Karel Appel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Appel.
Karel Appel
Karel Appel (1982).jpg

Karel Appel en 1982

Naissance
Décès
(à 85 ans)
Zurich Drapeau de la Suisse Suisse
Nationalité
Activité
Formation
Représenté par
Fondation Karel Appel (d), Pictoright (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mouvement
Distinctions
Sérigraphie, 1986, musée CODA.
Grenouille au parapluie

Karel Appel né le à Amsterdam, mort le à Zurich, est un peintre et sculpteur néerlandais, cofondateur du groupe CoBrA[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a étudié à l'Académie royale des beaux-arts d'Amsterdam entre 1940 et 1943, et a commencé à exposer en 1946. Il tire ses influences de Pablo Picasso, Henri Matisse et Jean Dubuffet. Il rejoint le  Experimentele Groep in Holland [note 1],[2], opposé à l'abstraction géométrique et créé le 16 juillet 1948, mouvement qui regroupait les artistes Constant Nieuwenhuys, Asger Jorn, Guillaume Cornelis van Beverloo, Anton Rooskens, Theo Wolvecamp et Jan Nieuwenhuys, Eugène Brands. Le groupe fait paraître en deux numéros en octobre/novembre 1948 la revue Reflex où déjà s'annonce le mouvement CoBrA, et qui marque la constitution du Groupe Expérimental Hollandais[3] et qui anticipe sur la revue Cobra (revue) qui allait paraître l'année suivante au Danemark, puis en Belgique, puis en Hollande[4].

Appel est ensuite cofondateur du mouvement CoBrA en 1948, avec Guillaume Cornelis van Beverloo, Constant Nieuwenhuys, Asger Jorn, Jan Nieuwenhuys et Christian Dotremont.

En 1950, il s'installe à Paris et développe une réputation internationale en voyageant au Mexique, aux États-Unis, en Yougoslavie et au Brésil.

Il a fait ses études à l'Académie royale des beaux-arts à Amsterdam.

Sa première exposition se fit en 1946 à Groningue aux Pays-Bas, puis notamment par la suite aux Palais des Beaux-arts de Bruxelles (1953), à la Martha Jackson Gallery à New York (1954), à la Galerie Rive Droite à Paris (1955-1956), en 1968 au Centre d'art contemporain de Paris, au Centraal Museum (Rétrospective), Utrecht, Pays-Bas (1970), au musée d'art contemporain de Montréal (1972), au New York Cultural Center (1973), à la Wildenstein Gallery (Londres) et à la Fuji Television Gallery (Tokyo) 1975, Museo de Arte Moderno (retrospective), Mexico (1977), à Paris Art Center (1988) au National Museum of Art, Osaka et à l'Hiroshima City Museum of Contemporary Art (1989), à la Fundacion Juan Miró, Barcelone (1990), au National Museum of Comtemporary Art, Séoul (1994), à la galerie Lelong, Paris (2003, 2009, 2011), au musée Cobra, Amstelveen (2005).

Il a été inhumé au cimetière du Père-Lachaise (22e division).

Se référant à van Gogh et à la figuration expressionniste, Appel prône une expression gestuelle, primitive et enfantine, avec un chromatisme accentué et souvent provocant[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Karen Appel : Sag zum Abschied leise Servus=Dis tout bas, en guise d'adieu, tchao, Paris, Galerie Lelong, (ISBN 2868820417)
  • (en) Claire Stoullig, Appel : natural phenomenon, Paris, Galerie Lelong, (ISBN 2868820247)
  • Rudi Fuchs, Appel : figures et paysages, Paris New York, Galerie Lelong, (ISBN 2868820123)
  • Street Art (le seconde souffle) de Karel Appel, Pierre Restany, éditions Galilée, collection écritures/figures, 1982.
  • Collectif Jean-Michel Place, Cobra 1948-1951, Paris, Jean-Michel Place, coll. « réimpressions des revues d'avant-garde », , 335 p. (ISBN 978-2858930432)
  • Karen Kurczynski, The Art and Politics of Asger Jorn: The Avant-Garde Won't Give Up, Paris, Routledge, , 292 p. (ISBN 978-1409431978)
  • Willemijn Leonore Stokvis, Cobra: mouvement artistique international de la seconde après-guerre mondiale, Paris, Éditions Albin Michel, coll. « Les grands maîtres de l'art contemporain », , 128 p. (ISBN 978-2-221-05412-3)
  • Jean-Clarence Lambert, Cobra, un art libre, Paris, Chêne/Hachette, , 262 p. (ISBN 9782851083067)
  • Collectif Cobra : singulier pluriel, Cobra : singulier pluriel, les œuvres collectives 1948 - 1995, Paris, coll. « References », , 83 p. (ISBN 978-2804602550) introduction de Pierre Descargues

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. C'est bien du nom de Groupe Hollandais Expérimental et non groupe néerlandais, que les artistes avaient baptisé leur association

Références[modifier | modifier le code]

  1. « CoBrA » : Copenhague, Bruxelles et Amsterdam : le lieu de résidence des artistes ayant participé à ce mouvement.
  2. Christian Dotremont dans Collectif Jean-Michel Place 1980, p. 3
  3. Jean-Clarence Lambert 1983, p. 85
  4. Collectif Jean-Michel Place 1980, p. 1C1
  5. Guide : Musée des beaux-arts de Montréal, Montréal, éd. Musée des beaux-arts de Montréal, , 2e éd. (1re éd. 2003), 342 p. (ISBN 978-2-89192-312-5), p. 185.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :