Consonne coronale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une consonne coronale, ou plus brièvement coronale, est, en phonétique articulatoire, une consonne apicale ou laminale dont le lieu d'articulation est situé dans la zone dentale/alvéolaire/post-alvéolaire.

Sauf pour les fricatives (et donc pour les affriquées), un seul jeu de symbole est offert par l’API pour les coronales : occlusives [t/d], fricatives latérales [ɬ/ɮ], roulée [r], battue [ɾ] (centrale) et [ɺ] (latérales), liquide [l], approximante [ɹ], nasale [n].

Lorsque cela est nécessaire, pour distinguer les types dentales, alvéolaires ou post alvéolaires, les diacritiques suivants sont utilisés :

[ ̪] (pontet souscrit) pour les dentales,

[ ͇] pour les alvéolaires,

[ ̠] (barre souscrite) pour les post-alévolaires.

En fait, très peu de langues font la distinction en dehors des fricatives [θ/ð] (dentales), [s/z] (alvéolaires), [ʃ/ʒ] (post-alvéolaires).

Quand cela n'est pas précisé, les consonnes sont considérées être alvéolaires mais cela peut signifier aussi que la langue décrite ne fait pas de distinction entre deux des trois ou les trois points d'articulations.

Un exemple de distinction en toda qui oppose l'articulation dentale à l'alvéolaire

Dental [mod̪ ] ‘baratte’

Alvéolaire [mod] ‘village avec laiterie’

Comme précisé plus haut, [d] sans diacritique indique ici une alvéolaire.

Il faut encore préciser que dans l'opposition dentales/alvéolaires/post-alvéolaires peut entrer en jeu l'articulateur actif qui peut être apical ou laminal. Par exemple, le français utilise le plus souvent une articulation dentale apicale mais certains locuteurs exécutent des dentales laminales voir des alvéolaires apicales ce qui par contre est la généralité chez les locuteurs anglais bien que certains de ceux-ci produisent des dentales apicales.

Certains travaux tendraient à montrer que dans les langues opposant dentales/alvéolaires cette différence soit renforcée par une opposition apical/laminal. Chomsky et Halle quant à eux proposent d'utiliser le terme coronal comme un trait pour désigner l’activité de la pointe/lame de la langue renforcé par le paramètre [+/-] pour modéliser les oppositions.