Clion (Charente-Maritime)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Clion.

Clion
Clion (Charente-Maritime)
L'église Saint-André.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Jonzac
Canton Jonzac
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute Saintonge
Maire
Mandat
Josette Mauroy
2014-2020
Code postal 17240
Code commune 17111
Démographie
Gentilé Clionnais
Population
municipale
813 hab. (2016 en diminution de 0,73 % par rapport à 2011)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 28′ 49″ nord, 0° 30′ 00″ ouest
Altitude Min. 20 m
Max. 43 m
Superficie 15,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Clion

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Clion

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Clion

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Clion
Liens
Site web www.clion-sur-seugne.fr

ClionÉcouter est une commune du Sud-Ouest de la France située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Clionnais et les Clionnaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

La ligne de Chartres à Bordeaux-Saint-Jean traverse la commune qui y possède une gare desservie par des TER entre Saintes et Bordeaux.

Gare de Clion-sur-Seugne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Clion-sur-Seugne
Mosnac Saint-Georges-Antignac
Saint-Genis-de-Saintonge Clion-sur-Seugne Lussac
Saint-Sigismond-de-Clermont Guitinières Saint-Germain-de-Lusignan,
Saint-Hilaire-du-Bois

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Seugne, affluent en rive gauche de la Charente.

Histoire[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1835 1848 Jean Eveillé    
1848 1852 Etienne Nauzais    
1852 1871 Jean Eveillé    
1871 1891 Jacques Martin    
1891 1908 François Couillau    
1908 1919 Amédé Couillau    
1919 1923 Ferdinand Perinaud    
1923 1930 Achille Forsant    
1930 1943 Léopold Drillaud    
1943 1945 Constant Betard    
1945 1959 Maurice Trebuchet    
1959 1995 René Lanoue    
1995 2001 Serge Baudry    
2001 2008 Philippe Lanoue    
2008 2014 Josette Mauroy SE Gérante d'entreprise

Région[modifier | modifier le code]

À la suite de la mise en application de la réforme administrative de 2014 ramenant le nombre de régions de France métropolitaine de 22 à 13, la commune appartient depuis le à la région Nouvelle-Aquitaine, dont la capitale est Bordeaux. De 1972 au , elle a appartenu à la région Poitou-Charentes, dont le chef-lieu était Poitiers.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3].

En 2016, la commune comptait 813 habitants[Note 1], en diminution de 0,73 % par rapport à 2011 (Charente-Maritime : +2,64 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9909511 0931 0831 0851 0311 0321 0111 014
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0299941 014950983963936877819
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
802830790807731713731716675
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
701679596715743723750819813
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

L'école communale est située près de la mairie.

Culture[modifier | modifier le code]

Un musée artisanal et rural est situé au bourg. La bibliothèque municipale est près de la mairie.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • La chapelle Saint-Paul, située au hameau éponyme et dominant une fontaine, aurait été une ancienne chapelle templière.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • La commune appartient depuis 2011 au réseau « Villages de pierres et d'eau », label initié par le Conseil général afin de promouvoir des sites exceptionnels présentant la particularité d'être situés au bord d'une étendue d'eau (mer, rivière, étang...)[7].
  • Les Douves de Clermont : dominant la rivière Maine, ce tumulus pourrait être une ancienne motte castrale comme son nom le laisse entendre[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. « Église Saint-André », notice no PA00104654, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Thomas Brosset, « Treize villages unis pour le meilleur et pour le pire », Sud Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le 5 octobre 2014)
  8. Jean-Sébastien Pourtaud et Yves Olivet, Dolmens, menhirs, tumulus et pierres de légendes de Charente-Maritime, Rioux-Martin, Le Croît Vif, , 231 p. (ISBN 9782361995294), p. 188