Consonne affriquée palato-alvéolaire voisée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Consonne affriquée palato-alvéolaire voisée
Symbole API d͡ʒ
Numéro API 104 + 433 + 135
Unicode U+0064 U+0361 U+0292

Symbole API alternatif
Numéro API alternatif 104 + 135
Unicode alternatif U+0064 U+0292

Symbole API alternatif (obsolète) ʤ
Numéro API alternatif (obsolète) 214
Unicode alternatif (obsolète) U+02A4

X-SAMPA dZ
Kirshenbaum dZ

La consonne affriquée palato-alvéolaire voisée est un son consonantique très fréquent dans de nombreuses langues parlées. Le symbole dans l'alphabet phonétique international est d͡ʒ (anciennement [ʤ]). Ce symbole représente un d et un ʒ liés en un seul caractère.

Selon les langues, il peut être simple [d͡ʒ], aspiré [d͡ʒʱ], etc.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Voici les caractéristiques de la consonne affriquée palato-alvéolaire voisée :

  • Son mode d'articulation est affriquée, ce qui signifie qu’elle est produite en empêchant d'abord l'air de passer, puis le relâchant à travers une voie étroite, causant de la turbulence.
  • Son point d'articulation est palato-alvéolaire, ce qui signifie qu'elle est articulée au niveau de la jonction entre les alvéoles de la mâchoire supérieure et le palais dur, avec une langue convexe et renflée en forme de dôme.
  • Sa phonation est voisée, ce qui signifie que les cordes vocales vibrent lors de l’articulation.
  • C'est une consonne orale, ce qui signifie que l'air ne s’échappe que par la bouche.
  • C'est une consonne centrale, ce qui signifie qu’elle est produite en laissant l'air passer au-dessus du milieu de la langue, plutôt que par les côtés.
  • Son mécanisme de courant d'air est égressif pulmonaire, ce qui signifie qu'elle est articulée en poussant l'air par les poumons et à travers le chenal vocatoire, plutôt que par la glotte ou la bouche.

Symboles de l'API[modifier | modifier le code]

Son symbole complet dans l'alphabet phonétique international est d͡ʒ, représentant un d minuscule dans l'alphabet latin, suivi d'un ʒ (« ej ») minuscule, reliés par un tirant. Le tirant est souvent omis quand cela ne crée pas d'ambiguïté. Une alternative non officielle est de mettre le ej en exposant, pour indiquer le relâchement fricatif de l'affriquée[1],[2]. Enfin, l'API comportait anciennement une ligature spéciale pour cette affriquée, mais elle n'est plus officielle ; elle reste cependant disponible comme caractère Unicode.

Symboles API
d͡ʒ d͜ʒ
Symbole complet. Symbole complet (forme alternative). Forme simplifiée sans tirant.
Symboles non officiels
dᶾ ʤ
Forme avec exposant. Ancienne ligature.

En français[modifier | modifier le code]

Ce son apparaît en français dans les suites présentant les sons [d] et [ʒ], comme dans les mots « adjectif », « adjoint », et dans les mots d’origine étrangères, comme « jazz » /dʒaz/.

Autres langues[modifier | modifier le code]

  • L'anglais le possède comme dans giraffe ou comme dans jump.
  • En portugais brésilien, la lettre d devant le [i] (écrit i ou e atone) peut être prononcé [d͡ʒ]. Il est donc un allophone de /d/. Un changement identique s'opère entre le /t/ et le [t͡ʃ].
  • En féroïen, le [d͡ʒ] s'écrit dj ou une combinaison de g avec e, i, y ou ey. Toutefois, plusieurs spécialistes pensent plutôt qu'il s'agirait d'un [ɟ], ou que cela dépendrait du dialecte.
  • Le turc l'écrit c.
  • L'ukrainien possède cette consonne, mais la note дж (dž) sans la distinguer de la succession de sons [dʒ].
  • En polonais, le [d͡ʒ] s'écrit normalement , par exemple dans le mot ungla, mais aussi cz à cause de la sonorisation regressive, par ex. liczba. D'autre côté, la note peut également être prononcée comme [t͡ʒ] (dévoisement) ou comme la succession de sons [dʒ].
  • Le serbo-croate possède à la fois [d͡ʒ], écrit џ en cyrillique et en latin, ainsi que la réalisation mouillé [d͡ʒʲ] (/d͡ʑ/), écrite ђ en cyrillique et đ (ou dj) en latin.
  • l'arabe standard possède le [d͡ʒ] qui s’écrit "ج" comme dans "جَرَس" [d͡ʒaras], mais dans certain dialectes du nord d'afrique, il se prononce [ʒ] ou bien [g].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Peter Constable, Revised Proposal to Encode Additional Phonetic Modifier Letters in the UCS, (lire en ligne)
  • (en) John Laver, Principles of phonetics, Cambridge, Cambridge University Press, coll. « Cambridge textbooks in linguistics », (ISBN 978-0521456555)

Voir aussi[modifier | modifier le code]