Conlie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Conlie
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Mamers
Canton Loué
Intercommunalité communauté de communes de la Champagne Conlinoise et du Pays de Sillé
Maire
Mandat
Joël Garenne
2014-2020
Code postal 72240
Code commune 72089
Démographie
Gentilé Conlinois
Population
municipale
1 865 hab. (2014 en augmentation de 1,14 % par rapport à 2009)
Densité 109 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 07′ 24″ nord, 0° 01′ 03″ ouest
Altitude Min. 98 m
Max. 179 m
Superficie 17,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de Sarthe
City locator 14.svg
Conlie

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de Sarthe
City locator 14.svg
Conlie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Conlie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Conlie
Liens
Site web www.conlie.fr

Conlie est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 1 865 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Conlie est à 22 km au nord-ouest du Mans. La commune de Conlie se situe dans la cinquième couronne mancelle, c'est une commune périurbaine.

La commune est traversée d'ouest en est par la ligne SNCF Paris-Brest, la gare de Conlie se trouve au nord de la commune. Il y a de nombreux trains entre Conlie et Le Mans.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Verniette
  • Crannes
  • Vinay
  • Faneu

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Conlie[1]
Neuvillalais,
Tennie
Neuvillalais Neuvillalais,
Mézières-sous-Lavardin
Tennie Conlie[1] Domfront-en-Champagne
Tennie,
Neuvy-en-Champagne
Cures Domfront-en-Champagne

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le gentilé est Conlinois.

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence d'habitation sur Conlie peut se dater vers l'époque gallo-romaine[réf. nécessaire]. En effet, Conlie se situe sur le chemin gallo-romain, du Mans au mont Saint-Michel.

Vers 1795, Conlie (1 185 habitants en 1793[2]) absorbe Verniette (167 habitants[3]), au sud-ouest de son territoire.

Un épisode marquant de Conlie fut celui du camp dans lequel des milliers de volontaires bretons furent conduits au moment de la guerre franco-prussienne de 1870-1871, dans le but d'y faire leurs classes. Par manque de moyens, ou de peur d'un « péril chouan », ces soldats ne reçurent jamais ni l'équipement, ni la formation nécessaire au combat. Certains d'entre eux furent toutefois envoyés au combat, mais presque désarmés.

À l'issue de la Seconde Guerre mondiale, Conlie est libérée le .

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Conlie

Les armes de la commune de Conlie se blasonnent ainsi :
D'azur au sautoir engrêlé cousu de sable chargé d'un sautoir cousu de gueules[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

Historiquement, Conlie a toujours voté depuis 1965 aux élections présidentielles pour un candidat de droite au premier et au deuxième tour. L'électorat de Conlie est plutôt conservateur et gaulliste, quelquefois proche du centre droit.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995[5] mars 2014 Raoul Marteau DVD Enseignant
mars 2014[6] en cours Joël Garenne DVG Garagiste
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et cinq adjoints[7].

Conlie est le chef-lieu de canton depuis 1801. Le redécoupage cantonal de 2015 devrait modifier le nombre de communes et le chef-lieu.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[9].

En 2014, la commune comptait 1 865 habitants[Note 2], en augmentation de 1,14 % par rapport à 2009 (Sarthe : +1,37 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 185 1 405 1 526 1 670 1 664 1 657 1 627 1 665 1 647
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 710 1 767 1 720 1 677 1 673 1 672 1 667 1 739 1 728
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 681 1 681 1 763 1 544 1 544 1 488 1 436 1 489 1 451
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
1 488 1 435 1 472 1 603 1 642 1 665 1 790 1 869 1 865
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Conlie comporte une zone d'activités créée à l'initiative de la communauté de communes de la Champagne Conlinoise et du Pays de Sillé (4C).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La chapelle de Verniette.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

L'Union sportive de Conlie fait évoluer deux équipes de football en divisions de district[13].

Le Judo Club de la Champagne conlinoise (JCCC) est devenu en 2014-2015 le 3e club de judo du département en termes d'adhérent. L'association créée en 1996 y propose des cours de la ceinture blanche aux ceintures noires au sein d'un dojo dommunal aménagé dans une ancienne entreprise de la commune[14].

Présence de nombreuses activités sportives, telles que le tennis, le basket.

Jumelages[modifier | modifier le code]

  • Drapeau du Royaume-Uni Alford (en) (Royaume-Uni) depuis 1999. Après des recherches de villes qui pouvaient être jumelées avec Conlie, c'est Alford qui fut retenu en 2001. Chaque année, des échanges ont lieu, les années impaires à Alford, les années paires à Conlie. À certaines périodes, ces échanges ont pu s’étendre au niveau scolaire comme en 2010 où les élèves du collège de Conlie ont pu partir à Alford et recevoir des correspondants anglais.

Festival FestiDay's[modifier | modifier le code]

Un petit groupe de jeunes[15] de la Champagne conlinoise ont lancé le la première édition de FestiDay's[16]. Il s'agît de jeux intervillages, regroupant les quinze communes de la Champagne conlinoise, durant l'après-midi, et d'un festival de musique le soir. Pour la première édition, ce sont près de 1 350 personnes qui se sont rendues à Conlie. La deuxième édition de FestiDay's s'est déroulée le , le caractère populaire de cette manifestation s'est amplifié avec la venue de 1 982 festivaliers[réf. nécessaire].

L'organisation de jeux intervillages intergénérationnels à l'échelle d'une intercommunalité est un record[17] pour le département de la Sarthe.

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

  • Le chanoine Urbain Onfray alias Urbain Onfray Kermoalquin, prêtre et historien originaire de Guingamp, fut aumônier au camp de Conlie où il mourut le 11 janvier 1871.
  • Pierre Clément Répin (1830-1889) : médecin et explorateur français, maire de Conlie en 1870-1871, décédé à Conlie.
  • Abel Leuillieux, ingénieur IDN et docteur en médecine, établi à Conlie en 1901[réf. nécessaire], auteur d'un ouvrage de référence sur le soja[18]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Verniette », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 16 août 2010)
  4. « Conlie Sarthe », sur GASO, la banque du blason (consulté le 18 janvier 2015)
  5. « Raoul Marteau réélu maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 18 janvier 2015)
  6. « Ouest-france.fr - Municipales à Conlie. Joël Garenne élu maire à la surprise générale » (consulté le 28 mars 2014)
  7. « Conlie (72240) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 20 mai 2014)
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  11. « Église de Verniette », notice no PA00109723, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. « Peintures monumentales », notice no PM72000180, base Palissy, ministère français de la Culture.
  13. « Site officiel de la Ligue du Maine – US Conlie » (consulté le 30 décembre 2016)
  14. « Le Club », sur le site du club, Judo Club de la Champagne conlinoise (consulté le 15 avril 2015)
  15. « Ils créent FestiDay's, un festival pour tous » (consulté le 16 août 2016)
  16. « Festiday's | Journée festive en Champagne Conlinoise », sur festidays.fr (consulté le 16 août 2016)
  17. « 1 200 spectateurs au premier festival rock Festiday's » (consulté le 16 août 2016)
  18. Soja hispida : Abel Leuillieux, Le "Soya hispida", sa valeur alimentaire, ses indications, Paris, impr. de A. Davy, , 53 p. (ISBN 2013673302 et 978-2013673303, notice BnF no FRBNF30807406, lire en ligne) ; Abed-Edgard-Louis-Liévin Leuillieux, Étude biologique sur le nickel et ses sels, Paris, Thèse, coll. « Paris - 1888 - Vol. 16. N ° 16 Th. : Méd. : Paris : 1888 », , 47 p. (notice BnF no FRBNF36904414)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :