Neuvillalais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Neuvillalais
Neuvillalais
L'église Saint-Pierre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Mamers
Canton Loué
Intercommunalité Communauté de communes de la Champagne Conlinoise et du Pays de Sillé
Maire
Mandat
Emmanuelle Lefeuvre
2014-2020
Code postal 72240
Code commune 72216
Démographie
Gentilé Neuvillalois
Population
municipale
591 hab. (2015 en augmentation de 2,07 % par rapport à 2010)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 09′ 24″ nord, 0° 00′ 03″ est
Altitude Min. 76 m
Max. 172 m
Superficie 18,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de la Sarthe
City locator 14.svg
Neuvillalais

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de la Sarthe
City locator 14.svg
Neuvillalais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neuvillalais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neuvillalais
Liens
Site web mairie-neuvillalais.blog4ever.com

Neuvillalais est une commune française située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 591 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Neuvillalais
Vernie
Crissé Neuvillalais Mézières-sous-Lavardin
Rouez, Tennie Conlie

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 886 hectares ; son altitude varie entre 76 et 172 mètres[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le nord de la commune est traversé par la Longuève, en provenance de Vernie pour s'écouler vers Crissé. Celle-ci se sépare au niveau du Pont de Money en Ruisseau de Bonne Fontaine, ce dernier se séparant également au niveau du Moulin Neuf pour donner le Ruisseau de Brice.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communications terrestres[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la D 21, allant de Gesnes-le-Gandelin jusqu'à Brûlon ; cette route relie directement le village aux communes de Conlie et Vernie.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'ancien nom de la commune est Neuville-Lalais[réf. à confirmer][2], qui a par la suite évolué en Neuvillalais. Il proviendrait du latin nova villa, qui signifie « nouvelle ville » ou « domaine nouveau » (au sens de domaine agricole).

En 2015, les habitants n'avaient toujours pas de nom (gentilé). Après avoir interrogé la population, le conseil municipal a validé le nom qui a remporté le plus de voix. Ainsi, les habitants de Neuvillalais s'appellent depuis le les Neuvillalois et les Neuvillaloises[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 764, Gilles, le seigneur du lieu, donne le domaine de Neuvillalais à l'abbaye de Prüm.

La seigneurie appartenait aux seigneurs d'Assé, la famille Riboul, puis, par alliance à la famille de Beaumanoir comme membre du marquisat de Lavardin.

En 1422, pendant la guerre de Cent Ans, une troupe d'environ 300 Anglais s'étant logée dans le village, les capitaines français Ambroise de Loré, Jean du Bellai et Guérin des Fontaines les y attaquèrent, tuèrent des Anglais et firent prisonniers le reste de la troupe.

En 1433, Charles IV d'Anjou, Ambroise de Loré, Gilles de Rais se rendirent dans les bourgs de Neuvillalais et Conlie pour y affronter les Anglais du comte d'Arundel John FitzAlan lors du second siège de Sillé-le-Guillaume. Le lieu de l'affrontement était prévu à l'Ormeau à l'Escameut (à la limite de Rouez). Les Anglais, impressionnés par les troupes françaises, refusèrent le combat et restituèrent les otages[4].

En 1626, les frères Pierre, Jacques et Jean-Baptiste Champion, tous trois prêtres de la Congrégation de l'Oratoire, créèrent un collège ou une école de jeunes garçons au lieu-dit la Meunerie. Cet établissement a été détruit en 1793.

Le , un affrontement eut lieu à Crissé entre 7 000 et 8 000 Chouans contre une centaine de membres de la Garde nationale, des colonnes mobiles de Sillé-le-Guillaume, Conlie et Tennie. Le combat ne dura pas plus d'une heure, faisant trois ou quatre morts. Deux Chouans sont enterrés sur la route Neuvillalais-Conlie près du lieu-dit la Fontaine-Salée.

Neuvillalais possédait aussi une maison de charité ouverte au XVIIIe siècle desservie par deux sœurs de La Chapelle-au-Riboul. Cette institution est tombée sous la Révolution.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 500 et 1 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 15[5].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[2],[6]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1807   X. Veillard    
avant 1898   X. Berger    
avant 2001 mars 2014 Jean-Luc Jardin SE Clerc de notaire
mars 2014 en cours
(au 30 avril 2014)
Emmanuelle Lefeuvre[7] SE Agricultrice

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2015, la commune comptait 591 habitants[Note 2], en augmentation de 2,07 % par rapport à 2010 (Sarthe : +0,87 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0671 1281 1601 0721 1531 1461 1351 1241 113
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1201 0701 1101 0471 0881 0441 021938913
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
873858894756757749717762760
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
638580515470412426537553569
2013 2015 - - - - - - -
583591-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école accueillant des classes de maternelle ; elle est organisée en syndicat intercommunal à vocation scolaire (SIVOS) avec les communes de Mézières-sous-Lavardin et Vernie[2]. Un transport scolaire est assuré entre ces trois communes et une garderie périscolaire est également mise à disposition des parents.

L'association 2 000 Pattes des parents d'élèves du Sivos de la Longuève a pour but de récolter des fonds pour financer l'achat de matériel scolaire ou/et l'organisation de sorties péri-scolaires pour les trois écoles du Sivos. Les recettes sont intégralement reversées aux trois écoles. Chaque année elle organise diverses manifestations dans les trois communes. Le clou de l'année se termine par la kermesse organisée avec le concours des instituteurs et des parents d'élèves bénévoles marquant ainsi la fin de l'année scolaire.

L'association Graine d'Idée, association du Sivos de la Longuève (Neuvillalais, Mézières-sous-Lavardin et Vernie), a pour but de favoriser les échanges entre les habitants du Sivos par le biais de manifestations culturelles ou sportives.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Vers fin juin, la kermesse des écoles du SIVOS organisée par 2 000 Pattes et les instituteurs des écoles. Les 150 enfants des trois écoles présentent leur spectacle et de nombreux stands de jeux sont mis en place.

À la fin août se déroule la Fête du cochon (anciennement appelée l'Assemblée qui avait lieu le dimache le plus près de la St Barthélémi[4]) organisée par le comité des fêtes de la commune. Elle regroupe un vide-greniers dans le bourg du village ainsi que de nombreuses autres animations. Il est proposé aux visiteurs un repas composé à partir d'un cochon grillé.

Santé[modifier | modifier le code]

Aucun médecin généraliste n'est installé sur la commune ; les plus proches se situent au niveau des communes de Tennie et Conlie.

L’hôpital le plus proche est le centre hospitalier du Mans, situé à environ 27 km.

Deux défibrillateurs automatiques sont à disposition, un au niveau de la porte entrée arrière de l'église et un dans la cour de l'école au niveau de la porte d'entrée de la cantine scolaire[12][pertinence contestée].

Sports[modifier | modifier le code]

Le citystade de la commune.

Lors de l'été 2015 a été inauguré le terrain multisports, installé sur le terrain de loisirs.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un seul commerce, le Méridien, faisant office de bar-restaurant-épicerie.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église, dédiée à St Pierre, a été bâtie au XIIe siècle. Le culte ayant été arrêté en 1794, le bâtiment a été vendu en 1796; devant être démolie, elle fût rachetée l'année suivante par un maréchal-ferrant qui s'en servit de lieu de stockage. Revendu en 1807 au maire, celui-ci la lègue à la commune à la condition que l’église redevienne un lieu de culte, ce qui sera chose faite.

À Vignolles, un prieuré était dédié à St Bernard. Fondé au XIIe siècle par la famille Riboul, il appartenait à l'abbaye de la Couture au Mans.

L'église.

Le méridien de Greenwich passe par l'église du village. Il est matérialisé au sol par une bande réalisée en pavés qui coupe la rue principale : la rue du Méridien.

Randonnée[modifier | modifier le code]

Deux parcours de randonnées balisés sont disponibles au départ du parking de la place du Méridien[13] :

  • parcours 1 : Circuit des 2 lavoirs, d'une longueur de 6 km, qui propose aux randonneurs de passer par les deux lavoirs de la commune ;
  • parcours 2 : Circuit du Méridien, d'une longueur de 12 km.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gerhard Diego de Izarra (1923-2008), médecin, écrivain, inventeur de la ruche « Procédé Izarra », mort à Neuvillalais.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015, légale en 2018.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  2. a b et c « Histoire et géographie », sur le site de la mairie (consulté le 28 juillet 2015).
  3. « Neuvillalois, Neuvillaloises... », sur mairie-neuvillalais.blog4ever.com, la commune de Neuvillalais (consulté le 24 juin 2016)
  4. a et b Juline Rémy Pesche, Dictionnaire topographique, historique et statistique de la Sarthe, Le Livre d'histoire, 1999, , 785 pages p. (ISBN 2844350690 et 9782844350695)
  5. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  6. « Les maires de Neuvillalais », sur le site de l'association FranceGenWeb (consulté le 28 juillet 2015).
  7. « Les nouveaux maires et adjoints élus ce week-end », sur le site du quotidien Le Maine libre, (consulté le 6 avril 2014).
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  12. « Défibrillateur », sur le site de la mairie (consulté le 28 juillet 2015).
  13. « Randonnée », sur le site de la mairie (consulté le 28 juillet 2015).