Dominique Vidal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dominique Vidal, né à Paris le , est un journaliste et essayiste français.

Il est souvent cité comme un pro-palestinien[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Dominique Vidal, né le 18 juin 1950, est le fils du professeur Haïm Vidal Sephiha, né à Bruxelles en 1923 dans une famille judéo-espagnole d'origine turque venant d'Istanbul qui, arrêté en 1943 est déporté à Auschwitz-Birkenau[2] d'où il revient en 1945.

Formation[modifier | modifier le code]

Il est titulaire d'une maîtrise en philosophie et d'un diplôme d'études approfondies d'histoire[3]

Carrière[modifier | modifier le code]

Dominique Vidal devient en 1968 un des dirigeants de l'Union des étudiants communistes et rédacteur en chef du Nouveau Clarté, mensuel de cette organisation[4], puis de L'Avant-Garde.

Il est ensuite secrétaire coordinateur du Xe Festival mondial de la jeunesse et des étudiants de Berlin (1972-1973)

Il poursuit sa carrière professionnelle dans le journalisme, au sein des hebdomadaires communistes France nouvelle, puis Révolution, où il est chef de la rubrique Monde de 1980 à 1986[5] et dont il est licencié avec les deux tiers de la rédaction en 1987.

Il travaille pour différents journaux, dont La Croix jusqu'en 1991. Il est ensuite directeur international du Centre de formation et de perfectionnement des journalistes (CFPJ)[6] et président de l'Association européenne de formation au journalisme (AEFJ).

En 1995, il rejoint l'équipe permanente du Monde diplomatique, dont il sera rédacteur en chef adjoint, puis responsable des éditions internationales et du développement[5].

Militant pro-palestinien[7], Dominique Vidal consacre au conflit israélo-palestinien de nombreux livres, seul ou en collaboration, notamment avec son collègue Alain Gresh. Il est aussi l'auteur d'une synthèse des travaux des nouveaux historiens allemands sur la Shoah. On lui doit également des ouvrages sur les banlieues.

Entre 2003 et 2005, il coécrit avec Leïla Shahid, déléguée générale de la Palestine en France et le militant antisioniste Michel Warschawski, un livre intitulé : Les banlieues, le Proche-Orient et nous. Le livre est préfacé par Isabelle Avran, vice-présidente de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS), qui se réjouie : « le “trio” a rencontré près de 18 000 personnes au rythme de grands meetings ou de débats plus intimes »[1].

En 2005, il rédige dans la nouvelle revue De l’autre côté créée par l’Union juive française pour la paix (UJFP) et co-éditée avec La Fabrique, connu pour son militantisme pro- palestinien[1].

En 2008, Dominique Vidal est orateur à un évènement pro-palestinien à l’occasion du soixantième anniversaire de la « Nakba ». La salle de l'événement affichait des panneaux didactiques aux titres évocateurs : « Le sionisme : un projet colonial », « La Nakba, terrorisme et destructions », « L’expansion territoriale d’Israël », « Le nouvel apartheid », « La résistance palestinienne » ou encore « L’application du droit, seule solution au conflit »[1].

Depuis 2009, il dirige avec Bertrand Badie la livraison annuelle de L'état du monde, aux éditions La Découverte.

Bibliographie sélective[modifier | modifier le code]

Sur le Proche-Orient :

Sur les banlieues :

Sur la Shoah:

Sur l'extrême droite :

Sur les médias :

  • avec Serge Halimi, L'Opinion, ça se travaille, Agone, 2002 rééd. actualisée et augmentée avec Serge Halimi, Henri Maler et Mathias Reymond, Agone, 2014. (ISBN 9782748902198)[15]

« L'état du monde » :

Divers :

  • avec Christine Queralt, Promenades historiques dans Paris, Liana Levi, 1991. (ISBN 9782867460753)
  • entretiens avec Haïm Vidal Sephiha, Ma vie pour le judéo-espagnol, Le Bord de l'eau, 2015 (ISBN 9782356873736)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Intifada française? De l'importation du conflit israélo-palestinien - Marc Hecker, editions-ellipses (2012), page 147, 169, 286, 394
  2. (en-US) Elias Levy, « Les Sépharades et la Mémoire d’Auschwitz », sur The Canadian Jewish News, (consulté le 18 mars 2019)
  3. Dominique Vidal, Les Biographies
  4. Mathieu Dubois, « Les JC en 68 : crise ou renouveau ? », Cahiers d'histoire, no 125,‎ (lire en ligne, consulté le 18 juin 2018).
  5. a et b « Fiche de M. Dominique Vidal (extrait) », sur lesbiographies.com, (consulté le 18 juin 2018).
  6. « Dominique Vidal (sa biographie) », sur blogs.mediapart.fr (consulté le 18 juin 2018).
  7. Benjamin Weil, « Pas si diplomatique que ca - Le Monde Diplomatique et le conflit israélo-arabe », sur Université Panthéon Sorbonne,
  8. Paul-Marie Couteaux, « Alain Gresh et Dominique Vidal. Proche-Orient : une guerre de cent ans », Politique étrangère, no 3,‎ , p. 715-717 (lire en ligne, consulté le 19 juin 2018).
  9. Alain Gresh, « Palestine 47 : un partage avorté », sur Le Monde diplomatique (consulté le 19 juin 2018).
  10. « Vidal Dominique, Le Mal-être juif. entre repli, assimilation et manipulations, Marseille, Agone, 2003, 127 p. », sur Institut européen en sciences des religions (consulté le 19 juin 2018).
  11. « Comment Israël expulsa les Palestiniens (1947-1949) », sur amis.monde-diplomatique.fr, (consulté le 19 juin 2018).
  12. Pascal Boniface, « «Antisionisme = antisémitisme ?» - 3 questions à Dominique Vidal », sur mediapart, (consulté le 18 juin 2018).
  13. Nourhen Immarrain, « Des mots contre les maux », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne, consulté le 18 juin 2018).
  14. Yves Chevalier, « Dominique Vidal, Les Historiens allemands relisent la shoah », Archives de sciences sociales des religions (éditions EHESS), no 124,‎ , p. 63-170 (lire en ligne, consulté le 18 juin 2018).
  15. Benjamin Dourdy, « Serge Halimi, Dominique Vidal, Henri Maler, Mathias Reymond, L’opinion, ça se travaille... Les médias et les « guerres justes » », OpenEdition Journals,‎ (lire en ligne, consulté le 18 juin 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]