Espoo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Espoo
Esbo (sv)
Blason de Espoo
Héraldique
Espoo
Vue aérienne de Kivenlahti, un quartier d'Espoo.
Administration
Pays Drapeau de la Finlande Finlande
Région Uusimaa
Maire Jukka Mäkelä
Code postal 42 codes compris entre 02100 et 02980
Indicatif téléphonique 09
Langue(s) parlée(s) finnois : 83,6 % (officiel)
suédois : 8,3 % (officiel)
autres : 8 %
Démographie
Population 266 791 hab.[1] (2015)
Densité 505 hab./km2
Géographie
Coordonnées 60° 12′ 36″ nord, 24° 39′ 36″ est
Altitude Min. (mer Baltique) 0 m
Max. 106 m
Superficie 52 814 ha = 528,14 km2 [2]
· dont terre 312,26 km2 (59,12 %)
· dont eau 215,88 km2 (40,88 %)
Rang superficie (221e / 336)
Rang population (2e / 336)
Histoire
Province historique Uusimaa
Province Finlande méridionale
Fondation Préhistoire
Municipalité depuis 1963
Droits de Cité depuis 1972
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Finlande
Voir sur la carte administrative de Finlande
City locator 14.svg
Espoo
Géolocalisation sur la carte : Finlande
Voir sur la carte topographique de Finlande
City locator 14.svg
Espoo
Liens
Site web http://www.espoo.fi

Espoo (suédois : Esbo) est la deuxième ville de Finlande. Bordant Helsinki à l'ouest, son centre est distant de seulement 15 kilomètres du centre-ville de la capitale. 8,9 % des habitants de la ville sont de langue suédoise, 5,2 % sont allophones. Espoo fait partie, avec Helsinki, Vantaa et Kauniainen, du Grand Helsinki qui regroupe un million d'habitants.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers habitants[modifier | modifier le code]

Les premières traces d'habitations remontent à environ 9 000 ans. Des grains de pollen indiquent la présence d'agriculteurs 1 000 ans avant l'ère chrétienne. Jusqu'au XIIIe siècle, la zone de peuplement épars était une frontière entre les Finnois et les Tavastes.

La période suédoise[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle, des immigrants venus de Suède établissent les premières installations agricoles permanentes et assimilent la population finnoise locale peu dense. Espoo est une partie de la congrégation de Kirkkonummi jusqu'à 1486-1487. Les documents les plus anciens faisant référence à Kirkkonummi datent des années 1380 et le premier document faisant référence à Espoo date de la fin de 1431. La construction de la cathédrale d'Espoo marque l'indépendance d'Espoo. Administrativement Espoo faisait partie de l'Uusimaa, quand cette province sera partagée en province orientale gouvernée par le châtelain de Porvoo et la province occidentale gouvernée par le châtelain de Raseborg. Espoo était sur la frontière orientale de la Province de Raseporg. Au XIIIe siècle, la route royale[3],[4] passait par Espoo dans son tronçon Stockholm-Turku-Porvoo-Viipuri.

En 1557, le roi Gustave Vasa décide de stabiliser et de développer la région en fondant un manoir royal à Espoo. Le gouvernement achète les villages de Espåby et de Mankby puis après avoir expulsé la population construit le manoir royal d'Espåby. Le manoir royal abrite le représentant plénipotentiaire (vogt) qui collecte la taxe en nature payé par le métayer sur la ferme royale.

La période finlandaise[modifier | modifier le code]

En 1920, Espoo est encore une municipalité rurale d'environ 9 000 habitants, dont 70 % de suédophones. L'agriculture est la source principale de revenu avec 75 % de la population vivant du fermage. Kauniainen est encore séparé d'Espoo et obtient ses droits de cité en 1972 en même temps qu'Espoo. Espoo commence à se développer rapidement dans les années 1940 et 1950. Espoo devient une ville industrielle, sa proximité d'Helsinki la rend populaire parmi les personnes travaillant dans la capitale. Entre 1950 et 2000, la population d'Espoo passe de 22 000 à 210 000 habitants. Depuis 1945, la majorité des habitants d'Espoo parle finnois, les suédophones sont environ 9 %.

Le centre administratif Espoon keskus s'est développé autour de la cathédrale et de la gare ferroviaire d'Espoo. Toutefois la municipalité a retenu une structure en réseau qui comprend plusieurs centres d'habitation : Espoon keskus, Espoonlahti, Kalajärvi, Kauklahti, Leppävaara, Matinkylä, Olari et Tapiola.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom Espoo vient probablement du nom de la rivière Espoo en suédois : Espå (ou Espåå), qui dériverait du vieux suédois äspe signifiant une bordure de trembles et du mot suédois å signifiant rivière. Ainsi Espå serait une rivière bordée de trembles et le nom apparaît en 1431.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Siège social de Nokia à Keilaniemi.
Siège de Ramboll.
Siège de VTT

De nombreuses entreprises finlandaises ont leur siège social à Espoo. Ainsi les sociétés suivantes Nokia, Fortum, Neste, Huhtamäki, Metsä Board, Orion, Oriola, Outotec et LähiTapiola ont, entre-autres, leur siège à Espoo[5],[6],[7],[8],[9],[10],[11],[12].

On trouve à Espoo plusieurs des plus hauts bâtiments de Finlande qui hébergent ces sièges sociaux d'entreprises.

En 2020, les principaux employeurs sont[13] :

Employeur Emplois
Nokia Networks 5649
Lidl siège 5377
Valmet Technologies Oy 4036
TietoEVRY Oy 3320
Neste Oyj 2355
Orion Oyj 2261
Ramboll siège 2059
VTT 2054
Metsä Group 2014
Scandic tukikonttori 1375

Activités industrielles[modifier | modifier le code]

Le siège social de Nokia est actuellement situé à Espoo. Le jeu-vidéo est également représenté grâce à la présence du studio de développement Remedy Entertainment.

En 2020, les principales entreprises d'Espoo par chiffre d'affaires sont[13] :

Société C.A.
Neste Oyj 10 milliard
Nokia Solutions and Networks Oy 8 milliard
Neste Markkinointi Oy 3 milliard
Metsä Fibre Oy 2 milliard
Metsä Group / Metsäliitto Osuuskunta 2 milliard
HMD Global Oy 2 milliard
TNS Mobile Oy 2 milliard
Lidl siège 2 milliard
Valmet Technologies Oy 1 milliard
Metsä Board siège 1 milliard

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est bordée par les municipalités d'Helsinki et Vantaa à l'est, Nurmijärvi au nord, Vihti au nord-ouest et Kirkkonummi à l'ouest.

Découpage administratif[modifier | modifier le code]

Les 56 quartiers d'Espoo.

La ville d'Espoo est découpée en 7 districts administratifs[14] (en finnois : suuralue). Chaque district offre les services municipaux médicaux, sociaux, culturels et scolaires.

Districts Population
(27.03.2012)[14]
centre administratif
Suur-Leppävaara 62 091 Leppävaara
Suur-Tapiola 43 264 Tapiola
Suur-Matinkylä 35 740 MatinkyläOlari
Suur-Espoonlahti 51 379 Espoonlahti
Suur-Kauklahti 7 172 Kauklahti
Vanha-Espoo 37 693 Espoon keskus
Pohjois-Espoo 10 897 Kalajärvi

Espoo est aussi découpé en 56 quartiers (en finnois : kaupunginosa)[14].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Espoo est bien desservie par les transports en commun: par les trains de banlieue d'Helsinki (fi), le métro d'Helsinki[15] et les bus de la HSL. En 2024, le métro léger Jokeri reliera Espoo à l'Itäkeskus d'Helsinki.


Démographie[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

Population d'Espoo de 1901 à 2007 et prévision jusqu’en 2030.
Année Population
1901   5 888
1910  7 891
1920  8 817
1930 11 370
1940 13 378
1950 22 874
1960 53 042
1970 92 655
1980 133 835
1985 153 019
1990 169 833
1995 186 507
2000 209 667
2005 227 472
2006 231 704
2007 235 019
2008 241 565
2009 244 330
2012 252 439
2017 (estimation)[16] 270 700
2030 (estimation) 305 384

Culture et loisirs[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

Lieux[modifier | modifier le code]

Le centre culturel d'Espoo. Décembre 2018.

Musées[modifier | modifier le code]

Jumelages et partenariats[modifier | modifier le code]

La ville de Espoo est notamment jumelée avec les villes suivantes[17] :

Sport[modifier | modifier le code]

La Rantaraitti est une piste côtière de 40 km de long.

La ville d'Espoo compte quelques équipes sportives de haut niveau :

Personnalités[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fi) « Suomen asukasluvut kuukausittain – Kunnittain aakkosjärjestyksessä », Väestörekisterikeskus, (consulté le 22 mai 2015)
  2. (fi) « Superficie par municipalité au 1er janvier 2011 », Maanmittauslaitos (consulté le 29 décembre 2012)
  3. « Carte de la route royale de Finlande », http://www.kuninkaantie.net/ (consulté le 1er décembre 2012)
  4. qui allait de Bergen à Viipuri
  5. (fi) « Yhteystiedot », sur nokia.com, Nokia (consulté le 7 janvier 2019)
  6. (fi) « Yhteystiedot », sur fortum.com, Fortum (consulté le 7 janvier 2019)
  7. (fi) « Toimipisteet », sur huhtamaki.com, Huhtamäki (consulté le 7 janvier 2019)
  8. (fi) « Metsä Groupin yhteystiedot », sur metsagroup.com, Metsä Group (consulté le 7 janvier 2019)
  9. (fi) « Orion yrityksenä », sur orion.fi, Orion (consulté le 7 janvier 2019)
  10. (fi) « Yhteystiedot », sur oriola.com, Oriola (consulté le 7 janvier 2019)
  11. (fi) « Outotec locations », sur outotec.com, Outotec (consulté le 7 janvier 2019)
  12. (fi) « Ryhman rakenne ja johto », sur lahitapiola.fi, LähiTapiola (consulté le 7 janvier 2019)
  13. a et b (fi) « Espoo, Suurimmat », sur finder.fi (consulté le 13 mars 2020)
  14. a b et c (fi) Espoon asukasluku vuodeenvaihteessa 2011/2012, Ville d'Espoo (ISSN 1239-9752, lire en ligne)
  15. depuis le
  16. Teija Jokiranta, Espoon väestöennuste 2008–2017, Espoon kaupunki, , 3 p. (ISSN 1457-5450, lire en ligne)
  17. (en) « International activities of the city », Ville de Espoo (consulté le 29 juin 2011)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. célèbre comme les églises de Hattula et Lohja pour ses fresques datant de la fin du Moyen Âge
  2. ce bâtiment historique de style Art nouveau avec influence anglaise présente une exposition permanente intitulée Vive Espoo (Eläköön Espoo) principalement axée sur les richesses naturelles de la région - bosquets, ornithologie, l'archipel et le parc national de Nuuksio - ainsi que plusieurs expositions annexes également consacrées aux thèmes de la nature et de l'environnement
  3. il permet de découvrir l'histoire rurale d'Espoo. Les bâtiments du musée sont d'authentiques fermes et auberges du XIXe siècle. Outre l'exposition permanente sur la ville d'Espoo, le musée présente aussi diverses expositions sur des thèmes divers et organise, selon la saison, des manifestations artisanales, musicales, etc. Le magasin et le salon de thé Glims sont situés sur le même site.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :