Didier Paquignon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Didier Paquignon
D. Paquignon.jpg
Didier Paquignon en 2012.
Naissance
Nationalité
Activité
Formation
Maître

Didier Paquignon né le à Paris est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Didier Paquignon naît le à Paris[1].

Entre 1974 et 1977, il fréquente l' École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d’arts, Olivier de Serre, Paris. Entre 1984 et 1986, il fréquente l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, le département de morphologie et l'atelier Leonardo Cremonini[1]. Entre 1987 et 1988, il vit et travaille au théâtre du Vieux-Colombier à Paris, alors inoccupé[1]. Il y peint la série des Théâtres rouges.

Il effectue de fréquents voyages en Grèce depuis 1984 et s’installe à Athènes en 1989. Il peint dans le port du Pirée, à Keratsini et à Eleusis. Il rentre en 1988 à la galerie Berggruen à Paris.

Le festival d’Arles l'invite en 1990. Il peint dans une usine de chaudronnerie lourde, où Mark Tompkins, chorégraphe, crée Moving Pictures. La même année, il réalise une série de Grands fusains de l'usine. À partir de 1990, il réalise des peintures pour le cinéma et des séries télévisées.

Il voyage en République d'Albanie (Shqipëri) en 1996 et peint la série des Bunkers. Il séjourne en résidence au château de Lourmarin, dépendant de l'Académie des beaux-arts de Paris.

De 2003 à 2005, il s'installe à Madrid et voyage en Espagne et au Portugal.

De 2006 à 2009, il visite la Chine, l'Égypte, l'Italie, la Turquie et la Syrie.

En 2009, le Musée de l'Orangerie lui consacre une rétrospective, " Tu rencontreras d'abord les sirènes " suivit d'une exposition organisée par le centre des monuments nationaux à l'Abbaye de Montmajour, à Arles, " L'antre du cyclope "

Entre 1998 et 2010, Didier Paquignon réalise des illustrations pour les couvertures de la collection Le Livre de poche ainsi que pour la collection La Pochothèque.

En 2015 et 2016, il collabore à la revue de La Nouvelle Quinzaine littéraire.

Entre 2010 et 2017, il travaille à la série Les Muses pour laquelle exécute 200 grands monotypes de portraits d'hommes.

Didier Paquignon vit et travaille à Paris.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Peintures pour le cinéma[modifier | modifier le code]

Œuvres dans les collections[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

Personnelles[modifier | modifier le code]

  • 1989 : Peintures & dessins, galerie Berggruen, Paris[1]
  • 1990 : Festival d'Arles, travail autour d'une scénographie de Mark Tompkins "Moving Pictures", Constructions métalliques de France, Arles
  • 1991 : Peintures et dessins, Institut français de Copenhague, Lungby Kunstforening, Danemark
  • 1992 : Peintures pour la décoration du grand salon de la Chartreuse du château Smith Haut Lafitte, Bordeaux[7]
  • 1992 : Galerie Queyras, Paris (Texte de Luc Simon)
  • 1993 : Galerie Le Bateau-Lavoir, Grenoble
  • 1995 : Peintures, Techné, Maison de Champagne Bruno Paillard, Reims
  • 1996 : À toutes les femmes, plus une, galerie Art et Patrimoine, Paris [1]
  • 2001 : ζωγραφική, galerie Ekphrasis - Yianna Grammatopoulou, Athènes, Grèce, (texte de I. Iliopoulou, A. Veroukas, G. Rorris, S. Daskalakis)
  • 2009 : Tu rencontreras d'abord les sirènes, musée de l'Orangerie, Paris[8],[9],
  • 2009 : L'antre du Cyclope, abbaye de Montmajour, Arles, Centre des monuments nationaux
  • 2010 : Les Illustres, librairie Le Divan, Paris
  • 2010 : DFMA Collection, Art & Droit, Le Sénat, Paris
  • 2014 : Les Muses, école des Beaux-arts de Versailles, exposition [10],[11]
  • 2014 : Corps urbain(s), musée Lambinet, Versailles[10],[12],
  • 2016 : Les Muses, Saint-Louis, Fondation Fernet-Branca[13],[14],[15], Museumsnacht Basel 2016
  • 2018 : Le coup du lapin, monotypes, librairie Le Divan, Paris
  • 2018 : Γαλλική εβδομάδα / Semaine Française, Merchant Marine Academy of Hydra, Grèce[16]
  • 2020 : Le coup du lapin et autres histoires extravagante, librairie Ombres Blanches, Toulouse

Collectives[modifier | modifier le code]

  • 1986 : Polyptyques, chez Barbara Isabella van Dyck, Beautiful compagnie, Paris[1]
  • 1987 : Peintures, atelier Leonardo Cremonini, galerie de la Maison des Beaux-Arts, Paris
  • 1987 : Portraits, Prix Paul Louis Weiller, Académie des Beaux-Arts, Paris
  • 1988 : Accrochage d’hiver, galerie Berggruen & Cie, Paris
  • 1988 : Atelier Cremonini / atelier Van Dycke, musée des Beaux-Arts de Mons, Belgique
  • 1989 : Accrochage de printemps, galerie Berggruen & Cie, Paris
  • 1990 : Galerie Skoufa, Athènes, Grèce
  • 1991 : Le Catalogue d’Art Contemporain, château de Boisrigaud, Usson
  • 1991 : Centre culturel de Ioannina, Grèce
  • 1993 : Galerie Pierre Kamouh, Paris
  • 1993 : Les artistes font un carton, musée de la Poste, Paris
  • 1993 : Salon de Bouffémont
  • 1994 : Peintures, galerie du Bateau-Lavoir, Grenoble
  • 1994 : La Balarmada, Atelier Saint-Charles/Leblanc, Paris
  • 1995 : Étienne Assenat, Françoise Gillet, Didier Paquignon, Salle Saint-Jean, commissaire d'exposition Gustave de Staël, Hôtel de ville de Paris
  • 1995 : World Animal Day, Ambassade des États-Unis, Athènes, Grèce
  • 1996 : Die kraft der Bilder, Martin-Gropius-Bau, Berlin, Allemagne
  • 1996 : Déambulation II, galerie Art & Patrimoine, Paris
  • 1997 : Géricault, points de vue contemporains, École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris
  • 1997 : Les 10 jours de l’art contemporain, galerie Art & Patrimoine, Paris
  • 1997 : Galerie Samedi, Montfort-L’Amaury
  • 1998 : Le mois de l’estampe, atelier À fleur de Pierre , Jacques de Champfleury, Paris
  • 1999 : SACEM, 25 ans de collection d’art contemporain, 1974/1999, Manufacture des Œillets, Ivry-sur-Seine
  • 1999 : Dessins, gravures & monotypes de cinq artistes français, Institut français de Prague, République tchèque
  • 2000 : 2000 conserves, atelier de lithographie "Baazar", commissaire d'exposition : Alexis Veroukas, Le Pirée, Grèce
  • 2000 : Salon du château des Logis, Brécey
  • 2000 : Salon de Mai, Paris
  • 2001 : Les Jardins, monotypes, La Ruche, passage Dantzig, Paris
  • 2007 : Nouvelles acquisitions 2007, Fondation Colas, Paris
  • 2003-08 : Les ports de la Méditerranée, une exposition itinérante : Athènes, Thessalonique, Rhodes, Heraklion, etc. International Center of Fine Arts, Athènes, Grèce
  • 2010 : Dessins français contemporains, galerie Vincent Pietryka, Paris `
  • 2013 : Follow-on, La Living Art Gallery, Palais de Tokyo, Paris
  • 2013 : De Tokyo à Tirana, Ana González Sola / Didier Paquignon, galerie Arcturus, Paris
  • 2013 : Hareng, histoire d’un poisson, musée du dessin et de l’estampe originale, Arsenal, Gravelines
  • 2013 : Carrément audacieux, Carré rive gauche, Paris
  • 2014 : Mes faits divers, Le Cahier Dessiné no 9, présentation à la Halle Saint-Pierre, Paris
  • 2015 : Cher modèle, musée du dessin et de l’estampe originale, Arsenal, Gravelines
  • 2018 : Sens Contre sens : Glen Baxter, Nelly Maurel, Didier Paquignon, Roland Topor, Tomi Ungerer - fondation Fernet-Branca - Saint-Louis (Haut-Rhin), commissaire d'exposition : Pierre-Jean Sugier [17],[18]
  • 2018 : Malbodium Museum, vingtième anniversaire, 1997-2017, centre culturel de Maubeuge
  • 2018 : Draw me a man, the human figure in the collection of an artist, Historical Archives-Museum of Hydra, Grèce[19]
  • 2019 : Regards croisés sur la ville de trois artistes contemporains, Ana González Sola - Pascale Hemery - Didier Paquignon, galerie L'imagerie - Toulouse
  • 2019 : ST-ART - Foire d’art contemporain et de Design de Strasbourg
  • 2020 : Pop-Up Art - fondation Fernet-Branca - Saint-Louis (Haut-Rhin)

Récompenses et résidences[modifier | modifier le code]

  • 2002 : prix Dumas-Millier, Institut de France, Académie des beaux-arts de Paris
  • 2000 : grand prix du Salon de l'ACAM, Salon du château du Logis, Brécey.
  • 1996 : résidence au château de Lourmarin, Institut de France, Académie des beaux-arts de Paris.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Le Delarge (lire en ligne).
  2. Guillaume Peureux, Le Caprice, Presses universitaires de Rennes, , 334 p. (lire en ligne), p. 310.
  3. [vidéo] Le coup du lapin et autres histoires extravagantes sur YouTube.
  4. « Le Coup du lapin », sur le-tripode.net.
  5. Faits divers, c'est louche sur radio Nova, 2018.
  6. « Le polar par Hannelore Cayre et le fait-divers vu par Didier Paquignon » sur France Inter, 2018.
  7. Pascale Thuillant, « Visitez en exclusivité le château Smith Haut Lafitte », sur elle.fr (consulté le 22 février 2019)
  8. « Didier Paquignon », sur Google Livres, L'Œil, (consulté le 23 mai 2017).
  9. « Didier Paquignon au Musée de l'Orangerie », sur culture.gouv.fr (consulté le 23 mai 2017).
  10. a et b « Des portraits signés Paquignon », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  11. « Isabelle de Marcellus-Tournier et Didier Paquignon pour "Les Muses" à la Living Art Gallery d'Isabelle De Mars » sur France Inter (2013).
  12. « Didier Paquignon : corps urbain(s) - Les villes », sur télérama, (consulté le 23 mai 2017).
  13. « Avec les Muses de Didier Paquignon », sur dernières Nouvelles d'Alsace, (consulté le 1er février 2016).
  14. « Didier Paquignon - Les Muses », sur JDS,
  15. Présentation de l'exposition sur le site de la Fondation Fernet-Branca.
  16. http://www.hydra.gr/share/files/fck/File/28selido.pdf
  17. https://www.fykmag.com/saint-louis-f-fondation-fernet-branca-sens-contresens-exposition-collective/
  18. https://www.saint-louis.tv/VOD/Culture/Exposition-Sens-contre-sens-35EiuYOT09.html
  19. https://www.hydradirect.com/arts-culture/hydra-museum-art-galleries/

Annexes[modifier | modifier le code]

Catalogues[modifier | modifier le code]

  • Galerie Berggruen & Cie, Peintures et dessins, Paris, Éditions Berggruen & Cie, 1989, 28 pages (ISBN 2904772219).
  • Étienne Assenat. Florence Gillet. Didier Paquignon, hôtel de ville de Paris , salle Saint-Jean, texte de Daniel Malbert : En chemin, Éditions Association pour la promotion des arts à l’hôtel de la ville de Paris, 1995, 69 pages.
  • À toutes les femmes, plus une, texte d'Olivier Etcheverry, Paris, galerie Art et Patrimoine, 1996.
  • Voyage en Shqipëri. Monotypes et peintures, Centre Culturel de l’Arsenal, Maubeuge, texte de Leonardo Cremonini : « Pourquoi nous en sommes là aujourd’hui? », Éditions Malbodium Museum, 2002, 96 pages (ISBN 2912473179).
  • Tu rencontreras d’abord les sirènes, musée de L’Orangerie des Tuileries, textes de Philippe Piguet : « La lumière et l’espace », François Fontaine : « Café - place Stalingrad, 26 mai, 9h30 » et Cécile Guilbert : « Fragments de corps intimes », Paris, Éditions Lienart, 2009, 104 p. (ISBN 9782359060041).
  • Corps Urbain(s), musée Lambinet, école des beaux-arts de Versailles, textes de Françoise Roussel-Leriche : « L’urbanité sans fard », de Bertrand Alapetite : « L’homme en question », d'Elsa Delachair : « La débâcle », de Frédéric Roux, texte extrait de L’absence, exploit divin, de Tania de Montaigne : « Regarder les Muses », de Christine Albanel : « Les Muses » et de Philippe Ducas : « Les demi-nus de Paquignon », Éditions Lienart, 2014, 103 p. (ISBN 9782359061215).
  • Les Muses, Espace d’art Contemporain, Fondation Fernet-Branca, Saint-Louis (Haut-Rhin), texte d'Éric Chevillard : « Du bon usage des Muses », Éditions de Saint-Louis, 2016, 52 p. (ISBN 9782917186763).

Liens externes[modifier | modifier le code]