Consonne labio-dentale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

En phonétique articulatoire, une consonne labio-dentale (ou une labio-dentale par souci de concision) désigne une consonne labiale réalisée par rapprochement entre la lèvre inférieure et les dents de la mâchoire supérieure.

Le français comporte les labio-dentales [f] et [v].

Labio-dentales de l'API[modifier | modifier le code]

Voici les labio-dentales de l'alphabet phonétique international :

API Description Exemple
Langue Orthographe API Signification
Occlusive labio-dentale sourde
Occlusive labio-dentale voisée
ɱ Occlusive nasale labio-dentale voisée Anglais comfort [kɐɱfət] Confort
Battue labio-dentale voisée
f Fricative labio-dentale sourde Français fini [fini]
v Fricative labio-dentale voisée Français vite [vit]
ʋ Spirante labio-dentale voisée Néerlandais wang [ʋaŋ] Joue
Fricative éjective labio-dentale

Origine des consonnes labio-dentales « f » et « v »[modifier | modifier le code]

Le développement de l'agriculture et de l'alimentation moins coriace au Néolithique serait à l'origine de consonnes labio-dentales comme le f et le v. La prise de cette nourriture (gruaux ou porridges de céréales moulues, ragoûts, soupes, produits laitiers)[1] a entraîné une réduction de la force de mastication et de l'érosion dentaire, de sorte que « les humains modernes ont conservé à l'âge adulte une occlusion dentaire de type juvénile, où les incisives supérieures sont décalées vers l'extérieur de la bouche, la mâchoire inférieure étant légèrement en retrait », facilitant la prononciation de consonnes labiodentales[2]. Une étude publiée en 2019 confirmerait ainsi par une modélisation biomécanique l'hypothèse émise en 1985 par le linguiste Charles Hockett qui avait remarqué que les langues utilisant les consonnes labiodentales sont souvent parlées dans des sociétés ayant accès à des aliments mous[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notre alimentation au Néolithique serait à l'origine des consonnes « f » et « v » », sur cnrs.fr, .
  2. « Les sons « f » et « v » seraient apparus récemment, grâce à des changements alimentaires », sur cnrs.fr, .
  3. (en) Damián E. Blasi, Steven Moran, Scott R. Moisik, Paul Widmer, Dan Dediu, Balthasar Bickel, « Human sound systems are shaped by post-Neolithic changes in bite configuration », Science, vol. 363, no 6432,‎ (DOI 10.1126/science.aav3218).

Article connexe[modifier | modifier le code]