Enclume (os)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Enclume
EnclumeSchémaII.jpg
Enclume droite, faces postérieure et antérieure ; 1 : corps - 2 : facette articulaire - 3 : branche horizontale - 4 : branche verticale - 5 : apophyse lenticulaire
Détails
Type
Os, classe d'entité anatomique (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Système
Région
Embryologie
1er arc branchial
Identifiants
Nom latin
Incus
MeSH
D007188
TA98
A15.3.02.038Voir et modifier les données sur Wikidata
TA2
888Voir et modifier les données sur Wikidata
FMA
52752Voir et modifier les données sur Wikidata

L'enclume ou incus[1] est l'os intermédiaire parmi les trois osselets de l’oreille moyenne. C’est le plus lourd des trois osselets. Elle s'articule en dehors avec le marteau (ou malleus) en dedans avec l'étrier (ou stapes). Cet os est l'homologue chez les mammifères de l'os carré présent chez les autres vertébrés.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le terme incus provient du latin signifiant enclume. La découverte de cet os serait attribuée à Alessandro Achillini [2], mais la première description remonte au Commentaria super anatomia Mundini de Berengario da Carpi en 1521 [3]. C'est André Vésale qui fut le premier à comparer cet os à une enclume et lui donna le nom d'incus dans De humani corporis fabrica[4].

Structure[modifier | modifier le code]

Dans l'oreille humaine, l'enclume mesure en moyenne 5 mm de large et 7 mm de haut [5].

Faces médiale et antérieure d'un incus gauche

Elle a une forme de molaire, présentant un corps cubique aplati de dedans en dehors, et deux branches, l'une supérieure et horizontale, l'autre inférieure et verticale.

Corps[modifier | modifier le code]

Le corps de l'incus se situe dans l'épitympanum. Il a grossièrement la forme d’un cube aplati de dehors en dedans, sa face antérieure concave s’articule avec la surface articulaire du marteau.

Branche horizontale[modifier | modifier le code]

La branche horizontale, aussi appelée branche supérieure, ou branche postérieure, est un prolongement osseux, prenant la forme d'un cône applatéi de dehors en dedans, et s'étendant horizontalement en arrière du corps de l'incus. Son sommet, qui correspond à l'extrémité postérieure s'appuie sur l'échancrure de l'aditus ad antrum, situé à l'angle inférieur de son orifice antérieur.

Branche verticale[modifier | modifier le code]

La branche verticale, ou inférieure et plus longue et plus étroite que la branche horizontale. Elle descend verticalement du corps de l'incus, en dedans et en arrière du manche du marteau, puis son extrémité inférieure se recourbe en dedans avant de former le processus lenticulaire qui va s'articuler avec le bouton du stapes.

Rapports anatomiques[modifier | modifier le code]

Articulations[modifier | modifier le code]

De par sa position centrale, l'incus s'articule avec les deux autres osselets, le malleus et le stapes. Aucun muscle n'est relié à l'incus, mais il est maintenu par deux ligaments, l'un supérieur et l'autre postérieur, dans la cavité tympanique.

Articulation malleus-incus[modifier | modifier le code]

Articulation entre le malleus et l'incus

Le corps de l'incus s'articule avec la tête du malleus par emboîtement réciproque. Les deux surfaces articulaires sont recouvertes d'une fine couche de cartilage hyalin, et un ménisque inter-articulaire qui s'attache à la partie médiale de la capsule s'étend plus ou moins de dedans en dehors entre les deux surfaces articulaires. Une capsule articulaire recouverte en dedans de synoviale maintient les deux os ensembles.

Articulation incus-stapes[modifier | modifier le code]

L'incus s'articule avec le stapes par son processus lenticulaire, extrémité inférieure de sa branche verticale. Cette articulation est de type énarthrose : la surface arrondie de l'os lenticulaire est reçue dans la cavité glénoïdale de la tête du stapes. L'articulation est maintenue par une capsule, tapissée en dedans de synoviale et les surfaces articulaires sont recouvertes de cartilage.

Ligaments[modifier | modifier le code]

Ligament supérieur de l'incus, le reliant au tegmen tympani

L'incus est maintenu dans l'oreille moyenne par deux ligaments. Le ligament supérieurs fixe le corps de l'incus au segmen tympani. Le ligament postérieur relie l'extrémité de la branche horizontale à l'angle inférieur de l'orifice d'entrée de l'aditus ad antrum.

Embryologie[modifier | modifier le code]

Système ossiculaire d'un embryon à l'âge de 18 semaines.

L'incus se développe par processus enchondral depuis la crête neural, et dérive du 1er arc branchial. Il correspond initialement à l'extrémité du cartilage de Meckel, avant de s'en détacher pour former un os propre. Sa formation débute lors de la 16e semaine de gestation embryonnaire et se termine à la 26e semaine [6]. Comme le malleus, il pourrait avoir une moelle osseuse fonctionnelle à la naissance, mais qui invoque rapidement pour disparaitre complètement après la deuxième année de vie [7].

Galerie[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le terme enclume est utilisé en médecine et dans le langage courant, le terme incus, correspondant à la nomenclature officielle est utilisé en anatomie
  2. Alidosi, GNP. I dottori Bolognesi di teologia, filosofia, medicina e d'arti liberali dall'anno 1000 per tutto marzo del 1623, Tebaldini, N., Bologna, 1623. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k51029z/f35.image#
  3. Jacopo Berengario da Carpi, Commentaria super anatomia Mundini, Bologna, 1521. https://archive.org/details/ita-bnc-mag-00001056-001
  4. Andreas Vesalius, De humani corporis fabrica. Johannes Oporinus, Basle, 1543.
  5. Tom George et Bruno Bordoni, « Anatomy, Head and Neck, Ear Ossicles », dans StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 34033311, lire en ligne)
  6. (en) Neal Anthwal et Hannah Thompson, « The development of the mammalian outer and middle ear », Journal of Anatomy, vol. 228, no 2,‎ , p. 217–232 (PMID 26227955, PMCID PMC4718165, DOI 10.1111/joa.12344, lire en ligne, consulté le )
  7. T. Yokoyama, Y. Iino, K. Kakizaki et Y. Murakami, « Human temporal bone study on the postnatal ossification process of auditory ossicles », The Laryngoscope, vol. 109, no 6,‎ , p. 927–930 (ISSN 0023-852X, PMID 10369284, DOI 10.1097/00005537-199906000-00016, lire en ligne, consulté le )

Bibliographie en français[modifier | modifier le code]

  • Henri Rouvière et André Delmas, Anatomie humaine : Descriptive topographique et fonctionnelle, t. I : Tête et cou, Paris, Masson, , 15e éd. (1re éd. 1924) (ISBN 2-294-00391-8), p. 435-436

Liens externes[modifier | modifier le code]