Jean-Clarence Lambert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Clarence Lambert
Description de cette image, également commentée ci-après
Jean-Clarence Lambert en 2013
Naissance (87 ans)
Paris Drapeau de la France France
Activité principale
Distinctions
Grand Prix de Poésie de la Société des gens de lettres, Grand prix de poésie Ronsard
Auteur
Langue d’écriture français

Œuvres principales

  • Les poésies mexicaines, Seghers, 1961
  • Le Jardin Le Labyrinthe, poésie 1953-1989, La Différence, 1991

Jean-Clarence Lambert né le 24 juillet 1930 à Paris est un poète, essayiste, critique d'art et traducteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Clarence Lambert rencontre Paul Éluard en 1946. Il fréquente un temps le groupe surréaliste d'André Breton.

Il séjourne en Scandinavie, principalement en Suède. Il rencontre les artistes du groupe CoBrA dont il devient le premier historien et sur lequel il publie de nombreux ouvrages.

En 1955, il fonde avec Georges Fall et dirige la collection « Le Musée de Poche » puis commence à organiser des manifestations poétiques et artistiques : pendant plus de quarante ans, il invite des centaines de créateurs à se produire.

Son premier recueil de poèmes, Dépaysage, est illustré par Pierre Soulages.

Dès les années cinquante il traduit l’œuvre d'Octavio Paz (notamment Aigle ou soleil, le Labyrinthe de la solitude et Liberté sur parole). Il séjourne à de nombreuses reprises au Mexique et publie deux anthologies de la poésie mexicaine

Avec Roger Caillois il publie le Trésor de la Poésie universelle, équivalent pour la poésie du Musée imaginaire de Malraux.

En 1962, il fonde le Domaine poétique pour des lectures et performances de poètes. Nombreux voyages dans le monde entier.

En 1967, il fonde avec Georges Fall et d'autres critiques, la revue Opus international.

Il reçoit le Grand Prix de Poésie de la SGDL (Société des Gens de lettres) en 1995, pour son anthologie personnelle Le Jardin le labyrinthe.

Il rassemble ses écrits sur le labyrinthe dans Dédalogrammes.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Il est « régent de dédalogie » au Collège de 'Pataphysique.
  • Citoyen d'honneur de Joual, la ville natale de Léopold Sédar Senghor.
  • Chevalier de l'Ordre des Art et Lettres.
  • Chevalier de l'Ordre royal de Vasa (Suède).
  • Il reçoit en 2012 le grand prix de poésie Ronsard à l'abbaye de Saint-Cosme (Tours) pour son recueil X-Alta.

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Robert Sabatier dit de sa poésie : « Jean-Clarence Lambert l’infatigable tentant toutes les expériences du langage, du lyrisme à la recherche textuelle, avec un sens de l’espace et des silences, du jeu des mots et des prestiges de la typographie qui peut faire d’un poème un tableau, une présentation graphique. Sans cesse, il cherche un agrandissement à la mesure de la planète et les grands parcours de la phrase comme ceux de ses multiples voyages et sa prise de conscience planétaire se reflètent partout. Octavio Paz lui a consacré un poème le montrant “insaisissable, insondable, impondérable” et passant de “la couleur au son / du son au sens / du sens à la ligne, / de la ligne / à la couleur du sens... et il a bien toujours une “dérive vertigineuse” — ce que la meilleure critique n’aurait mieux dit. Comme s’il se sentait à l’étroit dans le costume prêt-à-porter de la langue, il en fait craquer les coutures et ne craint pas, suivant le mode de Jean-Pierre Brisset ou de Michel Leiris, à gloser sur le glossaire, à soumettre les mots à une torture dont ils sortent métamorphosés et régénérés, prêts à de nouvelles significations et enfantant des néologismes, mais il n’y a pas que cela chez le savant Jean-Clarence car il connaît aussi les pouvoirs de la poésie la plus traditionnelle — à condition qu’on la viole un peu. » (in La Poésie du XXe siècle)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Incantation, sous la direction de Michel Lombard, La Cité des poètes, 1946
  • Nue et le chant avec Robert Lapoujade, René Debresse, 1953
  • Poétique de la danse, Falaize (1955)
  • La Poésie suédoise contemporaine, Falaize (1956)
  • Dépaysage, Falaize (1959)
  • Pise, la Place des Miracles avec Gianni Bertini, 1959
  • Théatrum sanitatis avec Achille Perilli, Rome, Grafica, 1960
  • Les poésies mexicaines, Seghers, 1961
  • Aléa, Alès, Pierre-André Benoît, 1962
  • Art latino-américain à Paris, Imprimerie de la Société d'études et de réalisations graphiques, 1962
  • Le voir-dit avec Jean-Pierre Vielfaure, Éditions de Beaune, 1963
  • Le principe d'incertitude, Théâtre, 1965
  • Les Embellissements avec Rodolfo Krasno, Paris, Florence Houston-Brown, 1965
  • Limbo avec Enrico Baj, Milan, Edizioni della Quercia, 1966
  • La Peinture abstraite, Rencontre, 1967
  • Code, Le Soleil noir, 1967
  • Labyrinthe, 1973
  • Labyrinthe : Code 2 (Bibliopus), Éditions G. Fall, 1973
  • Labyrinthes et dédales du monde, Les Presses de la Connaissance, 1977 avec Janet Bord
  • André Masson, Filipacchi, 1979
  • Le Noir de l'azur, Galilée, 1980
  • Le Jardin Le Labyrinthe, poésie 1953-1989, La Différence, 1991
  • Quentin, des graffitis de 1947 aux monuments du troisième millénaire, coécrit avec Pierre Restany et Jean Leymarie, Éditions Cercle d'art, 1991.
  • Le regard des mots, Cercle d’Art, 1994 avec Gérard Durozoi
  • Le Règne imaginal, 2 vol., essais sur l’art contemporain, Cercle d’art, 1994
  • Botero : sculptures, Santafé de Bogotá, Villegas Editores, 1998
  • L’anti-légende du siècle, Syllepse, 1999
  • Anthologie de la poésie suédoise, Somogy, 2001
  • Paul J. Revel, Somogy, 2008
  • Dédalogrammes, Galilée, 2006
  • Cobra, un art libre, précédé de Cobra dans le rétroviseur, Galilée (2008) rééd. de 1983
  • X-ALTA, DVD réalisé dans la collection VOuïR, 2009
  • X-Alta Continuum poétique 1991-2006, Galilée, 2009
  • Vœu de poésie et Écrits sur l'art, présentation par Françoise Py, Hermann, 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]