Petre Dumitrescu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dumitrescu.
Petre Dumitrescu
Petre Dumitrescu.JPG
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Moțăței (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
BucarestVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Grade militaire
Conflits
Distinction

Petre Dumitrescu (né le à Dobridor – mort le à Bucarest) est un général roumain de la Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'origine modeste, il suit entre 1901 et 1903, les cours de l'„École militaire d'artillerie et de génie” d'où il sort sous-lieutenantnt. Il passe lieutenant en 1906 et capitaine en 1911 quand il intègre l'„École de guerre supérieure”, dont il suit les cours jusqu'en 1913 où il se distingue pendant la Deuxième guerre balkanique. Il se distingue aussi pendant la première guerre mondiale passant major en 1916 et lieutenant-colonel en 1917.

Devenu francophone, il est nommé, entre les deux guerres mondiales, attaché militaire aux ambassades roumaines de Paris (1930-1932) puis à Bruxelles (1932-1935), avant d'intégrer à Bucarest le haut-État-major (1935-1937). Il est ensuite promu Commandant du Premier Corps d'Armée et Inspecteur général de l'artillerie (1937 - 1939). En , il prend le commandement de 3e armée roumaine, puis, le le commandement d'un groupe d'armées temporaire, l'armée Dumitrescu regroupant la 3e armée roumaine et la 6. Armee allemande pour combattre l'Union soviétique aux côtés du groupe d'armées B de la Wehrmacht. Mais le , avec son subordonné Gheorghe Avramescu, il ouvre le front roumain aux Soviétiques : ils furent pour cela limogés par le dictateur fasciste Ion Antonescu et trois jours plus tard, la Roumanie déclarait la guerre à l'Allemagne, rejoignant les Alliés, Antonescu étant renversé et arrêté. Dumitrescu fut alors réintégré et participa à la guerre contre l’Allemagne nazie aux côtés des Soviétiques sous les ordres de Rodion Malinovski[1].

Pour ces raisons, après la guerre, il fut acquitté au terme du procès qui lui fut intenté par le régime communiste, comme à tous les généraux ayant combattu contre l’URSS.

Récompenses et décorations[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Johannes Frießner, Verratene Schlachten, die Tragödie der deutschen Wehrmacht in Rumänien ("Batailles trahies, la tragédie de la Wehrmacht en Roumanie"), éd. Holsten-Verlag, Leinen 1956.
  2. a et b Thomas 1997, p. 135.