Cimetière communal monumental de Campo Verano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir cimetière monumental.
Cimetière communal monumental de Campo Verano
Cimitero comunale monumentale
Campo Verano
(it)
Verano ingresso principale.jpg
Entrée principale
Pays
Commune
Adresse
Piazzale del Verano - RomaVoir et modifier les données sur Wikidata
Religion(s)
Catholicisme ; Judaïsme ; autres
Superficie
83 hectares
Mise en service
1812
Statut patrimonial
Bien culturel en Italie (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Find a Grave
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Italie
voir sur la carte d’Italie
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Rome
voir sur la carte de Rome
Red pog.svg

Le cimetière communal monumental de Campo Verano, désigné familièrement comme le Verano (en italien : Cimitero comunale monumentale Campo Verano), est le cimetière communal et monumental de la ville de Rome, situé dans le quartier Tiburtino, à proximité de la zone San Lorenzo et de la Basilique Saint-Laurent-hors-les-Murs. Le nom Verano provient de l'antique champ des Verani, gens senatoria aux temps de la République romaine.

Historique[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

La zone située le long de la voie consulaire Tiburtina est un lieu de sépulture très ancien ; en effet dans le cimetière se trouvent les catacombes Santa Ciriaca, et Saint Laurent y est enseveli. Sur sa tombe ont été érigés une basilique et un couvent.

Le cimetière moderne a été construit entre 1807 et 1812, à la suite de l'édit de Saint-Cloud de 1804, qui imposait les sépultures hors les murs de la ville, d'après le projet de Giuseppe Valadier[1].

Développement[modifier | modifier le code]

Après la période napoléonienne, Rome est de nouveau sous l'autorité papale, les travaux se sont poursuivis sous le pontificat de Grégoire XVI et de Pie IX[1] quand, sous la direction de Virginio Vespignani, le projet atteint sa forme définitive par l'acquisition de nouveaux terrains. L'édification du cimetière continue après que Rome soit proclamée capitale de l'Italie (1er juillet 1871) et le cimetière a continué de s'étendre à la suite de diverses expropriations jusqu'aux années 1960, quand entra en fonction l'autre grand cimetière romain : le Cimetière Flaminio.

L'entrée du cimetière se caractérise par trois arches comportant quatre grandes statues qui représentent la Méditation, l Esperance, la Charité et le Silence : de gauche à droite : la première et troisième statue œuvres de Francesco Fabi-Altini ; la seconde de Stefano Galletti ; la quatrième de Giuseppe Blasetti, précédées par un ample portique œuvre de Vespignani, complété en 1880[1].

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le 19 juillet 1943, lors du premier grand bombardement de Rome, le cimetière a été touché avec des dommages conséquents au portique, Pincetto, carré militaire, dépôt funéraire. L'écroulement du mur à la droite de l'entrée causa la mort de quelques personnes. D'autres victimes se trouvent parmi les fleuristes et marbriers du piazzale del Verano. Certaines tombes comme celle de Petrolini et de la famille Pacelli furent détruites[2].

Importance historique et culturelle[modifier | modifier le code]

Le Cimetière du Verano conserve un riche patrimoine d'œuvres d'art et constitue une espèce de musée à l'air libre de l'histoire et de la culture de la moitié de l'Ottocento et du Novecento. Il peut être visité en participant aux visites thématiques organisées par la commune de Rome.

Images[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités inhumées dans le cimetière[modifier | modifier le code]

Artistes dont les œuvres sont présentes au cimetière[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Del Bufalo, Alessandro; Il Verano: un museo nel verde di Roma; presentazione di Giulio Andreotti, Rome, Kappa, 1992, 146 pages ;
  • Cianferoni, Corrado; Cimitero del Verano in Roma: cappelle, tombe e lapidi, Turin, Crudo e C. - Società italiana di edizioni artistiche, 1915 ;
  • Da Bra, Giuseppe; Nuova guida storica illustrata della Basilica di S. Lorenzo fuori le mura con notizie sulle catacombe di S. Ciriaca e appendice sul "Campo Verano", Scuola tipografica Pio X, 1924 ;
  • Testini, Pasquale; Le catacombe e gli antichi cimiteri cristiani in Roma, Bologne, Cappelli, 1966 ;
  • Guida e pianta del Verano: cimitero monumentale di Roma, Rome, Editoriale cartografia artistica italiana, 1960, 14 pages ;
  • Cardilli Alloisi, Luisa; Percorsi della memoria: Verano, Rome, Palombi, 1996, 111 pages ;
  • Michelotti, Fermo; A Campo verano: preghiera di devozione e lamento innanzi alla tomba di mia figlia nel suo 2º anniversario, 25 novembre 1901, Rome, tipografia Adriana, 1901, 117 pages ;
  • Baccelli, Guido; Innanzi al ricordo marmoreo di Umberto Partini : parole [prononcées] al campo Verano, 4 luglio 1897 Rome, tip. Forzani & C., 1897, 8 pages ;
  • Guida al Monumento di Pio IX. descritta ed illustrata e cenni storici sul cimitero al Campo Verano, Rome, Tip. Unione Coop. Ed., 1895, 55 pages.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (it) Touring Club Italiano et Adriano Agnati, Roma, Milan, Touring Club Italiano, coll. « Guida d'Italia », (ISBN 88-365-0508-2), p. 740.
  2. (it) Cesare De Simone, Venti angeli sopra Roma, Ugo Mursia Editore, , p. 148-149, 156, 176.
  3. seul le monument funéraire : désormais inhumée à Nuoro
  4. désormais inhumé à Montefiore dell'Aso
  5. tombe initiale (les restes ont été transférés au Janicule en 1941)
  6. mémorial. La tombe et la dépouille de l'acteur ont été détruits au cours du bombardement de Rome (1943)