Dominique Pitoiset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dominique Pitoiset
Image dans Infobox.
Dominique Pitoiset en 2017
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Dominique Pitoiset, né à Dijon en 1958, est un comédien, metteur en scène, scénographe et directeur de théâtre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dominique Pitoiset se forme au Théâtre National de Strasbourg de 1978 à 1981, dans la section jeu[1].

Il dirige le Théâtre Dijon-Bourgogne de 1996 à 2000.

En 1997, il est invité par la Comédie-Française à mettre en scène Tartuffe de Molière dans le cadre de la "collection Molière" initiée par l'administrateur du français, Jean-Pierre Miquel[2]. Il sera contraint pour raison de santé, d'abandonner la mise en scène de la pièce, dix jours avant la première représentation[3]. Les comédiens eux-mêmes achevèrent la mise en scène de la production, sous le monitorat principal de Jean Dautremay[4].

En janvier 2000, il est désigné comme successeur de Jérome Savary à la tête du Théâtre National de Chaillot, (en co-direction avec le chorégraphe José Montalvo) par la Ministre de la Culture, Catherine Trautmann[5]. Faisant figure d'outsider sur un tel poste[6], cette nomination sera finalement invalidée en mai 2000 par la nouvelle Ministre de la Culture, Catherine Tasca[7], lui préférant Ariel Goldenberg qui entra en fonction le 15 juin 2000[7].

En , il prend la direction du Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine. En 2013, il ne souhaite pas se porter candidat à sa propre succession à la tête de l'établissement, indiquant dans la presse locale un « désaccord profond et récurrent » avec la direction générale des affaires culturelles de la ville de Bordeaux[8].

En 2014, il se porte candidat[9] à la direction du Théâtre National de Strasbourg. Le metteur en scène Stanislas Nordey sera finalement nommé à la tête de l'institution par la Ministre de la Culture, Aurélie Filippetti[10].

Lors des élections municipales de 2014, il apporte publiquement son soutien au maire sortant de Dijon, François Rebsamen, qui sera réélu pour un troisième mandat[11].

De 2014 à 2019, il est artiste associé de Bonlieu Scène Nationale d'Annecy, et Compagnie de la Ville de Dijon.

En 2016, il postule à la direction de la nouvelle Comédie de Genève, mais sera écarté de la sélection finale à l'issue du premier tour de concours pour le poste[12].

En 2017, il se porte candidat[13] à la direction du Théâtre de la cité TNT à Toulouse, sans succès, les tutelles publiques lui préférant Galin Stoev[14]. La même année, il réinstalle les bureaux de sa compagnie de théâtre à Dijon, et déclare: "nous nous réimplantons et c’est un vrai travail de proximité et de présence, que de rentrer au pays. [...] Il y avait une place pour compléter un dispositif et pour être force de proposition, et pas opérateur : je n’ai prétention à ne rien diriger d’autre que ma compagnie."[15]

En , il est nommé à la tête de l'Opéra de Dijon, lors d'un conseil municipal houleux[16]. En effet, sa nomination par le maire François Rebsamen[17] fut entérinée sans prises de parole, et sans concours ni processus de recrutement, malgré un vent de fronde d'artistes. Il prend ses fonctions à la tête de la maison d'art lyrique le , pour un mandat de 3 ans.

Son frère Christophe Pitoiset conçoit généralement les lumières de ses spectacles.

Comédien[modifier | modifier le code]

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « PITOISET Dominique | Théâtre National de Strasbourg », sur www.tns.fr (consulté le )
  2. Par André LAFARGUE Le 4 juillet 1998 à 00h00, « « Tartuffe » : pour Torreton », sur leparisien.fr, (consulté le )
  3. « Morne Tartuffe », sur LExpress.fr, (consulté le )
  4. « A la Comédie-Française, un Tartuffe plié en deux et dos au mur », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. Mathilde LA BARDONNIE et Marie-Christine Vernay, « C'est pas la folie à Chaillot. Le tandem Montalvo-Pitoiset a été nommé jeudi à la tête du théâtre. », sur Libération (consulté le )
  6. René Solis, « Après la nomination controversée des deux directeurs du théâtre parisien. La folie de Chaillot. Le récit en coulisses de la succession de Savary. », sur Libération (consulté le )
  7. a et b « Ariel Goldenberg, nouveau roi de Chaillot », sur Les Echos, (consulté le )
  8. « Pourquoi je pars », sur SudOuest.fr (consulté le )
  9. « Qui pour succéder à Julie Brochen au TNS ? », sur Sceneweb, (consulté le )
  10. « Filippetti nomme Stanislas Nordey à la tête du théâtre national de Strasbourg », sur LEFIGARO (consulté le )
  11. « Côte-d'Or - Politique. Dijon : François Rebsamen brigue un troisième mandat », sur www.bienpublic.com (consulté le )
  12. « A Genève, la lutte finale pour la Nouvelle Comédie », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  13. « Qui pour succéder à Laurent Pelly à Toulouse ? », sur Sceneweb, (consulté le )
  14. « Nomination de Galin Stoev à la direction du Centre dramatique national de Toulouse », sur www.culture.gouv.fr (consulté le )
  15. « Retour à Dijon pour la compagnie Pitoiset », sur www.bienpublic.com (consulté le )
  16. « Opéra de Dijon : Dominique Pitoiset nommé directeur malgré la fronde, sur macommune.info », sur www.macommune.info (consulté le )
  17. « Dominique Pitoiset nommé Directeur de l'Opéra de Dijon - Actualités - Ôlyrix », sur Olyrix.com (consulté le )
  18. « Le Livre de ma mère- entretien avec Patrick Timsit », sur theatre-contemporain.net (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]