Jean-Michel Atlan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Atlan.
Jean-Michel Atlan
Defaut 2.svg
Naissance
Décès
(à 47 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation

Jean-Michel Atlan, né le à Constantine (Algérie), et mort le à Paris, est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Atlan, d'origine judéo-berbère[1],[2], quitte l'Algérie pour Paris en 1930, où il étudie la philosophie à la Sorbonne. Il est nommé professeur de philosophie au lycée de Laval en 1939, puis en 1940-1941 au lycée Condorcet à Paris.

En 1941, il commence à peindre, puis il est arrêté en 1942, à la fois pour son engagement dans la résistance et parce qu'il est juif. Mis en prison, il échappe aux camps d'extermination en simulant la folie. Interné, à l'instar de Léon Schwarz-Abrys, à l'hôpital Sainte-Anne, il en sort à la Libération. Il est ami avec Jean Duvignaud (époux de Clara Malraux), Alain Robbe-Grillet et René de Obaldia. Il se consacre désormais à la peinture et expose en 1944 au Salon des surindépendants dans un style expressionniste. Quelques mois plus tard, en novembre 1944, il publie un recueil de poèmes, Le Sang profond, qu'il illustre, et présente en décembre 1944 une exposition à la galerie l'Arc-en-Ciel à Paris.

En 1946, Atlan rencontre Asger Jorn, puis rejoint le mouvement CoBrA[3] et se rapproche de l'abstraction. En 1955, il expose à la galerie Charpentier à Paris. Il est victime d'une hémorragie en 1959 pendant une exposition à Londres et meurt le 12 février 1960, peu de temps avant de présenter ses toiles à New York.

Il avait épousé Denise Veron, morte le 1er juillet 2004[4].

Style[modifier | modifier le code]

Il commence à peindre en 1944 sans ordre ou structure formelle préconçus, tout fasciné qu'il est par la matière rendue en empattements de couleurs, frottages et autres ratures comme dans Peinture (1947). Il ne se forge un style pensé qu'à partir de 1950, où l'informel cède la place à une organisation plastique[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2015).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Le Kahena
  • Composition
  • Le Roi David
  • Hérodiade
  • Carnaval
  • Los Incas
  • Le Roi Guerrier
  • Les Gémeaux
  • Le Scarabée
  • Maldoror
  • Nedroma
  • Rythmes africains
  • Sagittaire
  • Sumatra
  • Zodiaque

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yvonne Deslandres, Pierre Waleffe, La Vie des grands peintres modernes, Éditions du Sud, 1964, p. 433
  2. Conseil des musées nationaux, Revue du Louvre: la revue des musées de France, Volume 58, 2008, p. 116
  3. Acronyme de Copenhague, Bruxelles et Amsterdam (1948-1951).
  4. « Carnet du jour », in Le Figaro, 6 juillet 2004.
  5. Dora Vallier, L'art abstrait, Hachette-Pluriel, 1980, p. 250, (ISBN 2-01-010051-4)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Verdet, Atlan, Le Musée de Poche, Paris, 1957
  • Bernard Dorival, essai de biographie artistique, Paris, Pierre Tisné, 1962
  • Michel Ragon, Atlan mon ami, 1948-1960, Paris, Éditions Galilée, 1989.
  • Jacques Polieri, Catalogue raisonné de l'œuvre complet d'Atlan, essai de biographie de Kenneth White, préface d'Alain Bondfand, Paris, Gallimard, 1996.
  • Marc Alyn, Atlan : Description d'un combat, Approches de l'art moderne, Bartillat, 2007.
  • Jean-Luc Nancy, Atlan : Les Détrempes, Paris, Hazan, 2010.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]