Thomas Cromwell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cromwell.
Thomas Cromwell
Portrait de Thomas Cromwell par Hans Holbein le Jeune, 1532.
Portrait de Thomas Cromwell
par Hans Holbein le Jeune, 1532.
Fonctions
chef ministre,
vice-régent pour les affaires spirituelles,
Master of the Rolls
Biographie
Date de naissance vers 1485
Lieu de naissance Putney près de Londres (Angleterre)
Date de décès
Lieu de décès tour de Londres (Angleterre)
Conjoint Elizabeth Wyckes
Profession soldat, juriste, homme politique
Religion Luthérien

Thomas Cromwell (né à Putney près de Londres, vers 1485 – mort à la tour de Londres, le 28 juillet 1540), comte d'Essex, est un homme politique anglais, principal ministre du roi Henri VIII d'Angleterre de 1532 à 1540. Il est l'un des principaux acteurs de la Réforme en Angleterre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine et jeunesse[modifier | modifier le code]

Thomas Cromwell naît vers 1485 à Putney, dans le Surrey. Il est le fils de Walter Cromwell, aussi connu sous le nom de Smyth (1463-1510), est brasseur, forgeron ou encore marchand ou maréchal ferrant ; il est connu pour son ivresse permanente et ses activités illégales. La mère de Thomas, Catherine, est la tante de Nicholas Glossop de Wirksworth, dans le Derbyshire. Elle vit à Putney dans la maison d'un avocat local, John Welbeck, au moment de son mariage avec Walter Cromwell, en 1474.

Cromwell a deux sœurs : l'aînée, Catherine (née vers 1482), est l'épouse de Morgan Williams, un avocat gallois ; la cadette, Elisabeth, est l'épouse d'un fermier, William Wellyfed. Le fils de Catherine et Morgan, Richard, est par la suite employé par son oncle, et change son nom pour adopter celui de Cromwell, et est l'ancêtre d'Oliver Cromwell.

On sait peu de choses de la jeunesse de Thomas Cromwell. On pense qu'il est né au sommet de Putney Hill, en bordure de l'actuel quartier londonien de Wimbledon Common. En 1878, son lieu de naissance est toujours discuté. A cette date, Walford écrit ainsi :

L'emplacement du lieu de naissance de Cromwell est encore situé par tradition, et dans une certaine mesure cela a été confirmé par des fouilles, à Wimbledon Manor, cité précédemment,car l'on décrit en cet endroit "une ancienne maison appelée 'l'atelier du forgeron', se trouvant à l'ouest de la grande route allant de Richmond à Wandsworth, où l'on voit le signe de l'Ancre'. Le site auquel on fait référence est aujourd'hui recouvert par la taverne de Green Man

Cromwell a déclaré à l'archevêque de Canterbury Thomas Cranmer qu'il avait été un "voyou... dans sa jeunesse". Il quitte l'Angleterre dans sa jeunesse, probablement à la suite d'une dispute avec son père, et voyage en Europe. Il part pour l'Italie où il s'engage comme soldat dans l'armée française et combat lors de la bataille du Garigliano (21 décembre 1503). Après la défaite française, il s'échappe du champ de bataille pour Florence. Là, il se met au service de Francesco Frescobaldi, membre d'une des riches familles marchandes de la ville, à Pise, à Venise et finalement aux Pays-Bas, où il entre, vers 1508, au service de négociants anglais. Agent de l'archevêque d'York, le cardinal Bainbridge, Cromwell, qui parle anglais, latin, italien, grec et français, rencontre, lors de son séjour à Venise, les ennemis traditionnels de la papauté, qui avaient combattu contre Jules II et la Ligue de Cambrai.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

On ne sait pas quand Cromwell rentre en Angleterre. Il se marie vers 1515 à Elizabeth Wyckes (morte en 1529). Elle est la veuve de Thomas Williams, un Yeoman de la Garde, et la fille d'un artisan de Putney, Henry Wykes, qui avait été un gentilhomme huissier d'Henri VII.

Le couple a trois enfants :

  • Gregory Cromwell, 1er baron Cromwell (c. 1520-51), second époux d'Elisabeth Seymour.
  • Anne Cromwell (meurt c. 1529).
  • Grace Cromwell (meurt c. 1529)

La femme de Cromwell meurt dès 1529, et l'on pense que ses filles ne lui ont pas survécu longtemps. Ainsi, une liste de fournitures destinées par leur père à Anne et Grace datée du 12 juillet 1529 a été barrée par la suite. Gregory survit à son père onze ans, et succombe à la suette en 1551.

Thomas Cromwell a aussi eu une fille illégitime, Jane (c. 1535-1580), dont l'enfance demeure un mystère complet. Selon la romancière Hilary Mantel :

"Cromwell a eu une fille illégitime, et au-delà du fait qu'elle a existé, nous savons très peu de choses à son propos. Elle apparaît succinctement dans les archives. D'une façon incroyablement obscure - elle est dans les archives du comté de Chester."

Jane s'est mariée à William Hough (c. 1527-1585), de Leighton in Wirral, Cheshire, aux alentours de 1550. William Hough est le fils de Richard Hough (1508-73/74), qui a été l'agent de Cromwell dans le Chester de 1534 à 1540. On ne sait pas quel rôle ont joué Thomas et Gregory dans sa vie. Jane et son mari sont restés de fervent catholiques qui, avec leur fille, Alice, le mari de cette dernière, William Whitmore,et leurs enfants, ont attiré l'attention des autorités en tant que réfractaires du règne d'Elisabeth Ire.

Avocat, membre du Parlement, conseiller de Wolsey[modifier | modifier le code]

En 1517, et à nouveau en 1518, Cromwell mène une ambassade à Rome pour obtenir du pape Léon X une bulle papale pour la restauration des indulgences dans la ville de Boston, Lincolnshire.

En 1520, Cromwell est fermement installé dans les cercles marchands et juridiques de Londres. En 1523, il obtient un siège à la Chambre des communes en tant que magistrat, même si l'on n'a pas identifié la circonscription qu'il représentait.

En 1524, il est élu membre de la Gray's Inn.

De 1516 environ à 1530, Cromwell est un membre de la maison du Cardinal Wolsey, qui est aussi Lord Chancelier. Il est l'un de ses conseillers à partir de 1519, et son secrétaire à partir de 1529. Au milieu des années 1520, Cromwell assiste à la dissolution de près de trente monastères pour lever des fonds destinés à permettre la fondation par Wolsey de l'Ecole Royale d'Ipswich (1528) et du Cardinal College à Oxford (1529). En 1526, Wolsey nomme Cromwell comme membre de son conseil. En 1529, Cromwell est l'un des conseillers les plus expérimentés et fidèles de Wolsey. D'ici le mois d'octobre de cette année, cependant, Wolsey tombe en disgrâce. Cromwell s'est lui-même fait des ennemis en aidant Wolsey à dissoudre les monastères, mais est déterminé à ne pas tomber avec son maître.

Favori royal[modifier | modifier le code]

Cromwell surmonte avec succès l'ombre jetée sur sa carrière par la chute de Wolsey. En novembre 1529, il a sécurisé un siège comme membre du Parlement pour Taunton et l'on rapporte qu'il est en faveur avec le roi. Dans les dernières semaines de 1530, le roi le nomme dans son Conseil Privé. Cromwell tient de nombreux offices pendant sa carrière au service du roi, parmi lesquels :

  • Commissaire pour le Subside, Londres 1524, Kent 1534, pour l'impression de la Bible 1539, 1540
  • Membre du Conseil privé 1531
  • Maître de la Maison des Joyaux de la Couronne conjointement avec Sir John Williams 14 avril 1532, c. 1533-1540
  • Clerc du Hanap 16 juillet 1532, conjointement avec Ralph Sadler avril 1535-1540
  • Chancelier de l’Échiquier 1533
  • Archiviste, Bristol 1533-1540
  • Intendant, Westminster Abbey 12 septembre 1533, conjointement avec Robert Wroth 14 février 1534-mai 1535
  • Seigneuries d'Edmonton et Sayesbery, Middlesex mai 1535, de Havering-atte-Bower, Essex décembre 1537, manoir de Writtle, Essew juin 1536, distinction de Rayleigh, Essex septembre 1539
  • Inspecteur des Bois royaux, conjointement avec Sir William Paulet à partir de 1533
  • Secrétaire principal c. avril 1534-avril 1540
  • Secrétaire du roi et Master of the Rolls 8 octobre 1534-10 juillet 1536
  • Connétable conjointement avec Richard Williams (alias Cromwell) de Hertford Castle, Hertfordshire 1534-1540, Berkeley Castle, Gloucestershire 1535-1540, seul, Leeds Castle, Kent 4 janvier 1539-1540
  • Visiteur général des monastères 21 janvier 1535
  • Intendant : duché de Lancaster, Essex, Hertfordshire et Middlesex 12 mai 1535 - 1540
  • Intendant de Savoy Manor mai 1535-1540
  • Chancelier, Grand Intendant et Visiteur, Université de Cambridge 1535-1540
  • Commissaire de la Paix, Bristol, Kent, Middlesex, Surrey 1535-1540, Essex 1536-1540, Derbyshire, Westmorland 1537-1540, tous les comtés 1538-1540
  • Prébende de Salisbury mai 1536 - 1540
  • Receveur des Pétitions dans la Chambre des Lords, Parlement de 1536
  • Lord Privy Seal 2 juillet 1536-1540
  • Baron d'Oakham (Cromwell est anobli)
  • Vicaire général et Vice-gérant du Roi dans le domaine spirituel 18 juillet 1536
  • Dean of Wells 1537-1540
  • Gardien et Chef de la Justice à Eyre, nord de Trent 30 décembre 1537-1540
  • Chevalier de la Jarretière 1537
  • Gouverneur de l'Ile de Wright 2 novembre 1538-1540
  • Lord Great Chamberlain 17 avril 1540
  • Comte d'Essex 1540

Anne Boleyn[modifier | modifier le code]

A partir de 1527, Henri VIII cherche à faire annuler son mariage avec Catherine d'Aragon pour pouvoir épouser légalement Anne Boleyn. Au cœur de la campagne pour l'annulation se trouve la doctrine émergente de la suprématie royale sur l'Eglise. A l'automne 1531, Cromwell a pris le contrôle de la supervision des affaires légales et parlementaires du roi, travaillant tout particulièrement avec Thomas Audley, et a rejoint le cercle restreint du Conseil. Au printemps suivant, il a commencé à exercer de l'influence sur l'élection de la Chambre des communes.

La troisième session de ce qu'il est devenu commun d'appeler le Parlement de Réforme était prévue pour octobre 1531, mais a été reportée jusqu'au 15 janvier 1532 à cause de l'indécision du gouvernement à propos de la meilleure manière d'avancer. Cromwell supporte la revendication d'une suprématie royale, et manipule la Chambre des communes en ressuscitant les plaintes anticléricales exprimées auparavant dans la session de 1529. Le 18 mars 1532, les Communes énoncent une supplication au roi, dénonçant les abus cléricaux et le pouvoir des courts ecclésiastiques, et décrivant Henri comme "la seule tête, le seigneur souverain, protecteur et défenseur" de l’Église. Le clergé capitule quand on le menace de représailles parlementaires s'il résiste. Le 14 mai 1532, le Parlement est prolongé. Deux jours plus tard, Sir Thomas More démissionne de son poste de Chancelier, se rendant compte que le combat pour sauvegarder le mariage est perdu. La démission de More du Conseil représente un triomphe pour Cromwell et la faction réformatrice de la cour.

La gratitude du roi à l'égard de Cromwell est exprimée dans la concession de la seigneurie de Romney à Newport, Pays de Galles, et la nomination à trois offices assez mineurs : Maître des Joyaux le 14 avril 1532, Clerc du Hanap le 16 juillet, et Chancelier de l’Échiquier le 12 avril 1533. Aucun de ces offices ne lui apporte beaucoup de revenus, mais ces nominations sont des indicateurs de la faveur royale, et donnent à Cromwell une position dans trois institutions majeures du gouvernement : la Maison royale, la Chancellerie, et l’Échiquier.

Le 26 janvier 1533, Audley est nommé Lord Chancelier, et Cromwell accroît son contrôle sur les Communes en influant sur les élections. Henri et Anne se marient le 25 janvier, après un mariage secret le 14 novembre dont les historiens pensent qu'il a eu lieu à Calais. La session parlementaire début le 4 février, et Cromwell introduit une nouvelle loi restreignant le droit de faire appel à Rome. Le 30 mars, Thomas Cranmer est consacré archevêque de Canterbury, et convoque un conseil pour déclarer le mariage d'Henri et Catherine illégal. La première semaine d'avril 1533, le Parlement promulgue la loi de Cromwell, l'Acte de Restriction des Appels, assurant que toute décision concernant le mariage du roi ne pourrait pas être discutée par Rome. Le 11 avril, Cranmer envoie au roi une objection pro forma à la validité de son mariage avec Catherine. Un procès formel débute le 10 mai 1533 à Dunstable, et l'archevêque prononce le 23 mai la sentence déclarant le mariage d'Henri et Catherine nul et non avenu. Cinq jours plus tard, il déclare valide le mariage d'Henri et d'Anne, et celle-ci est couronnée reine le 1er juin.

En décembre, le roi autorise Cromwell à discréditer la Papauté, et le Pape est attaqué dans tout le royaume dans des sermons et des pamphlets. En 1534, un nouveau Parlement est convoqué, à nouveau sous la supervision de Cromwell, pour écrire la législation nécessaire pour rompre formellement les derniers liens de l'Angleterre avec Rome. La sentence de l'archevêque Cranmer prend la forme de l'Acte de Succession, l'Acte de Dispensations réitère la suprématie royale et l'Acte de Soumission du Clergé incorpore dans la loi la capitulation du clergé de 1532. Le 30 mars 1534, Audley donne l’assentiment royal à la législation en présence du roi.

Le ministre principal d'Henri VIII[modifier | modifier le code]

En avril 1534, Henri confirme Cromwell dans son statut de secrétaire principal et "premier" ministre, une position qu'il occupait déjà officieusement auparavant. Cromwell s'attache immédiatement à faire appliquer la législation passée par le Parlement. Avant que les membres des deux Chambres ne retournent chez eux le 30 mars, on leur demande de jurer fidélité à l'Acte de Succession, et on demande de même à tous les sujets du roi de jurer fidélité à la légitimité du mariage et, par conséquence, d'accepter les nouveaux pouvoirs du roi et la rupture avec Rome. Le 13 avril, le clergé de Londres accepte de prononcer le serment. Le même jour, on le requiert de Sir Thomas More et de John Fisher, évêque de Rochester, qui s'y refusent tous deux. On se saisit immédiatement de More avant de le transférer à la Tour de Londres le 17 avril, où Fisher le rejoint quatre jours plus tard.

Le 18 avril, il est ordonné que tous les habitants de Londres prononcent le serment. De tels ordres sont donnés dans l'ensemble du royaume. Quand le Parlement se réunit en novembre, Cromwell lui soumet la plus importante révision des lois sur la trahison depuis 1352, considérant comme trahisons tous propos rebelles prononcés à l'encontre de la famille royale, le fait de nier leurs titres, ou encore de qualifier le roi d'hérétique, de tyran, ou d'usurpateur. L'Acte de Suprématie clarifie également la position du roi à la tête de l’Église anglaise, et l'Acte pour le Paiement des Premiers Fruits et Dîmes augmente substantiellement les taxes sur le clergé. Cromwell renforce aussi son propre contrôle sur l’Église. Le 21 janvier 1535, le roi le nomme Vice-Gérant royal et Vicaire général, et lui donne la mission de visiter toutes les églises et tous les monastères du pays. Cela permet à Cromwell d'établir un cens pour taxer plus efficacement le clergé.

Il théorise en outre le fait que l'Angleterre est un « empire » (ne dépendant d'aucune puissance étrangère, a fortiori du pape). Surtout, il est celui qui suggère avec le plus de force au roi d'être lui-même le chef de l'Église anglaise (Acte de suprématie 1534). Cela lui vaut sa nomination en 1535 comme « vice-gérant pour les affaires spirituelles ».

La chute d'Anne Boleyn[modifier | modifier le code]

La session finale du Parlement de Réforme commence le 4 février 1536. D'ici le 18 mars, chaque Chambre a débattu l'Acte de Suppression des plus petits monastères, ceux ayant un revenu brut de moins de 200£ par an. Cela provoque une dispute avec Anne Boleyn, auparavant une des alliées de Cromwell, qui veut que les dissolutions servent des objectifs d'éducation et de charité et non celui de remplir les coffres du roi.

Anne ordonne à ses chapelains de prêcher contre le Vice-Régent, et, dans un sermon cinglant le Dimanche de la Passion, le 2 avril 1536, son aumônier, John Skip, dénonce Cromwell et les autres conseillers privés devant l'ensemble de la cour. La diatribe de Skip devait persuader les courtisans et les conseillers privés de changer leurs conseils au roi et de rejeter la tentation du gain personnel. Skip est appelé à comparaître devant le Conseil, où il est accusé de méchanceté, de calomnie, d'audace, de manque de charité, de sédition, de trahison, de désobéissance à l’Évangile, d'attaquer "les grands postes, piliers et colonnes soutenant et portant l’État" et invitant à l'anarchie.

Anne a de nombreux ennemis à la cour, n'a jamais été populaire auprès du peuple, et n'a toujours pas réussi à donner un héritier mâle au roi. Ce dernier est devenu impatient, et est tombé amoureux de Jeanne Seymour, encouragé par les ennemis d'Anne, parmi lesquels les frères de Jeanne et Nicholas Carew. Dans des circonstances qui restent floues et sujettes à débat parmi les historiens, Anne est accusée d'adultère avec Mark Smeaton, un musicien de la Maison royale, Henry Norris, qui occupe l'office de Groom of the Stool, très proche du roi, Sir Francis Weston, William Brereton, et son propre frère George Boleyn, vicomte de Rochford.L'ambassadeur impérial, Eustache Chapuys, écrit ainsi à Charles Quint :

[Cromwell] a lui-même été autorisé et commissionné par le roi pour intenter et finaliser le procès contre la maîtresse, tâche à laquelle il s'est voué corps et âme... Il s'est attaché à échafauder et conspirer ladite affaire.

En dépit du rôle joué par Cromwell dans la chute d'Anne Boleyn, et de sa propre animosité à son égard (Chapuys la désigne comme "maîtresse" car il ne reconnaît pas le divorce d'Henri VIII avec feu Catherine d'Aragon), la lettre de Chapuys établit que Cromwell agit sous l'autorité du roi. De nombreux historiens, cependant, estiment que la chute d'Anne et son exécution ont été manigancées par Cromwell.

La reine et son frère son jugés le lundi 15 mai, alors que les quatre autres accusés ont été condamnés le vendredi précédent. Les cinq hommes sont exécutés le 17 mai et, le même jour, Cranmer déclare invalide le mariage d'Henri et Anne, une décision qui rend illégitime leur fille, la princesse Élisabeth. Deux jours plus tard, Anne est elle aussi décapitée. Le 30 mai, le roi épouse Jeanne Seymour. Le 8 juin, un nouveau Parlement passe le second Acte de Succession, assurant les droits sur le trône des potentiels enfants de la reine Jeanne.

Baron Cromwell et Lord Privy Seal[modifier | modifier le code]

La position de Cromwell est plus forte que jamais. Il succède au père d'Anne Boleyn, Thomas Boleyn, premier comte de Wiltshire, à la charge de Lord Privy Seal le 2 juillet 1536, quittant pour cela celle de Master of the Rolls, qu'il occupait depuis le 8 octobre 1534. Le 8 juillet 1536, il est élevé à la pairie en tant que baron Cromwell de Wimbledon.

La réforme religieuse[modifier | modifier le code]

Cromwell orchestre la dissolution des monastères et les visites aux universités et collèges en 1535, établissements qui ont des liens forts avec l’Église. Cela résulte en la dispersion et la destruction de nombreux livres considérés comme superstitieux ou pro-papauté. Cela a été décrit comme 'le plus grand désastre singulier de l'histoire littéraire d'Angleterre'. L'université d'Oxford n'a plus eu de bibliothèque jusqu'à la donation de Thomas Bodley en 1602.

En juillet 1536, une première tentative pour clarifier la doctrine religieuse d'après la rupture avec Rome est faite. L'évêque Edward Foxe expose ses propositions, et est soutenu par Cromwell et Cranmer ; elles sont reconnues par le roi sous le nom des 'Dix articles' et sont imprimées en août 1536. Cromwell fait circuler des ordres pour leur observation qui vont au-delà des articles eux-mêmes, ce qui provoque une opposition en septembre et en octobre dans le Lincolnshire puis dans les six comtés septentrionaux. Ces importants soulèvements populaires et cléricaux trouvent des soutiens dans la bourgeoisie et la noblesse et prennent le nom du Pèlerinage de Grâce.

Les raisons de la rébellion sont nombreuses, mais la plus importante est la suppression des monastères, que l'on reproche aux "mauvais conseillers" du roi, c'est-à-dire surtout Cromwell et Cranmer. L'un des meneurs de la rébellion est Thomas Darcy, premier baron Darcy de Darcy, qui donne à Cromwell un avertissement prophétique juste avant d'être exécuté : "d'autres qui ont été dans une faveur avec les rois telle que vous en bénéficiez aujourd'hui ont eu le même destin que celui auquel vous me menez".

La suppression des révoltes stimule une poursuite des réformes. En février 1537, Cromwell convoque en tant que vice-gérant un synode d'évêques et de docteurs. Le synode est coprésidé par Cranmer et Foxe, et ils ont en juillet écrit un document préparatoire, L'Institution d'un homme chrétien, plus largement connu comme le Livre des Évêques. En octobre, ce livre circule, bien que le roi n'ait pas encore accordé son assentiment total. Le succès des politiques religieuses de Cromwell a été supplanté par l'affaiblissement de son influence politique dûe à l'émergence d'un Conseil Privé, un corps de nobles et d'officiers qui s'est d'abord constitué pour annihiler le Pèlerinage de Grâce. Le roi confirme cependant son soutien à Cromwell en le nommant à l'Ordre de la Jarretière le 5 août 1537, mais Cromwell n'en est pas moins obligé d'accepter l'existence d'un corps exécutif dominé par ses opposants conservateurs.

En janvier 1538, Cromwell poursuit une campagne d'envergure contre ce que les fidèles de la vieille religion nomment 'idolâtrie'. Statues, jubés et images sont attaqués, ce qui culmine en septembre avec la démolition de l'autel de saint Thomas Becket à Canterbury. Au début du même mois, Cromwell finalise aussi une série d'injonctions en tant que vice-gérant déclarant la guerre totale aux "pèlerinages, fausses reliques ou images, ou toutes superstitions de ce genre" et commandant qu'"un livre de la Bible entière en anglais" soit disposé dans chaque église. De plus, suivant la reddition "volontaire" des derniers petits monastères l'année précédente, les plus grands monastères sont désormais aussi "invités" à se rendre courant 1538, un processus légitimé lors de la session du Parlement de 1539 et complété l'année suivante.

Son rôle politique s'appuie sur un réseau d'humanistes qui relaie par l'imprimerie l'esprit de réforme (Thomas Gibson, William Marshall, Richard Morrison, John Rastell, Thomas Starkey, Richard Taverner et John Uvedale). Il ménage Érasme dans une affaire de pension supprimée, pour « être un ardent ami de votre nom ». Mais sa promotion rapide et sa politique antipapiste lui valent des ennemis dans les cercles conservateurs et des accusations récurrentes sur sa propension à s'attribuer des biens d'Église.

Résistance à une réforme religieuse plus avancée[modifier | modifier le code]

Le roi est de moins en moins content de l'étendue qu'atteignaient les réformes, et la faction conservatrice gagne en force à la cour. Cromwell prend l'initiative contre ses ennemis. Il emprisonne le marquis d'Exeter, Sir Edward Neville, et Sir Nicholas Carew pour des charges de trahison en novembre 1538, se servant de preuves acquises lors de l'interrogatoire de Sir Geoffrey Pole, prisonnier à la Tour de Londres. Tous sont exécutés dans les mois suivants.

Le 17 décembre 1538, l'Inquisiteur général de France interdit l'impression de la Grande Bible de Myles Coverdale. Cromwell persuade le roi de France de lui transmettre les livres inachevés afin que l'impression continue en Angleterre. La première édition est finalement disponible en avril 1539. La publication de la Grande Bible, sa première version en anglais faisant autorité, est l'un des principaux succès de Cromwell.

Le roi, cependant, continue de résister à des mesures réformatrices plus poussées encore. On établit un comité de Parlement pour examiner la doctrine, et le duc de Norfolk présente à la Chambre le 16 mai 1539 six questions à considérer, qui sont ensuite ratifiée sous le nom de l'Acte des Six Articles peu avant la fin de la session le 28 juin. Les Six Articles réaffirment une vision traditionnelle de la Messe, des Sacrements et de la prêtrise.

Anne de Clèves[modifier | modifier le code]

La reine Jeanne était morte en 1537, moins de deux semaines après avoir donné naissance à son seul enfant, le futur Édouard VI. Au début d'octobre 1539, le roi accepte enfin la suggestion de Cromwell selon laquelle il devrait épouser Anne de Clèves, la sœur du duc Guillaume de Clèves, motivé notamment par le portrait qu'en a fait Hans Holbein à cette fin. Le 27 décembre, Anne de Clèves arrive à Douvres. Au Nouvel An 1540, le roi la rencontre à Rochester et est immédiatement rebuté par son physique. Il s'exclame le soir même : "Je ne l'aime pas !". La cérémonie des noces se déroule le 6 janvier à Greenwich, mais le mariage n'est pas consommé. Henri déclare qu'il trouve impossible de jouir des relations conjugales avec une femme qu'il trouve si peu attractive.

Comte d'Essex[modifier | modifier le code]

Le 18 avril 1540, Henri donne à Cromwell le comté d'Essex et l'office de Lord Grand Chamberlain (Grand Chambrier). Malgré ces signes de faveur royale, la place de ministre principal du roi qu'occupe Cromwell ne lui appartient plus pour longtemps. La colère du roi d'avoir été forcé d'épouser Anne de Clèves est l'opportunité dont les ennemis conservateurs de Cromwell - et notamment le duc de Norfolk - avaient besoin afin de le renverser.

La chute[modifier | modifier le code]

Ayant soutenu le roi dans son premier divorce, il l'appuie aussi dans la déposition d'Anne Boleyn et son remplacement par Jeanne Seymour, puis se hâte d'encourager un nouveau mariage diplomatique avec Anne de Clèves. Ce mariage s'avère un désastre amoureux. Ses adversaires (en particulier le duc de Norfolk) en profitent pour le faire arrêter, en plein Conseil, et emprisonner à la tour de Londres. Henri le détient jusqu'à l'obtention de son divorce d'avec Anne.

Cromwell est finalement décapité en secret à la tour de Londres le . Le bourreau aurait été volontairement choisi sans expérience pour rendre l'exécution plus cruelle : il s'y prit en tout cas à trois fois pour trancher la tête de Cromwell, tête qui fut bouillie et exhibée sur une pique sur le pont de Londres. Il est enterré à la chapelle royale de Saint Pierre aux liens.

Historiographie[modifier | modifier le code]

Jusqu'aux années 1950, les historiens ont minimisé le rôle de Cromwell, estimant qu'il n'avait été qu'un doctrinaire au service du despote Henri VIII, comme l'explicite en 1911 l'Encyclopædia Britannica : "son pouvoir a été surévalué". Cependant, dans son livre publié en 1953 intitulé La Révolution des Tudor, Geoffrey Elton le présente comme le personnage central de celle-ci. Il en fait le portrait d'un génie qui a tenu un rôle plus important que le roi lui-même dans la rupture avec Rome et la création des lois et des procédures administratives qui ont façonné l'Angleterre de la Réforme. Elton écrit que Cromwell a été le responsable de la traduction de la suprématie royale dans les textes parlementaires, créant de nouveaux puissants organes de gouvernement pour prendre en charge les terres confisquées à l'Eglise, et effaçant ainsi largement les traits médiévaux du gouvernement central.

Les historiens suivant ont rejoint Elton à propos de l'importance de Cromwell, mais pas au point d'en faire une "révolution". Leithead écrit en 2004 : "Il a sécurisé l'acception des nouveaux pouvoirs du roi malgré une opposition importante, créé un royaume plus uni et plus facilement gouvernable, et fourni à la couronne, du moins temporairement, une rente terrestre très importante."

Thomas Cromwell dans l'art[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

La romancière britannique Hilary Mantel consacre une trilogie à la biographie romancée de Thomas Cromwell :

  • Wolf Hall (Fourth Estate, 2009), qui couvre la jeunesse et l'ascension jusqu'en 1535 ;
  • Bring Up The Bodies (Harper Collins et Henry Holt & Co, 2012), sur son rôle pendant la chute d'Anne Boleyn (1536) ;
  • The Mirror and the Light (à paraître), sur les quatre dernières années de sa vie (1536-1540).

Wolf Hall, la mini-série télévisée en 6 épisodes réalisée par la BBC et HBO, est inspirée des deux premiers tomes de la trilogie[1].

À l'écran[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jacob Klein, « HBO and BBC to Collaborate for ‘Wolf Hall’ Mini », sur HBOWatch,

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]