Pétra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wikipédia:Articles de qualité Vous lisez un « article de qualité ».
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Petra.
Petra *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
La Khazneh, le plus célèbre des monuments de Pétra.
La Khazneh, le plus célèbre des monuments de Pétra.
Coordonnées 30° 19′ 45″ nord, 35° 26′ 37″ est
Pays Drapeau de la Jordanie Jordanie
Type Culturel
Critères (i) (iii) (iv)
Numéro
d’identification
326
Zone géographique États arabes **
Année d’inscription 1985 (9e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Pétra (de πέτρα petra, « rocher » en grec ancien ; البتراء Al-Butrāʾ en arabe), de son nom sémitique[1] Reqem ou Raqmu (« la Bariolée »)[Note 1],[3], est une cité nabatéenne située au sud de l'actuelle Jordanie. C'est le pôle touristique majeur de ce pays.

Créée dans l'Antiquité, vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C., par les Édomites, elle est ensuite occupée vers le VIe siècle av. J.-C. par les Nabatéens qui la font prospérer grâce à sa position sur la route des caravanes transportant l'encens, les épices et d'autres produits précieux entre l'Arabie du Sud, l'Égypte, la Syrie et la Méditerranée. Vers le VIIIe siècle, la modification des routes commerciales et des séismes entraîneront l'abandon progressif de la ville. Pétra a abrité à son apogée jusqu'à 25 000 habitants. Tombé dans l'oubli à l'époque moderne, le site est redécouvert en 1812 par le monde occidental grâce à l'explorateur suisse Jean Louis Burckhardt.

Les nombreux bâtiments, dont les façades monumentales ont été directement taillées dans la roche, en font un ensemble unique qui est inscrit, depuis le , sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. La zone autour du site est en outre, depuis 1993, un parc national archéologique. L'érosion, les pluies et le tourisme — en progression constante depuis la fin du XXe siècle — sont cependant une menace pour la préservation du site et des actions sont entreprises pour enrayer la destruction des monuments.

Les communautés locales bédouines, les Bedul, sont intégrées de manière participative à la préservation du site de Pétra et à l'économie du tourisme. Mais, victime de l'instabilité politique de cette région du monde, le site connaît, au cours de certaines années, une baisse de la fréquentation touristique qui entraîne une perte de revenus pour les communautés locales qui vivent du commerce touristique.

Géographie[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Arabah, Jordanie, Golfe d'Aqaba et Mer Morte.

Situation[modifier | modifier le code]

carte du relief de la région du Jourdain et du Sinaï
Carte de la région.

Pétra est située à mi-chemin entre le golfe d'Aqaba et la mer Morte à une altitude de 800 à 1 396 mètres au-dessus du niveau de la mer, dans un fond de vallée de la région montagneuse d'Édom, à l'est de la vallée de l'Arabah. Le site de Pétra se trouve à près de 200 kilomètres au sud d'Amman, capitale actuelle de la Jordanie, soit à environ h de route[4].

La situation de Pétra, dissimulée entre des rochers aux parois abruptes et dotée d'un approvisionnement sûr en eau, en fait un lieu propice au développement d'une cité prospère, comme étape du commerce caravanier. L'endroit n'est accessible par le nord-ouest que par un étroit sentier montagneux ou à l'est par l'accès principal, le Sîq, un canyon d'environ 1,5 kilomètre de long et jusqu’à 200 mètres de profondeur, qui à son endroit le plus resserré mesure seulement deux mètres de large[5],[6].

La présence d'eau et la sécurité apportée par le site ont fait de Pétra une halte naturelle au croisement de plusieurs routes caravanières qui reliaient l'Égypte à la Syrie et l'Arabie du Sud à la Méditerranée, chargées principalement de produits de luxe (épices et soie en provenance d'Inde, ivoire en provenance d'Afrique, perles de la Mer Rouge, résine de Boswellia (l'« arbre à encens ») et encens du sud de l'Arabie)[6].

Climat[modifier | modifier le code]

Climat de Ma'an, dans le gouvernorat de Ma'an à l'instar de Pétra
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) 2,1 2,9 5,9 9,5 12,9 15,5 17,1 17,6 15,3 11,9 7,5 3,3
Température moyenne (°C) 7,5 8,7 12 16,3 20,4 23,5 25,2 25,4 23,3 19,3 13,7 9,1
Température maximale moyenne (°C) 12,9 14,6 18,2 23,1 27,9 31,5 33,3 33,2 31,3 26,8 19,9 15
Précipitations (mm) 17 14 13 6 3 0 0 0 0 4 7 14
Source : « Climate Ma'an », sur Climate-data.org (consulté le 29 avril 2017)
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
12,9
2,1
17
 
 
 
14,6
2,9
14
 
 
 
18,2
5,9
13
 
 
 
23,1
9,5
6
 
 
 
27,9
12,9
3
 
 
 
31,5
15,5
0
 
 
 
33,3
17,1
0
 
 
 
33,2
17,6
0
 
 
 
31,3
15,3
0
 
 
 
26,8
11,9
4
 
 
 
19,9
7,5
7
 
 
 
15
3,3
14
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Le site[modifier | modifier le code]

Pétra est un site localisé dans un cirque rocheux structuré par plusieurs failles creusées par des wadis, qui constituent les principales voies de communication. L'axe principal est le wadi Mousa, qui traverse le site d'est en ouest, d'abord dans la gorge du Sîq (« le fossé ») située à l'est, dont l'entrée, précédée par les « tombeaux Djinns », était surmontée d'une grande arche aujourd'hui effondrée. Ce défilé, traversant le massif du Khubtha, constituait la voie d'accès principale pour parvenir à Pétra, et avait été dallé dans l'Antiquité. À partir de sa sortie, où se trouve la Khazneh, l'espace s'élargit. À cet endroit se trouvent de nombreux tombeaux ainsi que le théâtre. Le cours du wadi Mousa change d'orientation pour se diriger vers le nord sur quelques centaines de mètres, avant de reprendre son trajet sur un axe est-ouest, là où se trouve le centre de Pétra, avec ses principaux ensembles monumentaux. Ce secteur est défendu par des murailles sur ses flancs nord et sud plus exposés, la défense des côtés est et ouest ne posant pas de difficultés en raison de l'exiguïté des voies d'accès. La voie pavée principale du centre-ville (son cardo) suit le cours du wadi sur sa rive sud, où ont été érigés d'est en ouest les marchés antiques, des jardins et le « grand temple sud » avec son esplanade, puis une porte monumentale ouvrant sur le temple Qasr el-Bint. D'autres édifices se trouvent sur la rive nord, notamment le temple aux Lions. Au niveau de la sortie orientale du centre, plusieurs le cours principal est rejoint par plusieurs wadis d'orientation grossièrement nord-sud, qui ouvrent vers d'autres parties du site où se trouvent des monuments funéraires (notamment le tombeau « Turkmaniyeh » le long du wadi Abû 'Ullaiqa); le sanctuaire d'Al-M'aysrah, et vers le nord-ouest le massif sur lequel est érigé le Deir (le « monastère »). Plus bas le wadi Mousa est rejoint par un réseau de wadis venant cette fois du sud, conduisant vers d'autres parties du site, notamment le wadi al-Farasa bordé par plusieurs tombeaux. Dans sa partie haute ce wadi mène au massif d'al-Madhbah (l'« autel », aussi accessible par un escalier depuis le théâtre). Au sud-ouest du site se trouve le massif d'Umm el-Biyara, la « mère des citernes », nommé ainsi en raison des nombreux aménagements hydrauliques qui y ont été construits dans l'Antiquité, qui a livré de niveaux d'époque édomite et une nécropole nabatéenne[7].

plan avec des tracés de routes, de rivières et de monuments représenté par de petits carrés
Plan détaillé de Pétra.
         Rempart              Chemin d'accès
  •      Anciens bâtiments, tombes rupestres ou temples
  •      Bâtiments récents, principalement destinés au tourisme
  • Double carré : Haut-lieu
    Carré avec rond central : Forteresse des Croisés
    Carré barré : Fouille

Géologie[modifier | modifier le code]

Pétra est une ville « troglodyte » située au milieu d'escarpements rocheux et la pierre y est visible partout sur le site. Celle-ci est composée de grès à dominante rouge-brun, roche détritique issue de l’agrégation et la cémentation (ou diagenèse) de grains de sable. Il s'agit d'une roche cohérente[8]. Elle est organisée en strates, qui offrent parfois des déclinaisons de couleurs chatoyantes (allant du jaune au violet en passant par le rose) renforcées par l'intensité de la lumière, particulièrement en fin d'après-midi[4].

Pétra est située dans une région à forte sismicité. Elle se trouve à la limite entre deux plaques qui coulissent : la plaque d'Arabie et la plaque d'Afrique. Le , en 419, 551 et 747, des tremblements de terre ont endommagé la ville et ses monuments[9],[A 1].

Aux alentours de Pétra, on peut trouver des roches contenant de la silice, que les Nabatéens ont pu extraire dans des carrières pour faire du béton imperméable[10].

L'alimentation en eau[modifier | modifier le code]

Les sources étant peu abondantes dans cette région semi-désertique, c'est l'eau de pluie, environ 150 mm par an[A 2] (aujourd'hui de 50 à 250 mm[11]), qui assurait l'essentiel des besoins. Les sources locales seules ne pouvaient fournir de l'eau que pour quelques familles[A 2]. Les Nabatéens construisirent un système de captage des eaux et de redistribution, avec des règles de répartition aux habitants[A 2].

Pétra, située dans une cuvette, pouvait récupérer les eaux pluviales d'un bassin de 92 km2 grâce à la relative imperméabilité des roches[12]. Cette faible perméabilité du sol posait néanmoins de nombreux problèmes, comme le déclenchement de crues saisonnières des wadis (hiver et printemps) très puissantes et donc destructrices (notamment le oued Wadi Moussa). En effet, jusqu'à ce qu'il soit dévié au XXe siècle, le cours d'eau du Wadi Moussa (« ruisseau de Moïse »), qui coule depuis la source d'Aïn Moussa (« source de Moïse ») dans le Sîq jusqu’au village de Gaia, était à l'origine de crues meurtrières, comme en 1963 lorsque 24 touristes français meurent noyés, surpris par l'arrivée d'une vague monstrueuse[12]. Il existe aussi un « petit Sîq » qui rejoint le Sîq principal près des tombes royales[13].

Couloir sinueux creusé dans la roche avec deux rigoles latérales également creusées dans la roche. Quelques personnes marchent en arrière plan au fond du couloir.
Les deux aqueducs creusés dans les parois du Sîq pour acheminer l'eau.

Au Ier siècle, Strabon dira que les habitants de Pétra « ont des sources en abondance, que ce soit pour des fins domestiques ou pour arroser leurs jardins[A 2] ».

Des installations de collecte et de distribution d'eau destinées à stocker et transporter l'eau en s'affranchissant du relief escarpé sont encore visibles de nos jours, notamment des cinq barrages hydrauliques et des réservoirs à ciel ouvert[12]. Il existait également un important réseau de citernes souterraines. Au nord-est et sud-est de Pétra, les eaux du Sîq coulaient dans deux aqueducs, une galerie ouverte (recueillant les eaux ruisselant des parois) taillée dans la roche et enduites de plâtre imperméable, une autre fermée, en pente douce, constituée de tuyaux en terre cuite ou en céramique[A 2],[12]. Les eaux pluviales alimentaient le premier aqueduc, l'Aïn Moussa le second[14], les 200 citernes (dont plusieurs sur le mont Umm el-Biyara, ou « Mère des citernes[15] »), beaucoup de réservoirs et un nymphaeum, ou fontaine publique[A 2]. Un réseau de plus gros débit permettait aussi de capter l'eau de sources plus éloignées et d'alimenter des quartiers en hauteur[12]. On estime que ces réseaux amenaient environ 40 millions de litres d'eau par jour à Pétra[A 2].

Le système de distribution d'eau était donc suffisant pour couvrir les besoins de la cité. Il a été comparé, bien que la taille des deux cités soit très différente, avec celui de Rome à la même époque, lui aussi très avancé[16].

L'agriculture et l'élevage[modifier | modifier le code]

Lorsque la ville était en plein essor, l'eau servait essentiellement à la consommation des habitants et du bétail ainsi que, dans une phase plus tardive, à l'arrosage des jardins. Des céréales, comme l'orge ou le blé, des arbres fruitiers et des vignes étaient sans doute cultivés à Pétra. Des pressoirs creusés dans le rocher ont été retrouvés, datant probablement de la période de domination romaine, qui avait donné au vin une grande importance[17].

De nos jours, des aménagements agricoles sont visibles autour du site, comme des cultures en terrasses dans le secteur de Zurrabeh, créés pour lutter contre l'érosion des sols et obtenir des rendements plus élevés. Depuis l'abandon du site, vers la fin du Ve siècle de notre ère, le manque d'entretien des aménagements hydrauliques a entraîné la destruction de l'essentiel des barrages ; seuls quelques vestiges sont encore visibles, tels qu'un ouvrage dédié à la distribution de l'eau dans le lieu-dit des « jardins romains »[17].

Actuellement, des troupeaux de chèvres noires sont également visibles autour du site de Pétra. Leur domestication est prouvée depuis le Néolithique[17].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Pétra est longue et sa vallée est particulièrement prisée pour sa facilité de défense[18]. Les premiers habitants sont préhistoriques. Il existe quelques traces matérielles d'habitations utilisées par ceux-ci non loin de Pétra. C'est à partir des environs de que le lieu commence à être habité. Ensuite, quelques siècles avant notre ère, à l'époque nabatéenne, se développe une ville pour la plupart creusée dans la roche. La civilisation nabatéenne s'y installe pour plusieurs siècles, jusqu'à l'époque romaine. Après la période byzantine, le site est pratiquement abandonné. Le peu de sources à propos de cette dernière période rend la reconstitution de l'histoire de la ville difficile. Il existe encore quelques traces écrites qui datent du Moyen Âge, après quoi, la ville est oubliée.

étendu désertique de roche et de sable
Vue panoramique du Haut-lieu du Sacrifice sur la ville basse de Pétra.

Néolithique[modifier | modifier le code]

Entre et , l'archéologue Diana Kirkbride fouille pour la British School of Archaeology in Jerusalem le site néolithique de Beidha qui se trouve non loin au nord de Pétra à proximité de la Petite Pétra. Le site est occupé à partir du Natoufien par une population semi-nomade jusqu'en [19]. La présence de meules à bras et de bâtiments qui attestent une agriculture extensive font penser que ce site n'est le témoin que d'une petite partie de l'activité préhistorique qui aurait pu avoir lieu dans la région de Pétra[15].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Période édomite[modifier | modifier le code]

un monument sculpté dans la roche
Tombeau d'Aneishu à Pétra.
Article détaillé : Édom.

Probablement dans les environs de , le lieu est progressivement occupé par un groupe d'origine sémitique connu dans les écrits bibliques sous le nom d'« Édomites » — leur installation est attestée au VIIe siècle av. J.-C.[20]. Ils s'installent dans l'actuel bassin de Pétra, mais au-delà des falaises protectrices qui entourent le site vers l'est. Entre et , l’archéologue Crystal Bennett retrouve au sommet de la montagne « Umm el-Biyara » (« La mère des citernes ») d'anciennes habitations aux parois en pierre sèche ainsi que quelques vestiges culturels[21]. Dans l'une des habitations, les archéologues découvrent un sceau avec l'inscription « Qws G... ». Il s'agit probablement de « Qōs-Gabr », roi d'Édom dans le courant de la première moitié du VIIe siècle av. J.-C. Des fouilles ultérieures effectuées juste à l'extérieur du bassin ont également révélé de considérables installations villageoises[15],[22].

Les Édomites fabriquent textiles et céramiques de qualité et possèdent une certaine maîtrise du travail des métaux. Une ligne de fortins installés au sommet de promontoires rocheux assure la défense du territoire en direction de l'ouest. Ce système de fortifications protège leur territoire contre les incursions des tribus nomades du désert[20].

Selon la Bible, les Édomites sont les descendants d'Ésaü, frères ennemis des Hébreux et se seraient opposés au passage de Moïse lors de l'Exode[23]. Pétra, comme Bosra, sera identifiée jusqu'au XXe siècle comme étant la ville mentionnée dans la Bible (II Rois, XIV, 7 ; Isaïe, XVI, 1) sous le nom de Sela (de סֶּלַע sela, « rocher » en hébreu), la capitale des Édomites, avant que des recherches archéologiques démontrent qu'il s'agissait de deux villes différentes, Sela étant plus au nord[24].

La fin de l'occupation des Édomites se perd dans les brouillards de l'histoire. Entre l'avènement et la chute de l'Assyrie, l'Empire néo-babylonien et les conquêtes d'Alexandre le Grand, les informations historiques et archéologiques de la fin de l'âge du fer au Proche-Orient se perdent ou se mélangent. Quand les Édomites réapparaissent du côté ouest du Jourdain, dans la région d'Hébron, ils sont connus sous le nom d'Iduméens et laissent la future Pétra à un peuple nomade en voie de sédentarisation : les Nabatéens[15].

Période nabatéenne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Nabatéens.
carte du monde arabe avec le traces de routes
Les routes commerciales terrestres des Nabatéens font de Pétra un centre de commerce important pour l'époque.

L'arrivée des Nabatéens, peuple nomade arabe, remonte probablement au VIe siècle av. J.-C., date à laquelle ils entrent en pays d'Édom et prennent le contrôle de Pétra[25].

En 312 av. J.-C., le général macédonien Antigone le Borgne échoue dans sa tentative de s'emparer de la ville[25].

Au IVe siècle av. J.-C., la ville s'étend sur plus de 10 km2 Les Nabatéens se font connaître pour leur technique de poterie de très haute qualité[A 3], un savoir qui leur a sûrement été transmis par les Édomites[26].

Vers la fin du IVe siècle av. J.-C. et jusqu'au au début du IIe siècle av. J.-C., les Nabatéens semblent totalement indépendants, malgré la domination régionale des Ptolémées. Vers la fin du IIIe siècle av. J.-C., les Nabatéens soutiennent Antiochos III qui repousse les Ptolémées vers le Sud[25].

Entre 93 et 90 av. J.-C., le roi nabatéen Obodas Ier bat Alexandre Jannée sur le plateau du Golan, mettant fin aux vues expansionnistes des Hasmonéens sur Pétra et son royaume[25]. Il conquiert ainsi les pays de Moab et de Galaad, à l'est du Jourdain, qu'il reperdra malgré une nouvelle victoire sur Jannée vers 82 av. J.-C.[25].

En 85 av. J.-C., Obodas Ier bat le séleucide Antiochos XII, qui est tué au combat. À sa mort, Obodas sera déifié par les Nabatéens, qui organisent son culte et construisent le Deir en son honneur[25].

Le roi Arétas III, fils d'Obodas Ier étend le royaume des Nabatéens jusqu’à Damas[25]. La cité se développe grâce au commerce de la route de l'encens. Cet itinéraire terrestre historique partait du Yémen, en restant proche de la côte occidentale de l'Arabie et se divisait à Pétra en une branche nord-occidentale qui conduisait à Gaza, et en une nord-orientale en direction de Damas. L'eau et la sécurité ont fait de Pétra une halte pour les caravanes du sud de l'Arabie, chargées principalement de produits de luxe (épices et soie en provenance d'Inde, ivoire en provenance d'Afrique, perles de la mer Rouge et encens du sud de l'Arabie, entre autres produits hautement convoités). La résine du Boswellia (l'« arbre à encens ») était convoitée dans le monde antique tout entier comme une offrande religieuse particulièrement précieuse, mais également comme médicament[A 4],[1]. Le commerce intermédiaire et des droits de douane produisaient d'importants profits pour les Nabatéens, qui donnaient aux caravaniers de l'eau et leur indiquaient contre paiement où s'abriter la nuit[A 5].

grands monuments sculptés dans une falaise rocheuse
Tombeaux royaux.

Le roi nabatéen Malichos Ier puis Obodas III font échouer plusieurs expéditions romaines vers l'Arabie heureuse, dont celle vers 25 et 24 av. J.-C. du préfet d'Égypte Caius Aelius Gallus[25]. Les Romains tentent en effet de découvrir l'origine des épices et des parfums dont les Nabatéens font commerce afin de ne plus passer par leur intermédiaire[27].

La ville atteint son apogée en l'an 50. Elle aurait abrité à cette époque jusqu’à 20 000 habitants[A 6], mais les sources divergent fortement sur ce nombre : d'autres estimations vont de 30 000 à 40 000 habitants[28].

Durant le règne du roi nabatéen Arétas IV, d'environ à , le royaume connaît un important mouvement culturel. C'est à cette époque que la plupart des tombeaux et temples sont construits[27].

Les Nabatéens adorent les dieux et les déesses arabes des temps pré-islamiques, aussi bien que quelques-uns de leurs rois déifiés. Dusares est à l'époque le principal dieu masculin, accompagné d'une trinité féminine : Uzza, Al-Lat et Manat. Beaucoup de statues taillées dans la roche dépeignent ces dieux et déesses[A 7].

Diodore de Sicile et Strabon sont les seuls auteurs connus de cette époque à laisser des témoignages écrits sur Pétra. Ces textes font état des importantes richesses de ce peuple arabe, provenant du commerce caravanier vers l'Europe, mais ne s'accordent pas sur leur mode de vie : sédentaire ou nomade, paysans ou citadin[29].

Période romaine[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Empire romain et Arabie (province romaine).
carte du monde romain dessinée en noir sur fond blanc avec une zone colorée de rouge
La province romaine d'Arabie Pétrée.

En l'an , les romains établissent une province romaine en Syrie. Ils créent une confédération de dix cités-États : la Décapole. Celle-ci entrave toute future expansion des Nabatéens[26].

En 106, sans doute après la mort du dernier roi nabatéen Rabbel II le royaume est annexé, puisqu'il n'y a eu apparemment aucun combat, sur l'ordre de l'empereur romain Trajan par Cornelius Palma, gouverneur de Syrie. Celui-ci fait de Bosra, qui devient rapidement la deuxième ville nabatéenne en importance[A 8], la capitale de la nouvelle province romaine d'Arabie (provencia Arabia). L'empereur Trajan renomme Bosra (alors appelée Bostra) en Nea Traiane Bostra, ou « Nouvelle Bostra de Trajan », et Pétra reçoit le titre honorifique de métropole (metropolis). Un peu plus tard, en 114[9],[A 8] Pétra devient la base de départ pour les attaques romaines contre l'empire des Parthes en Iran, à l'est[A 9].

L'ouverture des routes maritimes à l'époque romaine détourne les flux commerciaux de la ville et porte un coup fatal à Pétra et aux Nabatéens. À partir de l'occupation romaine, quelques caravanes s'arrêtent encore à Pétra, mais au fil du temps elles deviennent de plus en plus rares [A 9] malgré la construction d'une route romaine de 400 km reliant Bosra, Pétra et le golfe d'Aqaba[A 8].

En , l'empereur Hadrien se rend sur le site et lui donne son nom : Pétra Hadriana[26]. Durant la « Pax Romana », la multiplication des constructions révèle que la ville connaît malgré tout une période prospère [30]. Lors de la réorganisation de l'Empire commencée par l'empereur Dioclétien, elle devient la capitale de la « Palaestina taertia ou Palaestina salutaris »[28].

Période byzantine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Empire byzantin.
mosaïque qui représente une femme tentant un épi et un poisson
Détail d'une mosaïque de l'église byzantine de Pétra.

En l'an 330 le premier empereur chrétien, Constantin Ier, fait de Byzance sa nouvelle capitale et la renomme Constantinople. Pétra fait désormais partie de l'empire byzantin et l'empire y encourage comme sur tout son territoire la diffusion de la foi chrétienne en construisant des églises. Les habitants de la ville restent d'abord fidèles à leurs croyances, mais en 350 un évêque est nommé à Pétra, et un siècle plus tard de grandes églises sont édifiées dans la ville[A 10]. Athanase d'Alexandrie mentionne un évêque de Pétra nommé « Asterius[31] ». Le Deir sera même utilisé comme église durant cette période, des croix peintes sur ses murs[A 11], et trois autres églises seront découvertes lors de recherches[26]. La vaste « Tombe de l'urne » de l'époque nabatéenne, qui correspond à la tombe de Malichos II ou d'Arétas IV[32], devient une sorte de cathédrale en l'an 446[A 11]. Au nord de Pétra, on trouve plusieurs tombes avec des croix gravées, indiquant que les chrétiens y enterraient leurs morts[33].

Un violent tremblement de terre frappe Pétra le , endommageant des monuments, dont le théâtre, et les aqueducs. D'après Cyrille, évêque de Jérusalem, « presque la moitié » de la ville est détruite quand le tremblement de terre frappe « à la troisième heure, et particulièrement à la neuvième heure de la nuit ». La ville déjà affaiblie depuis le début de la domination romaine par la diminution de ses activités commerciales, n'est pas reconstruite et se vide lentement de ses habitants[A 1].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Croisades et Moyen Âge.
Tombeaux sur la rue des Façades.

La dernière mention de Pétra se trouve dans un texte écrit par Anthenogenes, évêque de la ville, vers la fin du Ve siècle ou le début du VIe[A 12].

La conquête islamique de 629 - 632 passe par la région et semble avoir ignoré Pétra[A 10]. Conquise par les Arabes, dont l'impact sur la ville n'est pas connu[A 12], Pétra, qui s'est progressivement vidée de ses habitants, est devenue un simple village vers 700[A 10]. Plusieurs tremblements de terre, particulièrement celui de , expliquent la désaffection de la ville. Cependant, l'historien Dan Gibson soutient dans son livre Qur'anic Geography que la ville sainte du Coran serait Pétra et que la relocalisation de la pierre noire par Abd Allah ibn az-Zubayr à l'emplacement actuel de La Mecque aurait fait sombrer la ville dans l'oubli[34],[35].

Au cours de la Première croisade, la ville est occupée par Baudouin Ier, du Royaume de Jérusalem, et forme le deuxième fief de la baronnie d'Al-Karak dans la Seigneurie d'Outre-Jourdain. Durant la domination franque, plusieurs fortifications croisées seront construites, dont les forteresses Al-Wu'ayrah et Al-Habis. La ville reste entre les mains des Francs jusqu'en 1187, année où Saladin les repousse lors de la bataille de Hattin et à Al-Karak, et prend possession de la région[36],[37].

Un pèlerin allemand nommé Thetmar révèle être passé près de Pétra en 1217, et le sultan Az-Zâhir Rukn ad-Dîn Baybars al-Bunduqdari traverse la ville en 1276[9],[A 12]. La ville tombe ensuite dans l'oubli.

Architecture[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Plan au sol de l'église byzantine.
I : Cour
II : Atrium
III : Baptistère
IV : Mosaïques
V : Parchemins.
vue éloignées extérieures de ruines avec des escalier, des colonnades. Quelques personnes marche dans le temple.
Grand Temple de Pétra.

À l'origine, les Nabatéens étant un peuple nomade, leurs constructions sont de simples tentes en peau de chèvre établis le long du Wadi Moussa vers le IVe siècle avant notre ère[A 13].

Ces campements temporaires sont remplacés au cours des deux siècles suivants par des quartiers d'habitations très simples taillées dans la roche : dotées de façades lisses, elles ont une porte excavée dans la partie inférieure avec une ou deux découpes en forme d'escalier. Cette sédentarisation nabatéenne s'exprime dans des édifices qui sont une adaptation des tombeaux de Syrie ; étant en contact constant avec les civilisations environnantes, ils s'inspirèrent du style de plusieurs d'entre elles, en particulier d'Alexandrie[A 14].

monuments sculptés dans la roche
Baroque arabe.

Au Ier siècle av. J.-C., l'affirmation de la monarchie nabatéenne se traduit une planification urbaine : les quartiers sont rasés pour faire place à la construction du centre urbain monumental. Au Ier siècle, parallèlement avec l'essor économique des Nabatéens, démarre la construction de structures monumentales : le Deir et les tombeaux du Palais et du Corinthien. Durant le IIe siècle les bâtisseurs de la cité adoptent des détails architecturaux hellénistiques (frise, architrave, pilastre…) et créent un nouveau style de chapiteau encore aujourd'hui appelé « nabatéen ». Ils utilisent de plus en plus de structures uniquement décoratives, dont certaines inspirées de la culture autochtone : rosettes, animaux de la région ou d'ailleurs (éléphants, lions, aigles...), sculptures inspirées de la Grèce antique (dont celles de Méduse, qui transformait tout être qui la regardait en pierre), de sphinx, de griffon[38],[A 15] Les familles les plus riches de la ville embauchent des architectes pour créer des tombeaux comportant des façades très décorées[A 14]. Ils font également décorer l'intérieur de leurs demeures, le stuc y étant peint en couleurs vives[A 16]. Strabon dira qu'à Pétra les autorités « condamnent publiquement à une amende ceux qui diminuent leur richesse et confèrent des honneurs à ceux qui les augmentent » ; les habitants font étalage de leurs richesses en faisant construire des tombeaux et des monuments imposants : pas moins de 620 tombes monumentales côtoient de nombreuses tombes à fosse[A 17]. Parmi les innombrables tombes à façades sculptées dans la roche, les plus anciennes présentent des similarités frappantes avec celles de Mleiha, ville d'Arabie du Sud, avec leurs façades décorées de deux bandeaux de merlons à degrés superposés (motifs en escaliers) et de demi-merlons d’angle. Selon l'archéologue du CNRS Michel Mouton, cette analogie suggère que les Nabatéens ont comme origine la péninsule arabique, vers le IVe siècle avant notre ère mais à Pétra, ces monolithes abritent des chambres funéraires tandis qu'en Arabie, ce sont des blocs pleins accompagnés d'une fosse sépulcrale souterraine[39].

haut d'une colonne prise en contre-plongé d'une sculpture stylée d'un éléphant dans le grès rouge. Fond de ciel bleu.
Détail de colonne avec décoration en forme de tête d'éléphant

Bien que les bâtiments publics, les monuments et les tombeaux indiquent une forte influence hellénistique et d'autres civilisations, avec leurs colonnes, péristyles et autres détails étrangers, les espaces privés, où les Nabatéens dorment, mangent et travaillent, sont plutôt de style arabe. Souvent dépourvus de fenêtres, ils donnent sur de petites cours intérieures tranquilles, comme c'est encore le cas au Moyen-Orient. Les toits des habitations basses (d'un ou deux étages), sont plats et sans tuiles et tous sauf les riches, qui préféraient les mosaïques, ont des planchers dallés. Il y a souvent des bancs en pierre où s'asseoir pendant les repas, mais le reste des meubles semble avoir été en bois, car on n'en trouve pratiquement pas de traces. Les cuisines sont situées dans un bâtiment éloigné de l'habitation principale afin de minimiser le risque d'incendie, comme c'est encore le cas dans beaucoup de pays[A 18]. On a pu parler de « baroque arabe » pour les grands monuments nabatéens de Pétra, par combinaison de styles (encadrement de porte romain, colonnes à chapiteaux à cornes typiquement nabatéens, gorge égyptienne surmontée de merlons, etc.) et empilement des niveaux[40].

Les habitants de Pétra construisent également beaucoup de colonnes, les utilisant à l'extérieur et à l'intérieur de leurs bâtiments. À l'extérieur, elles servent à séparer les cours intérieures et d'autres structures et, à l'intérieur, à décorer et à séparer les différentes pièces[A 19]. Lors de l'occupation romaine, les Romains construisent une rue rectiligne, bordée de portiques à colonnes, vers le marché de la ville ; auparavant toutes les rues suivaient les contours de la vallée, la rue principale suivant le cours du Sîq[A 20]. La plupart des bâtiments de Pétra ne sont pas construits sur un quadrillage de voies, mais sur les terrasses naturelles le long des parois des vallées, ou creusées à même la roche. Les quartiers sont centrés sur les sources et ont pu débuter en tant que simples camps tribaux. À ez-Zantur, un quartier au-dessus de la voie romaine, on trouve des traces d'une habitation en pierre du Ier siècle av. J.-C. ; sur le même emplacement on trouve une riche villa construite au Ier siècle[A 21].

Les architectes planifient leurs œuvres en sculptant des plans sur la roche à des hauteurs allant jusqu’à 30 mètres[41]. Ils pouvaient construire une façade de deux manières : de haut en bas avec une seule équipe, ou avec deux équipes travaillant simultanément, une partant du haut et une autre du bas. Quand ils construisaient de haut en bas, ils utilisaient en général une plateforme taillée à même la roche ; quand une section était finie, ils détruisaient le niveau inférieur pour faire une plateforme plus basse. Les ouvriers utilisaient les fissures préexistantes dans la roche pour faciliter l'excavation ; quand ce n'était pas possible, on devait creuser un trou dans la roche et y insérer du bois, qui, une fois mouillé, gonflait et exerçait une pression intense sur la roche environnante, la brisant[A 22].

Aux endroits considérés comme sacrés, les Nabatéens mettent des pierres levées appelées « bétyles », littéralement « demeures divines ». Elles servent à signaler la présence d'un dieu[A 23].

L'entrée du Sîq était surmontée d'une grande arche détruite par les ravages de l'érosion, des tremblements de terre et des crues dont il ne reste aujourd'hui que des traces sur un côté du canyon[42]. Tout au long des murs on trouve des petites niches contenant des sculptures de dieux[43].

Une muraille, dont il ne reste que peu de traces, protégeait Pétra et sa vallée d'attaques ennemies[44].

La relative bonne conservation des monuments vient du fait que, par tradition, les habitants des villages voisins « entretenaient » la cité et ce jusqu'aux environs du XIXe siècle[29].

Vue panoramique sur des monuments sculptés dans la roche. À l'avant plan, un chemin qui mène vers les monuments. Sur chemin arrivent deux personnes sur un cheval. Un âne stationne à gauche du chemin.
Panorama sur un ensemble de tombes

Principaux monuments[modifier | modifier le code]

On trouve autour de Pétra des tombeaux, des sanctuaires et des oratoires creusés à même la roche et qui présentent des façades de type hellénistique dont la célèbre Khazneh et le Deir. Beaucoup sont construits pendant le règne du roi Arétas IV (de l'an -9 à l'an 40)[A 20]. Rien que pour l'aspect religieux, le site de Pétra comptait, en , environ 680 monuments cultuels[45],[46]. Mais il y a aussi d'autres types de monuments comme un théâtre romain et vingt rochers appelés les « jinns », qui représentaient peut-être des dieux veillant sur la ville[10].

Khazneh[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Khazneh et Sîq.

Photographiée des milliers de fois à partir de la sortie du Sîq[47] et décrite par Jean Louis Burckhardt comme « l'un des plus élégants vestiges de l'Antiquité existant en Syrie »[48], la Khazneh est le monument le plus connu de Pétra. Taillée dans le grès, à l'architecture composite influencée par l'art d'Alexandrie, avec notamment un chapiteau corinthien, un péristyle pourvu de deux chambres latérales et, à l'étage, une rotonde décorée d'une Isis-Tyché tenant une corne d'abondance, c'est, sans aucun doute, la sépulture d'un roi ou d'une reine. Sa date de construction — probablement autour du Ier siècle av. J.-C. — est cependant encore discutée[49].

Deir[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Deir.

Le Deir est un monument de 45 mètres de largeur et 42 mètres de hauteur qui se trouve sur un plateau situé à quelque 45 minutes de marche du centre de la ville. Construit entre les années et de notre ère, au bout d'une voie processionnelle qui passe par d'autres sanctuaires, il s'agit probablement d'un oratoire où se réunissaient prieurs, adorateurs mais aussi les membres d'un thiase — pour lequel est gravé, à quelques mètres de là, le texte de fondation — ou d'un culte à mystères dédié au roi divinisé Obodas Ier [Note 2],[45]. Au IVe siècle, l'édifice est utilisé par les chrétiens comme monastère, ce qu'il lui vaut son nom : « el Deir » qui veut dire « le monastère »[51].

Temple de Qasr al-Bint[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Qasr al-Bint.

Avec ses 23 mètres de haut, le temple de Qasr al-Bint est un des principaux temples de la cité. Il se trouve au bout d'une large esplanade pavée qui se termine par une longue colonnade. Centre d'un important secteur monumental, c'est une des rares structures construites plutôt que creusées dans la roche. Embelli à l'époque romaine, c'est un bâtiment construit de grès et recouvert de stuc. Malgré ses poutres de genévrier disposées en un dispositif anti-sismique, le temple de Qasr al-Bint a connu une destruction partielle lors d'un tremblement de terre. Au fond du temple une statue de l'idole de Susarés — dont la naissance était célébrée le  — était supportée par une plate-forme accessible par deux d'escaliers. D'autres divinités étaient également célébrées dans ce temple[52].

Temple des lions ailés[modifier | modifier le code]

La déesse Al-Uzza était vénérée non loin de là par les habitants de Pétra, dans le temple des lions ailés[A 23]. Ce temple construit par les Nabatéens au cours du Ier siècle, est un grand complexe munis d'un long escalier montant, d'une grande entrée flanquée de colonnes, et d'une salle de culte intérieure avec un podium surélevé. Le temple doit son nom aux sculptures à motif de lions qui couronnent les chapiteaux corinthiens des colonnes qui entouraient l'édifice. Dans le foyer du temple, au sommet du podium reposait probablement une statue de la déesse al-Uzza. Les prêtres et les dévots se disposaient probablement autour de la statue afin de prier la déesse. Des motifs floraux et figuratifs, ornaient les murs et de petites niches entouraient le podium dans lesquelles étaient sans doutes placées des offrandes ou des idoles. Prospère jusqu'à la période romaine, le temple des lions ailés est détruit et cesse d'être utilisé suite au tremblement de terre qui frappe Pétra en [53].

Théâtre romain[modifier | modifier le code]

Construit au Ier siècle, un théâtre romain taillé dans la roche pouvait accueillir de 3 000 à 8 500 personnes, selon les sources[26],[A 24] (30° 19,5′ N, 35° 26,82′ E). C'était un mélange de roche taillée et de maçonnerie ; il avait un orchestre semi-circulaire et des gradins en trois niveaux superposés en forme de lune croissante[A 24]. Déjà mentionné par Jean Louis Burckhardt en , le théâtre est exhumé en 1961 par une équipe d'archéologues américains autours de P.C. Hammond en collaboration avec le Département des Antiquités de Jordanie[54].

« Église byzantine »[modifier | modifier le code]

Pendant la domination byzantine, on construit de grandes églises fastueusement décorées de pierres venant de la Grèce, d'Égypte, et d'autres terres lointaines. On utilise souvent du marbre et du granit des anciens temples nabatéens et romains[A 11]. L'« Église byzantine », découverte en 1990, a été bâtie au Ve siècle, elle se trouve au nord de la rue à colonnades[30](30° 19,845′ N, 35° 26,68′ E). À l'époque elle était décorée de mosaïques et de tesseras en verre et en pierre, parfois recouvertes de feuille d'or. Son style était plutôt gréco-romain avec des détails inspirés de Pétra et de ses environs, ses plantes et ses animaux[A 25]. L'église est victime d'un incendie à la fin du Ve siècle qui détruit le marbre (éparpillé en plus de 4 000 fragments retrouvés par les archéologues), et abîme plus de 140 papyri gardés dans une chambre connexe par une famille aisée[A 26].

Recherches archéologiques[modifier | modifier le code]

Un voyageur déguisé[modifier | modifier le code]

Pétra est révélée au monde occidental en 1812 par Jean Louis Burckhardt, un voyageur suisse déguisé en Arabe, qui se fait appeler Cheikh Ibrahim. Il suit la route reliant Damas à l'Égypte et qui passe par la Jordanie. Il a entendu dire qu'à proximité du village de Wadi Moussa se trouvait, au milieu d'une forteresse naturelle, des vestiges extraordinaires. Dans cette région qui appartenait alors à l'Empire ottoman, on se méfie des personnes curieuses d'antiquités considérées comme « œuvres des Infidèles » ; car à cette époque la situation politique et religieuse est tendue. Burckhardt se présente alors comme un pèlerin souhaitant sacrifier une chèvre au prophète Aaron dont le tombeau, construit au XIIIe siècle, est censé se trouver au-delà des ruines, au sommet du djebel Haroun. Accompagné par son guide, il traverse la ville antique le sans pouvoir un seul instant s'arrêter pour prendre des notes ou dessiner, mais conscient de l'importance de tels vestiges et du fait que les ruines proches de Wadi Moussa sont celles de Pétra. Enthousiaste, il répand la nouvelle parmi les Occidentaux installés en Orient et en Égypte[55]. Il fait part de ses conclusions dans son livre Travels in Syria and the Holy Land qui est édité en cinq ans après sa mort[56].

Le Mythe nabatéen[modifier | modifier le code]

La nouvelle de la découverte de Jean Louis Burckhardt se répand parmi les européens qui résident au Levant. Ainsi, en (soit six ans après l'expédition de Burckhardt), l'égyptologue William John Bankes et une dizaine de personnes (dont le drogman Giovanni Finati et les officiers de marine C. L. Irby et J. Mangles) se rendent de Jérusalem à Pétra et, malgré la méfiance des tribus locales, parviennent à rester quelques jours sur le site. Ils parcourent une grande partie de la ville et Bankes réussit à faire quelques croquis ; les conclusions du voyage sont rendues publiques la même année que la sortie du livre de Burckhardt, mais les croquis restent inédits jusqu’à la fin du XXe siècle[57].

Ancienne carte avec un titre.
Plan de la ville de Pétra par Léon de Laborde.

En , une première véritable expédition archéologique est menée par les français Léon de Laborde et Louis Maurice Adolphe Linant de Bellefonds. Les explorateurs et les seize personnes qui les accompagnent campent près des ruines et ce, malgré la crainte de la peste qui sévit dans le village proche de Wadi Moussa. Leurs relevés nombreux et précis, établis en six journées de travail, permettent de dresser la première carte de la ville[58].

Lithographie d'un monument sculpté dans la roche devant lequel se trouve deux personnages dont l'un est agenouillé. plus vers la droite, trois personnages vétus de robes discutent à l'ombre d'un petit arbre. En arrière plan, il y a un paysage désertique.
Lithographie du Deir vu par Léon de Laborde.

Ce sont les nombreux documents, gravures et dessins archéologiques réalisés par les deux archéologues français au cours de leur mission de et compilés dans le livre Voyage de l'Arabie Pétrée () qui posent les bases du « Mythe nabatéen ». L'engouement suscité par le livre et les illustrations des archéologues français dépasse très vite le cercle des historiens et crée une sorte de mystère qui entoure ces nabatéens sortis du fin fond des âges. L'orientalisme à la mode parmi les intellectuels de l'époque fait que l'occident exagère un peu le rôle des anciens habitants de Pétra et leur donne une sorte d'aura de prestige propre à attirer l'attention du monde occidental sur les vestiges de Pétra[59].

En outre, les historiens contemporains de Léon de Laborde sont pour la plupart pétris d'archéologie biblique et, dans une moindre mesure, de lectures auprès des auteurs grecs et latins. Et donc, même si Diodore de Sicile et Strabon écrivent deux textes qui mentionnent les nabatéens comme un peuple de marchands dont la capitale se trouve à Pétra, un archéologue comme Léon de Laborde, dont l'un des grands buts est de retracer géographiquement les différentes étapes de l'Exode, a tendance à se référer à l'Ancien Testament. Mais, les nabatéens en sont totalement absents — au temps présumé de l'Exode ou au moment de l'écriture de la Bible, les habitants de Pétra sont les Édomites, montrés comme les ennemis de Moïse — et, de ce fait, jouissent encore d'un plus grand attrait aux yeux des intellectuels de l'époque. Même si les recherches de Léon de Laborde sont les premières à rendre Pétra aux nabatéens, il est difficile à l'archéologue d'écarter Pétra du théâtre des événements de l'Exode, comme il lui est tout aussi difficile de ne pas remarquer de noms bibliques de lieux comme le « Ruisseau de Moïse » (Wadi Moussa)[Note 3] ou le « Trésor du Pharaon » (Khazneh)[23].

Plusieurs missions archéologiques suivent, notamment celles des géographes Gotthilf Heinrich von Schubert et Jules de Bertou en [Note 4], du spécialiste des études bibliques Edward Robinson en , de l'assyriologue Austen Henry Layard en et de l'archéologue Honoré Théodoric d'Albert de Luynes en . Les premières études portent sur les tombeaux les plus spectaculaires alors que plusieurs autres vestiges sont laissés sur le côté[61]. Mais les recherches ne se limitent pas au site : Charles Montagu Doughty découvre à une certaine distance de Pétra une autre ville nabatéenne : Hégra. Cependant, les populations locales se montrent souvent hostiles aux recherches et ne permettent pas l'organisation de véritables fouilles[62].

De minutieux relevés[modifier | modifier le code]

Vers la fin du XIXe siècle, les provinces de l'Empire Ottoman s'ouvrent de plus en plus à l'arrivée de chercheurs occidentaux et, même si les problèmes avec les communautés locales bédouines persistent, les expéditions archéologiques sont dorénavant organisées par de grands organismes — universités, centres installés en Égypte ou au Proche-Orient — qui, par ailleurs orientent leurs recherches vers des objectifs plus précis. Par exemple, l'École biblique et archéologique française de Jérusalem concentre ces efforts sur le rassemblement des inscriptions dans la ville de Pétra[62]. Un des premiers à se lancer dans ce type de recherche est le père dominicain Marie-Joseph Lagrange qui, en , sur commande de l’Académie des inscriptions et belles lettres de Paris, est chargé de retrouver une inscription nabatéenne jadis observée mais depuis lors perdue. Il prend, par ailleurs, d'autres relevés d'inscriptions et inspecte plusieurs monuments de la ville[63]. Il est suivi en par d'autres frères dominicains comme les pères Jaussen et Savignac qui recueillent également des inscriptions à d'autres endroits autours de Pétra et font paraître un impressionnant ouvrage : Mission archéologique en Arabie. Parallèlement, en , l'allemand H. Kohl se lance dans des recherches sur le temple de Qasr al-Bint que W. Bachmann et H. Wiegand continuent en en pratiquant des sondages contre les murs ouest et nord de l'édifice[64].

Dans la mouvance des dominicains, d'autres chercheurs effectuent toute une somme de travaux de relevés systématiques de temples, édifices et endroits particuliers. En , le spécialiste morave du monde arabe Alois Musil publie dans son œuvre cartographique Arabia Petraea les résultats d'une des premières expéditions à vocation scientifique ayant entrepris de faire l'inventaire de tous les sites de l'Antiquité visibles à l'époque. Suivent ensuite, les travaux de G. Dalman qui dresse entre et le relevé et la description de tous les monuments de culte de Pétra[65].

Une nouvelle perspective[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale, les principales missions sont allemandes. Commandées par les autorités turques, elles ont pour principaux objectifs, la « protection des monuments » de Pétra. Ces missions vont pousser les chercheurs à accorder plus d'importance qu'auparavant aux vestiges de l'époque romaine et aux constructions civiles. Pétra sort, ainsi, de la branche biblique de l'archéologie et la civilisation nabatéenne est alors analysée sous un angle plus large. Les inventaires et différents corpus rassemblés par les missions précédentes sont relus et replacés sous forme de synthèses historiques. Après la guerre, la Transjordanie est placée sous mandat britannique et Pétra continue d'accueillir des chercheurs comme A. Kennedy qui publie en des ouvrages de vulgarisation illustrés par de nombreuses photographies dont quelques-unes sont aérienne prises par la Royal Air Force[66].

En , les archéologues britanniques George Horsfield et son épouse Agnes Conway entreprennent des fouilles dans la ville et s'intéressent d'avantage aux habitations et à la période édomite de Pétra[67],[68]. Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, d'autres fouilles sont entreprises par des équipes britanniques et américaines, elles se concentrent, alors sur quelques tombeaux importants et, notamment sur la Kazneh[69].

En , département des Antiquités du nouveau royaume de Jordanie, pousse à de nouvelles investigations et, en , l'attention est dirigée sur le centre monumental de Pétra afin de dresser une chronologie des constructions et d'enfin savoir comment se sont installés les nabatéens sur le site. En parallèle, pour la première fois, des travaux plus orientés sur la conservation des monuments sont menés sur l'antique ville[69].

Une multitudes de fouilles[modifier | modifier le code]

À partir de ce moment, les fouilles se font plus concrètes, elles s'orientent de plus en plus vers la vie quotidienne des Nabatéens et se basent sur l'observation des installations hydrauliques et la recherche d'objets usuels comme la céramique, les ossements et les pièces de monnaie. Le recoupement d'informations venant d'autres sites nabatéens, des photographies aériennes et par satellite ainsi que l'étude des différentes langues et d'anciens papyrus permettent d'en savoir plus sur la culture des nabatéens. C'est, notamment, le cas des travaux de l'abbé Jean Starcky qui, en , produit une remarquable synthèse sur la religion des nabatéens[70],[71]. Par ailleurs, la même année le site édomite est rouvert par l’archéologue Crystal-M. Bennett qui se concentre sur les habitations de ces derniers[21].

À compter de , le département des Antiquités de Jordanie entame une collaboration avec plusieurs universités américaines pour la conduite des fouilles[72]. Les archéologues jordaniens, français, suisses et américains font d'importantes découvertes au cours d'une grande campagne de fouilles qui dure de 1993 à 2002 : en 1998 un grand complexe de bassins est découvert près du Grand Temple[73].

Dans les années 2000, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) effectue des fouilles au Qasr al-Bint principalement financées par le ministère des Affaires étrangères français[74], relayée ensuite sous la direction de l'autorité des Antiquités jordaniennes par des scientifiques américains de l'Université Brown de Providence qui révèlent également des vestiges dans le secteur autour de la porte de Temenos[75]. En 2000 une riche villa nabatéenne située hors du Sîq et en 2003 des tombes taillées dans la roche en dessous de la Khazneh sont également fouillées[A 27]. En et en , un sanctuaire tribal à la périphérie de la ville est fouillé et se prolonge par la découverte de nouveau sanctuaires non loin de là pour lesquels deux campagnes sont programmées pour et [74].

En , une équipe française fouille des bains situés à 6,5 kilomètres du centre de Pétra[76] et, en , des photographies aérienne permettent de découvrir une structure souterraine à 800 mètres du centre de Pétra[77].

L'écriture[modifier | modifier le code]

Vidéo avec des vues panoramiques

Ce sont les recherches sur les inscriptions de Pétra ou d'Hégra qui permettent les plus grandes avancées[78]. Les rochers de Pétra sont couverts de près de 4 000 inscriptions, dont 80 % sont des signatures, principalement de pèlerins des religions pré-Islamiques y laissant trace de leur piété. Les Nabatéens ayant le plus souvent écrit sur du papyrus et du cuir, qui se décomposent rapidement, il ne reste que les inscriptions gravées dans la pierre, à Pétra et ailleurs au Moyen-Orient, où l'alphabet nabatéen était assez courant[A 13].

Dès 1840, le savant E. Beer déchiffre l'alphabet, une forme particulière de l'écriture araméenne mêlée à l'arabe (elle est peut-être à l'origine du style d'écriture de cette dernière[A 13]), et les Français Eugène-Melchior de Vogüé puis William Henry Waddington complètent les recherches[79]. Écrit de droite à gauche, l'alphabet se compose de vingt-deux consonnes ; comme certaines langues apparentées, dont l'hébreu, les voyelles doivent être déduites par le lecteur[A 13]. Il semble que le style de l'écriture présente sur les rochers, ses ligatures et ses courbes, dérive de celui d'une écriture sur papyrus créée par les scribes, et que ce style était repris lors de la gravure des inscriptions sur la roche à l'aide du marteau et du burin[A 13].

Les Nabatéens étaient en contact permanent avec d'autres grandes civilisations de l'époque ; ils utilisaient le grec ancien et le latin pour leurs documents les plus importants[80]. Plusieurs inscriptions trouvées à Pétra sont bilingues, en araméen et en grec[81]. En effet, l'araméen était la langue la plus en usage au Proche-Orient ; aussi les Nabatéens écrivaient-ils l'arabe en utilisant l'alphabet araméen[82].

Les numismates parviennent à identifier les pièces de monnaie émises pendant environ deux siècles par les Nabatéens, qui imitèrent la monnaie grecque[80], et retracent ainsi les grandes lignes de l'histoire de la royauté nabatéenne[83].

Pétra dans les arts[modifier | modifier le code]

La société anglo-saxonne a pris connaissance de l'existence de Pétra principalement à travers les récits du religieux britannique John William Burgon qui la décrivait comme « a rose-red city half as old as time » (« une cité vermeille, moitié vieille comme le temps »), mais lui-même, comme nombre de ses contemporains, ne s'est jamais rendu dans la ville et il ne la connaissait que par les lithographies et peintures de l'Écossais David Roberts, qui dès les publia dans son livre Égypte, Syrie et Terre sainte[84].

En 1868, les peintres Gérôme et Bonnat, Paul Lenoir, le guide-interprète Mousali et le photographe Goupil, dans la « caravane des peintres français », tentent de dépeindre lors de leur voyage dans le Sinaï, Fayoum et Pétra, les atouts culturels de la ville, mais le résultat est décevant, car pendant deux jours, des pluies torrentielles ne permettent pas de travailler[85].

Dans les années 1930, Agatha Christie situe l'intrigue de son roman policier Rendez-vous avec la mort () à Pétra[86].

Tintin, héros de bande dessinée belge, visite Pétra dans l'album Coke en stock. Toutefois, dans cet album, le site ne se trouve pas en Jordanie, mais est transposé dans l'état imaginaire du Khemed[87].

Hollywood, à travers des films tels que Indiana Jones et la Dernière Croisade, Mortal Kombat : Destruction finale, Le Retour de la momie et Transformers 2 profite des décors particuliers de Pétra[88].

Le site de Pétra est également le lieu de tournage, en , d'un clip du groupe The Sisters of Mercy, accompagnant le single Dominion issu de l'album Floodland (1987)[89].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Terre des bédouins[modifier | modifier le code]

À partir de 1830, le site de Pétra devient un lieu de visite, complément de pèlerinages religieux, mais également lieu de découvertes pour érudits, amateurs éclairés, savants de toutes provenances, assyriologues, spécialistes des études bibliques, artistes et géographes qui sont souvent attirés par ce que l'on appelle le « mythe nabatéen ». Les chefs bédouins des alentours de Pétra trouvent dans cette nouvelle affluence les sources de nombreux profits. Cependant, en fonction de l'état des rivalités entre tribus, certains de ces chefs parfois hostiles à l'arrivée des visiteurs rendent fort dangereux un voyage déjà coûteux en engagement de guides interprètes, en droits de passage ou en location de bêtes de sommes[85].

En l'émir Abdallah Ier (à la tête la Transjordanie de et roi de Jordanie de jusqu'à sa mort en ) entre en pourparlers avec les scheiks des cinq tribus Bedul. À la suite de ces pourparlers, les tribus se constituent en une entité unique conduite par le chef de l'une d'entre-elles : Hweimel Salem Eid. L'émir lui accorde et enregistre officiellement les droits d'occupation et d'utilisation des territoires de Pétra. Il autorise à la nouvelle entité « Bedul » la gestion et la taxation de ces territoires en échange d'accepter la tutelle du gouvernement. Depuis cet accord, un tourisme plus important et plus sécurisé commence à se développer à Pétra[90].

Et des touristes[modifier | modifier le code]

vue aérienne de ruines de tempes et de monuments sculptés dans la roche
La ville basse de Pétra

Vers la fin des années , l'USAID et l'U.S. National Park Service sont appelés à superviser le futur de Pétra. Ceux-ci, afin de faciliter la visite des lieux et de préserver les vestiges de Pétra, conseillent la délocalisation des bédouins hors du site historique de Pétra[91]. Ces bédouins vivent alors dans les vestiges de la ville et dans de grandes tentes noires construites aux abords des ruines. En , le gouvernement construit le village d'Umm Siehoun afin de les y héberger, ce qui leurs donne accès à de meilleurs conditions d"éducation et de soins de santé, mais les éloigne de leurs terres pastorales et agricoles traditionnelles et des rentrées financières liées au tourisme[90]. Mais certains refusent de rejoindre le village et environ 150 membres de la communauté Bedul choisissent alors de rester dans des grottes de Pétra[92].

Parallèlement, en , le site de Pétra est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO ce qui impose aux divers programmes de recherches de respecter les projets d'aménagement touristiques et de protection du site de Pétra, destination de foules toujours plus denses[93].

En , rappelant le traité conclu en entre le gouvernement Jordanien et les tribus Bedul, le Petra National Trust (PNT) entame une campagne de réintégration des bédouins sur Pétra. Tout en gardant leur base dans le village de Umm Siehoun, le projet du Petra National Trust est d'intégrer les bedouins dans l'économie touristique de Pétra et de mettre leur culture à profit afin de montrer aux visiteurs l'aspect plus traditionnel du site[90]. Au, XXIe siècle, les Bedul sont guides touristiques, artisans ou commerçants établis aux environs du site touristique[92].

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Pétra est le site le plus visité de Jordanie : en elle compte 609 044 visiteurs et 596 602 visiteurs en [94]. Alors qu'en , Wadi Moussa ne possédait encore que quatre hôtels[5], en 2014, la capacité de l'offre d’hébergement des alentours de Pétra est de 28 hôtels (dont 2 campings) avec 1 982 chambres pour 3 784 lits[95].

Vue nocturne d'un monument sculpté dans la roche. L'éclairage est assuré par un parterre de bougie. Des personnes observent le spectacle.
Visite nocturne de la Khazneh à la lueur de bougies.

Une visite nocturne de Pétra, à la lueur de 1 800 bougies, est organisée afin de découvrir la ville sous un autre angle[96]. Les bédouins, habitants de la région, offrent aux touristes des promenades à dos d'âne, de cheval ou de chameau[10]. Cependant cette pratique est déconseillée par les autorités du parc et par l'UNESCO car la poussière levée par les pas des animaux s'incruste dans les fissures et les recoins du Sîq et des ruines, les endommageant[11].

Photographie d'un mur moderne pourvu d'une enseigne en anglais et en arabe. Sur la gauche du mur, il y a une entrée vitrée et, sur la droite, il y a deux affiches qui représentent chacune le visage d'un homme différent. Ils sont tous deux coiffés d'un keffieh. Une rue passe devant le mur.
Photographie du centre touristique de Pétra en Jordanie. Sur les deux photos : le roi Abdullah II (à droite) et son père, le roi Hussein (à gauche).

En , le PDTRA (Petra development and tourism region authority) et la JICA (The Japan International Cooperation Agency) signent un accord afin de construire un nouveau musée moderne près du centre des visiteurs. Ce musée est appelé à exposer les antiquités de la ville nabatéenne de Pétra et présenter les efforts fournis dans la préservation du site archéologique. Le début des constructions est prévu dans les prochains mois après la signature de l'accord près de l'entrée principale de Pétra[97]. D'autres parts, inauguré en 1994 le Musée nabatéen de Pétra (Petra Nabataean Museum) permet d'avoir des informations sur l'histoire de Pétra et des Nabatéens, sur la géologie de la région et présente des fouilles de plusieurs monuments et lieux de vie importants. De nombreux objets y sont également visibles[98].

Cependant le secteur du tourisme— qui forme, en , 14 % du produit intérieur brut du royaume jordanien, soit 4 400 000 dollars[92] — est dépendant de la conjoncture économique et de la stabilité politique de la région : ainsi en , lors de la guerre en Irak, il y a seulement 160 658 visiteurs à Pétra et la Jordanie voit les saisons touristiques de et de sacrifiées[99]. Le Printemps arabe[100], la Guerre civile syrienne et les attentats y afférant provoquent une baisse de la fréquentation touristique en et en [101],[102] . En , elle est tellement basse qu'une partie de la population bédouine du village d'Umm Siehoun revient habiter dans les grottes de Pétra [Note 5],[92].

Protection du patrimoine[modifier | modifier le code]

Le manque de protection végétale, l'extension de l'agglomération voisine et la fréquentation touristique en hausse constante (la direction du parc archéologique a déclaré avoir reçu en 2008 jusqu'à 3 600 visiteurs par jour) constituent aujourd'hui autant de menaces pour la conservation de Pétra. Par ailleurs les crues et les tremblements de terre associés à l'érosion ont déjà détruit de nombreux vestiges. Certains monuments sont retournés à l'état de sable. Les rouges, les ocres, les gris qui font la beauté des lieux sont autant de signes de leur dégradation[103].

En outre, tous ces facteurs détruisent également les anciennes installations nabatéennes qui, autrefois servaient de captation, de stockage et de régulation des ruissellement des eaux de pluie. Les eaux qui ne sont plus régulées et utilisées comme autrefois, s'infiltrent dans le sol et augmentent le niveau de la nappe phréatique. La température et l'évaporation de cette eau qui se charge en sel remonte par capillarité et dégrade les monuments à leur base (phénomène de haloclastie)[104],[105].

Depuis 1991, l'UNESCO aide financièrement la Jordanie dans les travaux de restaurations de Pétra[11]. Le traitement des roches par Électricité de France (EDF) et Deutsche Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit (GTZ), destiné notamment à diminuer leur porosité en introduisant par électrophorèse un minéral de synthèse permettrait d'empêcher la remontée des sels, de solidifier et de préserver les vestiges nabatéens[104],[Note 6],[11]. L'Institut géographique national (IGN) a aussi participé à des missions de restauration, notamment sur le Qasr al-Bint[11]. Certaines tentatives sont même faites avec des pierres artificielles pour éviter que les touristes trouvent la ville dans un état de plus en plus déplorable[106].

Avec Qusair Amra et Um er-Rasas, Pétra est un des trois sites jordaniens inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Cette inscription date du , en même temps que le Qusair Amra. Elle a permis de centraliser et de coordonner l'effort du gouvernement jordanien et des organismes locaux afin de mieux collaborer[11]. Le Petra Region Planning Council (PRPC), en particulier, coordonne l'action des différents ministères. Le Petra National Trust gère quant à lui la protection contre les crues qui ont posé et posent encore de nombreux problèmes[107].

Depuis 1993, le site et la zone autour constituent un parc national archéologique[11]. Cela devait permettre de maîtriser le flux touristique et de mieux protéger les vestiges de Pétra, très importants dans le patrimoine jordanien et mondial. Cependant, même s'il existe des projets de protection et d'accompagnement des touristes lors de leur visite de Pétra, aucune décision de limiter le nombre de visiteurs n'a jusqu'à présent été adoptée[108].

Depuis , l'ONG Fonds mondial pour les monuments (World Monuments Fund), encourage partout dans le monde des campagnes d'information auprès des communautés locales à propos de la valeur de leur patrimoine culturel. À Pétra, en collaboration avec le Petra National Trust déjà engagé dans ce type d'action, sont organisés des ateliers de la jeunesse, des formations adressées aux enseignants, aux communautés locales et aux Junior Petra Rangers. Les deux organisations ont pour objectif d'enseigner au communautés locales une éthique de conservation de leur propre patrimoine culturel. Ils visent entre autres l'autonomisation des jeunes et les poussent à participer à l'avenir du site. Depuis , le Petra National Trust, élargi son action au niveau national visant à former des dirigeants et militants culturels directement concernés par la préservation du site de Pétra[109],[110].

Divers[modifier | modifier le code]

Chaque année depuis 2005 est organisé le Forum de Pétra qui, à l'initiative des fondations du roi Abdallah II de Jordanie et de celle du prix Nobel de la paix 2005 Elie Wiesel, réunit des prix Nobel de toutes disciplines et d'autres personnalités mondiales dans le but de promouvoir la paix, particulièrement au Moyen-Orient[111].

Le , Pétra a été désigné comme l'une des sept nouvelles merveilles du monde par un organisme non officiel et à caractère commercial (New Open World Corporation)[112].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La ville aurait été connue en Chine dès le IIe siècle av. J.-C. sous le nom de Li-kan (; pinyin: Líjiān), qui serait une translittération de Reqem [2]
  2. Obodas Ier est enterré à Avdat.
  3. Qui porte ce nom depuis le début du XIIe siècle, au moment où Pétra était une place forte des croisés. Ceux-ci inventent à la ville un passé biblique et l'assimilent à l’Exode pendant laquelle Moïse et les Hébreux, en quête de la Terre Promise sont pourchassés par les armées de Pharaon. Par ailleurs, le oued qui alimente Pétra est également prétendu par les croisés comme l’un des lieux où Moïse frappe la roche avec son bâton pour faire miraculeusement jaillir l’eau[60].
  4. C'est, d'ailleurs les géographes Gotthilf Heinrich von Schubert et Jules de Bertou qui découvrent que le niveau de la Mer Morte est bien inférieur à celui de la Méditerranée.
  5. Encouragé depuis 2015 par le Petra National Trust[90], ce mouvement de retour vers les grottes a toutefois déjà commencé depuis 2011 pour quelques bédouins déjà basé au village d'Umm Siehoun[92].
  6. Électricité de France était partenaire de l'exposition Sur les pas des archéologues sur la Jordanie à l'Institut du monde arabe en à Paris.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « The Great Earthquake », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 29 avril 2017)
  2. a, b, c, d, e, f et g (en) « Water in the Desert », Muséum américain d'histoire naturelle,
  3. (en) « Skilled at the Wheel », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 29 avril 2017)
  4. (en) « The Roads to Riches », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 29 avril 2017)
  5. (en) « Caravans and Commerce », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 29 avril 2017)
  6. (en) « City of Stone », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 29 avril 2017)
  7. (en) « Icons of the Gods », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 29 avril 2017)
  8. a, b et c (en) « A Shift to the North? », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 29 avril 2017)
  9. a et b « Under Roman Rule », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 29 avril 2017)
  10. a, b et c (en) « The Byzantine Era », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 29 avril 2017)
  11. a, b et c (en) « Borrowed Finery », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 29 avril 2017)
  12. a, b et c (en) « An Arabic Prayer », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 29 avril 2017)
  13. a, b, c, d et e (en) « The People of Petra », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 30 avril 2017)
  14. a et b (en) « Capital Improvements », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 30 avril 2017)
  15. (en) « Meaningful Motifs », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 30 avril 2017)
  16. (en) « Daily Life », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 30 avril 2017)
  17. (en) « Carving a Legacy », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 30 avril 2017)
  18. (en) « Room with a View », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 30 avril 2017)
  19. (en) « Courtyards and Colonnades », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 30 avril 2017)
  20. a et b (en) « Prosperous Petra », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 30 avril 2017)
  21. (en) « Landscape and Cityscape », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 30 avril 2017)
  22. (en) « Rock-hewn Petra », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 30 avril 2017)
  23. a et b (en) « Religion in Petra », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 30 avril 2017)
  24. a et b (en) « The Master Builders », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 30 avril 2017)
  25. (en) « A World in Mosaics », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 30 avril 2017)
  26. (en) « The Affluent Society? », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 30 avril 2017)
  27. (en) « Petra Today », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 30 avril 2017)
  • Autres
  1. a et b Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 114.
  2. (en) Jane Taylor, Petra and the Lost Kingdom of the Nabataeans, I.B.Tauris, , 224 p. (ISBN 9781848850200)
  3. (en) « The Peoples of the West », de Weilue/魏略 par Yu Huan/魚豢 [html], sur depts.washington.edu (consulté le 10 septembre 2017)
  4. a et b Patricia Schultz, Les 1000 lieux qu'il faut avoir vus dans sa vie, Paris, Flammarion, (ISBN 978-2081292901)
  5. a et b Lonely planet, Jordanie, Paris, Lonely Planet / Place des éditeurs, , 5e éd., 352 p., p. 161
  6. a et b André Parrot, « Pétra », dans Encyclopedia Universalis, Malesherbes, Cosmopress, , p. 813
  7. Roche 2009, p. 53-58
  8. François Michel, Roches et paysages, reflets de l’histoire de la Terre, Belin, (ISBN 978-2-7011-4081-0), p. 208
  9. a, b et c Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 119.
  10. a, b et c (en) « The Walk In », sur nabataea.net (consulté le 29 avril 2017)
  11. a, b, c, d, e, f et g (en) « The Petra Archeological Park », sur Nabataea.net, (consulté le 30 avril 2017)
  12. a, b, c, d et e Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 60-62.
  13. (en) « The Small Siq », sur nabataea.net (consulté le 29 avril 2017)
  14. de Fabianis et Bourbon 1998, p. 178.
  15. a, b, c et d (en) Philip C. Hammond, « Petra, the timeless », Archaeology, no 39,‎ , p. 7 (lire en ligne)
  16. (en) C.R. Ortloff, « The Water Supply and Distribution System of the Nabataean City of Petra (Jordan), 300 bc– ad 300 », Cambridge Archaeological Journal, vol. 15, no 1,‎ , p. 93-109 (lire en ligne)
  17. a, b et c Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 63.
  18. Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 57.
  19. (en) Diana Kirkbride, Five seasons at the pre-pottery neolithic village of Beidha in Jordan, Palestine Exploration Fund, , 65 p.
  20. a et b (he) Chaim Ben David, « Mountain Strongholds of Edom », Catedra, vol. 101,‎ , p. 7 à 18 (ISSN 0334-4657)
  21. a, b et c Crystal-M. Bennett, « Fouilles d'Umm El-Biyara: Rapport préliminaire », Revue Biblique, vol. 73, no 3,‎ (lire en ligne)
  22. Laïla Nehmé, « Pétra du Néolithique à l'époque byzantine », sur www.universalis.fr (consulté le 12 septembre 2017)
  23. a et b Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 17.
  24. « Pétra édomite », sur Clio la Muse,
  25. a, b, c, d, e, f, g et h Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 118.
  26. a, b, c, d et e « Pétra - Histoire et culture », sur visitjordan.com (consulté le 29 avril 2017)
  27. a et b Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 43.
  28. a et b de Fabianis et Bourbon 1998, p. 174.
  29. a et b Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 16.
  30. a et b Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 44.
  31. Anhioch. 10.
  32. (en) « The Royal Tombs », sur nabataea.net (consulté le 29 avril 2017)
  33. (en) « Churches », sur nabataea.net (consulté le 29 avril 2017)
  34. « Géographie coranique: Enquête et évaluation des références géographiques dans le Coran », sur Institut pour les Questions Relatives à l'Islam
  35. (en) Dan Gibson, « The Sacred City », sur thesacredcity.ca, (consulté le 12 septembre 2017)
  36. Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 107.
  37. (en) Dr. Mohammed Al-Nasarat et Dr. Abd alrzaq Al-Maani, « Petra during the Crusader Preriod from the Evidence of Al-Wuuayra Castle : a Review », Mediterranean Archaeology and Archaeometry, vol. 14, no 1,‎ , p. 13 (lire en ligne)
  38. de Fabianis et Bourbon 1998, p. 179-190.
  39. « Les plus anciens monuments funéraires de Pétra : une tradition de lʼArabie préislamique », Topoi. Orient-Occident, vol. 14,‎ (lire en ligne)
  40. (en) Laurent Tholbecq, « Nabataean Monumental architecture », British Museum, no 17,‎ , p. 127 (lire en ligne)
  41. (en) « Big and Bold », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 30 avril 2017)
  42. Laborde nous laissa l'une des seules traces de cette arche sur l'un de ses croquis.
  43. (en) « The Siq (Thaniya) », sur nabataea.net (consulté le 30 avril 2017)
  44. (en) « City Walls », sur nabataea.net (consulté le 30 avril 2017)
  45. a et b Laïla Nehmé, « L'espace cultuel de Pétra à l'époque nabatéenne », Topoï, vol. 7, no 2,‎ (lire en ligne)
  46. Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 91.
  47. Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 13.
  48. Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 14.
  49. Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 11.
  50. Cyril Frésillon et Audrey Diguet, « À la découverte des trésors de Pétra » [html], CNRS Le Journal, (consulté le 31 août 2017)
  51. « Pétra, el Deir », sur www.cliolamuse.com, (consulté le 15 septembre 2017)
  52. Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 75.
  53. (en) Dr. Glenn Corbett, « Temple of the Winged Lions », sur usaidschep.org (consulté le 14 septembre 2017)
  54. (en) Philip C. Hammond, « Petra: The Excavation of the Main Theater », The American Scholar, vol. 1, no 32,‎ 1962-63, p. 14 (lire en ligne)
  55. Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 12-13.
  56. (en) John Lewis Burckhardt, Travels in Syria and the Holy Land, J. Murray, (lire en ligne)
  57. Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 13-14.
  58. Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 16-19.
  59. Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 18-19.
  60. Geo, « Jordanie : Pétra, la cité vermeille » [html], sur geo.fr, Prisma Média, (consulté le 17 septembre 2017)
  61. Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 24-25.
  62. a et b Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 26.
  63. « Activités archéologiques de l’École biblique et archéologique française à Jérusalem depuis 1890 », sur mj-lagrange.org, (consulté le 10 septembre 2017)
  64. Christian Augé, Laurent Borel, Jacqueline Dentzer-Feydy, Chrystelle March, François Renel et Laurent Tolbecq, « Pétra - Le sanctuaire du Qasr al-Bint et ses abords : un état des lieux des travaux de la Mission archéologique française à Pétra, Jordanie », HAL Archives ouvertes,‎ , p. 69 (lire en ligne [PDF])
  65. Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 28.
  66. Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 29.
  67. (en) Georges Horsfield et Agnes Conway, « Historical and Topographical Notes on Edom : with an account of the first excavations at Petra », The Geographical Journal,‎ , p. 19 (JSTOR 1784200)
  68. Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 30.
  69. a et b Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 30.
  70. Jean Starcky est un des savants à mettre sérieusement en doute l'assimilation de Pétra avec la ville biblique de Séla[21].
  71. Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 32.
  72. « Redécouverte de Pétra », sur Clio la Muse,
  73. (en) Leigh-Ann Bedal, The Petra pool -complex: A Hellenistic paradeisos in the Nabataean capital (results from the Petra "Lower Market" survey and excavation, 1998), Gorgias Press,
  74. a et b « Programme « Pétra » (Jordanie) : Laurent Tholbecq », sur Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (consulté le 30 avril 2017)
  75. (en) M.S. Joukowsky, Petra Great Temple : Archaeological Contexts of the Remains and Excavations, Brown University Excavations in Jordan at the Petra Great Temple, vol. 2, Providence, Brown University, Petra Exploration Fund, , 437 p. (ISBN 9780979744808)
  76. Thibaud Fournet et Laurent Tholbecq, « Les bains de Sabrā : un nouvel édifice thermal aux portes de Pétra », Syria, no 92,‎ , p. 10 (lire en ligne)
  77. (en) Sarah Parcak et Christopher A. Tuttle, « Hiding in Plain Sight: The Discovery of a New Monumental Structure at Petra, Jordan, Using WorldView-1 and WorldView-2 Satellite Imagery », Bulletin of the American Schools of Oriental Research, no 375,‎ , p. 16 (lire en ligne)
  78. « Hegra », sur Clio la Muse,
  79. Laïla Nehmé, « Langue et écriture nabatéennes »,
  80. a et b (en) « Influential Imports », sur Muséum américain d'histoire naturelle (consulté le 30 avril 2017)
  81. collectif, Guide du Routard Jordanie : Édition 2016/2017, Paris, Hachette Guides Tourisme, coll. « Guide du Routard Etranger », , 256 p. (ISBN 2013960468), p. 204. Dans la nécropole de Gaïa, à l'entrée du site de Pétra : une grande inscription bilingue nabatéenne et grecque, gravée dans le rocher, signale un tombeau.
  82. Laïla Nehmé, « Langue et écriture nabatéennes », sur clio.fr, (consulté le 15 septembre 2017)
  83. Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 24.
  84. Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 23.
  85. a et b Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 21.
  86. Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 111.
  87. « Les versants secrets de Pétra », L'Express,‎ (lire en ligne)
  88. (en) « Filming Locations for Indiana Jones and the Last Crusade », sur movie-locations.com
  89. (en) Dave Thompson, « Dominion/Mother of Russia The Sisters of Mercy », sur allmusic.com (consulté le 9 septembre 2017)
  90. a, b, c et d (en) Steven Kooring et Deborah Simms, « The Bedul Bedoin of Petra, Jordan : Traditions, Tourims and Uncertain Future », sur www.culturalsurvival.org, (consulté le 10 septembre 2017)
  91. UNESCO, « Petra Unesco World Heritage Center », sur unesco.ord (consulté le 9 septembre 2017)
  92. a, b, c, d et e « Face à un tourisme en perdition, les Bédouins de Jordanie retournent dans les grottes de Pétra », sur middleeasteye.net (consulté le 15 septembre 2017)
  93. Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 33.
  94. (en) Ministry of Tourism and Antiquities of Jordan, « Mountly numbers of visitors to Petra by Nationality, 2013 - 2014 » [xls], Hashemite Kingdom of Jordan, (consulté le 9 septembre 2017), mota.gov.jo
  95. (en) Ministry of Tourism and Antiquities of Jordan, « Nuber of Hotel, Apartments & Others, Rooms, Beds & Number of Employees Distributed by Nationality &Classification 2014 » [xls], Hashemite Kingdom of Jordan, (consulté le 9 septembre 2017), mota.gov.jo
  96. « Loisirs Et Aventure », sur visitjordan.com (consulté le 30 avril 2017)
  97. (en) « Petra Museum », sur visitpetra.jo, (consulté le 13 septembre 2017)
  98. (en) « Nabatean Museum », sur visitpetra.jo, (consulté le 13 septembre 2017)
  99. (en) « Jordanians pay price for tourism slump », BBC,‎ (lire en ligne)
  100. (en) Christopher A. Tuttle, « Preserving Petra Sustainably (One Step at a Time) », Journal of Eastern Mediterranean Archaeology & Heritage Studies, vol. 1, no 1,‎ , p. 23 (lire en ligne)
  101. afp/jvia, « La Jordanie inquiète pour son tourisme après l'attentat de Karak », sur www.rts.ch (consulté le 9 septembre 2017)
  102. Le Point, « Cernée par les guerres, la Jordanie tente de sauver son tourisme », sur lepoint.fr (consulté le 9 septembre 2017)
  103. Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 117.
  104. a et b Christian Augé et Jean-Marie Dentzer 2008, p. 115.
  105. Jean Nicod, « Problèmes d'environnement dans quelques cités antiques d'Asie mineure et du Proche-Orient », Méditerranée, vol. 99,‎ , p. 9
  106. (en) « Petra "saved" by artificial stone », BBC,‎ (lire en ligne)
  107. Petra national Trust, « PNT Preservation », sur petranationaltrust.org (consulté le 9 septembre 2017)
  108. (en) UNESCO, « Petra Unesco World Heritage Center », sur unesco.ord (consulté le 9 septembre 2017)
  109. (en) World Monuments Fund, « Petra Archaeological Site », sur wmf.org (consulté le 9 septembre 2017)
  110. (en) Petra national Trust, « Accueil », sur petranationaltrust.org (consulté le 9 septembre 2017)
  111. « Chirac décline une invitation du roi de Jordanie aux rencontres de Pétra », Capital,‎ (lire en ligne)
  112. (en) New 7 Wonders of the World, « Petra », sur world.new7wonders.com (consulté le 9 septembre 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Antiquité romaine

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Photographie d'un ancien monument sculpté dans la roche. Le monument est dégradé par les intempéries et donne l’impression de se fondre dans la roche.
Les vestiges, les monuments et la géologie rendent unique le site de Pétra.

Récits de voyageurs[modifier | modifier le code]

  • David Roberts, Carnets de voyage, Égypte, Terre Sainte, Paris, Anthèse, (réimpr. 1889)
  • (en) Edward Robinson, Biblical Researches in Palestine and the Adjacent Regions, Londres, Murray, (réimpr. 1867)
  • Honoré Théodoric d'Albert de Luynes, Voyage d'exploration à la mer Morte, à Pétra et sur la rive gauche du Jourdain, Paris, Arthus-Bertrand, 1871-1876

Ouvrages archéologiques[modifier | modifier le code]

Classiques[modifier | modifier le code]
  • (de) Rudolf Ernst Brünnow et Alfred von Domaszewski, Die Provincia Arabia, Strasbourg, K. J. Trübner, 1904-1909
  • (de) Alois Musil, Arabia Petrae, Vienne, Edom,
  • (de) Gustaf Dalman, Petra und seine Felsheiligtümer, Leipzig,
  • Antonin Jaussen et Raphaël Savignac, Mission archéologique en Arabie, Paris, 1909-1914
  • (de) Theodor Wiegand, Wissenschaftliche Veröffentlichungen des Deutsch-Türkischen Denkmalschutz-Kommandos, Berlin,
  • (en) Sir Alexander B.W. Kennedy, Petra, its History and Monuments, Londres,
  • Albert Kammerer, Pétra et la Nabatène, Paris, Geuthner, 1929-1930
  • Jean Cantineau, Le Nabatéen, Paris, 1930-1932
Plus récents[modifier | modifier le code]
  • (en) Judith McKenzie, The Architecture of Petra, Oxford, Oxford University Press, (réimpr. 1995, 2005) (ISBN 1-84217-164-X)
  • Maurice Sartre, Inscriptions en Jordanie, IV, Pétra et la Nabatène méridionale, Paris, Geuthner,
  • Laurent Tholbecq, Les Sanctuaires des Nabatéens, Lyon, Topoi,
  • (de) T. Weber, Petra, Mayence, Ph. von Zabern,
  • Valeria Manferto de Fabianis et Fabio Bourbon (trad. Étienne Schelstraete), Splendeurs des civilisations perdues : Les plus beaux sites archéologiques, Paris, Gründ, (ISBN 2700021398)
  • Laïla Nehmé et François Villeneuve, Pétra, métropole de l'Arabie antique, Paris, Le Seuil,
  • Christian Augé et Jean-Marie Dentzer, Pétra, Paris, Gallimard, coll. « Découverte » (no 372), (1re éd. 1999), 128 p. (ISBN 9782070534289)
  • Henri Stierlin, Pétra : Capitale du royaume nabatéen IIIe siècle avant - IIe siècle apr. J.-C., Actes Sud, , 208 p. (ISBN 978-2-7427-8471-4)
  • Laïla Nehmé, Atlas archéologique et épigraphique de Pétra : Fascicule 1 : De Bāb as-Sīq au Wādī al-Farasah, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, coll. « Épigraphie & archéologie », , 266 p.-LI p. de pl. p. (ISBN 978-2-87754-286-9)
  • Marie-Jeanne Roche, Pétra et les Nabatéens, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Guide des civilisations »,

Littérature et poésie[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 5 août 2007 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 5 août 2007 de cet article a été reconnue comme « article de qualité », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.