Eperrais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Orne
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Orne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Eperrais
Image illustrative de l'article Eperrais
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Mortagne-au-Perche
Canton Ceton
Intercommunalité Pays Bellêmois
Statut Commune déléguée
Maire délégué Guy Suzanne
2017-2020
Code postal 61400
Code commune 61154
Démographie
Population 114 hab. (2014)
Densité 8,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 25′ 24″ nord, 0° 33′ 01″ est
Altitude Min. 147 m – Max. 238 m
Superficie 14,12 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Belforêt-en-Perche
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 15.svg
Eperrais

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 15.svg
Eperrais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Eperrais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Eperrais

Eperrais (epɛʁːɛ[1]) est une ancienne commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 114 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est dans le Perche. Son bourg est à 6 km au nord de Bellême, à 11 km à l'est de Pervenchères, à 11 km au sud de Mortagne-au-Perche et à 19 km à l'ouest de Rémalard[2].

Communes limitrophes d’Eperrais[3]
Le Pin-la-Garenne Le Pin-la-Garenne Mauves-sur-Huisne
Bellavilliers Eperrais[3] Saint-Ouen-de-la-Cour
Le Gué-de-la-Chaîne Saint-Martin-du-Vieux-Bellême Saint-Ouen-de-la-Cour,
Saint-Martin-du-Vieux-Bellême

Toponymie[modifier | modifier le code]

Eperrais, Esperreitum en 1032-1064[4] : le toponyme pourrait être issu du germanique sparra, « pièce de bois », « poutre »[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
 ? mars 2001 Bernard Bourgon    
mars 2001 en cours Guy Suzanne[6] SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 114 habitants, en augmentation de 0,88 % par rapport à 2009 (Orne : -1,55 % , France hors Mayotte : 2,49 %) Eperrais a compté jusqu'à 778 habitants en 1806.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
651 701 778 636 685 648 664 639 609
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
582 543 490 459 407 400 384 346 309
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
271 253 249 216 233 213 201 209 190
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014 -
182 137 133 134 110 114 109 114 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006 [10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Prieuré de Chênegallon.
  • Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul.
  • Presbytère, de la fin du XVIIIe siècle (dès le 3 mars 1788), sous la cure de l'abbé François Briquet[11].
  • Prieuré de Chênegallon (ancien), du XVIIe siècle, inscrit au titre des Monuments historiques[12].
  • Fontaine gallo-romaine de la Herse.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[13].
  1. « ouest-france.fr - Guy Suzanne réélu maire » (consulté le 31 août 2008)
  2. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  3. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  4. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  5. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, , 278 p. (ISBN 9782905461803, OCLC 30447495), p. 115
  6. a et b Réélection 2014 : « Eperrais (61400) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 7 juin 2014)
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. Laurence de Calan, Presybtères du Perche, éditions des Amis du Perche, collection "Présence du Perche", juillet 2012, p. 57. [ISBN 978-2-900122-983]
  12. « Ancien prieuré de Chènegallon », notice no PA00110799, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Eperrais sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :