Eustache Chappuis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eustache Chappuis
Fonction
Ambassadeur
Charles Quint
-
Biographie
Naissance
Entre et Voir et modifier les données sur Wikidata
AnnecyVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Nationalité
Activités

Eustache Chappuis (Chapuis) ou Eustace Chapuys[Note 1], né à Annecy vers la fin du XVe siècle et mort en janvier 1556 à Louvain, est un diplomate savoyard, ambassadeur de Charles Quint en Angleterre de 1529 à 1545 auprès du roi Henri VIII. Il joue diplomatiquement un rôle primordial en tant que défenseur attitré de Catherine d'Aragon, première épouse répudiée du roi d'Angleterre, puis de sa fille Marie Tudor qui accédera au trône d'Angleterre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Annecy, fils de nobles Louis Chappuis et de Guigonne Dupuy[3], il est issu d'une famille de notaires originaire d'Ugine[5]. Son père est notaire et est syndic de la ville vers 1486[1].

Sa date de naissance nous est inconnue. Les datations varient de 1486 à 1499. Lors du 92e Congrès national des Sociétés savantes (1970), l'érudit Joannès Chetail (1909-2002) indique « né à Annecy vraisemblablement en 1486 »[6]. L'historien Michel Germain auteur de l'ouvrage de synthèse Personnages illustres des Savoie (2007) donne l'année approximative de 1490[7]. La seule copie de l'inscription de sa sépulture indiquerait que cette date de naissance ne dépasse pas l'année 1499[8]. Une naissance aussi tardive donnerait une carrière relativement précoce[8]. Il semble donc plus probable que l'année de naissance se situe entre les années 1486 à 1491/1492[8],[9].

Official à la cour épiscopale de Genève[modifier | modifier le code]

Après de probables études dans sa ville natale, il est envoyé à l'Université de Turin[1], vers 1507[8],[9]. Au cours de cette période, il rencontre Agrippa de Nettesheim (1486-1535). Il obtient son diplôme en droit, en 1512[1],[8],[9]. Il semble poursuivre ses études à Valence, puis obtenir un doctorat à Rome[8],[9].

Il est ordonné prêtre à Annecy. Il est reçoit en prébende le doyenné de Viry[1],[3] et abbé commendataire du sanctuaire de Saint-Ange à Licata (Sicile)[10].

Il devient chanoine de la cathédrale Saint-Pierre de Genève[1],[3], où il exerce son ministère pendant 10 ans. Il est nommé, le , official[1],[3], à la Cour épiscopale de Genève où il est réputé pour sa grande éloquence. Il est notamment le secrétaire des évêques Jean-François de Savoie, proche parent du duc Charles III, qui le remarque[1], puis de Pierre de La Baume[9]. Il devient conseiller du duc Charles III[9]. En 1519, en compagnie du seigneur Alexandre de Sallenove, il est envoyé à la Diète de Zurich[9], comme délégué de la cour épiscopale, pour négocier, au nom du duc de Savoie et de l'évêque de Genève, Jean-François de Savoie, l'abrogation des accords de combourgeoisie entre Fribourg et Genève[1]. Le duc obtint ce qu'il demandait, mais les genevois revinrent ultérieurement sur leur désistement. Il le représente aussi à celle de Soleure[9].

Ambassadeur de Charles Quint auprès du roi Henri VIII d'Angleterre[modifier | modifier le code]

Portrait d'Henri VIII par Hans Holbein le Jeune.

Après avoir exercé les fonctions de conseiller du duc Charles II de Savoie[Note 2], Eustache Chappuis est secrétaire et confident du connétable de Bourbon[Note 3],[1]. Il est envoyé auprès de l'empereur du Saint-Empire romain germanique, Charles Quint[9]. En 1527, il devient son conseiller et maître des requêtes[9].

Chappuis présente ses lettres de créance au roi Henri VIII d'Angleterre en septembre 1529 et sert les intérêts du Saint-Empire en qualité d'ambassadeur permanent à la cour du roi d'Angleterre, remplaçant dans cette fonction Don Íñigo López de Mendoza y Zúñiga devenu cardinal.

Au milieu de toutes les intrigues de la cour des Tudor, Eustache Chappuis fait preuve de grands talents diplomatiques, en dépit des controverses développées par Lord William Paget, secrétaire du roi d'Angleterre. Un différend très vif oppose les représentants du roi Henri VIII et les ambassadeurs de Charles Quint et du pape Clément VII, à propos du projet de répudiation de Catherine d'Aragon. Dans ses Mémoires, lord Paget taxe Eustache Chappuis de fourberie, de mensonge et de flatterie, sans pour autant justifier l'attitude de son souverain.

Le chanoine Chappuis jette sur l'Angleterre de son temps un regard critique, souvent plein d'acuité. Très proche du roi Henri VIII, il entretient avec le souverain un dialogue suivi à propos de ses interrogations théologiques et sur l'évolution de ses rapports avec le clergé anglais : au mois d'octobre 1529, Henri VIII indique à l'ambassadeur impérial qu'« il ne reconnait pas d'autre supériorité au clergé que la possibilité de remettre les péchés ». Le 5 décembre 1530, recevant une pétition des Communes sollicitant une limite aux abus du clergé, il fait part à Chappuis de son intention de réformer l'Église d'Angleterre. Il aborde à cet égard la possibilité d'un concile général convoqué par les princes et non par le pape. Malgré l'opposition du nonce apostolique et de l'ambassadeur de Charles Quint, une assemblée à Westminster reconnaît Henri VIII comme le seul protecteur et chef suprême de l'Église d'Angleterre. Henri VIII ne cache pas à Eustache Chappuis que « quand bien même on prononcerait dix mille excomunications contre lui, il ne changerait rien à sa façon de penser ». Le 15 mai 1532, l'Église d'Angleterre renonce officiellement à son indépendance législative au profit d'Henri VIII qui ravit ainsi au pape sa souveraineté ecclésiastique[Note 4].

L'ambassadeur de Charles Quint est en contact avec la reine elle-même, avec John Fisher ainsi qu'avec Brian Tuke, qui fut secrétaire de l'ancien lord-chancelier, le cardinal Thomas Wolsey.

Eustache Chappuis se concerte diplomatiquement avec l'ambassadeur de France, Jean du Bellay[11]. En relation avec le chancelier Thomas More, dont il partage les idées humanistes, Eustache Chappuis défend la cause de Catherine d'Aragon, reine d'Angleterre, épouse du roi Henri VIII et tante maternelle de Charles Quint[Note 5]. En effet, peu avant son arrivée à la cour anglaise, éclatait la grande affaire du roi Henri VIII, qui souhaitait se séparer de son épouse Catherine d'Aragon — considérée comme légitime par l'Église catholique romaine — pour épouser Anne Boleyn, fille de Thomas Boleyn.

Eustache Chappuis apporte tout son soutien à la reine Catherine, en vain. Elle est répudiée en 1532. Elle se retire au château de Kimbolton où elle meurt le . L'ambassadeur ne peut s'empêcher de penser que sa mort est bien suspecte et il soupçonne un empoisonnement. Il laisse un compte-rendu attristé de sa dernière visite à la reine à Kimbolton[12].

Il plaide la cause de Marie Tudor, fille de Catherine d'Aragon et héritière légitime du royaume d'Angleterre, qui parvient à revenir à la cour d'Angleterre avant de régner en 1553.

Fondateur de collèges[modifier | modifier le code]

Les historiens[Lesquels ?] rapportent qu'Eustache Chappuis séjourne à Anvers au début de 1540 auprès de Charles-Quint. Remplacé par le diplomate flamand François van der Delft, il quitte la Cour d'Angleterre en mai 1545 pour se retirer à Louvain[9]. Il va se rendre à Annecy en 1548. Annecy est depuis 1514 la capitale du nouveau comté de Genevois, apanage des Genevois-Nemours, branche cadette de la maison de Savoie, alliés du roi François Ier. Les Savoyards de cette époque sont au service alternatif des deux branches de Savoie, antagonistes dans leurs alliances.

Adepte de la Réforme catholique, inspirée par le Concile de Trente, Eustache Chappuis fonde deux collèges en l'espace de trois ans.

Le Collège Chapuisien d'Annecy (1549)[modifier | modifier le code]

Porte d'entrée du 1, rue du Collège chapuisien, à Annecy.

Pour concurrencer la Réforme protestante de Genève, il fonde un collège à Annecy en 1549[9]. L'école est destinée à forger des esprits capables de résister aux argumentations des pasteurs protestants.

Géré initialement par le clergé diocésain, le Collège est confié aux barnabites, religieux d'origine milanaise, dont la réputation pédagogique est adaptée à la situation. Y sont notamment formés Claude de Granier, évêque de Genève, François de Sales, le chimiste Claude-Louis Berthollet, le grammairien Claude Favre de Vaugelas, l'évêque d'Annecy Mgr de Thiollaz et le cardinal Gerdil.

Cette école a fonctionné sous tous les régimes[13] jusqu'à la fin du XIXe siècle, donnant naissance à l'actuel lycée Berthollet en 1888. L'enseignement du collège chappuisien était réputé pour son caractère profondément humaniste[14].

Le Collège de Savoie à Louvain (1551)[modifier | modifier le code]

Le Collège Chappuisien est fondé à Louvain, en 1551, dans les Pays-Bas espagnols, sous le nom de collège de Savoie[15]. Les étudiant du collège savoyard d'Annecy disposaient de huit places[15]. Le recrutement s'opère dans le cercle restreint des notables savoyards. Des bourses sont réservées aux étudiants de condition modeste.

Le chanoine Eustache Chappuis est mort à Louvain le [7],[16] ou peut être le 21, d'après le Dictionnaire du clergé séculier et régulier du diocèse de Genève-Annecy (1920-1921) du chanoine Charles-Marie Rebord (1856-1927)[9],[7],[17]. Il est inhumé dans la chapelle du Collège de Savoie à Louvain[18].

Notoriété d'Eustache Chappuis[modifier | modifier le code]

Ce savoisien de la Renaissance, natif d'Annecy, ambassadeur à la Cour d'Angleterre, ne semble pas connu en pays de Savoie, à l'instar de son compatriote Marc-Claude de Buttet, natif de Chambéry, poète à la Cour de France[19].

Annecy a baptisé un quai Eustache-Chappuis[20] et une rue du Collège chappuisien[21].

Mises en scène de l'ambassadeur à la cour d'Angleterre[modifier | modifier le code]

  • Par Shakespeare au Théâtre en 1613 : Shakespeare a écrit en 1613 une pièce historique intitulée La fameuse histoire de la vie du roi Henry le huitième, où il donne sous la forme latinisée le nom du prélat, Capucius. Parue sous le nom initial de All is True, cette pièce prendra dix ans plus tard le titre de The famous History of the life of king Henry the eight.
  • Par Robert Bolt au Théâtre en 1954 : Robert Bolt a écrit en Angleterre en 1954 la pièce intitulée A Man for All Seasons, sur la cour d'Henry VIII: Le personnage d'Eustache Chappuis est incarné dans cette pièce qui fait l'objet d'un remake réalisé par Bernard Hepton en 1960 à la BBC.
  • Par Michael Hirst à la Télévision en 2007 : Michael Hirst a réalisé en 2007 un feuilleton télévisuel canado-irlandais en 38 épisodes intitulé Les Tudors. Le personnage d'Eustache Chappuis est incarné par Anthony Brophy, doublé en français par Fabien Briche.
  • Par Hilary Mantel en 2009 et 2012 : Hilary Mantel, romancière britannique, est l'auteur de Wolf Hall et de Bring up the Bodies en 2009 et 2012, romans pour lesquels elle reçoit deux fois le Booker Prize Fiction. Le sujet est la cour d'Henry VIII et le rôle principal est celui de Thomas Cromwell. Eustache Chappuis y a toute sa place.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Richard Lundell; The mask of dissimulation: Eustace Chapuys and Early Diplomatic Technique : 1536-1545 (PH D Thesis University of Illinois. Urbana: Champaigne, 2001).
  • Serge Tomamichel, Le collège chappuisien d'Annecy: du projet à sa réalisation (1549-1614), Lyon, 1992, 1318 pages (Thèse de doctorat en sciences de l'éducation, Université de Lyon, sous la direction de Guy Avanzini).
  • Jean-Pierre Moreau, « Rome ou l'Angleterre, les réactions politiques des catholiques anglais au moment du schisme (1529-1553) », Revue de l'histoire des religions, vol. 203,‎
  • Ursula Schwarzkopf, Généalogie de la Famille d'Eustache Chappuis à Annecy, t. 28, Bibliothèque d'humanisme et renaissance,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La forme de son nom varie selon les auteurs et les périodes. On trouve Chapuy-s, Chappuy-s, Chapuis[1] ou encore Cappuys[2]. Grillet[3] et la plupart des auteurs savoyards donnent la forme Eustache Chappuis. Ursula Schwarzkopf, dans son article Zur Familie des Eustace Chapuys en Annecy, mentionne le prénom en langue allemande d'Eustace [4].
  2. Le duc Charles III de Savoie est le beau-frère et l'allié de l'empereur Charles Quint. Il est aussi l'oncle du roi de France, François Ier, et son ennemi déclaré. Les troupes de François Ier, suivies de celles de son fils Henri II, envahissent la Savoie et l'occupent de 1536 à 1559. Le duc Emmanuel-Philibert de Savoie, vainqueur de la Bataille de Saint-Quentin (1557) contre Henri II, va obtenir la libération de son pays en 1559 aux Traités du Cateau-Cambrésis.
  3. Le connétable de Bourbon, lieutenant-général de Charles-Quint, fait prisonnier le roi François Ier à la Bataille de Pavie en 1525.
  4. Ces observations sont extraites des messages diplomatiques du chanoine Chappuis adressés à l'empereur Charles-Quint. Ces écrits sont conservés à Vienne, Haus-, Hof- und Staatsarchiv, England, Karton 4 et 5. Ils ont été dépouillés par Jean-Pierre Moreau (Rome ou l'Angleterre-Puf 1984).
  5. Charles-Quint est le fils de Jeanne Ire de Castille, sœur de Catherine d'Aragon.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Jean-Georges Ritz, « Un ambassadeur de Charles-Quint à la cour d'Henri VIII : le savoyard Eustache Chapuis (1486 - 1556) », Cahiers d'histoire, vol. XI,‎ , p. 163-179.
  2. Josef Eustach Winckler Chapuis, Das allgemeine Staatsrecht; . ... in Versen, besorgt von mehreren Juristen, red. von M. E. C., Volume 3, Hölder, 1874 p. 3 (lire en ligne)
  3. a, b, c, d et e Jean-Louis Grillet, Dictionnaire historique, littéraire et statistique des départements du Mont-Blanc et du Léman, contenant l'histoire ancienne et moderne de la Savoie, vol. 3, t. 2, Chambéry, J.F. Puthod, , p. 279-280. (Volume 1, lire en ligne)
  4. Ursula Schwarzkopf, Zur Familie des Eustace Chapuys en Annecy, Bibliothèque d' humanisme et Renaissance, 1966, t. 28, p. 521-552.
  5. Roger Devos et Pierre Broise, Histoire d'Ugine, vol. 48, Académie salésienne, , 532 p..
  6. Joannès Chetail, « Le collège savoyard de Louvain », dans Actes du 92e Congrès national des Sociétés savantes. Strasbourg et Colmar, t. III, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques. Section d'Histoire moderne et contemporaine, , 9-18 p..
  7. a, b et c Michel Germain, Personnages illustres des Savoie, Autre Vue, , 619 p. (ISBN 978-2-9156-8815-3), p. 128.
  8. a, b, c, d, e et f (en) Peter G. Bietenholz, Thomas Brian Deutscher, Contemporaries of Erasmus: A Biographical Register of the Renaissance and Reformation, vol. 1-3, A-Z, University of Toronto Press, , 503 p. (ISBN 978-0-80208-577-1, lire en ligne), p. 293.
  9. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Catherine Santschi, « Chapuys, Eustache » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  10. Mémoires pour l'Histoire ecclésiastique des diocèses de Genève, Tarantaise, Aoste et Maurienne et du Décannat de Savoie, par M. Bresson, curé de Chappeiry, Diocèse de Genève, Nancy, 1759.
  11. Bernard Cottret, Henri VIII, Le pouvoir par la force, Biographie Payot, 1999, p. 376.
  12. Chappuis à Charles Quint, le (J.P. Moreau-ibid).
  13. M. Alazard, professeur agrégé d'Histoire au Lycée Berthollet, Le voyage de Montaigne en Italie et le collège d'Annecy à l'époque des Barnabites. XVIIe et XVIIIe siècles, Annecy, Imprimerie Hérisson, 1912.
  14. Serge Tomamichel, Le Collège chappuisien d'Annecy : du projet à sa réalisation (1549-1614), sous la direction de Guy Avazini, Université Lumière Lyon 2, Ed. 1992.
  15. a et b Jean Nicolas, La Savoie au XVIIIe siècle : Noblesse et bourgeoisie, La Fontaine de Siloé, , 1242 p. (ISBN 978-2-8420-6222-4, lire en ligne), p. 392.
  16. Abbé Joseph-Antoine Besson (1717-17xx), Mémoires pour l'histoire ecclésiastiques des diocèses de Genève, Tarantaise, Aoste et Maurienne, et du décanat de Savoye, Nancy, S. Henault, 1759 (réédition M. Cane, Moûtiers, 1871), 498 pages, p. 88 (lire en ligne)
  17. Charles-Marie Rebord, Dictionnaire du clergé séculier et régulier du diocèse de Genève-Annecy : dès [sic] 1535 à nos jours, t. 1, Annecy, Académie salésienne, 1920-1921, 424 p. (lire en ligne), p. 161.
  18. Franciscus Sweertius F., Monumenta sepulcralia et inscriptiones publicae privataeque ducatus Brabantiae, Anvers, 1613, 386 pages, p. 251.
  19. Les familles Chappuis et Buttet, originaires d'Ugine, sont alliées, suivant le généalogiste comte Amédée de Foras (Armorial et Nobiliaire de l'ancien duché de Savoie) et la généalogiste allemande, Ursula Scharzkopf.
  20. Jean-François Gonthier, Promenade historique à travers les rues d'Annecy, impr. J. Masson, , 84 p., p. 5, 59.
  21. Jean-François Gonthier, Promenade historique à travers les rues d'Annecy, impr. J. Masson, , 84 p., p. 38.