Fred Joaillier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fred Joaillier

Fred Paris

Création 1936
Dates clés 1958 immatriculation de la société actuelle
Fondateurs Fred Samuel
Forme juridique SA à conseil d'administration
Siège social Neuilly sur Seine
Drapeau de France France
Direction Charles Leung depuis le 05-12-2018
Actionnaires LVMH
Activité Commerce de détail d'articles d'horlogerie et de bijouterie en magasin spécialisé
Effectif 86 en 2017
Site web www.fred.com/

Chiffre d'affaires 57 207 300 € en 2017
Résultat net -7 359 400 € en 2017 (perte)

Fred Joaillier, plus communément appelé Fred, est une marque française de joaillerie et d'horlogerie fondée en 1936 par Fred Samuel à Paris exploitée par la société Fred Paris[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Fils d'alsaciens émigrés en Argentine après la guerre de 1870, Fred Samuel nait à Buenos Aires, puis arrive en France à l'âge de 16 ans. Formé au métier de la joaillerie, il s'installe à son compte après son service national et ouvre une boutique à son nom, rue Royale, en 1936.

Il est un des premiers introducteurs en France de la perle de culture, nouveauté japonaise qui bouleverse la joaillerie française jusqu'alors vouée à la perle fine. De cette époque date le nom d'une teinte particulière de perle, d'un crème rosé léger : la couleur « Fred »[2].

Sa renommée est rapide et lui vaut la clientèle de vedettes du cinéma américain, tels Mary Pickford, Douglas Fairbanks ou encore Marlène Dietrich.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, la boutique est contrainte par le Commissariat général aux questions juives à retirer le nom de Samuel de l'enseigne. En décembre 1941, une étoile jaune est apposée sur la vitrine. Fred Samuel rejoint alors le maquis et ne rentre à Paris qu'en septembre 1944 où il ouvre de nouveau sa boutique.

« Par défi » ou par souvenir, il conserve pour l'enseigne le seul prénom de « Fred » auquel l'avaient contraint les autorités de Vichy[3].

Les années d'après-guerre, particulièrement fastes et inventives pour la mode parisienne[4], profitent à Fred qui fait appel à des artistes comme Jean Cocteau et Bernard Buffet. La jeune princesse Grace de Monaco compte parmi les clientes ainsi que de nombreux artistes du spectacle de l'époque.

Durant les années 1960, les collections de pierres précieuses suscitent l'intérêt d'amateurs du Golfe et du Moyen-Orient.

En 1995, Fred Joaillier rejoint le groupe LVMH.

En 2018 la direction est confiée à Charles Leung[5].

Implantation[modifier | modifier le code]

Outre Paris — où Fred Joaillier compte plusieurs salons de présentation, notamment rue de la Paix — la société possède également une dizaine de boutiques à Cannes, Monaco et au Japon (Kyoto, Osaka, Tokyo, Yokohama), ainsi qu'en Corée du Sud (Séoul).

Fred est représenté dans plusieurs villes de France ainsi qu'en Andorre, Belgique, Espagne, Luxembourg, à Hong Kong, Madagascar, aux îles Caïmans, en Tunisie, au Maroc et dans de nombreux pays du Proche et Moyen-Orient : Koweït, Abu Dhabi, Syrie, Qatar, Liban, Bahreïn, Arabie saoudite.

Le , deux malfaiteurs, le visage découvert et usant de gaz lacrymogène, brisent à coups de marteau les vitrines de la boutique place Vendôme et emportent pour 6 millions d'euros[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « FRED PARIS (NEUILLY SUR SEINE) Chiffre d'affaires, résultat, bilans sur SOCIETE.COM - 582088159 », sur www.societe.com (consulté le 3 février 2019)
  2. Communiqué, « Décès du joaillier Fred Samuel, ancien résistant », AFP, 4 octobre 2006, 16:19:46 GMT.
  3. Fred Samuel, Mémoires d'un joaillier, éditions du Rocher, Paris, 1992 (ISBN 978-2268012322)
  4. (en) Claire Wilcox, The Golden Age of Couture : Paris and London 1947 - 1957, Victoria and Albert Museum, Londres, 2007 (ISBN 978-1851775200)
  5. 28 Sep 2018 | Management, « LVMH : Charles Leung prend la tête de Fred Paris », sur ABC-Luxe, (consulté le 3 février 2019)
  6. Un braquage record, Le Parisien, 5 décembre 2008 lire en ligne

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]