Constant Nieuwenhuys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Constant Nieuwenhuis)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Constant.
Constant Nieuwenhuis
Constant Nieuwenhuijs (1974).jpg

Constant Nieuwenhuys (1974)

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
UtrechtVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Représenté par
Pictoright (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Liste détaillée
Sikkens Prize (d) ()
Verzetsprijs van de Stichting Kunstenaarsverzet (d) ()
Oeuvreprijs Fonds BKVB (d) ()
Zilveren Anjer (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Constant Anton Nieuwenhuys, né le à Amsterdam, mort le à Utrecht, est un peintre néerlandais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Plus connu sous le nom de Constant, il est co-fondateur en 1948 avec Karel Appel, Eugène Brands, Constant Nieuwenhuis, Anton Rooskens et Theo Wolvecamp, du mouvement Experimentele Groep in Holland [1]. Groupe qui publie la revue Reflex[2], anticipant sur la revue Cobra (revue) qui allait paraître l'année suivante au Danemark, puis en Belgique, puis en Hollande[3].

Il est aussi un des fondateurs du mouvement CoBrA dont il fut le théoricien en développant un programme en six points :

  1. Le réalisme, c'est la négation de la réalité ;
  2. qui nie le bonheur sur terre nie l'art ;
  3. pas de bon tableau sans gros plaisir ;
  4. la civilisation admet le beau pour excuser le laid ;
  5. le meilleur tableau est celui que la raison ne peut admettre ;
  6. l'imagination est le moyen pour connaître la réalité.

Il a fait partie de l'Internationale situationniste de 1958 à 1960, année de sa démission.

Œuvres[modifier | modifier le code]

À partir de la fin des années cinquante, Constant développa son projet urbain New Babylon. Le projet, constitué de dessins et de maquettes, est une œuvre qui tente de réaliser l'utopie d'une ville situationniste.

Cote[modifier | modifier le code]

  • Deux oiseaux, 1949, huile sur toile, 82 × 63 cm, adjugé 478 624 euros[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Willemijn Leonore Stokvis, Cobra: mouvement artistique international de la seconde après-guerre mondiale, Paris, Éditions Albin Michel, coll. « Les grands maîtres de l'art contemporain », , 128 p. (ISBN 978-2-221-05412-3)
  • Jean-Clarence Lambert, Cobra, un art libre, Paris, Chêne/Hachette, , 262 p. (ISBN 9782851083067)
  • Collectif Jean-Michel Place, Cobra 1948-1951, Paris, Jean-Michel Place, coll. « réimpressions des revues d'avant-garde », , 335 p. (ISBN 978-2858930432)
  • Collectif Cobra : singulier pluriel, Cobra : singulier pluriel, les œuvres collectives 1948 - 1995, Paris, coll. « References », , 83 p. (ISBN 978-2804602550) introduction de Pierre Descargues
  • Karen Kurczynski, The Art and Politics of Asger Jorn: The Avant-Garde Won't Give Up, Paris, Routledge, , 292 p. (ISBN 978-1409431978)
  • Jean-Clarence Lambert, Constant, les trois espaces, Cercle d'Art, 1992
  • Jean-Clarence Lambert, Constant, les aquarelles, Cercle d'Art, 1994
  • Jean-Clarence Lambert, New Babylon, Constant; Art et utopie, textes situationnistes. Cercle d'Art, 1997 (ISBN 2-7022-0465-1)
  • Jean-Clarence Lambert, Constant, l'atelier d'Amsterdam, Cercle d'Art, 2000 (ISBN 978-2702204689)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Christian Dotremont dans Collectif Jean-Michel Place 1980, p. 3
  2. Jean-Clarence Lambert 1983, p. 85
  3. Collectif Jean-Michel Place 1980, p. 1C1
  4. Le Spectacle du monde, Numéros 536 à 540, 2007, p. 88

Liens externes[modifier | modifier le code]