Espéranto-France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Espéranto-France
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association loi de 1901
But Promouvoir en France l'enseignement et l'utilisation de l'espéranto
Zone d’influence Drapeau de la France France
Fondation
Fondation 1898 : Société Pour la Propagation de l'Espéranto
1903 : Société Française pour la Propagation de l'Espéranto
1945 : Union Française pour l'Espéranto
2000 : Espéranto-France
Fondateur Louis de Beaufront
Identité
Siège 4 bis, rue de la Cerisaie
75004 Paris 48,85187, 2,366894
Président Axel Rousseau
Vice-président Didier Loison
Secrétaire Sylvain Barrier
Trésorier Sébastien Montagne
Vice-trésorière Anne-Émilie Ravache
Vice-secrétaire Emmanuelle Richard
Affiliation européenne Union européenne d'espéranto
Affiliation internationale Association mondiale d'espéranto (UEA)
Financement - Cotisations, dons, souscriptions des membres
- Revenu des biens de l'association
- Subventions
- Produit des libéralités dont l'emploi est autorisé au cours de l'exercice
- Ressources créées à titre exceptionnel
- Produit des rétributions perçues pour les services rendus par l'association
- Vente de produits et services fournis aux membres
- Toutes autres ressources autorisées
Membres 1001[1]
Employés 1
Publication Le Monde de l'espéranto
Site web Esperanto-France.org

Espéranto-France (jusqu'en 2000 Union Française pour l'Espéranto, ou Unuiĝo Franca por Esperanto en espéranto) est la branche française de l'Association mondiale d'espéranto. Elle a pour but principal de promouvoir en France l'enseignement et l'utilisation de l'espéranto.

Activités[modifier | modifier le code]

Enseignement de l'espéranto[modifier | modifier le code]

Espéranto-France coordonne l'enseignement de l'espéranto en France.

Service librairie[modifier | modifier le code]

Espéranto-France dispose d'une boutique et d'un catalogue en ligne. L'association édite également des ouvrages et du matériel d'information.

Revue[modifier | modifier le code]

L'association édite le trimestriel Le Monde de l'espéranto.

Campagne pour l'espéranto au bac[modifier | modifier le code]

En avril 2011, lors de la rencontre d'espéranto IREM 2011 à Sète, les associations Espéranto-France et SAT-Amikaro ont lancé conjointement une action de pétition[2] visant à l'ajout de l'espéranto parmi la liste des langues à option au baccalauréat.

Le 12 avril 2017, la directrice générale de l’enseignement scolaire précise par une lettre[3] qu’« il est tout à fait possible d’entreprendre, dans les établissements où l’enseignement de l’espéranto pourrait se développer, une démarche expérimentale à l’échelle locale ».

Congrès de l'espéranto en France[modifier | modifier le code]

Tous les ans, Espéranto-France organise un congrès national, auquel sont invitées ses associations partenaires : Espéranto-Jeunes (JEFO), Groupe des enseignants d'espéranto (GEE), Fédération des catholiques espérantophones (FKEA), Fédération espérantiste du travail (FET). De temps à autre, le congrès prend la forme d'une rencontre interassociative avec d'autres associations espérantophones, notamment SAT-Amikaro et l'association française des cheminots espérantophones (AFCE).

Histoire[modifier | modifier le code]

La Société Pour la Propagation de l'Espéranto (SPPE) est créée en 1898 sur l’initiative de Louis de Beaufront.

Elle devient en 1903 la Société Française pour la Propagation de l'Espéranto (SFPE). Elle organisera en 1905 le 1er Congrès mondial d’espéranto à Boulogne-sur-Mer. L'espéranto est en plein essor et la publication de nombreux ouvrages chez Hachette notamment en permet l'expansion. L'association souffre alors pendant quelques années de querelles internes et subit le contrecoup de la crise de l'ido. Cependant, avec l'arrivée du nouveau président Théophile Cart depuis 1908, la création de la revue Franca Esperantisto et le Congrès de Lyon en 1911, l'association continue à prospérer. Elle prépare le 10e congrès mondial qui doit se tenir à Paris du 2 au 10 août 1914. Mais le déclenchement de la Première Guerre mondiale contraindra les organisateurs à annoncer l'annulation du congrès lors de sa séance inaugurale au Gaumont Palace, alors qu'une grande partie des 3 739 congressistes se retrouvent bloqués un peu partout en Europe en raison du chaos régnant dans les moyens de transports à la suite du déclenchement des hostilités.

Entre les deux guerres l'association se développe de nouveau grâce à la radio et à l'autorisation d'enseigner la langue internationale dans les écoles.

En 1945 l'association se réforme sous le nom de Union Française pour l'Espéranto (UFE), en espéranto : Unuiĝo Franca por Esperanto.

En juin 2000, elle prend le nom d’Espéranto-France.

Associations adhérentes[modifier | modifier le code]

Fédérations régionales[modifier | modifier le code]

Associations spécialisées[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Espéranto-France est administré par un conseil d'administration composé de 16 représentants élus directement par les membres individuels et de représentants des associations adhérentes dont les fédérations régionales.

Le conseil d'administration élit en son sein un bureau chargé de l'administration courante de l'association. Depuis le 28 mai 2017, le bureau se compose de[12] :

  • Axel Rousseau, président ;
  • Didier Loison, vice-président ;
  • bastien Montagne, trésorier ;
  • Anne-Emilie Ravache, vice-trésorière ;
  • Sylvain Barrier, secrétaire ;
  • Emmanuelle Richard, vice-secrétaire

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]