Étrier (os)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Étrier
Etrier schéma.png
Étrier droit, vue antérieure.
Détails
Type
Os, terme médical (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Système
Région
Embryologie
2ème arc branchial
Identifiants
Nom latin
Stapes
MeSH
D013199
TA98
A15.3.02.033Voir et modifier les données sur Wikidata
TA2
895Voir et modifier les données sur Wikidata
FMA
52751Voir et modifier les données sur Wikidata


L'étrier ou stapes[1] est le plus interne des os de la chaîne des trois osselets de l'oreille. C'est le plus petit et le plus léger des os du squelette. Il s’articule avec l'enclume (ou incus) et la fenêtre ovale du vestibule.

Histoire[modifier | modifier le code]

Première description du stapes par Giovanni Ingrassia

Son nom provient de se forme d'étrier, ou stapes en latin. Il a été mis en évidence vers 1550 par le sicilien Giovanni Ingrassia, médecin à l'université de Naples, où il enseignait[2]. Sa découverte reste cependant controversée [3], puisque elle a été publiée à titre posthume en 1603 dans In Galeni librum de ossibus doctissima et expectatissima commentaria, alors que l'anatomiste espagnol Pedro Jimena en a publié une description en 1549 dans Dialogus de re medica.

Description[modifier | modifier le code]

De l'extérieur vers l'intérieur, l'étrier comporte une tête, deux branches et une platine. La tête s’articule avec l'apophyse lenticulaire de l'enclume. Ses mouvements sont éventuellement amortis par le muscle stapédien. Les branches sont excavées en gouttière et constituent la superstructure de l'étrier qui relient la tête et la platine. La platine est une mince lame osseuse ovoïde, qui s'impacte dans la fenêtre ovale du vestibule.

Le stapes ne mesure que 3mm et est le plus petit os du corps humain

L'étrier mesure chez l'humain 3 mm de large et 4 mm de haut, et pèse entre 2 et 4,3 mg. Il est couché horizontalement. Il s'articule en dehors avec l'enclume, en dedans avec le labyrinthe osseux de l'oreille interne par la fenêtre ovale.

Tête[modifier | modifier le code]

Structure d'un stapes. (A) Vue de face. (B) Vue de dessous

La tête du stapes, ou caput stapedis, a une forme cubique aux angles arrondis. Elle possède sur sa face latérale une cavité glénoïde qui la creuse, et qui s'articule avec l'apophyse lenticulaire de l'incus. Son bord antérieur est lisse, alors que le bord postérieur est creusé de deux petites cavités servant d'insertion au muscle du tendon stapédien, et qui sont séparées par une petite crête horizontale.

Branches[modifier | modifier le code]

Deux branches excavées vont partir de la tête pour rejoindre la platine, et former ainsi un arche, l'arc stapédien. Ces branches sont frêles du fait d'une gouttière qui les creuse dans leur concavité. La branche antérieure (crus anterior) est la plus courte, la plus droite, et aussi la plus fragile. La branche postérieure (crus posterior) est un peu plus incurvée, et solide. L'ouverture entre ces branches est semi-circulaire, et se nomme foramen inter-crural, ou obturator foramen. Ce foramen est de taille et forme variable, peut être obturé par une membrane, et laisse parfois passer un vaisseau grêle, vestige de l'artère stapédienne.

Base[modifier | modifier le code]

La base du stapes (basis stapedis), aussi appelée platine, est une mince lame osseuse ovale, qui s'adapte à la fenêtre vestibulaire. Elle a la même forme que cette fenêtre, mais une taille légèrement plus petite, pour laisser un intervalle comblé par le ligament annulaire. Son bord supérieur est légèrement convexe, son bord inférieur est plus rectiligne, ou concave. Sa surface est légèrement excavée sur la face tympanique et plate ou faiblement convexe sur la face vestibulaire. Sa face interne et le pourtour sont recouverts d'un cartilage.

Vascularisation[modifier | modifier le code]

Le stapes est vascularisé par une artériole issue de l'artère stylo-mastoïdienne, qui suit le tendon du muscle de l'étrier. La vascularisation provient aussi en partie d'une branche de l'artère tympanique inférieure, et du réseau vasculaire superficiel sous-muqueux.

Rapports[modifier | modifier le code]

Articulations[modifier | modifier le code]

Chaine ossiculaire

Le stapes s'articule avec l'incus via une énarthrose. La surface articulaire arrondie de l'os lenticulaire va s'insérer dans la cavité glénoïdale de la tête du stapes. Ces deux surfaces sont recouvertes de cartilage, et l'articulation est maintenue par une capsule, tapissée de synoviale.

La platine du stapes s'articule au vestibule par une syndesmose. Elle comble partiellement la fenêtre du vestibule, et est reliée au bord de la fossette de la fenêtre du vestibule par le ligament annulaire du stapes.

Muscles[modifier | modifier le code]

Le muscle stapédien est un muscle contenu dans un canal osseux, creusé dans l'éminence pyramidale. Les fibres musculaire naissent des parois du canal, et se terminent en par un tendon, qui sort de l'orifice de la pyramide pour aller s'insérer sur le coté postérieur de la tête du stapes.

Sa contraction va attirer le stapes en arrière, et en dehors, ce qui va pousser le stapes à repousser la branche descendante de l'incus, ce qui va entrainer le corps de l'incus en dedans, avec la tête du maléus, faisant basculer le manche du malleus en dehors. Sa contraction diminue donc la tension de la membrane tympanique, et la pression du liquide labyrinthique, et il a donc une action inverse à celle du muscle tenseur du tympan.

Les mouvements de l’étrier peuvent donc être amortis en partie par ce muscle qui est le vecteur du réflexe stapédien. il est innervé par une branche du nerf facial (VIIe paire de nerfs crâniens).

Ligaments[modifier | modifier le code]

Le stapes n'est maintenu dans la cavité tympanique que par un seul ligament, le ligament annulaire du stapes, qui provient de la même origine embryologique que la platine et la paroi vestibulaire (la capsule otique). Ce ligament entoure la base du stapes, et la prolonge pour venir s'arrimer sur le cadre de la fenêtre vestibulaire. Ce ligament est plus large et moins épais en avant, ce qui occasionne une plus grande mobilité de la platine en avant.

Embryologie[modifier | modifier le code]

L’étrier s’individualise entre les 6e et 8e semaines de vie embryonnaire. C'est le premier osselet à de développer, puisqu'il commence à se former au 33e jour de gestation. Il se forme en deux parties.

La partie inférieure, l'annulus stapedialis ou anneau stapédien, provient du 2e arc branchial, et va venir s'enrouler autour de l'artère stapédienne, pour former un anneau cartilagineux. L'artère stapédienne, est l'artère du 2e arc branchial. Dès la 8e semaine l’artère carotide externe se forme prenant le relai de l'artère stapédienne qui va involuer, laissant libre l'arche stapédienne. Le cartilage de Reichert (cartilage du 2e arc branchial) s'unit secondairement au bourgeon stapédien, pour former le tendon du muscle stapédien, et s'unit ensuite à la papule otique, sur une partie nommée crista parotica.

La seconde partie de l'étrier, la partie supérieure, est la lamina stapedialis. Elle va former la base de l'étrier. Au quarante-troisième jour de gestation, le bord interne de l’anneau stapédien s’enfonce dans la dépression latérale de la capsule otique. Elle forme ainsi la future fenêtre ovale, et son fond correspond à la lamina stapedialis. Après sa fusion avec l'annulus stapedialis, elle formera la platine de l'étrier [4].

Anatomie comparée[modifier | modifier le code]

Chez les tétrapodes non-mammifères, l'os homologue de l'étrier est généralement appelé la columelle, mais dans les reptiles, les deux termes peuvent être utilisés. Chez les poissons, l'os homologue est appelé l’os hyomandibulaire, et fait partie de la branchie arc de soutien, soit l'évent ou de la mâchoire, selon les espèces[5].

Fonction[modifier | modifier le code]

Le stapes est le dernier des trois osselets formant la chaine ossiculaire, dont le rôle est de transférer et d'amplifier la vibration sonore, du tympan à l'oreille interne. Il reçoit les vibrations de l'incus, et va ainsi transmettre cette vibration aux liquides de l'oreille interne via la fenêtre du vestibule, dans laquelle s'insère la platine.

Importance clinique[modifier | modifier le code]

Otospongiose[modifier | modifier le code]

Remplacement d'un stapes par une prothèse dans une chirurgie de stapédotomie

L'otospongiose est une pathologie occasionnant une ostéodystrophie de la capsule otique, entrainant une fixation de la platine de l'étrier dans la fenêtre du vestibule, ce qui provoque une surdité de transmission.

Son traitement chirurgical, la stapédectomie ou stapédotomie consiste à retirer l'étrier et à le remplacer par un piston, venant se fixer classiquement sur la branche descendante de l'incus, et dont l'extrémité médiale est en contact avec le liquide de l'oreille interne.

Galerie[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le terme étrier est utilisé en médecine et dans le langage courant, le terme stapes ou stapès est utilisé en anatomie.
  2. http://www.comune.regalbuto.en.it/index.php?action=city&idp=41
  3. Albert Mudry, « Disputes surrounding the discovery of the stapes in the mid 16th century », Otology & Neurotology: Official Publication of the American Otological Society, American Neurotology Society [and] European Academy of Otology and Neurotology, vol. 34, no 3,‎ , p. 588–592 (ISSN 1537-4505, PMID 23370557, DOI 10.1097/MAO.0b013e31827d8abc, lire en ligne, consulté le )
  4. P. Tran Ba Huy et N. Teissier, « Embryologie de l'oreille moyenne », EMC - Oto-rhino-laryngologie, vol. 6, no 3,‎ , p. 1–9 (DOI 10.1016/S0246-0351(11)41884-5, lire en ligne, consulté le )
  5. (en) Romer, Alfred Sherwood, Parsons, Thomas S. (1977) The Vertebrate Body, Philadelphia, PA: Holt-Saunders International. p. 481-482. (ISBN 0-03-910284-X).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]