De humani corporis fabrica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La couverture de la Fabrica montre une foule composée d'individus aux origines sociales variées au sein d'un théâtre anatomique inspiré de structures réelles.
La Fabrica est connue pour la grande qualité de ses illustrations

De humani corporis fabrica libri septem (À propos de la structure du corps humain en sept livres[1]) est un traité d'anatomie humaine que l'on doit au médecin et anatomiste brabançon Andreas Vesalius (André Vésale, 1514-1564). Il a été rédigé en 1543, publié à Bâle, la même année, par Johannes Oporinus et réédité en 1555.

Il s'agit d'un des plus grands ouvrages scientifiques jamais réalisés et du livre fondateur de l'anatomie moderne. En quelque 663 pages et plus de deux cents planches accompagnées de leur commentaire, il fait la première description complète de l'anatomie du corps humain, décrivant soigneusement les os, les articulations, les muscles, le cœur et les vaisseaux sanguins, le système nerveux, les organes de l'abdomen et du thorax ainsi que le cerveau.

Après avoir obtenu l'autorisation en 1539 de pratiquer des dissections sur des cadavres de condamnés, Vésale constate rapidement des erreurs dans les descriptions de Galien et comprend qu’elles s’appliquent au singe ou à d'autres animaux et non à l’homme. Il entreprend alors la rédaction d’un traité d'anatomie destiné à corriger ces erreurs. En 1540, invité par les étudiants de Bologne, il pratique plusieurs dissections qui confirment ses hypothèses.

En 1543, à l'âge de 28 ans et après quatre ans de travaux incessants, il publie ses découvertes à Bâle chez Jean Oporinus (imprimeur,universitaire et professeur de grec) : De humani corporis fabrica libri septem, couramment appelé la Fabrica, le plus grand traité d’anatomie depuis Galien, et son Epitome ou Résumé pour les étudiants en médecine.

Une seconde édition, corrigée et augmentée, sera publiée en 1555. En automne 1543, Vésale quitte l'université de Padoue et entre au service de l'empereur, mais attaqué par de nombreux galénistes, dont Jacobus Sylvius, l'un de ses anciens maîtres à Paris, il abandonnera ses recherches et brûlera ses manuscrits et livres.

L'une des particularité de De humani corporis fabrica est la grande qualité graphique de ses planches anatomiques, très souvent copiée. Une série de 25 planches hors-texte gravées sur bois est d'ailleurs d'une telle qualité que de nombreux spécialistes pensent qu'elles ont été réalisées dans l'atelier de Titien, certains les attribuent à Titien (Tiziano venitiano) lui-même, ou à un de ses élèves Jan Van Calcar (Jean de Calcar).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le titre complet de la couverture est Andreae Vesalii Bruxellensis, scholae medicorum Patauinae professoris, de Humani corporis fabrica Libri septem (Andreas Vesalius de Bruxelles, professeur de l'école de médecine de Padua, à propos de la fabrication du corps humain en sept livres).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) O'Malley, CD. Andreas Vesalius of Brussels, 1514-1564. Berkeley : University of California Press, 1964.
  • (en) Richardson, WF (trans). On the Fabric of the Human Body: A Translation of De corporis humani fabrica. San Francisco : Norman Publishing, 1998.
  • (la) Vesalius, A. De humani corporis fabrica libri septem, Basileae (Basel): Ex officina Joannis Oporini, 1543.
  • (en) Vesalius, A. Suorum de humani corporis fabrica librorum epitome, Basileae (Basel): Ex officina Joannis Oporini, 1543.
  • Vons J. et Velut S. André Vésale. Résumé de ses livres sur la fabrique du corps humain, traduction et commentaires, Paris, Les belles Lettres, 2008.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]