grade de Maréchal.

Libéré par les Alliés le 8 septembre 1943, quelques jours après la signature de l'armistice de Cassibile, le 3 septembre, actant l'arrêt des combats entre Italiens et Alliés, il fut nommé chef d'état-major général de l'Armée royale italienne, poste qu'il occupa jusqu'en 1945.

Après la guerre, il fut élu sénateur en 1953, et fut à la tête de l'Union des combattants d'Italie jusqu'à sa mort.

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cette biographe est tirée d'un article de Pierre Lesouef dans "La seconde guerre mondiale: les acteurs", sous la direction de Philippe Masson, Larousse, 1992, pages 251.

Voir aussi[modifier | modifier le code]